ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


19/05/11 (B604) Chroniques du Sergent Ariko. Coup d’œil sur le nouveau gouvernement d’Ismail Omar Guelleh. (partie 1)

Comme d’habitude et après avoir maintes fois changé et rechangé la liste de son nouveau gouvernement, le président dictateur de Djibouti est enfin sorti de l’ombre en faisant proclamer par la voix du secrétaire général du gouvernement, Mohamed Hassan Abdillahi, la composition du nouveau gouvernement.

IOG qui savait que ses loups, les Warabeys, sont les plus vomis par la population. Afin de sauver les apparences d’une démocratie trompeuse, il a décidé de les lâcher tous. Sur les recommandations de son ami et conseiller Hachi Abdillahi Orah, tous les ministres Warabeys ont tous été eliminés. les perdants sont :

- Yacin Elmi Bouh

L’ex-ministre de l’Intérieur Yacin Elmi Bouh a été nommé au poste d’ambassadeur à Paris sur l’insistance du leader du clan Mamassan Arabweyne. L'ex-député Djama Djilali Djama n’avait pas du tout apprécié qu’IOG liquide l’un de ses plus proches collaborateurs qui a beaucoup contribué à la réussite l’élection présidentielle volée au détriment de Warsama Ragueh, le candidat des jeunes.

Aux dernières nouvelles Yacin Elmi Bouh devrait rejoindre son poste après le défilé militaire du 27 juin 2011.

- Abdallah Abdillahi Miguil

L’ex-ministre de la Santé Abdallah Abdillahi Miguil a été sommé par IOG de restituer l’argent du programme ONU Sida, qu’il avait détourné. Il a été limogé de son fauteuil. Mais Abdallah Abdillahi Miguil lui avait répondu tranquillement que lui (le grand Chef) savait beaucoup mieux que quiconque où était passé le magot de l’ONU.

En fait ce sont les agences de l’ONU en poste à Djibouti qui ont demandé sa tête. Faute de quoi elles ont menacé de cesser tout nouveau versement dans le cadre des programmes des aides (qui sont systématiquement détournées par le régime). IOG a aussi été influencé par la déclaration de l’ambassadeur des États-Unis qui lui a demandé de renvoyer ce ministre indélicat. Un ministre a-t-il précisé qui n’a pas hésité à mettre l’argent sur son compte personnel (selon le rapport de l’audit général qui a été présenté par une jeune femme djiboutienne dont nous protégeons le nom)

De son côté, l’agence américaine USAID a refusé de financer de nouveaux projets pour Djibouti tant que l’argent détourné par le pouvoir ne serait pas parvenu aux destinataires légitimes qui croupissent seuls et sans aide à l’hôpital Paul Faure. (Hôpital qui accueille la quasi totalité des malades du sida a Djibouti).

Face à ces pressions, Guelleh a pris peur et il a décidé de se débarrasser de son ministre compromettant. Aux dernières nouvelles il aurait été nommé ambassadeur de Djibouti à Sanaa en remplacement de l’actuel ambassadeur de Djibouti à Sanaa, Sahal Ismail Nour, qui est empêtré dans un scandale sexuel.

Une jeune fille somalienne a déposé une plainte contre lui auprès de police yéménite pour viol. La plainte a été classée sans suite par les autorités yéménites qui ont d’autres chats à fouetter avec les mouvements de contestation dans le pays et qui ne voudraient pas déplaire au pouvoir djiboutien. Il y a toujours une grande connivence entre les deux pouvoirs dictatoriaux.

Le pouvoir djiboutien a souvent eu recours aux membres des services secrets yéménites pour se débarrasser des djiboutiens devenus un peu trop fouineurs. Par exemple, ce sont des membres des services secrets yéménites d’Ali Abdallah Saleh qui ont assassiné l’ex-numéro 2 du SDS, Karaf, au cimetière d’Ambouli sur la route vers 22h 30 du soir. Avant de mourir, Kafar a pu dire à sa sœur qu’il l’avait rejoint dans l’enceinte de la brigade de gendarmerie 6 et 7 que ses assassins étaient des gens du Yémen qui avaient été commandités par le régime et non par des djiboutiens d’origine yéménite.

Ali Abdallah Saleh, pour répondre à la demande de Djibouti, avait imposé au regretté Ahmed Dini de faire ses valises pour Paris en 1997, quand Djibouti célébrait en grandes pompes, le 20ème anniversaire de son indépendance.

Le motif invoqué avait été le fait qu’un Dini, même sur l’autre rive de la mer rouge, aurait pu faire de l’ombre au régime de Hassan Gouled. Mais c’est surtout Ismail Omar Guelleh qui était agacé de se retrouver face à face avec Ahmed Dini à Sanaa.

De l'argent à gagner avec un trafic de faux passeports

IOG aurait envoyé, dit-on, son Warabey Kalahayieh à Sanaa qui est en pleine effervescence pour y effectuer un travail de longue haleine. Au Yémen il y a une grande communauté somalienne constituée majoritairement de population du sud qui ont fuit les combats.

Ces somaliens, y compris ceux du Somaliland, ne rêvent que d’immigrer en Europe ou au États-Unis, pour fuir les difficultés qu’ils traversent. Pour l’ambassade de Djibouti c’est un cadeau du ciel. Ces Somaliens ont besoin de passeports. L’idée du régime est de leur attribuer des faux passeports djiboutiens pour qu’ils puissent se rendre en Europe. En 2008, cela s’était déjà produit, quand une vague de détenteurs de passeports djiboutiens était passée à Cuba, en escale vers l’Espagne.

A peine sortis de l’avion sur le sol espagnol, ils avaient demandé l’asile politique à ce pays. En dépit des protestations de l’Espagne, le pouvoir djiboutien n’était pas intervenu et s’était contenté de répondre aimablement aux autorités espagnoles que l’affaire était entre les mains de la justice djiboutienne.

L’Espagne attend toujours les résultats de cette enquête !! IOG et son ami Abdallah Abdillahi Miguil, vont pouvoir vider les poches des pauvres somaliens contre des passeports. Ils savent que les somaliens sont prêt à investir des sommes importantes pour échapper au bourbier yéménite. Donc ils ne vont pas rater sous aucune prétexte.

C’est la raison de la nomination d’Abdallah Abdillahi Miguil comme ambassadeur. Il ne s’agit pas, contrairement à ce que certains pourraient penser, d’une récompense, mais d’une mission pour rançonner de pauvres gens qui sont sans défense.

- Ougoureh Kifleh

L’ex-ministre de la défense Ougoureh Kifleh a été aussi viré de sa charge. Lui ne s’attendait pas à une telle sanction. Lui qui a servi IOG avec loyauté et détermination et qui a certainement fait tuer des Afars uniquement pour se faire bien voir d’IOG. Je tiens à vous faire savoir que ce sont les gardes du corps d’Ougoureh Kifleh qui ont assassiné, au quartier 4, le célèbre opposant Mohamed Ahmed issa dit Cheiko, sur ordre d’IOG …

Cheiko avait été le dernier des opposants à tenir tête à IOG. Il a succombé à un étranglement. Les hommes d’Ougoureh avaient ensuite déposé le corps, à côté de la poubelle municipale comme pour faire croire que Cheiko avait eu un malaise. Son corps avait été découvert par des passants qui allaient a la prière du matin en 1997. Une dame somalilandaise qui avait servi d’appât a été assassinée ensuite à Burao au Somaliland par la sécurité djiboutienne.

Femme de ménage d’un riche commerçant djiboutien, elle a été utilisée par le SDS pour faire tomber dans le piège le célèbre opposant en échange de la promesse d’un visa européen à destination de Londres. Mais elle a été éliminée avant de pouvoir partir, afin qu’elle ne puisse pas témoigner de l’assassinat programmé de Cheiko. Acte commis sous les ordres d’IOG quand il était le chef des services spéciaux de la sécurité nationale.

IOG avait apprécié. Il savait que Cheiko et Ougoureh se connaissaient bien parce qu’ils étaient natifs tous les deux de Dikhil. En récompense de sa trahison, Ougoureh fut donc élevé chevalier de l’ordre du 27 juin. A compter de ce jour, Ougoureh intensifiera sa lutte contre ses amis d’hier qui avaient refusé de retourner leurs vestes. Il était aux premières loges lors de la bataille entre les troupes du FRUD et celles du pouvoir en 1998. Par sa faute beaucoup de combattants du FRUD ont été emprisonnés et d’autres tués par l’AND.

C’est aussi lui qui a livré au pouvoir, en lui faisant une fausse promesse, l’actuel prisonnier de Gabode Mohamed Ahmed Jabhha qui croupit depuis des années en prison.

Mais le caméléon a du déplaire à son maitre !

Il faut se souvenir que lors de l’élection présidentielle d’avril 2011, des jeunes de son district avaient lancé un caillou sur le cortège de la première dame de Djibouti. Kadra Haid avait failli y perdre un œil. Elle n'avait jamais pardonné cela. Elle avait exigé qu’IOG limoge sur le coup Ougoureh, son dévoué d’entre les dévoués. IOG vient donc de céder à sa tigresse et il a sacrifié Ougoureh.

Le problème, c’est qu’Ougoureh sait des choses compromettantes ! Il a menacé IOG de les révéler certaines choses au cas où il ne serait pas rapidement recasé à un poste convenable. Panique pour IOG qui sait que son fidele détient des dossiers explosifs sur lui. Aux dernières nouvelles, il serait nommé Ambassadeur auprès d’un pays africain.

- Rifki Abdoulkader Bamakrama

Le ministre du commerce Rifki Abdoulkader Bamakrama n’a pas été surpris de son limogeage. La baffe qu’il avait reçue d’IOG lors de son « one man show » en fin d’année de 2010 ne lui avait pas laissé grand espoir. Rifki qui n’avait pas digéré cet affront avait pris toutes ses précautions. Il n’allait plus au bureau ou ils venaient à des heures tardives. Il aurait refusé de faire campagne pour l’élection présidentielle en estimant que la constitution n’autorisait pas un troisième mandat a l’actuel locataire du palais de Beit el Wali. Il a été viré en conséquence.

- Saïd Barkhat

Le ministre de la justice Saïd Barkhat a été aussi viré de son poste. Saïd Barkhat est un cumulard. Ministre, député de la tribu Mahad Assey et aussi un grand commerçant.

Il possède plusieurs terrains qui ont été volés à des Djiboutiens. Ce gros Warabeys est parti au grand soulagement même de sa propre tribus qui ne voulait plus de lui. Saïd Barkhat est un vieux loup. Sera-t-il rattrapé par la justice djiboutienne pour des détournements de fonds publics et des extorsions de fonds ? A Djibouti, la justice, comme on le sait, est actionnée directement par le Palais de l’Escale.

Où en sont les développements judiciaires concernant l’affaire qui l’oppose à l’ex-général Ali Meidal Waiss à propos du vol de milliards de fdj pour la construction de logements destinés aux familles des militaires dans les lotissements de Gabode 1 et 2.

C’est le nouveau ministre Ali Farah Assoweh qui va hériter du dossier : est-ce une sorte de punition ?

- Abdi Ibrahim Absieh dit Hamoud

L’ex-ministre de l’éducation Abdi Ibrahim Absieh dit Hamoud a aussi été remercié. Il parait qu’il aurait dilapidé des sommes gigantesques au détriment des caisses de l’éducation nationale. Il s’est construit à Dire Dawa, en toute discrétion, un grand hôtel 4 étoiles. Personne ne le savait. Mais on ne compte plus ses villas et ses voitures. Devenu trop riche et donc trop dangereux pour le couple royal, il a été mis sur la touche.

On pourrait l'appeler, le DSK djiboutien. Il était le seul ministre qui était poursuivi pour viol et séquestration dans l’hôtel Kempisky palace. La plainte avait été déposée par une jeune djiboutienne du Lycée d’état, mais elle avait été rejetée par la gendarmerie, qui lui a même conseillé de se taire, car Hamoud est intouchable a Djibouti.

IOG n’avait pas apprécié qu’il soit derrière la révolte des étudiants qui ont inquiéter son régime. Il aurait refusé à plusieurs reprises les ordres de la première dame en déclarant qu’il n’avait pas été nommé par sa femme mais par le mari. Il a été sacrifié sur l’autel ! Hamoud s’était préparé et il doit son salut en raison au fait qu’il ne broute ni ne fume. Donc il a économisé beaucoup.

- les autres

Les autres ministres qui sont partis comme Nema Bourhan Houssein, Osman moussa Silik, Moussa Bouh Odowa étaient déjà sur la touche. Ils s’étaient préparés en conséquence.
______________________________-

Mais il n’a pas été facile au vieux dictateur de se résigner à ce rajeunissement des cadres en se séparant des compagnons clés qui ont contribué à faire de lui un homme richissime.

Pendant ce temps, la situation continue à se dégrader sur tous les plans. Les djiboutiens de la classe moyenne se sont évaporés dans la nature et tous à Djibouti, filles comme garçons ne rêvent plus que de s’installer à l’étranger. Le pays est devenu un havre de paix où la paix n’existe vraiment pas.

Les choses devraient commencer à se gâter depuis que le holdup électoral est terminé. Les étudiants sont descendus dans la rue pour demander leurs allocations au ministre des finances qui a répondu en leur envoyant la police.

La bataille s’est déroulée dans tout le centre ville de Djibouti et il a fallu beaucoup de sang froid à la police pour ramener le calme dans le centre ville de Djibouti contre une jeunesse qui aspire à la paix et à la démocratie que lui refuse un despote mal éclairé.

La deuxième manifestation s’est déroulée plus calmement. Organisée par les associations de jeunes Afar qui demandaient au pouvoir mal élu d’IOG de reconnaitre les torts qu’il avait causé à la jeunesse Afar et de les réparer. La manifestation avait été tolérée par le régime.

Les jeunes ont signé une pétition pour demander au dictateur de reconnaitre les erreurs de son régime et celle de son oncle tribaliste comme lui, Hassan Gouled. La pétition a été remise au premier ministre qui avait autre chose en tête. Il était préoccupé par le renouvellement de son fauteuil et il marchait sur des oeufs. Dileita Mohamed Dileita a pris la pétition et au lieu de se concerter avec les jeunes Afar en colère, il a sauté sur l’occasion et il l’a portée au dictateur en déclarant que les jeunes Afar voulaient sa tête.

Fou furieux, IOG a donné l’ordre aux forces de sécurité d’arrêter tous les jeunes qui avaient signé la pétition. Les jeunes, dont la plupart sont étudiants soit au lycée d’état soit au pôle universitaire de Djibouti ont tous été arrêtés à leur domicile ou même dans leur salle de classe.

Le régime a particulièrement ciblé le leader qui avait eu l’idée de demander aux jeunes d’écrire cette pétition. C’est le jeune Charlie qui a été arrêté par la gendarmerie et conduit à la direction de la sécurité nationale pour interrogatoire. Jusqu’à maintenant le jeune Charlie est détenu dans les geôles du régime en place. Les partis d’oppositions ont dénoncé cette situation de « ni paix ni guerre » dans laquelle le régime a précipité le pays.

Djibouti dans le noir

Actuellement la capitale Djibouti est sans électricité. Cette situation serait la conséquence de la soumission aveugle d’IOG à sa femme la tigresse. Elle a exigé la tête de Djama Ali Guelleh, le patron de l’EDD. IOG aurait demandé à Djama Ali Guelleh de quitter de lui-même son poste pour devenir l’ambassadeur de Djibouti à Washington.

On sait que l’administration Obama a exigé le départ immédiat de l’ambassadeur Robleh Olhayeh qui est accusé par le FBI de se livrer à différents trafics dont celui du khat qui est interdit au États-Unis.

IOG n’a pas besoin se faire des ennemis supplémentaires. C’est l’un des derniers soutiens de poids qui lui reste. Face à la passivité du régime djiboutien, Obama a personnellement demandé a sa secrétaire d’état Hillary Clinton d’écrire à la présidence de Djibouti pour exiger le départ de l’ambassadeur Robleh Olhayeh.

On peut supposer que la réponse de Djibouti a cette demande aurait été, selon nos sources, l’assassinat en pleine nuit du chef de la sécurité de l’ambassade des États-Unis à Djibouti ainsi que celui de son adjoint djiboutien qui bossait pour l’organisation internationale Transparency international.

Washington n’a pas supporté ce crime et il a immédiatement délégué sur place des policiers du FBI pour enquêter sur ce crime. Malgré la lenteur de la police djiboutienne handicapée par la corruption qui sévit au sommet des Etats-major, les agents du FBI ont vite démonté la machination et ils auraient remis, selon nos sources, un rapport à la justice du département d’état américain.

Le cadavre a été bien déposé derrière les salines ouest par des inconnus mais qui ont agit sur ordre des puissants services secrets djiboutiens. Selon nos sources, ce seraient des jeunes filles qui auraient servi d’appât pour le type de l’ambassade des États-Unis.

Quand au djiboutien il a été abattu froidement et laissé pour mort dans une rue de Djibouti. Mais cela n’a pas découragé les américains qui ont suspendu les aides financées par leur organisation USAID qui finalisait des projets pour apporter du bien-être à la population djiboutienne.

Djama Ali Guelleh s'accroche à l'EDD

De son côté, Djama Ali Guelleh n’a pas supporté l’humiliation. Il a refusé de démissionner de son poste. Ses arguments sont que s’il démissionne, Djama Haid, le gouverneur de la banque nationale doit aussi le faire et il prend son poste ....

Mais Kadra Haid a refusé que son frère soit envoyé en poste à Washington comme ambassadeur. Le clan de Bafourlaba a demandé à IOG de renoncer à l’idée stupide d’envoyer à l’étranger le gardien des caisses du régime et de nommer un issak à sa place. De leur côté, les leaders du clan d’IOG ont fait savoir à Djama Ali Guelleh qu’il n’était pas question qu’il quitte l’EDD . Djama Ali Guelleh a imposé à ses techniciens de saboter la Centrale de Boulaos et c’est la ville entière qui a été plongée dans le noir.

La stratégie du chef de l’EDD est simple. Faire en sorte que les gens se soulèvent contre IOG. On pourra dire ainsi que la responsabilité des coupures de distribution électrique revient à Kadra Haid.

La stratégie semble avoir une certaine efficacité puisque toute la ville de Djibouti commence a haïr sérieusement la dernière dame de Djibouti.

La maladie du plus jeune fils d'IOG ?

Depuis quelques semaines le fils d’IOG est sérieusement malade. Le jeune Aïnache n’arrive plus à se nourrir. Pour soigner son jeune prince, IOG a fait venir le responsable de la grande mosquée de la Mecque a Djibouti pour qu’il lise quelques Douas et supplications sur la tête du jeune Aïnache.

C’est le jeune Aïnache qui a accueilli le Cheik saoudien à sa descente d’avion comme s’il n’y avait pas de ministre du culte dans notre pays.

Des rumeurs commencent à circuler à Djibouti : les gens commencent à maudire la famille d’IOG et on se demande si le premier qui aurait attrapé le virus du silence ne serait pas le jeune Aïnache, plus jeune fils d’IOG. IOG n’ignore pas que c’est par ses fils que le maréchal Mobutu du Zaïre a perdu le pouvoir.

Ensuite ses héritiers sont morts les uns après les autres. La malédiction s’était abattue sur sa famille. Alors, il veut éviter cela et il essaie de sauver les meubles.

La suite suivra dans notre prochaine édition.

Sergent Ariko
Londres
ex membre de la garde présidentielle.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.