ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


03/10/2011 (B624) Les Chroniques du Sergent Ariko. Une bien étrange évasion. (Article en cours d'actualisation le 4/10)

Le régime, qui n’a plus rien à raconter de concret à la population, a demandé à la RTD, qui manque de tout, de diffuser des informations sur ces deux jeunes soldats des forces armées djiboutiennes s’étaient évadés d’une prison érythréenne.

Ces deux jeunes soldats qui sont membres du mouvement Kouroug de Djibouti sont le caporal Ahmed Eleyeh Yabeh et le caporal Kader Soboul Ali.

Selon les medias de la dictature, les deux soldats auraient été emmenés à la frontière soudanaise pour y effectuer des travaux forcés.

Ce point surprend … quand on sait qu’Asmara a fait dégager ses hommes de la frontière soudanaise après que les deux pays aient rétabli officiellement des relations diplomatiques.

Les deux soldats djiboutiens étaient prisonniers des hommes du général érythréen.

Avec l’aide de nomades soudanais, les deux soldats ont pu arriver jusqu’ a la frontière soudanaise. Là ils ont été arrêtés par la sécurité soudanaise qui les a remis a l’ambassade de Djibouti à Khartoum où trône toujours Mohamed Ali Moumin qui n’a pas encore quitté sa résidence. Pourtant il a été nommé par IOG au Koweït, mais faute de moyens, l’ouverture de l’ambassade djiboutienne au Koweït a été repoussée et l’Ambassadeur Mohamed Ali Moumin a été maintenu à Khartoum.

Celui qui devait l’y remplacer « chôme » toujours à Djibouti avec le titre ronflant d’ambassadeur de Djibouti au Soudan.

On sait qu’Hassan Saïd, le chef de la sécurité djiboutienne est absent de Djibouti depuis quelques jours. Selon certaines informations, il se serait rendu au Soudan pour débriefer en avant première nos deux évadés. Rien n’a filtré. Après leur avoir accordé quelques jours de repos bien mérité dans un hôtel soudanais, le régime a organisé la cérémonie qui devait marquer leur libération.

Djibouti a affrété un avion éthiopien pour ramener les deux soldats vers Djibouti ou ils étaient entouré du drapeau national. Chacun a pu remarquer le mécontentement des deux hommes. Regrettaient-ils d’avoir à serrer la main des haut-gradés qui ont manifestement abandonné tous nos prisonniers à leur triste sort ?

Lors de la cérémonie, les deux soldats ont été décorés de la médaille de la grande étoile de Djibouti.

Au nom de tous, je leur souhaite la bienvenue sur le sol national à ces deux camarades qui appartiennent au régiment d’action rapide des forces armées djiboutiennes basé à Arta.

Pour quelles obscures raisons, le chef de la sécurité djiboutienne a-t-il refusé que la RTD puisse les interviewer ?

C’est vrai qu’ils ne demandaient pas d’avancement, mais seulement que l’état rende des comptes pour les avoir oubliés, avec leurs compagnons d’arme.

Les aurait-on privés de parole pour qu’ils ne puissent pas faire part de leurs états d’âme et raconter en plus dans quelles conditions vivent les prisonniers djiboutiens de l’armée érythréenne ?

À l’heure où la communauté internationale se désolidarise du régime djiboutien, ce dernier pense-t-il encore pouvoir amadouer sa population en faisant miroiter des actes qui ne peuvent qu’être appréciés, même si l’Etat n’est vraiment pour rien dans ces deux librations.

Nous demandons à l’état érythréen de libérer tous les militaires des forces armées djiboutiennes encore prisonniers sur son territoire.

- Des chiffres conservés comme un secret d’état

Le régime de Djibouti divague en avançant un nombre de 19 prisonniers : ce chiffre est bien en-deça de la réalité : le nombre de soldats et d’officiers prisonniers des forces d’Asmara est un secret d’Etat bien gardé au sein de l’Etat-Major.

- Des relations diplomatiques fluctuantes avec l’Erythrée, dominées par les "directives" éthiopiennes


Le dictateur de Djibouti avant qu’il ne se brouille avec son ancien allié érythréen, avait invité à la cérémonie, qui scellait la normalisation des relations entre l’Erythrée et le Soudan.

Avant que le conflit n’éclate entre les deux pays, le gouvernement djiboutien était prêt à signer un accord secret de défense pour l’entrainement de la garde républicaine djiboutienne en Erythrée.

Mais c’était sans compter avec l’Éthiopie qui a menacé Djibouti de représailles, si jamais IOG signait des accords de défense avec son ennemi érythréen. Sous la pression de son puissant allié dans la corne de l’Afrique, IOG a du renoncer à signer la dite convention.

Une convention du même type avait été finalement signée avec le Yémen où le colonel Mohamed Djama Doualeh devait se rendre personnellement en espérant que le Yémen apprendrait à ses hommes à tuer sans état d’âme.

Mais le début du conflit entre les frères ennemis du Yémen a fait capoter le projet.

__________________________________

- Pas d’échange de prisonniers ni de retour des militaires dans les casernes de l’AND

IOG ne souhaite surtout pas qu’un échange de prisonniers puissent avoir lieu, en dépit de l’insistance du Cheik Hamid Khalifa el Tani du Qatar, qui n’a pas manqué de lui rappeler sa position à New-York.

Le Qatar est fatigué du double langage de Djibouti. Asmara a déjà fermé ses portes à la négociation tant que son ennemi éthiopien dictera la marche à suivre à Djibouti..Dans les négociations où il se positionnait en médiateur, le Qatar a tout fait pour tenter de sauver le dernier espace de paix dans cette corne de l’Afrique en proie aux guerres civiles, aux conflits armés et aux désastres naturels.

Le président Ali Abdallah Saleh avait voulu lui aussi, jouer les médiateurs entre les deux pays en réunissant les deux chefs d’états chez lui au Yémen. Mais Djibouti a refusé de parler de paix tant que son territoire serait occupé par l’ennemi.

- dialogue de sourd

De son côté, l’Érythrée se plaint du fait que Djibouti soutiendrait les rebelles islamiques érythréens qui sont basés au Soudan.

En 2010, sous la pression du Qatar, mais aussi à la demande de l’état hébreux qui a une forte influence en Erythrée, Afeworki a fait reculer son armée pour libérer le territoire djiboutien.

Aussitôt, le Qatar a demandé a ce que l’armée djiboutienne soit déployée le long de la frontière.

Djibouti, prétextant que le terrain était miné et qu’il ne croyait pas à cette évacuation, a refusé de déployer l’armée nationale.

Le Qatar a maintes fois menacé de jeter l’éponge puisque les deux parties ne voulaient même pas faire des concessions pour rétablir la paix entre elles. L’Érythrée souffre sur le plan économique en raison de l’embargo décrété par les pays de l’IGAD.

Ses allies juifs et iraniens ont cessé de lui apporter leur soutien financier car les finances de leurs pays respectifs sont passées dans le rouge avec la crise.

- Un bon prétexte pour éliminer un parti d’opposition

Dans ce conflit, le régime djiboutien avait trouvé un non prétexte pour éliminer le parti de DAF. En l’accusant, sans preuve, d’être allé en Érythrée pour demander l’aide d’Afeworki afin de se débarrer une fois pour toute du régime tyrannique.

Ces accusations étaient tellement bêtes et absurdes que toute la population en a bien ri.

IOG veut absolument éviter que l’armée ne rentre dans les casernes.

Effectivement il a promis aux soldats d’augmenter les budgets et de procéder à une révision complète de leur situation. Comme il n’a rien fait de tout cela, il laisse à son cabinet militaire le soin de gérer le problème.

Mais le cabinet militaire de la présidence ne dispose pas des moyens pour initier un audit général de l’Etat-major des forces armées de Djibouti.

Comme toujours en pareille circonstance, IOG se moque de la population et de ses souffrances. Il ne prend pas en compte la douleur de familles entières qui attendent le retour de leurs soldats prisonniers des forces érythréennes.

Il a fallu l’astuce de ces deux caporaux qui auraient été conduits selon les premières sources à proximité de la frontière avec le Soudan, pour effectuer des travaux.

L’armée d’Afeworki est pauvre et manque de tout. Nos deux soldats djiboutiens ont suivi des soldats musulmans érythréens qui avaient choisi de déserter au Soudan.

Djibouti sait pas que les soldats prisonniers en Érythrée ont été séparés les uns des autres. Le plus âgé d’entre eux est le colonel Aden Ali Ahmed, chef de corps du régiment blindé du CCO.

- Réunion en urgence des parlementaires pour une session extraordinaire

Le parlement s’est réuni hier en session extraordinaire ce dernier matin. Comme ses locaux ont été « détruits » sur ordre d’IOG, les députés, qui avaient encore sommeil (conséquence d’un « broutage » d’enfer tard la veille ?) n’avaient même pas la force de poser la moindre question à des ministres aussi dans les « vapeurs » qu’eux mêmes.

Les bonimenteurs du RPP savaient simplement qu’ils devaient être présents. Mais ils ne savaient même pas pourquoi ! Le premier ministre s’est fendu d’un long discours qui en a fait bailler plus d’un.

Même sous l’œil de la caméra de la RTD, certains députés ne se cachaient pas pour envoyer des texto, montrant bien combien ils n’accordaient aucun intérêt au discours de Dileita : un texte insipide et préfabriqué pour l’occasion par un conseiller de seconde ou troisième catégorie.

Aucun député ne pourrait ignorer que le premier ministre et le président de l’Assemblée ne sont que des figurants. Le président Arnaoud sait qu’il joue sa dernière carte. Le perchoir aurait été promis à l’ancien ministre de la défense Ougoureh Kifleh Ahmed, qui devrait le récupérer après les élections législatives prévue fin 2012 ou début 2013.

Les ministres eux, ne pensent plus qu’à une chose : accaparer le peu d’argent qui reste encore sous leur juridiction.

En clair personne ne travaille plus pour le pays. Et certains s’ennuient même. Le rouleau compresseur d’IOG-Kadra les a rendus muets pour toujours.

Les ambassadeurs étrangers en poste à Djibouti ont remarqué que l’immeuble qui sert actuellement aux sessions de l’Assemblée nationale est le cercle mixte de l’Armée nationale.

Ces locaux étaient destinés à l’armée, mais IOG et Fathi les louent au prix fort pour des mariages.

Il arrive que les futurs époux soient gênés de célébrer leur mariage dans un lieu couvert de médailles militaires et de fanions des bataillons des forces armées djiboutiennes. Même l’emblème national a été mal dessiné. Un comble pour le lieu où se réunit ce qui devrait être la représentation nationale !

En fait, c’est la RTD qui a convoqué, dans ses éditions du soir, les députés à cette réunion extraordinaire de l’assemble nationale. Beaucoup de députés étaient, en effet, difficilement joignables.

Les députés djiboutiens dorment tard le matin et ils veillent tard le soir. Cela explique pourquoi les sessions parlementaires se déroulent d’habitude le soir ! Ces députés n’ont jamais été élus démocratiquement par le peuple souverain mais ils ont été placés là, par la volonté d’un seul homme avec obligation en contrepartie de le servir loyalement, sans ne jamais poser de questions embarrassantes.

Se rendent-ils même compte que la fin du RPP et de ses partis satellites est proche ?

Depuis la tentative d’assassinat maquillée en règlement de compte entre un officier et le patron de la Police, le pouvoir RPP brille par son silence. Les medias aux ordres de la dictature ont reçu l’ordre de ne rien dire et de ne pas commenter l’affaire.

Mais en privé de nombreux officier ont salué, en silence, le départ de leur patron gêneur.

A la grande surprise, alors que l’intérim du corps de la police nationale a été confié au colonel Abdourahman Ali Kahin dit Ina Moussa Tour-Tour, le lieutenant- colonel Omar Hassan Houssein est arrivé dans l’enceinte de la caserne Youssouf Ali Chirdon pour prendre le commandement sur demande direct de la dernière dame de Djibouti.

Les flics, armes au poing, ont clairement fait savoir au petit protégé de Kadra Haid, qu’il n’était pas le bienvenu au sein de la caserne. Il a essuyé crachats et insultes. Le pauvre Omar a eu la vie sauve en dépit de cette tentative de lynchage, grâce a l’intervention des commandants des compagnies qui ont su calmer l’ardeur de leurs hommes. Il a détalé sans demander son reste.

La ronde des Ambassadeurs

Certains ambassadeurs nommés par IOG ont pu prendre leurs fonctions tandis que d’autres attendent le feu vert de la présidence. Abdi Ibrahim Absieh a présenté ses lettres de créances non pas au président Medvedev ni au premier ministre Poutine mais au vice-ministre russe des affaires étrangères (C’est dire l’importance que l’on accorde au représentant personnel de Guelleh !). On se demande même si l’ex-ministre de l’éducation d’IOG ne s’est pas trompé de porte. Il est bien capable d’avoir confondu le vice-ministre des affaires étrangères avec le patron de la diplomatie russe. À un moment où les deux taureaux de la fédération de Russie se bagarrent pour savoir qui va commander le Kremlin, le petit ambassadeur d’IOG n’a même pas été invité au combat de coqs version russe.

L'ambassade de Djibouti à Koweït City coute cher. L’Etat RPP n’a vraiment pas les moyens de se l’offrir actuellement.

De son côté, fidèle à ses principes, Abdallah Abdillahi Miguil est parti ouvrir une ambassade en Afrique du Sud, après avoir retiré pas moins de 60 millions de Fdj.

Les autres ambassadeurs ne sont pas partis. Certains attendent encore qu’IOG signe leurs lettres d’accréditations. IOG a-t-il oublié ses propres ambassadeurs, ou est-il, lui aussi, devenu "toc toc" comme Chirac ?

Les somaliens, qui sont venus faire du busines au pays, se plaignent de l’ingérence de la famille d’IOG et de Kadra dans leurs affaires. Ils se demandent, s’ils n’ont pas fait fausse route en accordant leur confiance a IOG ? On signale que la plupart voudraient quitter Djibouti pour s’établir au Somaliland qui est leur offre un environnement propice pour les affaires.

C'est un IOG boudé et rejeté dans les lymbes de l’histoire qui est venu a la conférence de l’ONU

Même son de cloche de son chef de la sécurité (à gauche), le capitaine Mohamed Bidare qui sait que l’heure est grave. IOG va devoir même se méfier de ses garde du corps qui ne sont pas Mamassan. Quand le chef de la police est visé par un simple sergent chef des services de transmission de la police pour abus d’autorité : tout semble possible !

C’est dire que ce flic était tellement désespéré, qu’il a pensé n’avoir plus d’autre solution que de se faire justice lui-même, puisque même la justice n’existe plus en Pacotilles.

Méprisé par Obama qui a refusé systématiquement de le recevoir, le patron de la république de Djibouti aurait aussi demandé à Sarkozy de le recevoir. Réponse polie mais ferme de l’ambassade de France : le président est très occupé et il est navré de n’avoir pas une seconde pour rencontrer IOG.

Du coup IOG a vu rouge. Il voulait discuter avec lui des indemnités de départ du personnel civil djiboutien licencié par les bases militaires françaises que Paris s’apprête à fermer. Sarkozy n’a pas daigné répondre à la proposition iogienne.

Même la délégation saoudienne conduite par le ministre saoudien des affaires étrangères Saoud el Faysal n’a pas jugé utile de voir IOG ni sa délégation qui sont en manque d’argent.

Bref il a du rentrer bredouille en France. Pour calmer ses nerfs il a rencontré, en France un somalien, Ahmed Cheik Youssouf Gouled.

Puis il a du rentrer à Djibouti où visiblement son chef de la sécurité n’était pas à l’aéroport pour l’accueillir, occupé à arracher des « aveux » aux deux soldats du régiment d’action rapide de l’armée djiboutienne, qui avaient faussé compagnie aux soldats érythréens.

Sergent Ariko
Londres
Président du groupe "Kifaya IOG"

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.