ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


12/11/10 (B577) Le Journal de la Flibuste - Navire panaméen détourné par les pirates: un Russe parmi les otages - Des pirates attaquent un bateau au large de l'Inde: 31 membres d'équipage pris en otage - Les pirates davantage intéressés par l'enlèvement que par les cargos - La présence des navires de guerre ne suffira pas pour lutter contre la piraterie en Somalie - Plus de 700 pirates somaliens emprisonnés à travers le monde (Onu) (6 articles)

__________________ 6 - AFP

Les mystérieux circuits de l'argent des pirates somaliens

De Michel MOUTOT

Des millions de dollars en petites coupures: les rançons touchées par les pirates somaliens excitent les convoitises et alimentent une économie parallèle dans toute la région et au-delà, assurent policiers et experts internationaux.

S'il a commencé de façon artisanale, avec d'anciens pêcheurs montant à l'abordage de ce qui passait à leur portée, le business de la piraterie au large de la Somalie est désormais aux mains de gangs structurés, riches, disposant de réseaux de financement, de renseignements et de négociation dans plusieurs pays.

"Cette année, nous sommes parvenus à connecter des enquêtes de piraterie entre l'Europe occidentale et l'Afrique de l'Est", dit Jean-Michel Louboutin, directeur exécutif des services de police d'Interpol.

"Nous avons publié notre première +notice rouge+, avis de recherche international pour quelqu'un recherché pour piraterie", ajoute-t-il.

Selon l'ONU, 37 navires ont été capturés depuis le début de l'année et aujourd'hui vingt navires et 438 marins sont entre leurs mains.

Et c'est une centaine de millions de dollars, selon une étude de l'institut londonien Chatham House, que les pirates ont engrangé ces deux dernières années.

Pour négocier, toucher et éventuellement recycler de telles sommes, les clans somaliens spécialisés dans la piraterie avaient besoin d'aide, et ils en ont trouvé.

"Nous estimons qu'ils ont des réseaux de correspondants dans la région", assure un expert international, qui prépare un rapport sur la question et demande à rester anonyme. "Cela leur permet de négocier les rançons, puis de transférer hors de la Somalie une partie de l'argent".

Un autre spécialiste de la question, basé lui dans les Emirats arabes unis, ajoute: "c'est l'ironie de Dubaï: les négociations sont menées ici, les parachutages d'argent sont organisés par des sociétés de sécurité qui sont basées ici. Une fois l'argent livré, une partie revient ici, discrètement".

Selon lui, ce sont encore une fois les "hawalas", système informel de transfert d'argent qui ne laisse aucune trace écrite, qui seraient utilisés.

Après un article du journal Independent, qui citait des enquêteurs travaillant pour des armateurs selon lesquels une partie des rançons repasserait par Dubaï, le chef-adjoint de la police de l'émirat a affirmé en avril que "l'argent des pirates n'est pas blanchi à Dubaï".

Mais dans l'édition 2010 de son rapport stratégique sur le contrôle des narcotiques (INCSR), le Département d'Etat américain écrit: "il est rapporté que les Emirats sont utilisés comme centre financier par les réseaux de pirates opérant au large de la Somalie".

Autre pays de la région, le Kenya, où les prix de l'immobilier se sont envolés par endroits de façon étrange depuis trois ans, est également désigné dans ce rapport qui estime que "le système financier kenyan pourrait blanchir plus de 100 millions de dollars par an, provenant des trafics de drogue et des fonds liés à la piraterie somalienne".

En 2008, un rapport de l'ONU, basé sur des témoignages recueillis dans la ville somalienne d'Eyl, haut-lieu de la piraterie, révélait que l'argent des rançons était partagé à parts à peu près égales entre les pirates, les milices locales et les chef traditionnels d'un côté et les financiers et sponsors de l'opération de l'autre.

Et les sommes en jeu suscitent des vocations bien au-delà de la Corne de l'Afrique.

Pour Birgen Keles, auteur d'un rapport remis en avril au comité des affaires politiques de l'Otan, "une nouvelle économie a fleuri dans le monde entier, avec des sociétés de sécurité, des avocats et des négociateurs spécialisés tirant profit de leur implication dans les affaires de piraterie".

"Londres semble être devenu le point de ralliement pour ces firmes qui aident les armateurs à résoudre les problèmes juridiques posés par le paiement des rançons", selon elle.

__________________ 5 - Ria Novosti (Russie)

Navire panaméen détourné par les pirates: un Russe parmi les otages

Les pirates somaliens ont capturé jeudi un navire battant pavillon panaméen avec 31 marins à bord dont un Russe, a annoncé le commandement de la Force européenne anti-piraterie Atalante.

L'équipage du chimiquier MV Hannibal II, qui transportait de l'huile de Pasir Gudang (Malaisie) à Suez (Egypte), comprend 23 Tunisiens, quatre Philippins, un Croate, un Géorgien, un Marocain et un Russe. L'arraisonnement a eu lieu à 860 milles marins à l'est de la Corne de l'Afrique.

Pour l'instant, aucun détail sur l'incident et l'état de santé des otages n'est disponible.

Les pirates somaliens présentent un grave danger pour la navigation maritime mondiale. En 2010, ils ont détourné 27 navires avec 544 membres d'équipage.

La Somalie, divisée entre différentes factions hostiles depuis la chute du dictateur Mohamed Siad Barre en 1991, n'arrive pas à réprimer elle-même la piraterie au large de ses côtes.

L'UE et l'OTAN luttent contre les pirates au large des côtes somaliennes dans le cadre des opérations navales Atalante (UE) et Ocean Shield (OTAN). Des navires militaires russes participent aussi aux missions d'escorte des cargos civils au large de la Somalie.

__________________ 4 - Nouvel Obs avec AP

Des pirates attaquent un bateau au large de l'Inde: 31 membres d'équipage pris en otage

Des pirates ont pris en otage jeudi 31 membres d'équipage d'un chimiquier près des côtes indiennes. La force européenne anti-piraterie Atalante a précisé que les pirates ont pris le contrôle du MV Hannibal II battant pavillon panaméen, alors que le navire parti de Malaisie se dirigeait vers le canal de Suez.

Les faits se sont déroulés à près de 900 miles nautiques (1.600km) à l'est de la corne de l'Afrique, plus près de l'Inde que de la Somalie. L'équipage comprend 31 personnes, dont 23 Tunisiens, et transportait de l'huile

___________________ 3 - Le Point

Les pirates davantage intéressés par l'enlèvement que par les cargos

Par Jean Guisnel

Dans une note technique fort pertinente, l'Institut supérieur d'économie maritime (ISEMAR) se penche sur le problème de la piraterie. Sous le titre Piraterie, perturbation de l'économie maritime ? la juriste Anne Gallais-Bouchet et François Guiziou du laboratoire LETG (Littoral - Environnement - Télédétection - Géomatique) de l'université de Nantes, abordent le sujet de façon très originale, contribuant ainsi "à une meilleure compréhension du phénomène", souligne le site spécialisé Mer et Marine.

Les auteurs expliquent que "la piraterie s'inscrit dans une recomposition globale des échanges mondiaux et des avantages qu'en tirent les populations littorales." Le "changement d'échelle" provoqué par la piraterie dans les eaux somaliennes s'explique à leurs yeux par "l'accumulation en moins de dix ans" de plusieurs "facteurs locaux". À savoir : "défaillance de l'État, réseaux commerciaux terrestres développés, armes, équipements et mains d'oeuvre disponibles, situation politique floue, goulet que forme le golfe d'Aden pour le trafic mondial, temps de réponse de la communauté internationale." Les navires attaqués sont en règle générale "particulièrement exposés en raison de leurs caractéristiques nautiques : franc-bord bas souvent inférieur à cinq mètres, vitesse inférieure à dix noeuds, manoeuvrabilité réduite, type de propulsion faible ou défaillant."

L'enlèvement, objectif privilégié des pirates

Anne Gallais-Bouchet et François Guiziou soulignent que la vraie cible des pirates ce sont les équipages, pas les cargaisons des navires, qui ne sont concernées que "par ricochet" : "l'enlèvement est devenu l'un des piliers de l'économie de la piraterie, la capture du marin s'affirmant progressivement comme un objectif privilégié des pirates en raison de leur valeur d'échange." De ce fait, ils observent que les conséquences économiques de la piraterie doivent être relativisées : "La cargaison n'étant pas la motivation première, la menace présumée que ferait peser la piraterie sur l'économie mondiale, symbolisée par les conteneurs, n'est pas corroborée."

Concernant l'emploi des sociétés militaires privées (SMP) embarquant des hommes armés à bord des navires de commerce, il est courant pour les armateurs continuant à transiter directement le long de la côte orientale de l'Afrique, comme Maersk, et pour les croisiéristes. "Ces mesures ont été efficaces", notent les auteurs, qui soulignent que "le cas de la pêche est difficile à gérer avec de nombreux incidents contraignant les armements à se protéger avec des moyens privés (Espagne) ou publics (France) et à délaisser certaines zones de pêche pour l'océan Indien. Un mal pour un bien, cela pourrait contribuer au renouvellement des stocks dans ces zones temporairement délaissées."

___________________ 2 - CasaFree (Maroc)

ONU : La présence des navires de guerre ne suffira pas pour lutter contre la piraterie en Somalie

Le problème croissant de la piraterie au large des côtes somaliennes nécessite plus que des efforts militaires, a averti, mardi, le Secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires politiques, Lynn Pascoe.

"Le problème de la piraterie au large des côtes somaliennes ne sera pas résolu par la présence de navires de guerre plus nombreux mais par une combinaison de mesures de dissuasion, d'édification d'un Etat de droit en Somalie et de développement économique et social", a-t-il indiqué devant le Conseil de Sécurité.

Plus de 438 personnes et 20 navires sont tombés entre les mains des pirates à la date du 4 novembre, soit près de 100 personnes détenues en plus en moins d'un mois, s'est alarmé M. Pescoe, relevant que ces chiffres "effrayants" font montre des risques accrus que prennent les pirates.

"La piraterie est une menace qui dépasse les efforts déployés par la communauté internationale à l'endiguer", a-t-il poursuivi avant de suggérer la mise en place d'une "réponse intégrée" à ce fléau.

Selon lui, le respect par les navires des règles de sécurité édictées par l'Organisation maritime internationale (OMI) ou encore l'allocation de davantage de financements au Fonds de soutien des pays qui luttent contre la piraterie, sont autant de mesures à inscrire au volet de la "dissuasion".

Le second pilier de cette politique porte sur le renforcement des capacités des forces de police somaliennes et des gardes côtes, alors que le troisième place la "réhabilitation économique" et la création de moyens de subsistance alternatifs au centre des efforts pour combattre la piraterie.

Près de 700 suspects ou personnes reconnues coupables de piraterie sont actuellement détenus dans 12 pays, dont la moitié en Somalie, précise-t-on.

___________________ 1 - Ria Novosti (Russie)

Plus de 700 pirates somaliens emprisonnés à travers le monde (Onu)

Plus de 700 individus condamnés ou soupçonnés de piraterie au large de la Somalie sont à présent emprisonnés dans 12 pays, la moitié d'entre eux sont détenus dans des prisons somaliennes, a annoncé mardi Iouri Fedotov, directeur de l'Office de l'Onu contre la drogue et le crime (ONUDC).

"L'ONUDC a élaboré ces deux dernières années un programme anti-piraterie pour aider les pays de la région à poursuivre les pirates en justice. Grâce au soutien de la communauté internationale, plus de 700 pirates, tant présumés que condamnés, se trouvent aujourd'hui en prison dans 12 pays. Plus de la moitié d'entre eux sont emprisonnés en Somalie", a indiqué M.Fedotov.

La lutte contre la piraterie maritime est un problème plus juridique qu'administratif. La communauté internationale n'a pas encore créé de mécanisme juridique de lutte contre la piraterie, il n'y a pas de tribunaux internationaux ni de prisons spéciales.

Pour l'instant, les actes de piraterie ne sont définis que par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer datant de 1982. Selon les spécialistes, elle a besoin d'être sérieusement revue et modifiée. Il faut des définitions plus précises. Il est également nécessaire d'élaborer et de codifier minutieusement un registre international des punitions pour des actes de piraterie.

Par ailleurs, les grandes puissances maritimes doivent avoir des fondements juridiques internationaux solides pour lancer des opérations contre les bases des pirates sur le territoire des Etats riverains.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.