ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


12/05/02 Troisième échec pour Guelleh en trente jours ! Cette fois il tente un coup en Ethiopie, mais le renard des sables devient le chasseur … et Hassan Zakaria détale …en battant tous les records du marathon.
Souvenons-nous qu’en des temps pas si lointains, Ismaël Omar avait fait procéder à Addis Abéba :
- à l’élimination physique du maire et de quelques opposants politiques qui le dérangeaient,
- à l'arrestation de dirigeants du FRUD, parmi lesquels Mohamed Kadamy et son épouse AÏcha enceinte alors,
- à l'arrestation d'Amir Adaweh qui a survécu à l'enfer d'une séquestration dans une grotte oubliée du monde. Il ne doit sa vie et sa liberté qu'au courage et qu'à l'obstination de sa propre mère,

Depuis, il est toujours resté fidèle à ses principes de management habituels et institutionnalisés ; lorsque que quelqu'un le dérange ou dénonce ses crimes, IOG choisit entre trois solutions :
- emprisonnement à Gabode avec ou sans passage préalable par la Villa Christophe…lorsqu'il lui semble plaisant d’attendrir les chairs et les esprits,
- l'envoi de sbires à l'intérieur du pays ou à l'étranger (Ethiopie, Belgique, ..) pour éliminer physiquement le gèneur,
-éventuellement, l'appel à la solidarité internationale pour qu'un autre pays se charge de l'arrestation et de l'emprisonnement des contestataires.

En dehors de cela, il n'a qu'une mesure intermédiaire : celle de l'intimidation téléphonique. Il fait appeler la personne concernée par ses proches (en général parmi ses amis, sa famille ou des membres de sa tribu) qui doivent convaincre le réactionnaire de se taire. Si nécessaire, on va jusqu'à exprimer des menaces de mort sur lui et sur sa famille ; elles sont ou non suivies d'effet.

On pourrait même entendre IOG penser…. « pourquoi devrais-je me gêner ! »,

Sauf à Bruxelles où il semble désormais acquis que ses équipes de tueurs encourent le risque de se faire appréhender, en dépit de la présentation de passeports diplomatiques ! Mais, puisque cela a toujours fonctionné dans le passé ….."pourquoi ne pas répéter l’opération à Addis Abeba, la route est directe…? "

Un nouveau coup de force tenté (et râté) à Addis Abeba ?

Le Cdt Hassan ZAKARIA, le tueur, et le bourreau refait parler de lui !

C’est ce qu'IOG aurait tenté de faire, il y a de cela quelques 3 jours en envoyant une solide équipe composée d’hommes de son Service de Sécurité et de sa Garde républicaine sous les ordres du tristement célèbre et « tortionnaire ès lettres » le commandant Hassan Zakaria avec mission d’éliminer physiquement un opposant politique de premier plan et de faire un peu de nettoyage dans la banlieue d’Addis Abéba.

Là encore comme à Bruxelles, le mois dernier, son équipe serait tombée sur un os pour ne pas dire sur un fameux bec !

L’efficacité et la vigilance des Services de Sécurité éthiopiens alliés à celles de l’entourage de l’opposant politique visé (qui n’est pas né de la dernière pluie) ont mis en échec la tentative monstrueuse. (Le compteur des échecs récents d'IOG passe à trois !)

Chacun connaît la chasse au lapin mais il y a aussi la chasse au renard, bien moins connue et plus difficile pour les novices dans ce domaine.

Hassan Zakaria était passé grand-maître de la torture (cf nos articles sur ses activités criminelles) mais, en dépit de sa bonne volonté pour répondre positivement aux sollicitations du Chef, il n'a pas la pratique des opérations à l'étranger et il s'est pris les pieds dans le tapis de son incompténce et de sa brutalité devenues alors inutiles ….

De plus, il avait en face de lui un renard, un renard qui avait compris très vite et qui le connaît bien !

Après Bruxelles, interpellation d'une équipe de tueurs à Addis Abeba.
Le renard se serait retourné contre les chasseurs au point de semer la panique au sein du « commando d’opérette » qui a été aussitôt arrêté par les services ethiopiens.

Le Chef du « commando d’opérette »… le « vaillant » commandant Hassan Zakaria …, plus enclin à torturer des innocents sans défense, y compris des femmes, qu’à monter une opération dite de commandos… se serait tenu à l’écart pour observer. Aux premières alertes, il aurait détalé comme un lapin, sans demander son reste …pardon !

Décidément dans la spère de Guelleh, ce sont toujours les subordonnés qui reçoivent les ordres, qui les exécutent mais qui ensuite se font appréhender, puis mettre en prison. Les chefs, eux, se sauvent et fuient toujours leurs responsabilités : c'est la loi de l'honneur version mafia guelleénne !
________________________

Un autre exemple nous est donné par celui des 12 policiers djiboutiens qui sont toujours incarcérés à Gabode tandis que leur chef (Le général !) se promène joyeusement dans les rues de Paris, notamment Place Vendôme (boutiques de luxe) et qu'il effectue de fréquents voyages vers Djibouti sans n'être jamais inquiété.

On dit même que l'ex-Général Yacin Yabeh souffrirait de pertes de mémoire pour toute la période de sa vie avant le premier janvier 2001 : une sorte d’amnésie subite et persistante qui lui permet de reprendre une vie normal, vierge de tout remord ! Est-il devenu un brave homme ? Nous poserons la question à toutes ses victimes !

Est-ce aussi l'unique raison pour laquelle il ne se préoccupe même pas des hommes à qui il a ordonné d'agir le 17 décembre et qui croupissent en prison ? Que fait-il pour eux ? RIEN ! Et il prétend qu'il a été un Chef !

____________________________

Il n'en reste pas moins vrai qu'Hassan Zakaria, le bourreau aurait eu peur de laisser sa vie dans cette opération avortée d’élimination en Ethiopie...
Son retour (sa fuite) vers Djibouti aurait été dramatique. "Son Excellence Ismaël Omar » n’apprécie pas les échecs … des autres (les siens lui suffisent largement !) et il devient alors horrible en face de ceux qui n'ont pas réussi !.

Trois fiascos successifs au cours de ces dernières semaines, « c’est à croire qu’ils le font exprès » doit penser Ismaël Omar. Dès qu’il tente un coup par personne interposée, ses hommes se plantent et le Chef d’escouade ….détale à toutes jambes !.

On murmure même dans son entourage immédiat, que quelqu’un l’aurait affublé du surnom de « Ismaël la scoumoune ». Si on vous demandait le nom de celui qui a inventé ce sobriquet, ne répondez surtout pas que c’est Hassan Saïd « Madobé » … ce pourrait être une contre-vérité et de toutes les façons vous prendriez de gros risques avec votre liberté et votre vie (Il ne plaisante pas Hassan Saïd) !

Une nouvelle fois « Son excellence Ismaël Omar » serait très irrité.

Cette succession de fiascos doit lui peser sur l'estomac, lui provoquer quelques aigreurs et lui laisser penser que le « mauvais sort » s’acharne sur lui. En cas de persistance de la scoumoune … il pourrait être victime d'un ulcère ou d'un malaise cardiaque.

Toutes affaires cessantes, il aurait ordonné au Premier Ministre Dileyta de convoquer l’Ambassadeur d’Ethiopie dans les meilleurs délais…Mais dans quel but !

- de se plaindre de l'efficacité des Services de Sécurité éthiopiens (très largement supérieurs à ceux de Djibouti)

- de présenter officiellement ses excuses à l’Ethiopie pour les « méprises » successives de ces dernières semaines, en rejetant totalement la responsabilité sur ses incontrôllables subordonnés les plus directs (Ayant agi seuls et de leur propre intiative - on connaît la version officielle fournie par des Chefs sans scrupule qui se défilent !) ?.

Eh bien ce n'est pas cela ! Si vous avez cru à cette hypothèse, c'est que vous ne connaissez pas Ismaël Omar, il ne commet pas d’erreurs.

M Dileyta aurait exigé de l’Ethiopie qu’elle libère sur-le-champ les militaires djiboutiens et les mercenaires qui furent envoyés à Awash aux fins de déstabiliser le gouvernement Ethiopien. Ces hommes avaient été envoyés pour semer la discorde entre les ethnies Afars et Issas et pour couper la route 'vitale' afin de provoquer une asphyxie économique de la capitale Addis Abeba.

Pour faire bon poids et bonne mesure, il a vraisemblablement mis dans le « package des exigences» la libération des hommes du « commando d’opérette » d’Hassan Zakaria.

Ne le répétez pas, c’est secret.

Le Cdt Hassan Zakaria a-t-il été puni sévrement par Ismaël Omar pour son échec ?

Compte tenu du temps record qu'il aurait établi pour rejoindre en courant le Palais présidentiel de Djibouti depuis Addis Abeba, nous pensons qu'il devrait faire partie de la sélection djiboutienne aux prochains jeux olympiques : catégorie marathon ?

Si nous avons bien intégré le caractère névrotique et égocentrique d’Ismaël Omar on peut imaginer sa stratégie en ces termes : « J’ai tenté, sans succès, de fomenter des troubles en Ethiopie pour imposer ma loi. Vous, les Ethipiens, vous devez me rendre mes mercenaires, mes militaires et leur armement pour que je puisse recommencer dans un mois …. ».

D’autre part, selon des indiscrétions, il y a tout lieu de penser que le Gouvernement en Exil de Djibouti pourrait avoir été cité au cours de cet entretien entre M Dileyta et l’Ambassadeur d’Ethiopie. On dit qu'à cette occasion, Ismaël Omar Guelleh, par Premier MInistre interposé, aurait reproché à l’Ethiopie de n'avoir pas refusé officiellement de reconnaître le GED ....

Pourquoi le ferait-elle ? Ce serait bien mal connaître le Gouvernement Ethiopien.

Si les manigances et les gesticulations d’Ismaël Omar Guelleh avaient été tolérées jusqu'à ces derniers jours, nous n’avons pas le sentiment que le Premier Ministre M Meles Zinawe soit l'homme à supporter que l’on vienne semer la discorde dans son pays alors qu’il s’efforce d’y maintenir la paix. A fortiori lorsqu'on l'opération a donné lieu à une violation caractérisée des frontières de son pays.

D’un côté, il y a un dictateur qui a falsifié les élections en 1999 à Djibouti et qui ne cesse de semer la zizanie dans la corne Est de l’Afrique, qui tente d'asphyxier l'économie de l'Ethiopie.

De l’autre, il y a le Gouvernement en Exil (GED) qui soutient les actions et les bonnes volontés, en particulier celles de l’Ethiopie, pour maintenir la paix. Il a condamné récemment et avec fermeté tous les actes irresponsables d’ingérences d’Ismaël Omar Guelleh dans les affaires intérieures d’un pays ami et dans le viol d'un territoire étranger.

A la place des Ethiopiens, nous aurions vite fait le choix !

En deux mois, le nom de « GED » semble avoir acquis une forte notoriété au sein de la population djiboutienne qui vit dans la misère et qui subit la terreur du dictateur auto proclamé « Ismaël Omar dit la scoumoune ». L’espoir pour les populations ne peut aujourd'hui venir que du GED qui lui propose de construire un autre avenir. Sera-t-il compris et suivi ?

Le seul risque c'est qu'il soit freiné par de nouvelles manoeuvres hasardeuses que Guelleh pourrait être tenté de fomenter en utilisant les liens tribaux des uns et des autres. On peut même se demander "à quand le clônage du GED", selon la technique favorite de Guelleh ?

Ajoutons à cela que le Gouvernement en Exil de Djibouti reconnaît la réalité de l’existence du Somaliland et de son peuple, tandis qu’Ismaël Omar parle toujours d'elle de façon péjorative comme de la région administrative du Nord-Ouest ... et qu'il gnore volontairement tous les liens familiaux, d’amitié et commerciaux qui sont une réalité ancestrale entre les Peuples djiboutiens et Somalilandais.

Le chamelier tourne en rond. Son avenir est derrière lui maintenant et il commence à en prendre conscience, mais c'est trop tard pour lui. Et les gamelles, dont nous parlions dans un précédent numéro, sont toujours là, de plus en plus présentes. Des échéances difficiles finiront par survenir. Affaire Borrel, affaire des faux dollars, prisonniers politiques, massacre d'Arriba, massacre d'avril 2002, détournement de fonds, enfants mineurs incarcérés et violés, etc....

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.