ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


29/10/05 (B322) Pour notre rubrique, les interviews éphémères et (presque) imaginaires, Me Aref a accepté de répondre aux questions de l'équipe de l'ARDHD et il explique de façon exclusive sa vision de la situation et de son avenir politique : Délire ou réalisme politique ?

Bonjour Me AREF et d’abord un grand merci de recevoir l’équipe de l’ARDHD.

Bien entendu, nous rappelons en préambule que notre Président n’est pas présent, afin de ne pas interférer dans la procédure que vous avez instruite et plaidée contre lui.

Me AREF :
En effet, il y a des règles et je tiens à ce qu’elles soient respectées. Toute ma vie personnelle et professionnelle a été influencée par un profond respect de l’éthique et de la morale et par un respect absolu de mes devoirs et de mes engagements. La Loi doit être respectée et quiconque s'y oppose, doit être jugé avec la plus grande fermeté. J’y reviendrai plus tard et je vous prouverai que les rumeurs qui sont colportées sont dénuées de tout fondement, à la base même. En tout cas, il est interdit à un avocat de recevoir la partie adverse.

ARDHD :
Maître, pourriez-nous expliquer les raisons pour lesquelles de nombreux observateurs pensent que vous avez effectué un "retournement à 180°" ?

Vous avec été le défenseur des syndicats, en particulier des enseignants, membre reconnu d’Amnesty International, puis arrêté sous Gouled en 91/92, relaxé par le tribunal, puis arrêté de nouveau par Guelleh en 99, pour escroquerie et condamné lourdement à ce motif. Aujourd’hui, on dit que vous êtes l’avocat de la Présidence et en tout cas, celui du Général Zakaria que vous avez défendu à deux reprises : contre DAF à Djibouti et contre l’ARDHD à Paris.

AREF :
Votre question est intéressante, mais elle est mal formulée, car elle présente les faits de façon tendancieuse, surtout quand vous parlez de "retournement". Je m’inscris en faux contre cette expression et je vais vous expliquer pourquoi.

ARDHD :
Nous sommes attentifs …

Me AREF :
Issu d’une grande famille, je compte parmi mes ancêtres le Bey qui a signé les accords, autrefois avec la France. Plus proche de nous, j’ai des liens de parenté avec le Sultan de Tadjourah. Mon oncle Ali a été Président du Conseil, au temps de la Colonisation française. Un autre oncle, par alliance est Premier des Ministres. J’ai fait mes études dans les écoles militaires de la République française. Bien que ce ne soit pas conforme avec la Constitution(mais qui s'en soucie ?), je bénéficie de la double nationalité française et djiboutienne. Je n’en dirai pas plus, car cela suffit à vous montrer combien notre famille est à la fois proche des Français, mais aussi extrêmement puissante dans la région, bien qu'elle ait passagèrement perdu un peu de pouvoir. Le retour n'en sera que plus marquant.

A l’indépendance qui a marqué un retrait politique notoire de la France dans le Pays, nous avons perdu tout notre pouvoir, mais pas notre influence. C’est le point clef qui explique toute la suite.

Pour récupérer le pouvoir qui avait été accaparé par les Mamassan, nous n’avions d’autre choix que mobiliser les Afar dans une lutte fratricide. En sous-main, nous avons participé au développement du FRUD, dont j’étais membre sans l’être, afin de conserver ma liberté de pencher vers un camp ou vers l’autre, au gré de nos intérêts.

Guelleh que j’admire beaucoup, en dépit du fait qu’il occupe aujourd'hui le poste qui me revenait de droit, avait déjoué, à l'époque, notre fine stratégie à double détente. Il nous a fait incarcérer, mon Oncle, des amis et moi. En réalité, ce n’était qu’une façade, car nous étions pas si mal traités que cela à Ali Adde (mon épouse l'avait confirmé), même si de temps à autre, nous devions faire semblant d’être des victimes sous la menace d'une exécution à brève échéance, afin de remobiliser l’opinion publique, autour de mon image.

L’ARDHD et son Président n’ont rien compris, non pas à la stratégie des Afar en général car il ne faut jamais généraliser, mais à celle de notre clan. Bien involontairement, je dois dire, ils sont tombés dans le piège que nous avions tendu et ils nous ont soutenus avec la force et l’efficacité que le monde entier leur reconnaît. Mais au fond, ils dérangeaient notre stratégie, tout en l’aidant …

Ils la dérangeaient, car nous n’étions pas des vraies victimes en réalité … mais simplement des hommes dont l'espace de liberté avait été provisoirement réduit, en quelle que sorte. Mis à l’écart le temps de se refaire une nouvelle image de marque : celle de victimes, indispensable pour l'application du compromis, dont je vais vous parler.

Ils nous aidaient, car ils contribuaient à véhiculer cette image de martyr, montée de toutes pièces.

ARDHD :
Ce n’est pas simple à comprendre. Quels étaient les objectifs de cette mise en scène ?

AREF :
Vous les Européens, vous êtes incapables de comprendre les subtilités de la diplomatie des Africains. Nous ne sommes pas cartésiens, mais nous sommes habiles et je suis passé maître dans l'art de jouer sur deux tableaux à la fois ….

ARDHD :
Mais les objectifs ?

AREF :
Soyons clairs ! Conserver notre force d’influence mais retrouver le pouvoir. Après le début des combats, nous avons négocié un compromis avec Gouled et avec Guelleh. Il avait été convenu que Guelleh ferait deux mandats et qu’il me repasserait directement les commandes ensuite afin d’assurer une alternance familiale. Je ne suis pas tribaliste, mais il faut accepter les réalités du terrain et le tribalisme est le seul lien qui unit des hommes issus de la même origine … il participe activement au soutien des familles dirigeantes.

Donc, il fallait jouer finement pendant les deux mandats qui étaient réservés à Guelleh. D’abord apparaissant comme la victime d’un harcèlement judiciaire, durant le premier mandat, je devais évoluer vers un rôle majeur de défenseur, afin de reprendre progressivement ma place sur la scène politique.

Encore une fois, Schaal n’a rien compris à ma stratégie et il n’a jamais accepté, non pas que je retourne ma veste, mais que j’applique les accords passés et préparés de longues dates. Les grandes lignes de cette stratégie avaient été élaborés dès 1991 par les sages de nos familles respectives : Ali Aref d’un côté et Gouled de l’autre. L'arrivée de Dileita comme PM, était prévue : elle fait partie de l’application de cette stratégie et elle confirme ce que je vous disais : nous avons toujours notre capacité d’influence mais sans aucun pouvoir effectif.

Croyant bien faire et j'en suis convaincu, l’ARDHD, qui n'a pas compris le sens caché des messages que je lui ai fait passer, s’est mise en travers de mon chemin. Il fallait donc l’éliminer, d’autant plus que sa notoriété progressait fortement, comme média de l’opposition.

Pour rester honnête, comme je l'ai toujours été, je dois dire que l’ARDHD est l’une des rares forces véritables de l’opposition : son site est le plus lu. Vous savez pourquoi ? Parce qu'elle ne cherche pas à prendre le pouvoir !

Ce n'est pas le cas des nombreuses organisations qui sont dirigées par des Djiboutiens : beaucoup ont bien compris leur intérêt et les subtilités de la partie, puisqu'elles négocient périodiquement avec les représentants de Guelleh.

A quelques exceptions près (Ils étaient parmi ceux qui ont eu la cohérence d'assister au procès le 18 octobre), on ne peut généralement pas parler d’opposants purs et durs au régime, mais d'un système au sein duquel chacun échafaude des stratégies pour se positionner au mieux et ne pas perdre les avantages qu'il pourrait obtenir, du fait de l'importance relative de son audience parmi la communauté.

ARDHD :
Intéressant. Pourriez-vous nous donner des noms de partis politiques qui sont dans un cas ou dans l’autre ?

AREF :
Absolument pas, c’est plus qu'un Secret Défense et on ne le déclassera pas ! Mais interrogez donc les Djiboutiens : beaucoup pourraient vous les donner …. !

ARDHD :
Passons, tout cela nous semble bien compliqué et un peu alambiqué.

AREF :
Pour que je prenne le pouvoir, sans combat, à la fin du mandat de Guelleh, il est indispensable que j’abatte l’ARDHD, qui me fait de l’ombre maintenant et surtout qui médiatise ce qu'elle appelle "mon retournement", qui n'en est pas du tout un, car c'est l'application d'un plan conçu il y a plus 15 ans.

L’ARDHD brouille les cartes et contribue à dégrader dramatiquement mon image sur le plan international, ce qui est inacceptable. Par exemple, elle a agi pour que je sois destitué de mon poste de Vice-président de l’UIDH et bien d’autres encore. Alors que j’avais besoin de ces « couvertures » pour continuer mon double jeu, qui est l'un de mes domaines de prédilection.

Donc l’ARDHD dérange mes plans. Peu importe s'ils m'ont défendu avec honnêteté et engagement, moi je n’ai aucun état d’âme, vous le savez bien. En parfait accord avec Guelleh, nous avons pris le prétexte du Général Zakaria (c'aurait pu être un autre, mais j'ai remarqué que l'ARDHD avait dépassé les limites dans ce cas et donc que les rigueurs de la Loi devaient s'appliquer aussi à cette Association) pour déposer une plainte contre l’ARDHD. Pour moi, c'est sans risque : si l'ARDHD est condamnée, tout le mérite me reviendra et je pourrais le valoriser devant Guelleh, si c'est le contraire, c'est le Général seul qui aura perdu ... et il s'en expliquera avec Guelleh, qui sera furieux !

ARDHD :
Ce n’est pas élégant …

AREF :
Pas du tout, mais le résultat seul compte. Alors que j’ai toujours des soutiens personnels au sein de la diplomatie non seulement française mais aussi américaine (nouée lors d'un voyage "de formation" qui m'a été offert aux USA, par le Gouvernement fédéral), je ne vais pas prendre des gants avec des gens qui n’ont rien compris à notre stratégie et qui, par pure naïveté, prennent les choses au premier degré. Tant qu’ils pouvaient m’être utiles, je leur envoyais des lettres de chaleureux remerciements. Maintenant le contexte est différent et c'est devant un tribunal français que je les attaque. C'est cela, la politique-réalité. Aujourd'hui, mon tremplin politique, c'est Guelleh, alors je m'appuie sur lui. Demain, eh bien on verra !

ARDHD :
Merci Me AREF pour ces réponses franches qui permettent de mieux clarifier votre action. Peut-on écrire : AREF sera le futur Président après Guelleh ?

AREF :
Surtout pas, car je vous attaquerai de nouveau au pénal pour diffusion de fausses informations destinées à me nuire auprès d'IOG ! Et cette fois, vous n'aurez aucun élément pour le prouver ni aucun témoin pour vous soutenir.

ARDHD :
Mais si vous le faisiez, pourriez-vous plaider pour vous ?

AREF :
Certainement pas et vous le savez très bien ! Je demanderai à mes excellents amis, Me Martinet ou Me Wabat Daoud de le faire et cela m'étonnerait qu'ils me refusent un tel service, sachant mon avenir politique.

ARDHD :
Comment voyez-vous la suite ?

AREF :
Mon retour dans la majorité au pouvoir se fait progressivement. D'abord, sans étiquette, avec mon Oncle Ali Aref, nous avons soutenu officiellement la campagne présidentielle de Guelleh.

Ensuite je vais me rapprocher officiellement de nos amis, qui ont rejoint les bancs de la majorité avant nous, comme Gabayo, Aden Robleh ou Moumin Bahdon, pour ne citer qu'eux. Seule la majorité a les compétences et l'infrastructure pour gérer efficacement ce pays et pour poursuivre efficacement les actions et les sytèmes "particuliers" mis en place. Je vous défie de me dire qui, au sein de l'opposition, pourrait le faire : il manquerait d'éléments !

ARDHD :
Toujours le réalisme politique, façon AREF ?

AREF :
Entre nous et "Off record" l’avenir vous le confirmera. Faites enfin, un effort pour comprendre les subtilités africaines et la stratégie de ma famille. Reconquérir le pouvoir perdu, mais sans ne jamais le dire. Dans quelque temps, je retrouverai le fauteuil qui me revient de droit, non pas seulement pour mes compétences, mais surtout pour mes origines familiales. L'alternance n'est pas un vain mot, mais l'alternance familiale uniquement.

En quittant le bureau de Me AREF, nous nous souvenions qu’il avait été condamné à Djibouti pour escroquerie et rayé du barreau en 1999. Difficile de se prononcer sur la réalité des charges d’escroquerie financière, mais pouvait-on retenir aujourd’hui et après l'interview : celles d’escroquerie intellectuelle ? Il faudra que les lecteurs soient bien tolérants pour comprendre et pour accepter cette présentation pour le moins, byzantine, des faits ? Ce n’était pas encore gagné !

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.