ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


05/02/05 (B284) Extrait du dossier adressé par Abdallah Deberkaleh - Les débuts et la progression de Guelleh - Une étude de sa personnalité - Les affaires illégales et criminelles - période allant jusqu'en mai 1990.

Extrait du rapport

1.1. Le parcours politique d'Ismaël Omar Guelleh, marqué à la fois par l'influence familiale de son Oncle Gouled qui l'a accueilli à Djibouti et par une soif de pouvoir.

Le Président Djiboutien Monsieur Ismaël Omar Guelleh est né le 27 NOVEMBRE 1947 à Dire-Dawa en Éthiopie. Il appartient a l'ethnie Issa Mamassanne Bah-fourlaba (son père est natif de Guerissa, région Awdal au Somaliland et sa mère est issue de l'ethnie Gadabourci Maxamed-assey, sous fraction Bahabar-Abokor, native de Loghaya, région Awdal au Somaliland ). Ces deux ethnies font parties de la " grande famille " Somalienne . Le Président Djiboutien est né dans une famille modeste ; iI est le neveu et il est devenu en quelque sorte l'héritier du Président Gouled auquel sa femme n'a pas donné d'enfant.

Après des études "limitées" à Dire Dawa à l'Alliance Française en Éthiopie, il entre en 1968 a Djibouti où il est engagé comme auxiliaire de police au service des Renseignements Généraux (période coloniale du gouvernement AREF) tout en militant au sein de la ligue populaire Africaine pour l'indépendance (L.P.A.I.), animée par son oncle HASSAN GOULED. II met alors à profit ses activités professionnelles pour acquérir des renseignements et pour recruter des informateurs
qui faciliteront à la fois l'accession de son oncle au pouvoir mais aussi les bases de sa propre influence.

En 1976, il est suspendu de ses fonctions par le Président du gouvernement ALI AREF, qui le soupçonne, à juste titre, de fournir des dossiers des Renseignements Généraux à la L.P.A.I.


En Juin 1977, lors de l'accession a indépendance, il est nommé, sous la pression d' AMINA GUELLEH BATHAL (*), Chef de cabinet en charge de la Sécurité de la Présidence.

(*) - Amina guelleh Bathal était la tante paternelle d'IOG. Elle a financièrement soutenu pendant de nombreuses années le futur Président GOULED, qui après l'indépendance ne pouvait rien lui refuser.

Le 15 Décembre 1977, iI est confronté à sa première affaire importante avec l'attentat du" PALMIER en ZING " .II prend en charge et il anime, avec le Ministre de l'intérieur de l'époque MOUMIN BAHDON FARAH, la répression contre les jeunes afars et le quadrillage du quartier Afar d'Arhiba.

En 1978, il est nommé directeur de la Sécurité intérieure et extérieure : le Service de Documentation et de Sécurité connu sous l'appellation de : S.D.S. Ce Service et la Garde présidentielle sont placés sous son autorité directe.

Au cours de l'année 1979, à la suite d'une série d'attaques contre des casernes dans le nord du pays, il organise une répression sauvage contre les Afars de Djibouti.

En 1981, Ismaël Omar Guelleh échappe à un attentat dont les circonstances exactes n'ont toujours pas été élucidées jusqu'a ce jour. A cette époque, des rumeurs persistantes y compris dans les milieux "POLITIQUES" issas, lui attribuent la paternité de l'organisation de cet attentat, dans le but d'intensifier la lutte contre les Afar à Djibouti.

En 1982, il est nommé au Comité central et au bureau politique du Rassemblement Populaire pour le Progrès (R.P.P.) et Président de la Commission culturelle du parti.

En Mars 1985, il est nommé Contrôleur général adjoint au bureau politique, puis en SEPTEMBRE 1985 il devient Président du Conseil d'administration du Palais du Peuple. Au fil des années, il gravit les échelons des diverses instances du parti pour devenir en août 1991 le Premier Secrétaire général adjoint.

Simultanément, il développe son emprise sur le gouvernement du Président GOULED et sur son entourage le plus proche.

____________________________________________________

1.2. Mieux cerner la personnalité du Président Ismaël Omar Guelleh :
( Sources d'information : les services secrets étrangers amis )


Intelligent et habile, IOG est totalement corrompu, affairiste, ambitieux, sans aucun scrupule morale ou humain. Ses brutalités, son comportement scandaleux et sa richesse ostentatoire le rendent particulièrement impopulaire auprès des Djiboutiens.

II tient son pouvoir de l'étroit contrôle qu'il a réussi à instaurer sur les services de Sécurité intérieurs et extérieurs de l'Etat.

Cette emprise lui a permis de prendre la tête du "noyau dur " des soi-disant Djiboutiens d'origines Éthiopiennes ou Somaliennes : en particulier sa famille tribale les Mamassannes Bah-Fourlaba ou d'autres ethnies Issas du Gouvernement qu'il controlle. En 1993, Il entend bien se maintenir au pouvoir et le renforcer car il sait déjà, a cette époque, qu'Hassan Gouled sera dans l'impossibilité de postuler pour un nouveau mandat . Le même scénario politique se rejoue aujourd'hui avec l'échéance présidentielle d'avril 2005 .

A cette époque, sa volonté de conserver le pouvoir l'a conduit a resserrer le dispositif étatique autour des Issas en provoquant la mise a l'écart ou le limogeage de nombreux responsables administratifs ou politiques suspects de tiédeur a l'égard de ses visées, comme les Ministres Mohmaed Djama Elabeh (décèdé depuis - paix à son âme. Amin... -, Khaireh Allaleh Hared , l' ex-directeur de Cabinet Ismael Guedi Hared ainsi que l'ex-secrétaire général du Gouvernement Osman Bogoreh (cousin d'I.O.G.) soupçonné de vouloir lui prendre son poste politique.

Parallèlement, il fait intensifier la lutte contre les opposants au régime, en particulier les Afars de Djibouti, au point de provoquer une importante réaction armée chez ces derniers . Son action vise aussi les autres minorités Somalis non-Mamassan du territoire (Fourlabas, Odahgobs, Saad-Moussa, Horones, Issaks, Gadabourcis, et Arabes), qu' il contribue à rejeter peu à peu dans une opposition indifférenciée.

Enfin, pour assurer la représentation décisive de son clan en cas de confrontation électorale ou autres ... , il se lance dans des opérations complexes de récupération des minorités Issas et/ou Somalies, en particulier du Somaliland mais aussi d'Éthiopie

Mettant a profit l'Etat d'anarchie chronique dans ces deux pays conséquence de la chute des régimes de Siad Bareh et de Mengistu Haile Mariam, il crée et finance des mouvements autonomistes Issas ou autres dans le nord-ouest de la Somalie, plus précisément dans la région d'Awdal au Somaliland, le Front Uni de la Somalie (U.S.F.) avec la collaboration de l'ex-colonel somalien Farah Waiss Dhule plus connu sous le nom de Farah Farasse (Ce dernier vit aujourd'hui à Dire-Dawa au frais du Gouvernement djiboutien). Ce même front entretient des liens dans la région de Dire-Dawa en Éthiopie et à Djibouti-ville. Guelleh espère ainsi jouer un rôle crucial dans le règlement régional et pouvoir intégrer à Djibouti des éléments extérieurs susceptibles de renforcer numériquement son clan tribal.

Depuis le déclenchement des opérations militaires dans le nord du pays par les éléments du Front pour la Restauration de l'Unité et de la Démocratie (FRUD), Ismaël Omar Guelleh, semble peser de tout son poids sur le Président Hassan Gouled, afin que ce dernier règle le conflit par la force, au risque d'entraîner le pays dans une guerre civile.

Face à l'attitude de la France, à qui il reproche de ne pas être intervenue militairement, Ismaël Omar Guelleh lance une violente campagne anti-française auprès des Djiboutiens, qui, si elle s'était intensifiée, aurait risqué de provoquer des réactions violentes a l'encontre des ressortissants français (Militaires, Civils et Coopérants). II est vraisemblable qu'il tentera de pousser le Président GOULED a refuser toute négociation avec les représentants du FRUD a Djibouti (tendance docteur Abate Ebo) ou en Éthiopie et qu'il privilégiera l'épreuve de force quitte à pratiquer le génocide des populations Afars de Djibouti, d'ailleurs le pronostic s'est avéré exact.
_______________________________________________________

1.3. Les affaires illégales et/ou criminelles dans lesquelles Ismaël Omar Guelleh pourrait être impliqué à Djibouti et à l'étranger d'après mes sources d'informations (jusqu'à mai 90) :

1986-1987: Ismaël Omar Guelleh est impliqué dans un trafic illicite d'ivoire.

Un bateau en provenance de Mombassa (Kenya), via le port de Berbera au Somaliland puis de Djibouti, transportait un important lot de défenses d'éléphants (appartenant à un riche commerçant issak de la ville d'Hargeisa). Il a été intercepté par les douanes du port de Djibouti (service des contribution indirectes) . Son chargement a été stocké dans les hangars du port et interdit à la vente, en application des décisions internationales.

En dépit de cette législation et de l'interdiction du Ministère de la justice Djiboutien , toute la cargaison s'est volatilisée ! Nous l'avons suivi et nous savons qu'elle a été vendue à une société chinoise de Hong-Kong par l'intermédiaire de Robleh Olhayeh actuel, Ambassadeur de Djibouti auprès des Nations- Unies à New-York avec la complicité du défunt Idriss Omar Guelleh (frère de l'actuel Président de Djibouti).

Je possède et je diffuserai les copies des documents administratifs émis par les autorités Djiboutiennes et qui attestent de la complicité " de détournement illicite " dans cette affaire ... Les copies ci-dessous sont difficilement lisibles ...

1998 : Ismaël Omar Guelleh, sous le prête-nom de son défunt frère Idriss Omar Guelleh, signe avec une Société italienne un contrat très important (évalué à plusieurs dizaines de millions de US$) pour le stockage sous terre ou sous la mer en particulier dans la région Afar de Djibouti (région du GOUBET, de Tadjourah et région d'Obock ) de déchets toxiques "industriels (en provenance de l'Europe et en particulier l'Italie et des pays de l'ex-bloc soviétique).

A certaine période de l'année on découvret sur le rivage maritime des milliers de tonnes de poissons morts, flottant le ventre en l'air. Jusqu'à aujourd'hui, le Gouvernement djiboutien a toujours refusé d'ouvrir une enquête sur cette catstrophe écologique pour la région (De forts soupçons pèsent sur l'éventualité que des fûts radioactives aient été immergés dans cette région) .

Ce contrat a été denoncé sous la pression des medias européens et des organisations non gouvernementale à l'époque.


Février 1989 : Ismaël Omar Guelleh prend contact avec une Société de ventes d'armes autrichienne "Scorpion International S. limited "dont l'un des dirigeants Kosntantinos Defermos fait l'objet d'une demande d'extradition du gouvernement Grec via Interpol Europe. II s'agit de l'achat d'un stock d'armes légères evalué à 11 millions 320.000 US$.

Cette affaire est négociée directement par le défunt frère du Président Idriss Omar Guelleh et de l'actuel Directeur de la Sécurité djiboutienne Hassan Said Khaireh dit Hassan Madhobeh. On peut supposer qu'une partie de cet armement a servi à armer la milice Issa de Somalie du nord (USF) et l'autre partie entreposé en secret.

MAI 1989 : trafic d'alcool et fausse déclaration pour obtenir des prêts bancaires
Ismaël Omar Guelleh était propriétaire d'une société "X" qui vendait de l'alcool qu'elle importait sans payer les taxes avec la complicité du Free-shop du port de Djibouti dont la gérante Mme Nina, une métisse italo-erhytréenne servait de prête-nom et assurait le stockage pour ce commerce illicite.

Par la suite ladite société d'Ismaël Omar Guelleh confiait une partie de la vente de l'alcool à la famille de Salah Mouthi qui s'est chargé de la réexporter vers le Yémen et l'Arabie-Saoudite en traversant le détroit de Bab-el-Mandab à bord de petits boutres.
L'autre partie était revendue en sous main aux Ets. Fratacci, Coskal , aux Ets. Marill et a la Supérette Bambiss (route de l'aéroport) ceci avec l' accord tacite de l'ex-premier Ministre Barkat Gourad Hamadou, qui cumulait à l'époque la fonction de Ministre du port et qui exigeait sa part de bénéfice au passage .

Les bénéfices étaient substantiels (la taxe d'importation variant de 30 % a 70% ), sans oublier aussi que ces Établissements revendaient ce même alcool au prix fort a l'Armée française et aux autres Militaires étrangers basés à Djibouti . La magouille commerciale continue toujours au port de Djibouti et à grande échelle .

Quelques temps après, Ismaël Omar Guelleh a hypothèqué les bâtiments de sa société pour garantir auprès des banques des prêts destinés à la construction d'immeubles de rapport au Héron (à proximité du Cash Center, revendu depuis). Il faut savoir que la valeur de ces immeubles était très nettement inférieure au montant des prêts accordés, ce qui avait posé un problème.

Pour obtenir satisfaction auprès des banquiers, Guelleh n'a pas hésité à faire pression sur le Conservateur des hypothèques afin de modifier illégalement le rang des hypothèques. Par la suite la société "X" appartenant à Ismaël Omar Guelleh a fait faillite . Le Tribunal des faillites n'a relevé aucune manoeuvre frauduleuse et les Banques ont essuyé une perte importante estimée à 5 milliard de Francs Djibouti.


MAI 1990 : détournement d'un stock d'armes destinées à équiper l'AND
Ismaël Omar Guelleh détourne une importante cargaison d'arme évaluée a plusieurs millions de US$ en provenance d'Irak et destinée à équiper l'Armée Djiboutienne (A.N.D.) avec la complicité des généraux Fathi, Zakharia Sheik et des colonels Omar Bouh (beau-frère d'I.O.G. ) et Soubagleh (frère du commerçant Omar Fianeh ) . Jusqu'a présent personne n'est en mesure de dire où sont passées ces armes ?

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.