ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


09/11/10 (B577) Le Journal de la Flibuste (2) - La piraterie somalienne a besoin d'être combattue sous toutes ses facettes - Le Kenya n'aurait pas juridiction sur les pirates - Les pirates au large de la Somalie toujours plus audacieux et cupides - Des pirates somaliens jugés aux Etats-Unis (5 articles)

___________________ 5 - Radio Chine avec XINHUA

La piraterie somalienne a besoin d'être combattue sous toutes ses facettes (ONU)

La lutte contre la piraterie a besoin de se poursuivre le plus largement possible, selon B. Lynn Pascoe, sous-secrétaire général des Nations unies chargé des affaires politiques, au Conseil de sécurité mardi.

"Les navires de guerre seules ne vont pas résoudre le problème, " a indiqué M. Pascoe lors d'une rencontre du Conseil de sécurité de 15 nations sur la piraterie en Somalie.

"La bataille a besoin d'être focalisée sur la force de dissuasion, la sécurité et l'état de droit, ainsi que sur la proposition d'alternatives économiques au peuple somalien," a-t-il déclaré.

M. Pascoe a appelé à une libération immédiate de toutes les personnes détenues par les pirates somaliens.

M. Pascoe a également indiqué qu'il faut que la piraterie et le vol au large de la Somalie soient rendus coûteux en faisant face à l'impunité et au renforcement des capacités du Gouvernement fédéral de transition pour renforcer son autorité et aborder la question de la loi et l'ordre.

"La piraterie est une menace qui dévance les efforts de la communauté internationale visant à la contenir," a indiqué M. Pascoe.

Toujours lors de la rencontre du Conseil, M. Youri Fedotov, directeur exécutif du bureau des Nations unies sur la drogue et le crime (UNODOC), a indiqué qu'il est clair que "la seule solution viable à long terme est de rétablir la loi et l'ordre en Somalie et dans ses eaux".

M. Fedotov a aussi indiqué qu'il faut encore plusieurs années pour que cette solution se réalise et qu'elle demandait des efforts concertés et coordonnés dans l'effort international.

"Nous le devons au peuple de Somalie," a indiqué M. Fedotov, ajoutant qu' "avec le bon soutien de la communauté internationale, ils ont le potentiel de devenir même plus efficace et conduire à une solution durable".

Jusqu'au 4 novembre, plus de 438 passagers et marins et 20 navires étaient détenus par les pirates, ce qui représente une hausse de presque cent otages en moins d'un mois, selon l'Organisation maritime internationale.

Les Etats membres ont actuellement constitué une forte présence navale au large de la côte somalienne avec un niveau sans précédent de marines dans la région.

_____________________ 4 - Conseil de sécurité de l'ONU

LA PRÉSENCE DE NAVIRES DE GUERRE AU LARGE DES CÔTES SOMALIENNES NE SUFFIRA PAS À METTRE FIN À LA PIRATERIE, DÉCLARE M. B. LYNN PASCOE DEVANT LE CONSEIL DE SÉCURITÉ


Il préconise une combinaison de mesures pour la dissuasion, l’édification d’un état de droit et le développement économique et social

Le problème de la piraterie au large des côtes somaliennes ne sera pas résolu par la présence de navires de guerre plus nombreux mais par une combinaison de mesures de dissuasion, d’édification d’un État de droit en Somalie et de développement économique et social, a déclaré ce matin devant le Conseil de sécurité le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. B. Lynn Pascoe.

Le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), M. Youri Fedotov, a pour sa part reconnu que les poursuites contre les pirates représentaient un fardeau considérable pour les États de la région et précisé que cette institution s’attachait à renforcer les capacités de ces pays afin de moderniser les centres de détention et de veiller à l’accès des prévenus à des avocats de la défense dans ces pays.

M. Pascoe a présenté au Conseil de sécurité le dernier rapport en date du Secrétaire général sur les actes de piraterie et les vols à main armée commis en mer au large des côtes somaliennes*, en l’actualisant. Faisant état de 438 personnes et 20 navires détenus par les pirates à la date du 4 novembre, soit près de 100 personnes détenues en plus en moins d’un mois, il a jugé ces chiffres « effrayants ». M. Pascoe a également rappelé que les pirates prenaient des risques de plus en plus grands et faisaient preuve d’une audace croissante. Rappelant que les voies maritimes menacées sont essentielles pour l’assistance humanitaire à la population et que les attaques avaient des conséquences sur la situation économique des pays de la région et au-delà, le Secrétaire général adjoint a estimé que ce serait même pire sans la présence des différentes coalitions maritimes internationales au large de la Somalie. Il a également précisé que des mesures de protection avaient été prises par l’industrie maritime et l’Organisation maritime internationale (OMI).

Il faut cependant faire beaucoup plus, a déclaré M. Pascoe, qui a mis l’accent sur la nécessité de s’attaquer aux causes de la piraterie et de travailler simultanément sur trois fronts: la dissuasion, l’édification d’un État de droit en Somalie et le développement économique et social du pays. Le Secrétaire général adjoint a ainsi rendu hommage au travail du Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, M. Augustine Mahiga, pour intégrer dans une stratégie d’ensemble pour la Somalie les travaux du Groupe de contact sur la lutte contre la piraterie, de l’équipe spéciale sur la piraterie du Gouvernement fédéral de transition somalien, des différents forces navales, ainsi que le développement dans les secteurs de la sécurité, de l’économie et des questions humanitaires. Pour M. Pascoe, la relance du processus de Kampala constitue l’un des moyens clefs pour s’assurer que les Somaliens eux-mêmes, dans leurs différentes régions administratives, travaillent ensemble.

En matière de dissuasion, M. Pascoe a lancé un appel aux navires qui transitent par la région pour qu’ils appliquent les recommandations de l’OMI et de l’industrie navale. Il a également jugé essentielle la coopération régionale et s’est félicité de l’adhésion au Code de conduite de Djibouti de deux nouveaux pays, la Jordanie et Oman. Il a remercié les pays qui acceptent actuellement de poursuivre les personnes qui seraient responsables d’actes de piraterie, en particulier le Kenya et les Seychelles. Rappelant le coût élevé de telles mesures, M. Pascoe a invité les États Membres mais aussi l’industrie navale à contribuer au Fonds d’affectation spéciale mis en place à cet effet. M. Pascoe a aussi rappelé qu’il restait à déterminer les arrangements pour la détention de longue durée des pirates condamnés, et que le Secrétaire général avait identifié sept options possibles dans un précédent rapport**. Il a précisé que le Conseiller spécial du Secrétaire général pour les questions juridiques liées à la piraterie au large des côtes somaliennes, M. Jack Lang, devrait présenter des recommandations avant la fin de l’année.

Toujours en matière de dissuasion, M. Fedotov a souligné, qu’au cours de ces deux dernières années, le Programme contre la piraterie de l’UNODC avait permis de traduire en justice de nombreux criminels. Quelque 700 suspects ou personnes reconnues coupables sont actuellement détenus dans 12 pays, dont la moitié en Somalie même, a-t-il précisé. Outre la Somalie, le Kenya et les Seychelles jugent et détiennent des pirates, a-t-il indiqué, avant d’annoncer que Maurice, la République-Unie de Tanzanie et les Maldives avaient récemment exprimé leur intérêt pour poursuivre en justice des auteurs d’actes de piraterie commis dans la région. Reconnaissant que les poursuites contre les pirates représentent un fardeau considérable pour les États concernés, il a assuré que l’UNODC s’attachait à renforcer les capacités de ces pays en vue de moderniser leurs centres de détention, souvent surpeuplés, et de faciliter l’accès des prévenus à des avocats de la défense. Pour le Directeur exécutif de l’UNODC, la proposition de M. Lang de transférer les pirates reconnus coupables dans les prisons somaliennes et de les juger conformément à l’état de droit en Somalie nécessitera des efforts supplémentaires de la part de l’UNODC.

Le second pilier de la riposte intégrée à la piraterie consiste à rétablir la sécurité et l’état de droit en Somalie même, a déclaré M. Pascoe, qui a rappelé que les Nations Unies, le Groupe de contact sur la lutte contre la piraterie et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) travaillaient à créer des capacités somaliennes capables de traiter de la piraterie sur le sol et dans la zone côtière. Il a lié cette capacité aux efforts en cours pour développer les secteurs de la sécurité et de la justice en Somalie et a rappelé qu’il faudrait fournir aux institutions somaliennes des ressources suffisantes et prévisibles pour leur permettre de s’acquitter de leurs tâches.

Le seul moyen de régler le problème de la piraterie au large des côtes somaliennes est effectivement de restaurer l’état de droit en Somalie, a déclaré, à son tour, M. Fedotov, qui a souligné qu’une telle tâche serait de longue haleine et exigerait des efforts internationaux « coordonnés et concertés ». Dans l’intervalle, a-t-il ajouté, le Programme de l’UNODC continuera de se concentrer sur la réalisation de ses trois objectifs actuels: garantir des procès équitables aux suspects détenus dans les pays de la région; assurer des conditions de détention dignes et sûres en Somalie; et permettre la tenue de procès justes et efficaces dans ce même pays.

M. Pascoe a enfin rappelé que la piraterie était aussi, largement, une question économique. Tant que la piraterie apparaîtra aussi lucrative, avec des rançons qui atteignent des dizaines sinon des centaines de millions de dollars, et que les autres perspectives économiques resteront aussi faibles, l’incitation à la piraterie sera évidente, a-t-il rappelé. C’est pourquoi la création de revenus alternatifs et notamment, la réhabilitation des pêches côtières, est si importante, a ajouté le Secrétaire général adjoint.

En fin de séance, le représentant de la Somalie, M. Elmi Ahmed Duale, a remercié les membres du Conseil de sécurité pour l’attention qu’ils continuent de porter à la situation dans son pays. Il a dit espérer que la stabilisation de la situation politique et le rétablissement de l’ordre en Somalie permettront de résoudre dans une grande mesure le problème de la piraterie. M. Duale a appuyé le rapport du Secrétaire général en estimant qu’il identifiait bien les problèmes, et a remercié le Directeur exécutif de l’UNODC pour le soutien que cette institution apporte à son pays et à plusieurs États voisins. Il a aussi tenu à exprimer les regrets de son gouvernement pour le nombre élevé de gens de mer en captivité dans les ports contrôlés par les pirates.

* En vertu du droit international, la notion de « piraterie » s’applique uniquement à des actes commis en haute mer et dans les zones économiques exclusives des États. Les actes équivalents, lorsqu’ils sont commis dans les eaux territoriales d’un État, sont désignés comme « vols à main armée en mer » ou « vols à main armée commis contre des navires ».

_____________________ 3 - Métro (Canada)

Le Kenya n'aurait pas juridiction sur les pirates

Un juge du deuxième tribunal en importance au Kenya a statué, mardi, que le pays n'a pas la juridiction nécessaire pour traduire en procès les pirates somaliens, si les actes de piratage ont été commis à l'extérieur de ses eaux territoriales.

Cette décision pourrait freiner les efforts américains et internationaux pour que les pirates capturés soient jugés en Afrique orientale.

Le juge Mohammed Ibrahim a rendu cette décision quand il a mis fin aux procédures entamées contre neuf Somaliens accusés de piratage. Le juge a ordonné qu'ils soient remis en liberté puisque les actes qui leur étaient reprochés avaient été commis dans le golfe d'Aden, au large des côtes de la Somalie.

Il a aussi ordonné que les neuf hommes soient renvoyés en Somalie.

Le juge Ibrahim a expliqué qu'on ne peut considérer que la haute mer se trouve à l'intérieur des eaux territoriales kenyanes.

L'avocat des suspects estime que la plupart des procès pour piratage actuellement devant les tribunaux kenyans risquent maintenant de s'effondrer. Le procureur général du Kenya entend porter la décision en appel devant le plus haut tribunal du pays.

Le Kenya détient actuellement 123 pirates présumés, et dix-huit autres hommes ont déjà été reconnus coupables.

La communauté internationale dépend de pays comme le Kenya et les Seychelles pour traduire en procès les pirates présumés. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a toutefois récemment indiqué que la création d'un tribunal spécial est à l'étude.

Par ailleurs, un dirigeant des Nations unies a déclaré mardi que le problème des pirates somaliens est plus important que les efforts qui ont été déployés pour le combattre, et que l'on doit faire plus pour s'attaquer aux causes du problème.

Le sous-secrétaire général pour les Affaires politiques de l'ONU, B. Lynn Pascoe, a dit que les chiffres sont «stupéfiants», évoquant 438 personnes détenues en otage et 20 navires capturés en date du 4 novembre.

Il a aussi rappelé qu'un navire militaire de l'Union européenne qui escortait une mission de l'Union africaine en Somalie a récemment été attaqué par des pirates à bord d'un navire-cargo saisi il y a environ un mois.

_____________________ 2 - AFP

Les pirates au large de la Somalie toujours plus audacieux et cupides

Les pirates qui écument les eaux au large de la Somalie sont toujours plus audacieux et demandent des rançons toujours plus élevées, a souligné mardi un haut responsable de l'ONU.

"Les chiffres sont épouvantables", a déclaré devant le Conseil de sécurité Lynn Pascoe, sous-secrétaire général pour les affaires politiques à l'ONU.

Les pirates ont kidnappé presque 100 victimes en moins d'un mois, a précisé M. Pascoe en faisant état des données de l'Organisation maritime internationale (IMO) arrêtées le 4 novembre. Il y a ainsi, dorénavant, 438 marins et 20 bateaux aux mains des pirates.

"Les pirates prennent de plus grands risques et demandent des rançons plus élevées", a-t-il expliqué.

Il a donné l'exemple d'un navire de guerre espagnol qui a été attaqué il y a quelques jours par des pirates au large de la Somalie. Le patrouilleur Infanta Cristina, a été attaqué par des assaillants qui ont utilisé un cargo japonais, l'Izumi, lui-même volé.

Les pirates avaient placé des otages à bord de l'Izumi, s'en servant comme d'un bouclier humain. L'attaque des pirates a pu être déjouée sans que soit mis en danger la vie de ces otages.

"La piraterie est un danger dont l'ampleur dépasse les efforts de la communauté internationale pour l'endiguer", a expliqué M. Pascoe.

Les forces navales internationales au large des côtes de la Somalie ont cependant déjoué plus d'opérations de piraterie que "jamais auparavant", selon M. Pascoe, qui estime que la lutte contre la piraterie exige une action simultanée sur trois fronts: la dissuasion, la sécurité et l'application de la loi, et le développement.

"La dissuasion exige aussi que ceux qui sont convaincus de piraterie et de vol à main armée fassent l'objet de poursuites", a-t-il indiqué.

Les pirates somaliens ont accru leur activité cette année au large de leurs côtes, s'emparant de 37 navires pendant les neuf premiers mois de 2010, contre 33 pendant la même période de l'an dernier selon un rapport de l'ONU publié mardi.

Le conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU pour les questions juridiques liées à la piraterie somalienne, Jack Lang, doit rendre un rapport sur la question dans les semaines qui viennent.

_____________________ 1 - Afrik News

Des pirates somaliens jugés aux Etats-Unis


Cinq Somaliens comparaissent ce mardi devant une cour américaine pour acte de piraterie, une première aux Etats-Unis depuis plus de 100 ans, rapporte la BBC.

Ils sont accusés d’avoir tiré des coups de feu sur la frégate américaine USS Nicholas aux Seychelles en avril dernier.

Les pirates l’auraient pris pour un navire marchand. Les pirates capturés, puis emprisonnés aux Etats-Unis. Leur procès, qui se déroule à Norfolk, pourrait durer un mois.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.