ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


12/10/2011 (B625) Les Chroniques du Sergent Ariko ... L’ouverture de la liaison électrique entre Djibouti et l’Éthiopie : une ouverture en trompe d’œil. (1ère partie)

Le gouvernement de Djibouti sait qu’il est impopulaire, surtout depuis que le dictateur a volé l’élection du 9 avril 2011, en ignorant la volonté populaire.

Bien qu’élu dans des conditions décriées, autant la première que la deuxième fois, le dictateur aurait pu terminer à la fin de son deuxième mandat prévu par la Constitution et le peuple s’en serait accommodé, bon gré, mal gré..

- La dernière trouvaille !

IOG a cru habile d’annoncer au peuple qu’il avait réalisé une chose que même son oncle clanique n’aurait jamais fait. Aux côtés de Meles Zenawi, son puissant allié de la région, qui n’est pas connu, lui non plus, pour ses penchants démocratiques, puisqu’il terrorise le Peuple éthiopien, Guelleh a inauguré l’interconnexion des réseaux électriques.

Mais cela, c’est de la poudre aux yeux, un simple habillage diplomatique.

Le premier ministre de l’Éthiopie ne s’est pas déplacé pour le seul plaisir d’inaugurer les nouvelles installations de l’EDD, en liaison avec la ligne à haute tension qui relie les deux pays, mais pour d’autres affaires, dont nous parlerons ci-dessous.

Pour le Peuple djiboutien, l’interconnexion aurait pu apporter plus de confort et de meilleurs tarifs. Mais Djama Ali Guelleh, cousin du dictateur ne semble pas pressé de baisser les tarifs de l’électricité qui passent pour figurer parmi les plus élevés de la planète. (Normal quand on sait le nombre de privilégiés qui ne payent pas, il faut bien répercuter cela sur ceux qui payent …)

De plus, il ne faut pas oublier que l’EDD est la deuxième source de financement du régime après Djibouti Télécom.

- Bloquer l’Erythrée

La motivation essentielle de Meles Zenawi est d’obtenir le soutien de Djibouti pour demander aux membres de l’IGAD de renforcer l’embargo décidée par l’organisation. Et ce, alors qu’Asmara demande à réintégrer l’organisation !

Aux termes de la visite, Djibouti et Addis Abeba se sont accordés empêcher l’Érythrée de réintégrer l’organisation tant qu’elle n’aura pas libérer les prisonniers de guerre djiboutiens et qu’elle cessera effectivement d’alimenter des guerres civiles dans les pays voisins en aidant ouvertement les islamistes et les groupes radicaux qui sont contre le pouvoir central de Djibouti et d’Addis Abeba.

Djibouti accuse Asmara d’armer le FRUD de Kadhamy Youssouf tandis qu’Addis Abeba l’accuse de soutenir ses propres opposants dans les régions Oromo et de l’Ogaden. Coté Asmara, c’est le silence complet. Le pouvoir ne veut ni démentir ni répondre aux provocations.

- Double jeu ?

En fait le régime de Djibouti voudrait bien éloigner son puissant allié éthiopien et il se pourrait qu’il ait déjà commencé à négocier avec Asmara par le truchement de son ami l’Emir du Qatar.

Les deux régimes sont d’accord sur un point : Asmara veut libérer les soldats djiboutiens prisonniers et récupérer les siens qui sont détenus par l’armée djiboutienne. Djibouti veut se défaire de ce boulet qui le tire en arrière.

IOG voudrait bien annoncer à la population de Djibouti, qu'après avoir mis en orbite la connexion électrique entre Djibouti et l’Éthiopie, il va obtenir la libération des soldats prisonniers d’Asmara.

Ainsi, il compte marquer des points face à cette opposition qui dort depuis un certain temps. Les temps sont durs et le petit peuple commence à être sérieusement pris à la gorge : conséquence des mauvais actes de gestion d’IOG et de sa clique.

Les désertions dans l’armée et les fuites de civils sont quotidiennes. Du chanteur jusqu'au militaire en passant par les employés du gouvernement et ceux du secteur privé, tous fuient le pays comme la peste.

Le régime, qui est la cause de cette fuite, ne fait rien pour l’enrayer. Pire il encourage en sous-mains les candidats à l’émigration qui espèrent trouver des conditions plus clémentes ailleurs.

Mais ceux qui restent, parce qu’ils ne peuvent pas partir, commencent à s’énerver et à défiler comme ils le peuvent, devant le palais d’IOG.

- Les étudiants sont montés au créneau

Mardi ce sont les jeunes étudiants et les diplômés chômeurs qui se sont rassemblés devant le palais de la présidence pour dire leur ras-le-bol à IOG qui avait convoqué le conseil des ministres, le même jour.

Je tiens tout d’abord à remercier et à saluer les actions de ces étudiants et de ces diplômés chômeurs, qui ont bravé la police pour dire deux mots au malade qui commande Djibouti. Alors que ses ministres s’engouffraient sous l’œil de la caméra de la RTD dans le palais de Beit-el-Wali, pour faire allégeance à leur maitre à penser, les étudiants ont entonné l’hymne national.

Immédiatement les deux soldats en faction à la grille de la présidence ont appelé les compagnies d’intervention de la police qui sont arrivées à toute vitesse. Les sbires casqués n’ont plus le moral depuis que leur patron a été admis à Bouffard et les jeunes ont résisté face aux policiers anti émeute.

Il a été fait appel à la garde républicaine qui a envoyé aussitôt trois camions « bourrés d’hommes ». Commandés par le commandant Ibrahim Abdi Farah dit Coca, ce détachement est venu avec des armes lourdes comme s’il allait combattre un ennemi plus fort que lui et mieux armé !!!

Face à ce déballage destiné à impressionner, les étudiants n’ont pas bougé d’un pouce. Nul doute que Guelleh a été prévenu par son chef du protocole Djama de la manifestation des étudiants devant ses fenêtres, qui réclamaient la justice à un homme qui ignore tout de cette notion.

Le colonel berger Mohamed Djama, patron de la garde républicaine, a fini par arriver sur les lieux. Il est clair qu’il n’avait pas envie de renouveler son sinistre exploit de 2002, qui lui colle toujours à la peau, quand il avait ordonné de tirer sans sommations et à balles réelles contre de paisibles soldats handicapés, qui avaient été dupés par Gouled et Guelleh quand ils leur avaient fait croire que le pays était attaqué de l’extérieur par des Afar prêt à tout … et en particulier à sacrifier les populations issues d’autres ethnies .

Une énorme sottise qui avait coûté fort cher aux finances du pays et surtout qui avait causé des pertes humaines considérables autant parmi les jeunes soldats et qu’au sein des jeunes résistants du FRUD.

Cette fois, Mohamed Djama n’à pas donné l’ordre de tirer sur les manifestants.

Lui qui vient d’échapper à la mort et qui a été longuement hospitalisé en France puis en Allemagne, a-t-il pris conscience de la valeur irremplaçable de la vie ?

Il a juste regardé la scène comme l’aurait fait un touriste.

C’est la police qui a finalement reçu l’ordre de son patron par intérim le colonel Abdourahman Ali Kahin dit Ina Moussa Tour-Tour de faire évacuer les étudiants sans ne commettre aucune bavure.

Le régime sait que l’atmosphère se durcit et que le moindre dérapage pourrait conduire la population à se soulever a l’instar de ce qui se passe dans les pays arabes. IOG a demandé a ce que l’on embarque les étudiants au camp de la police et qu’on les garde jusqu'à midi.

Pour les punir, ils ont été contraints regagner leur domicile, sous le soleil, a pied et sans moyens de transport. Sur le chemin, des jeunes qui chantaient des refrains hostiles au régime, ont été embarqués par la police.

Immédiatement après le conseil des ministres, IOG a quitté le palais présidentiel pour sa résidence d’Haramous. Avait-il besoin de cela pour méditer sur la suite à donner aux étudiants qui sont généralement les moteurs de la contestation dans les pays arabes et qui contribuent largement à faire tomber ses amis dictateurs, un par un. Le mercredi, il voulait regagner le Palais de l’Escale lorsqu’il a appris que d’autres étudiants l’attendaient devant la banque nationale de Djibouti et devant le ministère des affaires étrangères.

Alors il a décidé de changer de destination et il est parti avec son épouse et sa fille pour inaugurer l’hôtel que l’homme d’affaire douteux Kamaj a ouvert au héron. Entre temps, la police avait commencé à déblayer le terrain pour laisser passer le dictateur.

Son chef de la sécurité se chargea de la sale besogne et il donna l’ordre aux patrons des compagnies d’intervention de la police de charger les étudiants. La police a lancé des grenades lacrymogènes contre les paisibles étudiants qui demandaient simplement à ce qu’une délégation soit reçue au palais pour exposer leurs difficultés au petit dictateur.

Beaucoup d’étudiants furent arrêtés et jetés cette fois, en prison, à l’académie de police de Nagad.

- Allah fait bien les choses.

Avec tous les ennuis qu’il accumule par sa faute, le dictateur s’est écroulé dans son palais d’Haramous après sa séance de khat du soir. N’a-t-il pas supporté que de jeunes étudiants se présentent devant son palais pour demander sa tête ?

Immédiatement il a été secouru par son ami Hachi et par son médecin personnel le commandant Idriss Abdi Galab de la garde républicaine (photo ci-contre).

IOG est malade et il a besoin de beaucoup de repos. Pour éviter de donner l’image d’un homme affaibli, il se repose le matin et n’arrive jamais à son bureau avant 10h00 alors qu’il a lui- même imposer que le travail commence à 7h00 dans les administrations.

- Entre ce qu’il impose aux fonctionnaires et au peuple et ce qu’il fait, il y a un énorme fossé !

IOG sait que son heure de gloire est terminée.

Il s’apprête à faire ouvrir de nouvelles ambassades dans plusieurs pays non pas pour aider le peuple djiboutien mais pour favoriser ses intérêts personnel. On vient d’avoir la confirmation que dans l’avion qui l’amenait à New York avec Kadra Haid, ses deux enfants, (pardon !) ses deux conseillers personnels, Fadouma Hawo et Aïnache étaient du voyage. Aïnache, qui ne parle pas, a certainement consulté un psychologue ainsi que des spécialistes américains.

Peine perdue, semble-t-il, car même les médecins américains n’ont pas pu le soigner ni proposer un traitement adapté. On ne pourra pas empêcher certains observateurs de penser que peut-être qu’Allah n’aurait pas voulu qu’il soit soigné.

En tout cas, tout semble montrer qu’IOG accumule les malédictions d’Allah sur sa tête. De passage à Paris il a récupéré ses deux alliés et amis Hachi Abdillahi Orah et Ali Abdi Farah. L’ancien ministre Ali Abdi Farah possède un appartement en France : devrait-il faire, lui aussi, l’objet d’une plainte pénale pour possession d’un bien mal acquis ?

- Nommés pour rien à des postes qui ne servent à rien !

Pendant le conseil des ministres IOG a du signer sans regarder les noms des bénéficiaires l’ordonnance que lui a présenté son ministre ilyas Moussa Dawaleh qui avait inscrit pour pourvoir des postes stratégiques, ses amis, ceux de Djama Haid et d’autres personnes recommandés par des alliés.

Le ministre a jeté dehors le trésorier national payeur, Moumin et n’a pas voulu reconnaître les compétences de Cheiko qui était revenu de Belgique après que le régime lui ait joué un mauvais tour.

Les autres nominations concernent des postes de directeurs et d’agents comptables. De quelle comptabilité vont-ils s’occuper à partir du moment où il n’y a plus un sou dans les caisses des sociétés d’Etat ?

- Incivilité diplomatique avec la Russie

La Russie n’a pas apprécié qu’IOG envoie un ambassadeur sans ne prévenir, au préalable, le ministère russe des Affaires étrangères.

Hier le ministre djiboutien des affaires étrangères s’est précipité à Moscou après avoir appris que son nouvel ambassadeur n’avait pas été reçu au Kremlin par les deux taureaux de la Russie : le président Medvedev et son premier ministre et homme fort de la Russie d’aujourd'hui Vladimir Poutine.

Abdi Ibrahim Absieh a été mis en quarantaine car les russes n’avaient jamais entrepris la moindre coopération avec Djibouti même s’ils y entretiennent une ambassade située près de l’hôpital Peltier.

Le nouveau ministre des affaires étrangères de IOG a du se précipiter, toutes affaires cessantes, à Moscou avec une lettre de son chef pour informer les autorités russes.

Il est possible aussi que l’ambassadeur Hamoud de Djibouti qui ne parle pas un mot russe et qui a été balancé là par IOG comme une punition, ait du demander l’aide d’une interprète pour tenter d’expliquer aux autorités russes qui ne parlent pas le français, les grandes lignes ( ?) de sa mission suicide en tant qu’ambassadeur d’un état pirate.

IOG délègue un ambassadeur qui est nul en russe.

Voila où conduit la mal gouvernance.

Demain la suite.

Le combat continue jusqu’à la chute du pouvoir en place.

Sergent-Chef Ariko
Londres

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.