ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


25/06/06 (B356_A) Rediffusion pour celles et ceux qui ne l'avaient pas lu de notre nouvelle de 2004, intitulée (Panique à Soumarah), afin de se préparer à regarder l'émission du 28 juin sur Canal +. Réalité, fiction ou simplement anticipation ? (ARDHD)

Samedi, sortira sur le grand écran, le nouveau film de fiction : "Panique à Soumarah", du célèbre réalisateur Nassah Dias (*), dont les mauvaises langues disent que lassé de torturer ses concitoyens, il s'attaque désormais aux cinéphiles du monde entier. Nous laisserons à chacun le soin d'en juger.
Ce film raconte l'histoire d'un Chef d'Etat dans un pays imaginaire, qui est confronté à sa conscience. Tel Caïn, sa (mauvaise ?) conscience le suit partout et hante ses jours et surtout ses nuits.

Le réalisateur se veut être un homme très proche de ce Chef de l'Etat et il nous raconte ce qu'il voit avec ses yeux et avec sa parfaite connaissance des dossiers secrets (et scabreux ?) de l'Etat. On verra d'ailleurs que le suspens durera jusqu'à la fin. C'est au tout dernier moment que l'on connaîtra le dénouement. Pendant plus de 90 minutes les spectateurs voient se dérouler l'intrigue avec les yeux de Nassah Dias ! Mais coup de théâtre final, le réalisateur va être arrêté, pour le crime qu'il a commis autrefois, par des gendarmes dépêchés par un autre pays. C'est avec la plus grande angoisse que nous suivons cette scène jouée à la perfection. Les interprètes sont plus vrais que nature. On jurerait que les gendarmes sont des professionnels. Le spectateur a vraiment l'impression que c'est lui qui va être arrêté et emprisonné. Il ressent le frisson du futur condamné.

Revenons à l'intrigue : tous les ingrédients sont là. Un Président dictateur Helleug et son épouse Oyabag qui tire les ficelles par derrière et qui semble détenir la plus grande partie du pouvoir. Le réalisateur a-t-il forcé le trait, quand il la dépeint sous l'aspect d'une femme méchante, acariatre, rancunière, très avide et à l'ambition démesurée. A-t-il vraiment forcé le trait ? Où a-t-il trouvé son inspiration pour imaginer un tel personnage, aussi cruel et aussi machiavélique ?

Il faut admettre que la scéne de l'orphelinat est insoutenable : lorsqu'elle arrive en voiture pour sélectionner froidement les malheureux enfants qui seront jetés ensuite dans un avion à destination de Londres. Qui aurait pu imaginer un tel cynisme de la part d'une femme, mère de famille ? La question que l'on se pose, est de savoir s'il était nécessaire (pour expliquer la tyrannie exercée par les dirigeants) de montrer la violence inacceptable exercée sur des enfants : par exemple la séquence atroce de la sélection pour satisfaire les commandes reçues de l'étranger ?

Il y a aussi un traitre, comme dans toutes les histoires bien ficelées. Il est joué par le célèbre comédien, enfant du pays, Namielous. Préféré d'Oyabag, artiste chevronné, spécialiste de l'équilibrisme, charlatan à ses heures, il joue à merveille : on le croit, on approuve ses paroles mielleuses ! Il sait interpréter les deux faces du personnage qu'il double : totalement 'carpette' avec les plus forts que lui, et sadique à l'extrême avec les plus faibles.

La salle de projection, emportée par son enthousiasme face à tant de duperie, de méchanceté, de mauvaise foi et de mesquinerie, se mit spontanément à le siffler. Sa chute est relativement brutale ensuite. Passé le point de non-retour dans le mensonge d'Etat, puis confondu par les faits, il s'écrase brutalement, comme une vieille loque. On le voit plus tard, devenu craintif, ne sortir que la nuit et raser les murs. Dès les premières lueurs de l'aube il se réfugie dans les égouts de la ville pour échapper frileusement à la Justice, dont il fut pourtant un acteur particulièrement acharné, du temps de sa splendeur.

Le personnage principal, on ne le voit jamais. Il est présent dans tous les esprits, il est la cause de nombreuses réunions du Cabinet du Président, mais il n'apparaît pas. Enfin pas tout à fait. Nassah Dias a choisi de lui donner l'apparence d'un fantôme. Il est présent partout, mais on ne le voit pas au début. Petit à petit, le spectateur voit des formes se dessiner de plus en plus distinctement. Lerrob, c'est le nom de ce personnage. Vers la fin, on découvrira comment (et pourquoi) de son vivant, il a été tué par le réalisateur et ses complices, sur ordre direct du Président. Rien de plus banal dans ce gouvernement aux moeurs dépravés et aux multiples affaires louches, qui ne supporte pas d'être pris la main dans le sac.

Mais Lerrob, même mort, a la rancune tenace. Il veut se venger. Il n'a de cesse que les vivants découvrent les noms de ses assassins et surtout de celui qui a donné l'ordre de la sauvage exécution. Pour atteindre son objectif, il a décidé de le désigner sans équivoque aux yeux des vivants et de la Justice, durant cette fameuse nuit, qui est le temps fort du film.

Certes, on pourrait reprocher au réalisateur certaines longueurs : il y a des moments de grand silence et le film gagnerait certainement à ce qu'ils soient coupés. L'action se déroule sur plusieurs années, mais il sait habilement nous faire passer par des phases de doute, par des phases de certitude, démenties rapidement par une nouvelle information contradictoire ....

Nous avons moins aimé le personnage de Fera, le conseiller fraichement repenti, lorsqu'il sort sur le parvis et qu'il s'adresse au fantôme avec un porte-voix pour tenter vainement de le convaincre de repartir. L'acteur manque de force : il n'est pas convaincu, il joue "petit-bras" comme on dit dans le métier. Son interprétation ne restera pas gravée dans les mémoires. Heureusement, il ne s'agit que d'un rôle secondaire, mais c'est quand même une "erreur de casting".

La grande scène, c'est lorsque l'on découvre que le fantôme de Lerrob s'approche lentement de la capitale, qu'il survole ensuite la ville pour aller s'immobiliser au dessus du Palais de Soumarah.

Là c'est vraiment la panique à bord, le chaos, l'indécision et le sauve-qui-peut général au Palais de l'Elacse. Certains hauts fonctionnaires courent vers le port pour se jeter dans un boutre en partance pour le Yémen. D'autres, qui ont réussi à rassembler les certificats nécessaires, s'enfuient vers l'aéroport pour tenter de trouver un avion qui les emménera en Belgique ou au Canada, où ils déposeront une demande d'asile.

Le Président reste seul, terrorisé. Ses courtisans, jadis si nombreux ont disparu, son personnel s'est enfui : son épouse est en voyage. On le suit. En proie à la panique, il se réfugie lourdement avec une extrême violence dans son coffre-fort, une immense pièce aveugle et blindée où il a entassé des richesses inouïes; sur son passage il pulvérise tout : vases et objets précieux. Mais rien ne le protègera : le fantôme approche toujours et il a compris qu'il était à sa recherche.

A l'Etat-Major des Armées, c'est le grand branle-bas de combat : Airakaz, décoiffé, à peine réveillé, semble sorti tout droit d'un quelconque lupanar. Arrivé en toute hâte, dans un immense 4x4 conduit par une jeune militaire en survêtement suggestif, il vitupère contre l'ennemi insaisissable. Son supérieur le fameux Ihtaf (qui est absolument génial dans son rôle d'agent double) hurle à la mort ; il annonce la fin du régime et il accuse directement Helleug d'être le seul responsable de cet immense gâchis. Il fait même semblant de cracher sur un portrait d'Helleug.

A eux deux, ils donnent des ordres et des contre-ordres.


Ihtaf lance ses hélicoptères pour intercepter et détruire le fantôme planant. A un moment, il donne même l'ordre de tirer à balles réelles et traçantes : dans la nuit, c'est d'un réalisme saisissant. Malgré cela, le fantôme continue sa route, imperturbablement. Les balles le traversent sans l'arrêter dans sa course. A noter que l'un des hélicoptères s'écrase et on comprend que c'est une panne.


Cela marque le début de l'une des scènes les plus émouvantes, lorsque l'officier Demahom (surnommé 'Démago'), le chef des soldats tués dans l'accident, comprend enfin que ce sont ses deux supérieurs qui ont détourné l'aide internationale qui devait permettre de payer l'entretien des hélicoptères ... et que la révision indispensable n'a pas été faite, faute de financement disponible. On s'associe à sa rage, à sa douleur face à la mort stupide et injuste de ses propres hommes, on partage son ressentiment et son horreur face à tant de compromission et de pourriture au pays d'Helleug.

Eh bien on a tort !

Il nous prend à contrepied, au moment où il exige de recevoir sa part de l'enrichissement sans cause, pour prix de son silence, comme le veut la coutume ancestrale du clan dominant 'Nassamam'.

Dans un fracas assourdisant (en dolby stéréo), les chars d'Airakaz s'ébranlent. D'abord lentement, ils sortent du camp Kiehc Namso, sur trois colonnes, ils accélèrent ensuite pour rejoindre le Palais de Soumarah qu'ils entourent aussitôt et ils dressent leur terribles canons ver le Ciel, dans un dérisoire et dernier geste de protection envers Helleug. Ce sera inutile, mais le spectateur est fasciné par les effets spéciaux.

Nous vous avons dévoilé une fraction du dénouement, mais pas tout, afin que vous ayiez toujours envie d'aller voir ce grand film qui devrait remporter, à notre avis, la Palme d'Or du festival international d'Ituobijd. On ne vous a pas tout dévoilé, mais sachez quand même qu'à la fin, 'la vérité finira par triompher' et que la Justice étrangère obtiendra finalement les terribles aveux du réalisateur. La morale est sauve !

Ouf ! On avait cru pendant tout le film que les affaires, les trafics, le crime et la vénalité allaient sortir en grands vainqueurs de cette fiction. Il n'en est rien et tous les méchants se retrouvent finalement en prison, condamnés pour des années. Sauf Helleug qui se suicide avec un certain panache, juste avant son arrestation. Quant au fantôme de Lerrob, il s'envole lentement et disparaît derrière l'horizon, comme s'il était enfin libéré. Jamais fantôme n'avait suscité une telle panique, dans l'histoire des hommes.

Toutes nos félicitations à l'équipe technique au grand complet. Elle a vraiment été à la hauteur pour assurer la réussite de ce grand film, de cette fiction inédite et du scénario invraissemblable qui nous a été proposé par Nassah Dias.

(*) Nassah Dias, pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, est ce grand réalisateur très engagé, qui a déjà plusieurs succès cinématographiques à son actif. Spécialisé dans les affaires "clandestines", il s'est engagé très jeune dans la Brigade des Réalisateurs de l'Ombre. Recruté ensuite par la Société des Dessous de la Scène (SDS), société familiale puissante, comme assistant opérateur, il gravit progressivement les échelons pour en devenir le PDG. Longtemps incontesté, en raison de la qualité de ses mises en scène et de son expérience, il semble qu'il ait connu dernièrement des divergences graves avec les deux associés familiaux et majoritaires de la société d'exécution cinématographique.

Mais, comme toujours, grand manipulateur du Jury, il est assuré de recevoir la GMRC (Grande Médaille de la Reconnaissance Cinéphile) au festival d'Ituobijd, le 27 juin. On sait qu'il aura au moins 99 % de votes favorables : le seul suspens est de connaître la décimale après la virgule (99,1 ou 99,8 ?).

De toutes les façons, s'il a de nombreux détracteurs, peu oseront le dire ouvertement, parce que sa technique est imparable, en particulier dans le domaine des flous artistiques, des clairs obscurs et des explosions de lumière. Sa technique d'éxécution a longtemps été considérée comme la plus brillante, la plus efficace et la plus discrète, par ses pairs.

On dit même qu'à ses débuts, lorsqu'il n'avait encore qu'un appareil photo à balançoire de l'"Alliv Ephotsirc", il menaçait déjà ses contradicteurs de les enfermer dans sa chambre noire de marque "Edobag" : celle où il fabriquait des (é)preuves sur papier et qu'il les faisait signer pour les vendre ensuite à ses patrons.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.