ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


08/05/2012 (B655) Sergent Ariko : Le feu couve entre le Somaliland et Djibouti

N'oubliez pas de consulter la page du Sergent Ariko sur FaceBook (lien)

                                                                                
Non content d’avoir mis son pays à genoux, le dictateur Ismail Omar Guelleh a trouvé une nouvelle astuce pour détourner l’opinion publique des graves problèmes qui menacent son régime.

Au moment où son ministre de la religion Hamoud Abdi Sultan préparait une cérémonie de Douas pour demander la pluie à Allah le Grand selon les préceptes du Coran et de la sourate du prophète bien aimé, le gros chef s’est enfermé dans sa résidence d’Arta avec Hachi pour finaliser la composition du nouveau gouvernement qui devrait être officialisée le 10 mai 2012.

En même temps, le régime a lancé sa première provocation en direction du Somaliland.

Guelleh y a envoyé ses hommes de confiance : Hassan Saïd le patron de sa sécurité, le colonel berger Mohamed Djama et Abdo Issa, le commissaire de Balbala pour convoyer une cargaison complète d’armes et de munitions, destinées a une tribu Issa Mamassan des environs de Lughaya, Guerisa et aussi pour y hisser le drapeau.  Le régime prétend que cette partie du territoire du Somaliland est la propriété des Issa Mamassan.

Selon de nombreux observateurs, le territoire appartiendrait à la tribu Gadaboursi.

On se rappellera que le régime avait financé des personnes issues de la diaspora djiboutienne pour élire un jeune et le proclamer chef du Awdal Land, afin de provoquer le pouvoir de Hargeisa. Le jeune élu n’a même pas été reçu par l’Ougas Moustapha qui refuse une guerre tribale entre les Issa et Gadaboursi au Somaliland.

Le régime RPP qui est animé d’une grande sottise, en ce moment, pense-t-il ainsi détourner les djiboutiens des problèmes de tous ordres en réactivant des luttes tribales savamment entretenues par la présidence comme cela avait été le cas dans les années 1989 et 1990 ?

Ces guerres avaient causé des haines intercommunautaires et des affrontements violents entres les quartiers 5 et 6 d’une part et les quartiers 3 et 6 d’autre part. Les jeunes issus de ces quartiers, endoctrinés sur fond de tribalisme se sont violement accrochés.

La guerre s’est aussi déplacée à Balbala où des jeunes se sont entretués. Sans la protection d'Allah, et les bonnes volontés accourues de toutes parts, Djibouti aurait pu disparaitre a jamais comme la Somalie d’aujourd’hui.

La réponse d’Hargeisa ne s’est fait pas attendre.

Le président Silanyo, selon des sources dignes de foi, aurait téléphoné à IOG qui aurait refusé de prendre l’appel. Furieux, Silanyo aurait demandé à son ministre que soient fouillés tous les camions à la frontière pour éviter des livraisons d’armes.

Il a eu raison ! Les policiers somalilandais n’ont pas tardé à découvrir des armes de guerre destinées à relancer la guerre entre les tribus Issa Mamassan et Gadaboursi. Le ministre somalilandais a donné ordre de récupérer ses armes de guerres et d’expulser les Warabeys envoyés par leur maitre IOG dans le seul but de semer la discorde et la ftina entre des tribus qui cohabitent pacifiquement dans cette partie de le Somaliland.

Expulsés comme des illégaux,  les chefs galonnés et le commissaire de Balbala ont été priés de solliciter une autorisation préalable avant de se rendre au Somaliland.

Vexé au dernier degré IOG a donné ordre de fermer la frontière djiboutienne. Le Somaliland a fait de même. Pour tenter de calmer la situation, le président Silanyo a envoyé son ministre de l’intérieur à Djibouti pour prendre langue avec le régime RPP. Sur place, il fut très surpris d’entendre de la bouche de son collègue djiboutien Hassan Darar Ouffaneh, qu’il n’était pas au courant de ce qui s’était produit à la frontière entre les deux pays et en particulier la découverte de tout un armement.

Ensuite, le ministre somalilandais a seulement été reçu par Djama Haid, le Gouverneur de la banque nationale car le dictateur (se sentant probablement humilié personnellement) a refusé toute audience.

Le ministre somalilandais a demandé des explications, mais tous ses interlocuteurs djiboutiens ignoraient tout du plan conçu par IOG et Ismail Hussein Tani (ci-contre), le secrétaire général de la Présidence.

Le ministre a été baladé d’une salle à l’autre sans ne pouvoir obtenir la moindre explication sur cette cargaison d’armes de guerre ni sur les revendications territoriales de Djibouti sur cette portion du territoire somalilandais.

Alors le ministre de l’intérieur somalilandais a été très clair avec Djibouti : le régime d’Hargeisa ne tolérera aucune ingérence étrangère surtout si elle a pour but de susciter des rébellions dans les provinces.

Hargeisa avait été secoué par le projet d’autonomie de l’Awdal land. Hargeisa n’a pas encore digéré ce la volte-face de la tribu Gadaboursi qui avait demandé un partage 50 /50  du gâteau avec l’autre tribu Issak qui est au pouvoir a Hargeisa.

Pour calmer les ardeurs de la tribu Gadaboursi, Silyano avait du nommer certains de ses représentants  à de très hautes fonctions.

Silanyo, qui craint une contagion, ne veut même pas entendre parler d’une quelconque "Salal land" préfabriquée par Omar Guelleh pour opposer des frères qui vivent en paix au Somaliland.

Déjà le jeune Ougas Moustapha a refusé de le bénir.

Il a invoqué Allah pour que Djibouti reste en paix. Il a refusé l’argent sale que lui a proposé le dictateur dans son palais de la présidence. Il a refusé de demander à la tribu Issa de conquérir ce territoire au Somaliland.

Le jeune Ougas Moustapha n’a pas oublié qu’IOG l’avait expulsé de Djibouti dès le lendemain du diner gala qu’il lui avait offert à la présidence de la république. Le jeune Ougas Moustapha a répondu à IOG que le rôle d’un Ougas n’est pas de faire la guerre mais de travailler à la consolidation de la paix entre les différentes composantes de la nation djiboutienne.

IOG croyait pouvoir acheter la conscience du jeune Ougas Moustapha, mais il s’est pris un premier échec cuisant. Le second, il l’a reçu quand l’Ougas a refusé d’être impliqué dans son plan diabolique pour assurer la pérennité de la clique mafieuse qui vit à Djibouti, c'est-à-dire de participer au congrès du RPP.

IOG est bien seul par les temps qui courent. Madame Paulette est à Paris, aux petits soins pour sa fille qui a accouché d’un petit garçon.

Les ministres et les directeurs se dévorent entre eux. Une partie de l’armée a été envoyée pour errer à Doumera dans un conflit qui ne prend pas fin.

Le reste a été envoyé en Somalie pour se faire tuer par les milices d’Al Schebbab. Tout le corps du régiment d’action rapide est sur place, car IOG craignait beaucoup ce corps d’élite de l’armée nationale.

Les casernes d'Arta et du lac Assal sont vides.

Ce corps formé par les libyens faisait peur à IOG. Pour le moment son plan n’a pas donner les résultats escomptés :  à savoir de raviver les spectres du tribalisme pour opposer les djiboutiens entre eux. Les gens sont conscients de la fragilité de la paix actuels et de l’impérieuse nécessité de la protéger.

Il faut savoir aussi que les Oulémas ont appelé au calme et à la retenue afin de ne pas tomber dans les pièges préparés par ce régime en fin de vie. Les djiboutiens accordent une grande confiance aux Oulémas qui ont pris leurs responsabilités face à la situation qui se dégrade chaque jour.

Au Somaliland, la population ne comprend pas les motivations d’IOG qui s’acharne contre leur pays ?

A Djibouti le peuple efface le nom de ce dictateur. 

Ce peuple qui a lutté mains dans la mains pour se débarrasser de la tutelle française, n’a de leçon à recevoir de personne. Le régime qui se sent ridiculisé dans cette affaire n’a rien dit comme d’habitude.

Au final, le ministre de l’intérieur somalilandais n’a pas obtenu les explications qu’il attendait de la part des autorités djiboutiennes. Son collègue des affaires étrangères du Somaliland a réagi en déclarant sur les média de leur pays que le régime RPP ne les avait pas prévenus de l’arrivée d’une délégation.

Il a rappelé que le Somaliland n’est pas un moulin et que le régime du président Ahmed Mahamoud Silanyo ne tolérera pas qu’un drapeau étranger soit hissé pour revendiquer une quelconque autonomie ou pour provoquer encore des troubles dans son pays.

Le ministre de l’intérieur a quitté Djibouti. Immédiatement le préfet de la ville de Zeila a été limogé par le président Silanyo qui l’accuse d’avoir caché cette affaire à l’état somalilandais.

La tension entre les deux capitales est à son comble.

Que répond Djibouti quand la presse indépendante du Somaliland révèle que le gouverneur de la banque nationale Djama Mahamoud Haid a visité discrètement des localités somalilandaise ?

Le gouverneur est rentré en quatrième vitesse à Djibouti. Selon cette même presse somalilandaise qui n’est pas aux ordres comme celle de Djibouti  le gouverneur Djama Haid a du évoquer avec de gros commerçants la possibilité d’ouvrir sur place un centre Coca-Cola.

Elle ajoute que l’un des actionnaires du projet de la nouvelle usine Coca-Cola d’Hargeisa est justement Djama Haid !

Tiens, comme c’est curieux !  

La dernière dame voulait ouvrir un consulat à Hargeisa et y nommer un proche, Mohamed Idriss Saban l’ancien consul  de Djibouti.

La prenant à contrepieds, IOG a refusé que le drapeau de Djibouti puisse être hissé à Hargeisa. Donc le projet est en panne. Pour se changer les idées Paulette s’occupe de sa fille et son enfant, dont le père est considéré par certains, comme un gigolo ivoirien de 45 ans, déjà père d’une fille de 15 ans.

IOG est-il vraiment malade ou est-ce un artifice de communication ?

Certains l'affirment depuis bien longtemps mais sans preuve. Pourtant, il semblerait que son médecin personnel le lieutenant-colonel Idriss Abdi Galab, qui le suit partout, ait pu avoir confié que les jours de son patron étaient comptés (A vérifier cependant, car il s'agit peut-être d'intoxication).

Après avoir subi l’humiliation maximum lors du congrès du RPP, puis par le Somaliland qui a expulsé manu militari ses hommes de confiance, le moral du gros chef n’est pas au beau fixe et il s’est réfugié à Arta.

Dileita sait aussi que sa carrière est derrière lui.

En fait Mohamed Djama n’aura pas été victime d’un empoisonnement comme cela avait été supposé, mais bien d’un tir à balles

Les deux colonels Abdillahi Abdi et Mohamed Djama portent chacun des balles dans leur corps respectifs et ils sont sur la sellette.

Ce que j’avais annoncé, à savoir l’évacuation de Mohamed Djama après une tentative d’empoisonnement n’a pas été confirmée. Je prie les lecteurs de m’en excuser, mais le régime avait tout fait pour brouille les pistes. En fait il a été évacué avec quatre balles dans le corps.

Voici  les faits qui m’ont été confirmés par des contacts crédibles.

Le dictateur avait été informé du fait que son ancien allié Abdourahman Borreh allait se rendre en Ethiopie pour discuter certains projets avec Meles Zenawi et en même temps pour recevoir les Douas de l’Ougas Moustapha Ibrahim. 

Comme dans l’affaire Ali Abdillahi Iftin, IOG a décidé de faire liquider Borreh à Addis Abeba. Il a confié la mission au berger Mohamed Djama et à quelques hommes du SDS dont un certain Pascal et deux jeunes officiers.

Mais Borreh avait averti le gouvernement éthiopien en demandant à ce que sa sécurité soit assurée.

Meles avait pris la responsabilité de le protéger au cas où IOG enverrait ses hommes pour le liquider.

Selon « la tradition » le berger est descendu dans un hôtel proche de celui de Borreh. Mais les agents de la sécurité éthiopienne étaient là aussi et ils ont été les plus rapides dans la fusillade qui s’est engagée.

Mohamed Djama le berger a été touché de quatre balles. Borreh a été complètement épargné : Meles avait tenu parole en plaçant pour sa protection, les meilleurs agents de sa sécurité politique.

Mohamed Djama a pu être évacué sur Djibouti mais tous ses hommes du SDS ont été arrêtés. Finalement ils ont été relâchés et remis à l’ambassade de Djibouti d’Addis Abeba.

Retour sur l’affaire Iftin

On se souviendra que le commandant Iftin avait failli se faire tuer, lui aussi à Addis Abeba, lorsqu’il s’était enfui de Djibouti pour gagner l’Ethiopie. C’est son propre cousin le capitaine Douksieh Abdi Douksieh qui avait été envoyé en compagnie du chef d’escadron Zakaria Hassan Aden (le p'tit Zak) pour le tuer.

On sait que le capitaine Douksieh s’était désisté à la dernière minute et qu’il avait refusé d’aller tuer son cousin Ali Iftin. Et pourtant, on lui avait promis en échange la nomination à la tête de la gendarmerie en remplacement de son autre cousin Mahdi Cheik Moussa. Le capitaine Douksieh et le commandant Zakaria ont raté leur coup.

Au final, Iftin (sur la recommandation de personnalités et de l’ARDHD) a obtenu un visa pour la Belgique alors que la France le lui refusait. Le p’tit Zak a utilisé la même tactique pour tuer son supérieur le colonel Abdi Bogoreh Hassan. Il a été récompensé par le régime comme chef de corps de la gendarmerie nationale.

Contrairement à lui, le lieutenant colonel Douksieh qui n’a pas bien accompli sa mission en 2002 avait été envoyé en punition à Doumera à la tête des troupes de la gendarmerie. Une punition aux yeux du régime pour cette officier Mamassan qui a refusé d’avoir du sang sur les mains. 

L'élection de François Hollande, une nouvelle contrariété pour le régime ?

L’élection du socialiste François Hollande ne peut pas plaire au régime qui aurait préféré que Sarkozy gagne pour que des dossiers dérangeants ne puissent pas être rouverts.

Arnaud Montebourg qui avait été expulsé de Djibouti par IOG, va-t-il prendre sa revanche sur ce dictateur qui l’a publiquement humilié. Imaginons  qu’Arnaud Montebourg hérite d'un poste ministériel (et pourquoi pas la Justice ?) il est fort a parier que le dossier Borrel serait réactivé.

Par ailleurs, IOG cherche le remplaçant de son ambassadeur à Paris Rachad Farah, dont le nom serait cité dans une enquête de trafic de drogue en liaison avec ses anciennes fonctions d’ambassadeur au Japon.

Le régime est attaqué de toute part.

La dernière en date. Le régime s’est vanté d’avoir fêté le jour de la liberté de la presse. Dans le hall d’entrée du Sheraton hôtel, quelques journalistes maisons de l’Adi, de La Nation et de la RTD manifestaient pour demander à leur ministre Abdi Hussein de faire évoluer leurs salaires et surtout d’accorder un minimum de considération à leur travail de journaliste.

Dileita qui ne pense plus qu’à sa carrière qui s’achève et probablement à sa « mort politique » n’avait pas le moral pour leur parler.  Ces journalistes ont été arrêtés par la sécurité du Sheraton et remis à la police. Il a fallu attendre la fin de la cérémonie pour qu’ils soient libérés. Quant à leurs doléances, elles  ont été renvoyées aux calendes grecques.

C’est ainsi que l’état RPP récompense ses journalistes qui mentent la plus part de leur temps pour mettre en valeur les âneries du régime mal élu de Djibouti.

La presse sous IOG est à ses ordres. Personne ne parle, personne ne doit critiquer, personne ne doit dénoncer, personne ne doit se plaindre d’une bavure des forces du régime, aucune opposition politique ou syndicale n’est tolérée.

On se croirait en Corée du nord où tout est interdit à la population, y compris l’information.

Le temps est venu pour IOG de partir. Pourra-t-il terminer ce mandat sans bavure ? En tout cas, le peuple est bien décidé à lui indiquer la route de la retraite vers la prison de La Haye où sont déjà incarcérés ses amis Laurent Gbagbo et le libérien Charles Taylor.

 

La nouvelle photo d’IOG qui a bien du mal à trouver preneur !!!

 

 

________________ Dernière minute

Sur demande de son Président, le ministre somalilandais des affaires étrangères est arrivé à Djibouti où il a du faire antichambre pendant assez longtemps avant d’être reçu par le dictateur.

Pour le moment, rien n’a filtré de leur entretien. On pense que  le Somaliland a protesté contre une ingérence de Djibouti sur son territoire.

Pour faire baisser la pression, IOG a ordonné la réouverture de la frontière entre les deux états, à l’approche des vacances scolaires.

Les observateurs confessent que le régime de Guelleh a perdu le bras de fer avec le Somaliland, puisqu’il a même été contraint faire prononcer des excuses par son propre ministre des affaires étrangères Mahamoud Ali Youssouf, qui n’avait pas besoin de cette besogne. On signale, qu’à deux reprises, il aurait décliné l’offre de devenir le prochain premier ministre en remplacement de Dileita. On dit même qu’il aurait suggéré que Dileita reste à la primature et qu’au contraire, ce soit certains ministres connus pour leur voracité impopulaire qui soit remplacé sans délai.

Amarah Saïd va-t-il rester dans le gouvernement Tiji ????

Aucun ministre issu de la tribu Issak n’a accueilli la délégation somalilandaise. Préférant probablement brouter jusque fort tard au Kempisky palace avec le ministre de l’intérieur. Mais le ministre a refusé les appels du pied des délégués du RPP. Abdi Hussein et Djama Haid ne sont pas déplacés non plus pour assister à l’entretien de leur patron avec le ministre somalilandais des affaires étrangères.

A noter que l’entretien s’est déroulé dans une petite salle annexe et non dans le grand salon de la Présidence. C’était autrefois la salle à manger de Gouled et IOG en a fait un petit salon pour recevoir les gens qu’il ne veut pas honorer. Ainsi il leur montre son dédain…

Sergent Ariko
Londres

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.