ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


13/10/10 (B573) Nouvelles de Somalie - l’ex-président ghanéen Jerry Rawlings appelé à la rescousse pourra-t-il sauver la Somalie ? - Sommet de Syrte: Condamnation de la violence en Somalie - Sur les traces de l’autre Somalie (4 articles)

________________________ 4 - Brèves Santé

SOMALIE : LES HÔPITAUX DE MOGADISCIO MANQUENT DE MOYENS

Les hôpitaux de Mogadiscio, la capitale de Somalie, manquent de matériel et de moyens face à l’;augmentation du nombre de blessés due à la reprise des violences ces dernières semaines.

« Les services de santé sont limités par un système de santé public faible, des infrastructures et un nombre de centres de santé insuffisant et par un manque de personnel médical formé », a dit mardi la Représentante de l’;Organisation mondiale de la santé en Somalie, Marthe Everard dans un communiqué de presse. « De plus, les services réguliers de santé sont encore plus désorganisés par la fréquence de violences armées », a-t-il ajouté.

Depuis le mois de janvier 2010, au moins 5.000 personnes ont été blessées par armes à feu à Mogadiscio, dont 20% d’;enfants, et plus d’;une centaine de personnes sont mortes. L’;OMS assiste deux hôpitaux et sept centres de santé de la capitale somalienne notamment pour rééquiper les salles d’;opérations, fournir les soins de santé essentiels et former le personnel. L’;agence onusienne a besoin de 1,94 million de dollars pour continuer ce projet. « Avec ces fonds supplémentaires, l’;OMS en Somalie pourra garantir aux victimes de conflits des traitements adaptés », a précisé Marthe Everard.

La Somalie dénombre seulement 250 médecins qualifiés, 860 infirmières et 116 sages-femmes ce qui représente 0,11 agent de santé pour 1.000 personnes. Ce manque de personnel et de matériel médical limite la capacité des services de santé à faire face aux vagues de blessés lors de l’;irruption de combats armés.

Les maladies diarrhéiques menacent également la santé des Somaliens notamment des enfants, indique l’;OMS. En mars une flambée des cas de choléra a fait 79 morts dont 73 enfants.

__________________ 3 - Ouest Af News

Somalie : l’ex-président ghanéen Jerry Rawlings appelé à la rescousse pourra-t-il sauver la Somalie ?

L’ex président du Ghana Jerry Rawlings a été nommé par le président de la commission de l’Union africaine (U.A)Jean Ping comme haut représentant de l’UA en Somalie, dans l’espoir qu’il pourra aider à sortir de l’impasse ce pays de la corne de l’Afrique qui depuis plus d’une décennie et demie vit dans la tourmente et quasiment sans institutions.

La nomination de l’ex-chef d’Etat Ghanéen fait suite à une décision du Conseil de paix et de sécurité de l’UA sur « l’état de la paix et de la sécurité en Afrique », adoptée lors du sommet de Kampala qui s’était tenu du 25 au 27 juillet 2010 dans la capitale ougandaise, précise un communiqué de l’UA parvenu à Ouestafnews..

M. Rawlings aura comme mission de mener « un travail de plaidoyer visant à mobiliser davantage le continent et le reste de la communauté internationale pour qu’elle assume pleinement ses responsabilités et contribue plus activement à la quête de la paix, de la sécurité et de la réconciliation en Somalie », affirme l’UA qui a déjà déployé des troupes dans ce pays d’Afrique de l’Est, mais sans parvenir à y ramener la paix.

Le président Ghanéen John Atta Mills a salué cette nomination comme « étant un motif de fierté pour tout le peuple ghanéen », ajoutant que ce choix porté sur M. rawlings pour faciliter la paix dans « la zone de conflit, la plus délicate en Afrique, constitue une marque reconnaissance du courage et du statut qu’occupe l’ancien président dans le continent ».

L’ex-président ghanéen, a certes su placer son pays sur la voie démocratique, mais selon les analystes en prenant en charge le difficile dossier somalien il se lance dans une aventure hautement plus compliquée où les chances de succès restent minimes.

Volontariste à souhait, l’ex président ghanéen qui affirmait lors d’un colloque, tenu récemment à Abuja sur le cinquantenaire des indépendances, que « les Africains méritent beaucoup plus de leurs leaders et nous ne devons pas les laisser tomber », aura certainement avec la Somalie un cas pratique pour appliquer ses recettes.

Mais il reste que sa nomination intervient dans un contexte très difficile pour la mission et le gouvernement fédéral somalien marqué par une recrudescence des attaques perpétrées par les Shebab (mouvements islamistes armés) pour le prendre le contrôle de la capitale Mogadiscio. Pourtant, l’Union africaine est bien présente depuis des années en Somalie sans avoir réussi à y ramener la paix.

Cette présence de l’organisation continentale est surtout symbolisée mission de l'Union africaine (UA) en Somalie, généralement appelée Amisom (acronyme de l'anglais African Union Mission in Somalia, créée en janvier 2007 ), est une mission régionale de maintien de la paix menée par l'Union africaine avec l'aval de l’Organisation des Nations Unies (Onu).

Elle compte actuellement près quelque 5700 soldats, selon des chiffres disponibles sur l’encyclopédie en ligne Wikipedia.

L’Amisom été mise en place avec comme rôle de soutenir le gouvernement fédéral de transition, mettre en œuvre une stratégie de sécurité nationale, former les forces de sécurité somaliennes et contribuer à créer un environnement sûr pour la distribution de l'aide humanitaire. Plus de trois ans après, elle peine à atteindre cet objectif.

L'État somalien naît de la fusion des colonies italiennes (Somalia) au Sud et britannique au Nord (Somaliland) a acquis son indépendance en 1959, selon des recherches effectuées par Ouestafnews.

Depuis le premier 1969 date du premier coup d’Etat opéré par le colonel Mohamed Siad Barré, la Somalie vit une profonde instabilité politique et sociale. Depuis 1991 date de la destitution de Barré, le pays est sans administration centrale.

En 1993, l’opération américaine « Restore Hope » (rendre l’espoir) menée sous l’aval de l’Onu par le gouvernement de Bill Clinton dans le pays s’est soldée par un échec, près d’une vingtaine de soldats américains et des centaines de somaliens y ont perdu la vie.

Aujourd’hui le pays est dominé par un groupe islamiste appelée « les Shebab » favorable à l’instauration de la loi islamique (charia) qui s’oppose par les armes au gouvernement fédéral de transition dirigé par Sharif Cheikh Ahmed, soutenu par les forces de l’Amisom.

La force de frappe de ces derniers inquiète la communauté internationale. En plus des attaques très meurtrières sur le sol somalien, ils ont revendiqué un double attentat dans la capitale ougandaise Kampala qui a fait 74 morts en juillet 2010, une opération destinée à « punir » l’Ouganda qui a fourni prés de la moitié du contingent de l’Amisom.

Le président Ougandais Yowéri Museveni plus que jamais engagé dans le conflit s’est dit prêt à fournir 20.000 soldats supplémentaires que la communauté internationale juge nécessaire pour venir à bout des « Shebab » et ramener la paix en Somalie.

Le président Rawlings, un ancien militaire, a été président du Ghana d’abord en 1979 et ensuite entre 1981 et 1991. Il est reconnu à l’étranger pour avoir posé les jalons du progrès démocratique actuellement constaté au Ghana en limitant le nombre de mandats à deux et en acceptant de céder volontairement la présidence à l’issue de son dernier mandat.

__________________ 2 - Afrique en Ligne

Sommet de Syrte: Condamnation de la violence en Somalie

Les dirigeants arabes et africains ont exprimé dimanche à Syrte leur préoccupation face à la perpétuation des actes de violence en Somalie, les pertes en vie humaines et les dégâts qui en découlent, ainsi que des actes terroristes ciblant les civils. Dans la 'Déclaration de Syrte' publiée à l'issue du deuxième sommet arabo- africains, ils ont réaffirmé leur soutien au gouvernement fédéral somalien de transition, la souveraineté et la stabilité de la Somalie, soulignant leur détermination à œuvrer résolument pour la réconciliation nationale du pays.

Ils se sont félicité de la conclusion et de l'exécution de l'Accord signé le 15 mars 2010 à Addis-Abeba, en Ethiopie, entre le gouvernement de transition et le mouvement Ahl al Sunna wa Jamaa, sous l'égide de l'Union africaine (UA), de la Ligue arabe et des Nations unies, ainsi que l'accord avec la région de Puntland, le 1er avril 2010.

Ils ont magnifié le rôle accompli par la mission de l'UA en Somalie, soulignant la nécessité de renforcer les efforts pour le déploiement des forces de l'UA afin de contribuer au maintien de la paix et de la stabilité dans les pays.

Les dirigeants afro-arabes ont également mis l'accent sur l'importance du soutien à cette mission en Somalie et de l'initiative africaine lui permettant d'accroître ses effectifs, conformément à la résolution issue du sommet de l'UA à Kampala, en Ouganda, en juillet.

Le sommet arabo-africain a réitéré l'appel à la communauté internationale et au Conseil de sécurité pour s'acquitter de son rôle et mobiliser les ressources adéquates pour relever les défis entravant la planification de la nouvelle étape de déploiement des forces de la Mission de l'UA en Somalie.

__________________ 1 - Quotidiens Mutation

Afrique : Sur les traces de l’autre Somalie

Parfait Tabapsi

Le Monde diplomatique retrace l’histoire mouvementée du Somaliland qui fait office d’exception dans la Corne de l’Afrique.

Les 26 juin et 1er juillet dernier, des Somaliens étaient aux urnes. Pour élire leur président. Election qui aux dires mêmes des observateurs internationaux s’est déroulée sans heurt majeur, et qui a vu Ahmed Mohamed Silanyo du parti d’opposition Kulmiye vaincre avec 49 %, loin devant ses poursuivants qui se sont contentés respectivement de 33 et 17% des voix. Le scrutin a par ailleurs connu une participation de 88% des 1,09 millions d’inscrits.

Cette situation ne relève pas de la fiction. Bien au contraire. Depuis 1992 en effet et la chute du premier président Mohamed Siad Barre, les nouvelles qui viennent de la Somalie ne sont guère rassurantes. Même lorsqu’elles irriguent la fiction du romancier et essayiste Nurrudin Farrah que l’on dit nobélisable. Au passage, ce pays qui connut une double colonisation passe pour un territoire sans aucun ingrédient pouvant en faire un Etat. Et quand il arrive, comme c’est souvent le cas ces dernières années, que l’on parle de la Somalie, c’est pour pérorer sur les pirates qui enlèvent les étrangers aux larges d’un pays où le «Gouvernement fédéral de transition (Gft), en place depuis 2004 et reconnu internationalement, ne contrôle que quelques pâtés de maisons dans le centre ville de la capitale, Mogadiscio.»

Pour bien comprendre ce qui se passe dans cet Etat en faillite depuis près de 20 ans, il faut repartir sur les sentiers de sa naissance. L’article du chercheur français Gérard Prunier, spécialiste de la région des Grands lacs, paru dans Le Monde diplomatique en kiosque y aide. Et éclaire d’un jour nouveau une région où est en train d’être écrite à l’heure qu’il est l’une des plus belles pages politiques du continent noir de ces 20 dernières années.

Que s’y passe-t-il donc ? Originellement, le pays fut divisé par la colonisation qui offrit aux Italiens d’occuper l’actuel territoire de la Somalie et l’Angleterre qui prit la partie Nord dont le nom est Somaliland. Chacune ayant des objectifs particuliers et irréconciliables. Mais avec l’indépendance de 1960, l’unification allait avoir lieu, au grand dam de l’Oua qui avait fait de l’intangibilité des frontières issues de la colonisation sa ligne opérationnelle. Sauf qu’il demeurait selon le chercheur un paradoxe : «deux territoires dont l’histoire avait scellé le divorce se retrouvaient dans le cadre d’un projet irrédentiste ambigu qui leur procurait un sentiment artificiel d’unité».

Conflit

Ce d’autant plus que le rêve d’une «Grande Somalie» hantait les nuits de M. Barre. Qui déclara la guerre à L’Ethiopie en 1977 dans l’optique de récupérer l’Ogaden avant de continuer avec Djibouti. La guerre se soldera par un échec cuisant avec pour conséquence le retour au bercail des Somalis d’Ethiopie que M. Barre décida d’installer dans le Nord et d’armer. «En 1981, le Nord se rebella, inaugurant une période de dix années de guerre civile» qui aboutit à la chute de la dictature qui sonna le glas de l’unicité du pays.

Depuis, le Somaliland, à l’abri des regards, a fait son chemin, «incorporant (au passage) ses anciens mécanismes claniques de gestion de conflit à la common law britannique pour aboutir à une forme de démocratie originale». Mais il continue d’être boudé par une communauté internationale qui «refuse de reconnaître cet îlot de paix et de démocratie» tout en continuant de «légitimer» une Somalie «qui n’a d’Etat que de nom». Pour les Etats arabes par exemple, il n’est pas question de séparer les deux entités qui unis sont un atout contre l’Ethiopie «corps étranger» chrétien «dans une région à dominance musulmane qui fait figure d’ennemi».

La récente actualité électorale changera-t-elle la donne ? Pas sûr tant les adversaires sont nombreux : «nostalgiques de la «Grande Somalie», islamistes radicaux, diplomates conservateurs», etc. Pour M. Prunier, la solution pourrait être d’imaginer «un statut intermédiaire pour ce territoire qui vit sans aide internationale depuis vingt ans».

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.