ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


07/09/2011 (B620) Les chroniques du Sergent Ariko : Le peuple et l’armée boudent le dictateur.

Avant de commencer mes propos, je tiens à adresser a toutes les Djiboutiennes et à tous les Djiboutiennes en cette fin du mois béni de Ramadan, une bonne et heureuse fête de l’Aïd el Fitr.

Comme je l’avais annoncé (en pleine collaboration avec l’ARDHD qui a publié mes propos), le dictateur aurait du, comme il avait coutume de le faire, recevoir à son Aftour les corps constitués de la République.

Selon la tradition, il aurait du recevoir, en premier lieu, les Oulémas et les religieux, puis les militaires et enfin les civils.

Or cette année, considérant que la grogne sociale avait atteint un point de non-retour et voyant que ses amis dictateurs tombent un par un, le dictateur IOG a reçu les corps religieux dans son palais cossu « d’Haramous-mer ». Parmi cette délégation figuraient aussi les deux chanteurs de Quasaïd tels que Dandawis et Omar Aden.

Les religieux du mouvement Kouroug avaient décliné l’invitation du dictateur, préférant ne pas lier à leurs actions sur le terrain, des considérations politiques. Ils ont donc refusé l’invitation lancée par le ministre de la religion Mister Hamoud qui a fait ses études au Soudan.

L’opposition avait clairement mise en garde ce ministre (qui se prétend religieux) sur les risques d’être assimilé à une bande de tueurs sans foi ni loi.

Le ministre Hamoud Abdi Sultan avait ignoré l’appel de l’opposition et il s’est précipité avec l’idée de satisfaire le couple présidentiel.

Le drame a commencé il y a quelques semaines.

La grogne des militaires commençait à être perceptible.

Le dictateur a été prévenu par le frère d’Hassan Saïd, le commandant Omar Saïd Kaireh, chef de la sécurité militaire. Le petit président s’en était pris au général Zakaria, patron de l’armée, qui lui avait rétorqué que l’armée était démoralisée du fait qu’il y avait deux armées dans ce pays.

D’un côté, la garde républicaine qui bénéficie de toutes les faveurs et de l’autre, l’armée qui croupit dans la misère. Le président ne s’attendait pas à une réaction aussi cassante du général, qui prenait pour la première fois de sa vie, la défense de ses hommes.

A cela s’est ajouté le vol de la caisse de la DCMAT (direction centrale du matériel de l’armée de terre).

Le colonel Youssouf Ahmed Balla qui commande ce régiment a été mis aux arrêts avant que le général Hassan Ali Kamil se porte à sa défense en arguant que le colonel était absent le jour du vol pour cause de vacances.

Selon mes sources, les gendarmes en charge de l’enquête seraient remontés au plus haut gradé de l’armée : le général Fathi Ahmed Houssein. Mais à ce niveau là, les gendarmes du SRD (section de recherche et de documentation) - les services secrets de la gendarmerie djiboutienne - ne pouvaient plus rien faire !!

L’enquête a été subitement enterrée sur un ordre de la Présidence.

L’information s’est diffusée dans toutes les casernes de l’armée. Les troupes de Doumera qui sont les moins bien lotis dans une guerre dont ils ne comprennent pas les enjeux, ont tout de suite réagi.

Une colonne entière de soldats du régiment d’action rapide (RAR) avec à sa tète un capitaine a fait défection et est entrée avec armes et bagages en Érythrée.

Le régime a beau caché l’information, toute la ville de Djibouti a été avertie.

La réponse du régime n’a pas tardé.

Le lieutenant colonel Osman Doubad Sougouleh patron du régiment d’action rapide basé à Arta a été tenu pour responsable de la défection de ses hommes.

Le général Zakaria, qui savait que le feu couvait depuis quelque temps, n’a rien pu faire pour dissuader ces hommes de déserter avec armes et bagages en Érythrée. L’état Érythréen n’a pas communiqué non plus sur ces désertions.

Pour l’homme fort d’Asmara, cette défection des unîtes de l’armée djiboutienne est un cadeau du ciel, lui qui cherchait vainement comment se débarrasser de l’allié de son ennemi éthiopien. Le pouvoir djiboutien, qui se sait vulnérable depuis quelque temps, a tout fait pour étouffer l’affaire.

Même la BBC, qui est pourtant favorable au régime, a diffusé l’information dans l’une de ses éditions. Le dictateur a eu beau demander au général d’aller dialoguer avec les hommes qui sont en colère … Aucun ministre n’ose aller à Doumera pour dialoguer avec les soldats en colère.

L’armée a enfin compris, cette fois, que cette guerre contre l’Érythrée n’était dans les faits qu’une manœuvre du régime d’Ina Omar Guelleh pour occuper les soldats qui étaient oisifs depuis longtemps.

Panique à bord : le régime qui ne sait plus quoi faire.

Le souvenir du coup de force de l’ex-patron de la force nationale de police, feu général Yacin Yabeh est resté vif dans l’esprit du couple présidentiel. Il sait que si l’armée se soulève, cela marquera la fin de ce régime agonisant.

Le peuple attend que l’armée prenne ses responsabilités pour défaire ce régime qui n’a que trop duré.

Le président a beau amadoué les militaires en leur envoyant de l’argent cash, rien n’y fait. Les défections et les désertions se multiplient. Même les jeunes du Service national adapté ne veulent plus se battre pour ce régime qui les a précipités dans le chômage et dans l’oisiveté. Le régime sait que l’heure est grave et il n’a plus d’argent.

- Les caisses de l’état sont vides et les sources extérieures sont taries

Les délégations envoyées récemment par le dictateur dans les pays riches pour récolter de l’argent frais sont toutes rentrées bredouilles. Le Ministre de la communication Abdi Houssein est rentré les poches vides de son voyage a Genève. Son collègue des Affaires étrangères Mahamoud Ali youssouf na pas su convaincre les Saoudiens ni les riches monarchies du Golfe.

Fureur à Haramous ou le maître de la République ne sait plus quoi faire pour amadouer son armée.

Il sait que sans un paiement significatif des soldes, l’armée va descendre de Doumera pour marcher droit sur son palais. Cela explique toutes ses gesticulations pour tenter d’amadouer et surtout pour gagner du temps.

Sur le plan des finances c’est la catastrophe qui guette le régime.

Le ministre entrepreneur Ilyas Moussa Dawaleh attend toujours qu’IOG lui rende l’argent qu’il lui avait emprunté lors de la dernière campagne électorale. Tout le monde sait à Djibouti qu’IOG ne rend jamais rien n’a personne.
On lui a juste donné ce poste de ministre des finances pour qu’il se taise et ne réclame rien.

Le trésor public est à sec et le pays manque cruellement de liquidité.

Les bailleurs de fonds ont tous refusé de verser le moindre centime à ce régime fanfaron.

En raison de l’état des finances du pays et ne sachant plus quoi dire à la population, le dictateur a annulé au dernier moment la Garden party de la présidence pour la fête de l’Aïd. D’ordinaire, il y prononçait un discours.

Pourtant les cartes d’invitation avaient été envoyées à des milliers de gens. Au dernier moment, le dictateur qui sait que la fin approche, n’a pas voulu se montrer, de peur que les gens voient le stress qui le mine.

Il ne pouvait plus cacher la nécessité de boire souvent l’eau proposée par son garde du corps, le colonel Mohamed Ibrahim. IOG sait qu’il est malade. Il a perdu beaucoup de kilos depuis que ses ministres sont rentrés bredouilles de l’étranger. Il s’est limité à envoyer un communiqué sans intérêt à la RTD qui a perdu tout crédit aux yeux des djiboutiens.

IOG constate chaque jour que des centaines de Djiboutiens fuient le pays vers l’Europe ou le Canada. Sa dernière invention était d’envoyer une partie de son armée qui gronde, à Mogadiscio en somali, sous le mandat de l’ONU, pour que les hommes se fassent tuer par des miliciens en armes et des islamistes qui terrorisent la population.

Mais l’armée a refusé de l’obéir et le ministre de la défense Mister Kamil Mohamed a du mal à se faire accepter comme ministre par des généraux qui estiment qu’ils sont au dessus des lois. Il faut se rappeler que le général Fathi a, pour la première fois, reconnu lors de son discours de l’année passée le 6 juin, le malaise qui persiste au sein de la troupe. Il a reconnu que les jeunes officiers qui sont formés à l’étranger ne reçoivent pas le même traitement que les gradés qui vivent dans le confort.

Ce dérapage a été mal perçu à Haramous. Mais comme le général est globalement un bon petit soldat, ses critiques et ses erreurs ont été passées sous silence.

Au sein de la grande muette le président dictateur sait que les choses ne vont pas bien. Les soldats de Doumera demanderaient-ils des comptes à leur chef suprême des armées ?

Leurs chefs n’ont pas de réponse à leur donner. C’est pourquoi le dictateur a préféré annuler, à la dernière minute, l’Aftour qu’il offrait aux militaires, pour montrer sa réprobation à l’égard de ces généraux n’ont pas été capables, selon lui, de faire taire les dissensions internes au sein de l’armée. Le général et ses frères d’armes ont vu dans cette annulation, un geste de défiance, lancé par le dictateur contre les armées.

Avant même que le mois béni de ramadan ne finisse, une autre affaire de vol d’armes de guerre au sein du CCO a secoué les casernes de Djibouti.

Immédiatement les soupçons se sont portés sur le général Zakaria, qui est le véritable patron du CCO.

Comme le général est intouchable, c’est un malheureux sergent-chef de l’armurerie qui a été placé en garde à vue à la brigade nord de la Gendarmerie. Il s’est bien défendu en montrant du doigt le véritable commanditaire du vol.

Depuis lors, la sécurité d’IOG et de sa famille a été multipliée par 4.

La garde républicaine a reçu des nouveaux chiens berger allemands qui vont renforcer ceux qui sont déjà à la brigade sinophile. Une véritable psychose a envahi le chef du régime qui craint un putsch à la Turque. Depuis que les agents du SDS se tirent dans les pattes et s’éliminent un par un et que ses galonnés complotent derrière son dos, le dictateur Ismail Omar sait que l’heure n’est plus a la gloire.

Pendant ce temps, la princesse de Djibouti a préféré aller voir ses charlatans en Éthiopie. Ina Haid était allé passer ses vacances en Éthiopie sous haute sécurité. Ce sont les hommes de la Garde républicaine sous les ordres du lieutenant Dahir Ahmed God dit Ahmed 13 chef de la sécurité de la première dame de Djibouti qui ont été affectés à cette tache.

Kadra se serait fait éconduire par le jeune Ougass, qui aurait refusé d'accéder à sa demande de soutien du régime

Sur ordre de son mari, Kadra Haid est allé consulter les devins et autres charlatans qui se trouvent en Éthiopie, histoire de connaître l’avenir du régime et les risques d’une fin tragique comme cela se déroule dans plusieurs pays arables.

A maintes reprises, elle a demandé à rencontré le jeune Ougas Moustapha.

Après beaucoup d’hésitations, les sages Issas ont donné leur accord pour que la première dame le rencontre en Éthiopie.

L’entrevue a effectivement eu lieu, mais le jeune Ougas aurait refusé de donner sa bénédiction au couple régnant. Il a refusé de faire des Douas (supplications) pour eux mais il a prié Allah pour que le peuple de Djibouti sorte des affres de la dictature.

Cela n’a pas été du tout du goût de la dernière dame de Djibouti qui n’a pas reçu les assurances qu’elle attendait à savoir que le jeune Ougas soutiendrait solidement le dictateur djiboutien. Le jeune Ougas Moustapha a dit que le peuple de Djibouti souffrait et que les causes de cette souffrance ne sont nullement imputables à Allah mais à la dictature de son mari.

Jamais un Ougas issa n’avait été aussi ferme dans ses propos face au pouvoir de Djibouti.

L’Ougas précédent, le regretté Hassan Hersi avait soutenu l’ex président Hassan Gouled et le peuple de Djibouti.

Mais les temps ont changé et ce jeune Ougas a pris ses distances avec la dictature d’Ina Omar Guelleh.

Kadra Haid n’a pas réussi non plus là ou son mari avait échoué. On se rappelle qu’IOG, sur les conseils de son bouffon Hachi avait expulsé le jeune Ougas Moustapha de Djibouti au bout de 24h alors qu’il logeait dans l’ancienne résidence de Barkhat Gourad Hamadou.

Lors de la réception au palais de la présidence, un ex-ministre d’Hassan Gouled, Idriss Harbi Farah avait laissé sa peau. Il est mort empoisonné et le jeune Ougas n’a pas digéré cela.

Au final, hormis cet entretien sans résulta, Kadra Haid n’a renconté que des charlatans qui lui ont débité des fables et des mensonges afin de lui soutirer l’argent volé aux contribuables djiboutiens.

Elle est rentrée bredouille, toujours entourée de ses gorilles.

Kadra Haid n’oubliera jamais que Leila Trabelsi a connu un temps de gloire avant d’être considérée comme une réfugiée politique en Arabie saoudite.
Paulette a décidé d’offrir à chacune de ses filles des villas à Haramous sur le terrain que son protégé, le consul de Djibouti au Maroc a laissé en désherence.

Les quatre villas sont actuellement en construction pendant que le dictateur essaye de jouer sur la corde sensible de la sécheresse pour essayer de ressouder le peuple djiboutien autour de lui.

Mais le peuple a bien compris les dernières leçons et n’avale plus les sornettes du couple.

IOG pédale dans la choucroute car il ne sait plus quoi inventer. La rentrée politique s’est déroulée ce matin a Djibouti en même temps que celle des étudiants.

Les nouveaux ambassadeurs envoyés "à la chasse au trésor"

IOG a chargé son jeune ministre des affaires étrangères Mahamoud Ali Youssouf de convoquer les nouveaux ambassadeurs et les anciens afin de leur bien faire comprendre que leur mission n’était pas de représenter Djibouti mais de ramener de l’argent à Haramous.

D’où l’étonnement du ministre entrepreneur ilyas Moussa Dawaleh qui ne comprenait pas pourquoi on l’avait fait venir a l’hôtel Kempisky Palace alors que la réunion devait se tenir au siège du ministère des affaires étrangères. Cela cache pas mal de choses.

L’ex-ministre de la police Yacin Elmi Bouh n’a pas jugé utile de se déplacer pour cette réunion qu’il a boudée. A peine nommés, les ambassadeurs d’IOG partent en ordre dispersé. Les anciens représentants avaient été priés de rentrer a Djibouti pour faire de la place aux nouveaux.

Mais ils trainent les pieds et ils refusent de rentrer à Djibouti, comme ce Moussa Chehem, Prince des noisettes (pour reprendre l'appellation choisie par l’ARDHD) et Ismail Ibrahim Houmed qui est en Chine.

La suite sera publiée bientôt ...

Sergent-Chef Ariko
Londres

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.