ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


20/01/2012 (B639) Chroniques du Sergent Ariko : le journal au quotidien. (Attention article remanié)

_________________________________ Note de l'ARDHD
Nous avions publié à nouveau et par erreur, un ancien article du Sergent Ariko, qui était déjà en ligne. Nous le remplaçons intégralement par les dernières nouvelles qu'il nous a fait parvenir depuis quelques jours.
________________________________________________

- Le candidat de Dileita agressé par des inconnus

Le jeune candidat du premier ministre Abdourahman Tx a été agressé par des inconnus, qui lui reprochaient probablement d’avoir reçu une importante somme d’argent de la part de « la vache qui rit ». Deviendrait-il difficile d’être un proche du régime et d’encaisser de l’argent détourné ?

- La police mobilisée pour arrêter les responsables de détournement d’électricité

Pour faire baisser la tension qui grandit entre son cousin Djama Ali Guelleh et lui-même, IOG a autorisé le recours aux compagnies d’interventions de la police pour arrêter des centaines de familles djiboutiennes du quartier 7 qui utilisent des branchements électriques sauvages.

Au lieu de faire arrêter des innocents qui n’ont pas les moyens de payer les factures exorbitantes que Djama Ali Guelleh leur envoie, IOG ferait mieux de déférer devant la justice, le frère ainé de la dernière dame qui consomme gratuitement de l’électricité au Héron sans n’avoir jamais payé le moindre centime.

Il y a deux statuts à Djibouti : les intouchables que dénonçaient Gofaneh et les laissés-pour-compte qui constituent la majorité du peuple djiboutien.

- Les investisseurs plient bagage

Les operateurs économiques fuient Djibouti comme la peste. Certains ont fait savoir que la dernière dame leur demandait 15 % tandis que son mari, le gros voleur, demande un autre taux. En plus, vu l’état pourri de la distribution d’électricité, les investisseurs étrangers ne se bousculent pas au portillon dénommé Haramous où le racket règne en maître. Kadra Haid est surnommée à Djibouti « madame 15 % ».

- Faute de salle conférence au Palais du peuple …

Après avoir fait incendier, par ses sbires, la salle de conférences du palais du peuple, qui avait été inaugurée le 14 juin 1986 par Hassan Gouled, IOG utilise la grande salle à manger du Kempisky pour tenir ses conférences « bidon ».

Cela irrite toujours le patron ce palace qui en a assez que les filles de Guelleh et de ses proches obligés se gobergent avec leurs copines sans payer le moindre centime. Les intérêts arabes qui ont construit Kempisky palace se demandent s’ils ne se sont pas trompés d’adresse pour faire construire leur hôtel.

Guelleh a inauguré la semaine dernière la journée de la solidarité au Kempisky palace : vaste programme quand on connaît les pratiques de non partage du couple infernal. Accueillie par Zahra, la fille du colonel Youssouf Kayad Guelleh, la dernière dame a refusé de la saluer, ce qui montrer le niveau de confiance envers elle.

Pendant son allocution préfabriquée, la jeune Zahra ne cessait pas de regarder son patron parce qu’elle sentait bien que les regards de la dernière dame étaient centrés sur elle. Au lieu de convoquer des ministres qui ne font même pas leur travail correctement, le petit malin de Djibouti ferait mieux d’aller jeter un coup d’œil à Balbala et dans les quartiers de la capitale pour voir comment vivent ses concitoyens dont il réclame le suffrage.

Même ses supporteurs ont vu de leurs propres yeux comment vit la population dans les différents quartiers de Balbala. Entre un chef d’état qui ne pense qu’à voler pour s’enrichir davantage et un peuple qui tend les mains vers Allah, il y a un énorme fossé.

- Désintérêt pour les élections

Le peuple se désintéresse de ses élections mascarades. Même les supporteurs du régime n’y croient plus. Faute de fric et d’argent pour acheter les consciences, le régime laisse se dérouler cette campagne sans même intervenir.

Les oubliés du régime lancent leurs flèches contre un régime qui est détesté par la quasi-totalité du peuple djiboutien. La police veille au grain mais les langues se délient. Elles commencent à dénoncer le RPP et cette monopolisation des medias et du pouvoir au profit d’un petit clan.

Le pouvoir panique et il s’attaque à ses clowns tel Abdourahman Tx (que certains l’assimilent à un SDS infiltré) tandis que les dinosaures du RPP-UMP parlent dans le vide. Personne ne les écoute plus. Pire les gens s’écartent à leur passage.

- Le Somaliland sur les traces du RPP ?

Le régime affolé essaye de trouver une consolation en voyant le Somaliland emprunté le même chemin que celui du RPP. Le régime vient d’envoyer des journalistes en prison et il a fermé des stations de radio. Décidément la maladie du RPP est contagieuse. Doit-on rappeler à Silanyo qu’il a été opposant pendant des années. S’il veut être un havre de démocratie dans un contexte autoritaire, le Somaliland ne doit surtout pas prendre exemple sur Djibouti ! J’en appelle à la raison et au droit. Monsieur Silanyo, l’état appartient au peuple qui a décidé que tout devait être transparent. Ne trompez pas ce peuple qui vous a élu.

- Divergences avec le gouvernement somalien sur la mission du contingent djiboutien à Mogadiscio

Le premier ministre somalien Abdiwalhi Hussein a quitté Djibouti au terme d’un séjour de 3 jours, sans convaincre le chef du régime en place à Djibouti. Pour sauver les apparences, le dictateur, qui craint un coup d’état à la nigérienne, a proposé que le contingent djiboutien puisse établir son campement à côté de l’aéroport de Mogadiscio. Dans ce cas, sa mission consisterait à surveiller la villa Somalia, l’aéroport où transitent (entre autres) des « biens » appartenant à IOG et à l’ambassadeur de Djibouti à Mogadiscio.

Le premier ministre a répondu négativement. Il veut que les soldats djiboutiens du RAR montent au front pour participer à la lutte contre Al Shebbab. Les deux parties se sont quittées sur un constat d’échec. Pour « punir » le premier ministre somalien de son insolence, le premier ministre djiboutien n’a pas été autorisé à le raccompagner à l’aéroport de Djibouti. C’est le ministre de la religion Hamoud Abdi sultan qui a assuré la « corvée ».

Au final on peut dire que la visite d’Abdiwalhi n’a pas été couronnée de succès.

- Rien ne va plus au sein du corps de la gendarmerie

Le jeune chef de corps, tortionnaire notoire, Zakaria Hassan Aden ne commande plus rien.

Le commandement a été transféré au lieutenant colonel Mohamed Youssouf (proche da la première dame) dit Adoyta. Les officiers reçoivent désormais les ordres de cet officier et non plus du colonel Zakaria, qui, pour affaiblir le corps et le pouvoir des officiers qui lui tiennent tête, a divisé la Gendarmerie en plusieurs groupements Il a divisé le corps de la gendarmerie en groupement.

Tout cela, sous les yeux amusés d’IOG. Les officiers de la gendarmerie s’observent en chien de faïence dans la caserne capitaine Hamadou. Ces mêmes officiers se sont divisés entre pro et anti Mohamed Youssouf / Zakaria Hassan.

- Le neveu de l’ex chef de l’état Hassan Gouled Seke Toure a été écarté de la campagne électorale.

A l’origine de cette disgrâce, il s’est battu avec Djama Mahamoud Haid, le gros argentier du régime. IOG n’a pas supporté que Seke Toureh balance des gifles à son beau-frère.

On constate que face au manque de liquidité, les ténors du RPP se battent sur la place publique. Cette altercation musclée n’a pas été du goût d’Hachi ni d’IOG qui ont vu derrière, la main d’un autre clan qui perturbe le climat à Djibouti. D’ou la colère d’IOG contre Seke Toureh.

Mais Seke Toureh, de son côté, a averti Hachi que la prochaine fois, ce serait son tour. Des bagarres entre majliss se sont déjà ouvertes à Djibouti. Les gros bonimenteurs se déchirent sous l’œil inquiet de leur maitre, pendant que les populations se débattent dans la misère.

Lors du dernier conseil des ministres à la présidence, IOG a refusé de nommer des personnes. Le ras-le-bol de la population l’aurait-il atteint de plein fouet.

Ce gouvernement Tiji n’est pas du tout à la hauteur de la situation. Et pour cause le dictateur a rejeté les noms des personnes nommées par son ministre du travail.

- La caricature, une arme efficace contre le régime ?

S’il y a une chose que le régime et son chef déteste ce sont les caricatures. Tant que l’opposition n’utilisera pas la caricature, elle ne verra la lumière au bout de ce long tunnel, qui conduit à la liberté, à la justice et à la démocratie.

- IOG avait refusé la proposition indienne de remise en état du Chemin de fer

Le gouvernement éthiopien lassé des retournements de vestes du régime RPP a délégué à Djibouti son ministre des affaires étrangères pour régler, une fois pour toutes, l’épineuse question du chemin de fer djibouto-éthiopien. On se souviendra que le premier ministre indien Mohmogue Sing avait offert l’aide de son pays pour rétablir la liaison entre Dire Dawa et Djibouti. Mais Djibouti, par la voix de Youssouf Omar Doualeh, son ambassadeur à New Delhi avait bloqué la signature de cette convention au motif que le régime djiboutien n’avait pas sa part du gâteau !!

Le gouvernement indien a toujours refusé de donner le moindre centime à des dirigeants corrompus.

Le ministre de Mêles, délégué par lui à Djibouti avait pour mission d’ouvrir la discussion avec IOG. Mêles et Guelleh, sont deux éthiopiens voleurs et ils ne se feront aucun cadeau...

- Débarquement en masse du SDS à Addis Abeba

Selon certaines sources, un autre sujet tracasserait Addis Abeba : c’est le débarquement d’un grand nombre d’agents des renseignements djiboutiens qui ont pour mission de menacer les vieux retraités qui boudent le dictateur.

Plusieurs notables djiboutiens étaient allés rencontrer l’Ougas Moustapha Ibrahim pour lui demander de maudire IOG et son épouse. C’est alors, que pris de panique, Hassan Saïd a pris la décision d’envoyer à Addis Abeba ses plus fins limiers.

Chacun sait que les Douas de l’Ougas Moustapha sont reçus par Allah. Cela irrite, au plus haut point, IOG. Déjà le Sultan des Afar avait refusé de le bénir lors de son intronisation.

N’oublions pas que le pouvoir a éliminé sur la route nationale n°1 le secrétaire général du ministère des sports, Kamil, qui avait pourtant été nommé Commissaire de la ville de Tadjourah par décret présidentiel. Jusqu’à maintenant, le régime refuse toujours que la moindre enquête soit ouverte sur les responsables de l’assassinat du secrétaire général du ministère des sports, le regretté Kamil.

- Du pétrole au Puntland

Quand l’appétit va, tout va, disait la bande dessinée d’Astérix le Gaulois.

IOG a convoqué Faroleh, le président du Puntland, quand il a appris qu’une compagnie canadienne allait extraire du pétrole dans ce pays frère qu’est la Somalie.

Déjà en 1990, Djibouti avait fait retarder les recherches pétrolières en provoquant des guerres tribales entre des Issa contre les Gadaboursi et des Gadaboursi contre les Issak d’un autre côté.

Djibouti voulait faire partir les compagnies étrangères qui faisaient des recherches dans le désert prés de la ville de Zeila. Savamment entretenues par le régime d’Hassan Gouled, avec IOG comme chef d’orchestre, les luttes tribales avaient mis la région à feu et à sang.

Aujourd’hui Guelleh s’attaque au pétrole du Puntland. IOG a des contacts avec les saoudiens qui sont opposés à l’extraction et à la commercialisation du pétrole somalien. Il l’a fait savoir à Faroleh, le président du Puntland, mais ce dernier a refusé de suspendre les travaux de recherche.

C’est un désaveu de plus que se ramasse Guelleh après ceux qui lui avait été envoyés par la Soamlie et le Somaliland.

- Les saoudiens n’apprécient pas que les représentations diplomatiques djiboutiennes dans leur pays, se livrent à des trafics illégaux de Khat.

Les saoudiens sont fort mécontents de la gestion du consulat de Djeddah et de l’ambassade djiboutienne à Riad. Elles ont été surprises de constater que le consulat djiboutien servait de plaque tournante à un trafic régulier de khat. De plus des femmes importent du Somaliland de la bière venant du Yémen (Ce qui a été relevé dans les télégrammes mis en ligne par Wikileaks).

Le royaume wahhabite s’est plaint à l’ambassadeur Syadine Bamakrama, sachant de toutes les façons que le malheureux ne contrôlait rien.

Alors, Le régime saoudien à envoyé un ministre à Djibouti pour exprimer sa position au régime mafieux.

Curieusement, Aïnache, le fils d’IOG bombardé « conseiller pour les affaires arabes de son père », ne s’est même pas déplacé pour accueillir le ministre saoudien en colère à son arrivée.

La police saoudienne a arrêté le chauffeur de l’ambassadeur Syadine Bamakrama dont la voiture était bourrée de khat yéménite vendu à prix d’or en Arabie saoudite.

Or la législation saoudienne condamne le khat et les trafiquants encourent des peines de prison. Mais le régime RPP n’a que faire des législations ni de la justice.

Le khat est vendu dans l’enceinte même de l’ambassade et du consulat qui était dirigé jadis par Mohamed Aden Waiss dit Chey. Officiellement, pour des raisons de restrictions budgétaires, le régime a fermé le consulat de Djeddah.

Mais en réalité, c’est une mesure contre le consul Chey qui a lâché un mot dans la nature. Cela a heurté les oreilles d’IOG, quand il a appris que Chey avait déclaré devant un collaborateur de l’ambassade qu’IOG ne devrait pas briguer un 3ème mandat. Le type en question bossait avec Mohamed Ali Chaker ancien chef du protocole de la présidence de la république. (Nettement visible sur la vidéo lors du 30 anniversaire de la république fêter a Djeddah en Arabie saoudite).


Aussitôt, il a informé Hachi Abdillahi Orah qui a prévenu le Prince et la Princesse. Résultat immédiat et garanti : le consul Chey a été mis sur la touche, comme l’avaient été les anciens ministres Ali Abdi Farah et Mohamed Ali Sahil, qui avaient eu l’imprudence de déclarer qu’ils étaient hostiles au 3ème mandat.

Pour sauver les apparences, comme c’est un vieux copain d’enfance, IOG a tenu quand même à ce que Chey continue à percevoir son salaire en tant que bras cassé, mais il est placé sous la surveillance d’Hachi le bouffon.

Dernièrement alors que le scandale du khat (auquel s’ajoutent les arriérés du consulat) éclatait au grand jour, Chey a été envoyé « en pompier » à Djeddah pour éteindre les incendies. Mais pour le régime saoudien, le mal était fait de façon irréversible. Les relations ont repris leur cours, mais le régime wahhabite n’oubliera pas de sitôt, cet épisode.

Il a réduit de moitié son personnel à Djibouti. Argumentant que Djibouti joue un double jeu. Or on sait, en Arabie saoudite, que le khat est interdit. C’est IOG qui recherche partout des sources de revenu, qui a obligé a ce que l’on vende dans ses ambassades du khat éthiopien et yéménite. Sans oublier que depuis la fermeture du consulat de Djeddah et le rapatriement de tout le personnel, les somaliens habitués à recevoir chaque vendredi leur ration de khat doivent être en situation de manque …

- Des élections avec une abstention massive

A Djibouti les cartes de votes mis en orbite par le régime n’ont pas trouvé beaucoup d’acquéreurs. Les électeurs djiboutiens boudent ce régime qui veut se servir d’eux. Mais cette fois ci le tour de passe-passe n’a pas vraiment marché. Certains électeurs sachant que les jeux étaient déjà faits ont carrément déchiré cartes d’électeurs.

Mais la quasi-totalité des djiboutiens resteront chez eux pour ne pas donner leur suffrage à un chef qui ne tient pas parole.

Le sentiment qui domine chez bon nombre de djiboutiens est celui de la déception face à un bilan consternant dans tous les domaines. Ils ont pu mesurer l’écart entre les promesses d’IOG en 1999, de bâtir un pays émergent en une décennie et la réalité qui est celle d’un pays où désormais un citoyen sur deux vit sous le seuil de pauvreté.

- On arrête les petits fraudeurs à l’électricité

Alors que le mécontentement populaire s’amplifie et que le feu couve, Djama Ali Guelleh, le petit patron de l’EDD se permet de narguer la population et en particulier les habitants du quartier 7.

Il a donné ordre à la police du régime d’arrêter des familles entières pour vol d’électricité ou de câbles électriques. Inadmissible quand on sait que le grand frère de la dernière dame se permet de consommer l’électricité en toute tranquillité sans n’avoir jamais versé un centime à l’EDD. C’est dire si ce régime se fout de la gueule du monde.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.