12/08/10 (B564) Message de remerciements de Jean-Paul Noël Abdi.

Chacune des deux parties de l’interview qu’il a donnée en exclusivité à l’ARDHD a été mis en ligne mercredi matin.

A peine 24 heures plus tard, nous constatons que chacune d’entre elles a été déjà écoutée et ou téléchargéé plus de 1.500 fois !!

Jean-Paul Noël Abdi nous prie de publier ses remerciements aux nombreux internautes qui ont pris connaissance de ses informations et de son appel.

 » Merci de publier mes remerciements à vous tous. Je ne sais pas comment vous dire merci non seulement pour vos encouragements, mais aussi pour vos accompagnements dans notre lutte commune en faveur des opprimé(e)s Djiboutiens(nes).

Pour les vieux Somalis, votre vrai frère est celui qui vous sauve et qui vous assiste à chaque fois dans votre combat.

Merci à l’ARDHD, à Survie et à tous nos Amis Défenseurs des Droits de l’Homme, à toutes les Organisations Humanitaires qui font leur Devoir, à tous les Amis des Peuples de la Corne d’AFRIQUE et en particulier des Peuples Afar et Somali qui sont toujours à combattre pour leur identité et leur liberté. 

Fidèles amitiés à toutes et à tous. »

Jean-Paul Noël Abdi

12/08/10 (B564) SOMALILAND : Méfiez vous de Guelleh, c’est un dangereux diviseur et non un rassembleur – Ecartez-vous de cette entreprise de destruction. BEWARE OF ISMAEL OMAR GUELLEH ! (Article en Anglais – Info lecteur M.H. – Ottawa)

The current head of state of Djibouti, ISMAEL OMAR GUELLEH, is someone who does not like democracy .He abhors everything that is linked to the rights of freedom and critics coming from the opposition side are hushed down whenever he has the opportunity to do so. Since he took power, thanks to his late uncle HASSAN GOULED who transferred the power to him like a family legacy, Djiboutian people have been living under ruthless oppression.

The right for fair and free election has always been denied to them. Every election, whether presidential, parliamentary or council, has been rigged under Guelleh`s watch. It is a shame to say that but the republic of Djibouti has the sad record in the sub-Saharan countries to be the only country in which the opposition has no seat in the parliament let alone a free newspaper belonging to it .In a nutshell, Djibouti is a besieged country and its people are living like hostages under Guelleh `s rule.

Despite huge cash flow generated from foreign investors in the country –Djibouti hosts three key military bases belonging to high profile Western countries namely France , the USA and, Japan. It also houses the international center for fighting piracy. The country is the only maritime outlet for Ethiopia, a nation of 60 million consumers .

In a word Djibouti could be the Dubai of East of Africa had it been properly managed and well run. Instead it has become the hub for money laundering, chronic corruption and ill -governance .Rumors say it mister ISMAEL OMAR GUELLEH to be one of the top three richest men in Africa. This money, scattered in different corners of the planet to avoid any probe or inquisitive eye, is of course the money stolen from Djiboutian people. Things are, unfortunately, going to worsen if president Guelleh clings to power beyond 2011 and the country could pay a heavy price for this lack of democratic change.

ISMAEL OMAR GUELLEH would like to see all people, no matter which country they live in, to have the same lot as Djiboutian ones fearing the former would influence the latter one-day. That is why this democratic election of Somaliland triggered two different feelings in Djibouti .It filled Djiboutian people with joy and hope on one hand and it was a real devastating setback and slap on the figure of ISMAEL OMAR GUELLEH and his cronies on the other hand. I am flat sure he almost had a heart attack and spent sleepless nights following this democratic victory of this neighboring province.

The noise of this democratic change from Somaliland came swiftly to knock the doors of GUELLEH and did shake his well-guarded despotic nest. Over crushed by what happened in this brotherly country and fearing a possible contamination upon Djiboutian people, ISMAEL OMAR GUELLEH will do everything to derail this young democracy in Somaliland. And I am warning our Somaliland brothers: If you are not cautious with this man your democratic process is likely to become cropper because his hidden agenda is to make it fail.

He will use any necessary tools in his hands to disable you before your take- off .He will try to aground this full fledgling democracy. His tools to bankrupt you will go from fake friendship, underground lobbying, graft by using our public money of course. He will not even hesitate to carry out criminal acts inside this territory as he did in the past and still doing in whole region. He will try to turn you into puppets as he did with RAYALEH`S former government whenever it is possible.

Other ideal tools GUELLEH will use if he fails to disrupt Somaliland democracy directly .He is going to turn the border between Djibouti and Somaliland into an endless blackmail. This border, which is the bedrock for many Somali and Djiboutian businesses, is also a humanitarian corridor through which many people transit daily. It allows them to sustain their families and siblings by doing small businesses.

Despite this much needed border bond and instead of easing it to make it humane, mister GUELLEH gets it closed at least four times a year and transforms it into a nightmare for those innocent people just in the mere intention to have Somaliland authorities kneel down to his whims when they refuse to do what he wants them to do. Another tool but the least one mister GUELLEH will try to use is to poke clanic tensions between the different communities living in Somaliland for the sake of splitting your unity and destabilizing the country future in the long run.

Djiboutian people are expecting to get rid of GUELLEH `s regime in the forthcoming election of 2011.They are hoping things will pretty much look like to what happened in this year , that is to say a peaceful democratic change home so that the two people live side by side in good brotherhood and in a mutual respect as well.

Let us remember one last thing about ISMAEL OMAR GUELLEH: He is a dangerous divider rather than a uniter. He is bad-doer rather than a good- doer. He is destroyer rather than a builder. It is time to wipe this evil out of the horn of Africa so that the region resumes its legendry and peaceful harmony. Let us all of us stay away from GEULLE `s destructive enterprise!

12/08/10 (B564) Un dernier verre à la santé ? Mais de qui ? Des victimes de la dictature ??? (ARDHD)

C’est une photo prise lors de la soirée de l’Ambassadeur de France Dominique Decherf, qui recevait son équipe à l’occasion de son départ, fin juillet.

Cette photo est extraite du site officiel de l’Ambassade de France.

A la santé de qui, trinquait notre Ambassadeur avec autant de plaisir affiché ? Des victimes de Guelleh, des civils torturés ou exécutés par le régime, des malheureux expropriés soit par la force, soit par l’incendie de leurs maisons. Ou trinquait-il à la réussite du viol constitutionnel qui devrait conduire Guelleh à une Présidence à vie, si le peuple ne réagit pas ….

A noter que l’Ambassadeur de France n’a jamais eu un mot ni pour ces malheureuses victimes ni pour exprimer la moindre indignation face au viol consitutionnel, ni pour dénoncer l’emprisonnement depuis deux mois, de mineurs « y compris d’un bébé de deux ans ».

Mais non, vous n’y êtes pas ! Bande de mauvaises langues ! L’Ambassadeur exprimait, peut-être, simplement sa joie de quitter Djibouti et de ne plus avoir à se rendre chez Guelleh, en subissant son mauvais caractère et son inimité viscérale vis à vis de la France. Qui sait ?

Bonne route Monsieur l’Ambassadeur.
Le régime de dictature encouragé par la France a encore de belles années devant lui avec des soutiens, comme le vôtre.

Les Djiboutiens pour lesquels vous n’avez jamais rien fait, ne regretteront certainement pas votre départ. Les partis d’opposition non plus !

Notons quand même, que contrairement à votre prédecesseur, M. Angelier, vous n’avez pas été coopté dans l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire de Djibouti !!

17/04/10 (B547) L’Assemblée nationale a voté l’ouverture au troisième mandat de Guelleh, sans ne susciter à ce jour et à notre connaissance, aucune réaction officielle de l’opposition (ARDHD)

La manoeuvre, que chacun semblait craindre et dénoncer dans l’opposition, a été réalisée cette semaine par Arnaoud, le Président de l’A.N.

A ce jour et à notre connaissance, nous n’avons reçu aucun communiqué ni aucune information des partis d’opposition ni des associations pour dénoncer ce coup d’Etat constitutionnel.

C’est étonnant ? Mais la réalité est là.

Il ne faudrait pas aller jusqu’à dire que l’opposition accepte ce viol de la constitution, car ce n’est certainement pas le cas, mais pour le moment le régime de Guelleh peut dormir tranquille : il n’y a aucune levée de boucliers contre cette manoeuvre indigne. Les dignitaires du régime ne manqueront pas de le faire remarquer ….. le coup d’Etat est passé inaperçu pour le moment et personne ne le critique publiquement ! Ce qui légitimera (au moins à leurs yeux) à la fois la méthode employée et le contenu…!

Et qui va en subir les conséquences ? Le peuple djiboutien au pays qui devra endurer des privations encore plus grandes, de nouvelles restrictions des libertés et des violences.

Certains observateurs étrangers qui nous ont
contactés, s’étonnaient de cette absence de réaction et ils nous ont demandé s’il était légitime de continuer à dénoncer ce que nous considérons comme un abus constitutionnel anti–démocratique. Difficile de leur répondre quand aucune organisation djiboutienne ne réagit et ne dénonce.

A ce rythme là et faute d’opposition engagée, unie et concernée, c’est l’alternance démocratique qui va prendre du retard …. ont-ils ajouté !

16/04/10 (B546) Point de vue d’une lectrice. Notre constitution vient d’être violée et personne (sauf l’ARDHD) pour lancer l’alerte et dénoncer le crime. Que se passe-t-il dans l’opposition.

Je voudrais juste vous faire part de mes interrogations. En consultant l’ADI, puis le site de l’ARDHD, j’ai été informée très rapidement du fait que notre constitution avait subi les derniers outrages : le viol.

Et pourtant à ma connaissance, je n’ai pas enregistré à cette heure où je vous écris, la moindre réaction ni des partis d’opposition, ni des associations qui montent traditionnellement au front pour dénoncer les abus commis par le régime et les violations des D.H.

Que se passe-t-il ? Chers compatriotes, il serait temps de vous réveiller enfin, car sinon, on va en reprendre pour cinq ans …. Etes-vous anéantis ?

15/04/10 (B546) Un lecteur nous informe de l’organisation d’une manifestation anti-révision à Ottawa le 1er mai. Nous attendons une confirmation et des précisions complémentaires sur les organisateurs, etc…

Une manifestation anti « révision de la Constitution de Djibouti » à Ottawa

Selon des sources fiables, une grande manifestation se tiendrait à Ottawa (Canada) le samedi 1 mai 2010 avec la participation des Djiboutiens et des Somaliens.

Les organisateurs auraient avancé un nombre supérieur à 1.300 de participants dans la capitale. Toujours selon eux, les gens pourraient venir non seulement du Canada, mais aussi des Etat-Unis.

La manifestation commencerait 10h le matin devant le Parlement canadien puis à 14h les manifestants défileraient dans le centre-ville en passant devant l’ambassade de Etat-Unis puis en marquant un arrêt devant l’ambassade de France.

Autre info:

Selon des proches, Abdourahman Boreh aurait confirmé qu’il effectuerait un visite de 10 jours à Ottawa en juin pour rencontrer les Djiboutiens et pour ouvrir un bureau politique à Ottawa. Cette année, il aimerait fêter le 27 juin à Ottawa.

Votre antenne d’Ottawa.

15/04/10 (B546) Viol de la constitution. Un lecteur s’étonne que des articles n’aient pas été modifiées dans un souci d’harmoniser la constitution avec les pratiques locales de la Police et du SDS.

Pour voter l’amendement concernant le troisième mandat, nos députés ont fait semblant de faire une toilette neuve et complète de la constitution, souvent, disent-ils dans le but de s’adapter aux évolutions, aux nouvelles pratiques, etc… Beaucoup de boniments pour masquer la réalité. Mais on est habitué …

En revanche, s’ils étaient honnêtes et responsables, ils auraient du supprimer en particulier tous les articles concernant l’égalité des citoyens devant la loi, la protection du domicile privé et de la propriété, la démocratie et le libre exercice des partis politiques d’opposition, le respect sacré de la personne humaine, l’impossibilité d’emprisonner sans jugement et la pénalisation des responsables qui se livrent à des actes de torture.

Comme ces pratiques continuent et se multiplient : torture, viol des domiciles, arrestations et emprisonnements arbitraires, nous aurions une constitution, certes extrêmement critiquable, mais en harmonie avec la réalité.

Ce n’est pas le cas et je manifesterai contre ce coup d’état constitutionnel qui est contraire à la volonté populaire.

15/04/10 (B546) Arnaoud, sur ordre de Guelleh, fait passer un grand nombre d’amendements de la Constitution (dont certains sont plus que légitimes, – interdiction du cumul des mandats de député avec un poste ministériel, abolition de la peine de mort, …). Mais tout cela c’est pour minimiser le plus important : l’amendement de l’Article 23 qui ouvre la voie à la monarchie dictatoriale héréditaire (même si pour la façade, l’age maximum est limité à 75 ans – On ne parle plus non plus de l’interdiction de la double nationalité …) ….. L’Adi nous donne des détails plus précis.

15/04/2010 – Constitution : les articles fondamentaux révisés

L’adhésion du peuple djiboutien aux valeurs islamiques qui est, réaffirmée.

L’assertion de l’Islam comme religion de l’Etat est déplacée du préambule et devient le 1er alinéa de l’articler 1er de la Constitution.

L’article 6 introduit les groupements des partis politiques et leur reconnaît les mêmes pouvoirs que les partis politiques.

L’article 10 est amendé, un nouvel alinéa est ajouté et porte l’inscription dans la Constitution du principe de l’abolition de la peine de mort.

En premier lieu, les motifs de cette innovation sont principalement le souci pour le constituant de consolider les Droits de l’Homme dans notre pays. Le présent amendement figure déjà dans le corpus de règles pénales en vigueur en République de Djibouti.

En second lieu, la position de notre pays est en accord d’une part avec la résolution de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies demandant l’abolition de la peine de mort adoptée en 1971, et d’un autre côté avec la résolution de l’Assemblée Générale relative au moratoire sur la peine de mort adoptée le 18 Décembre 2008.

En dernier lieu, cet amendement permettra de transposer à contrario l’article 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dont le contenu précise que « le droit à la vie est inhérent à la personne humaine. » Cette Déclaration est partie intégrante de la Loi fondamentale Djiboutienne comme l’énonce explicitement le Préambule.

La nouvelle loi constitutionnelle prévoit également de lever la limitation du nombre de mandat présidentiel fixé à l’article 23 et qui devient un nouvel article 24 de la Constitution.

Juridiquement, le Président de la République de Djibouti est élu au suffrage universel. Ce droit fondamental consacré par la Constitution donne le pouvoir au peuple de choisir directement son représentant. Ne serait-il pas antirépublicain de gêner ce peuple dans son droit de conserver un dirigeant aussi longtemps que l’opinion publique le juge efficace et utile pour le pays ? Puisque ce n’est pas la durée au pouvoir qui est fondamentale. C’est ce que l’on fait du pouvoir. Et qui peut le faire au mieux pour le peuple Djiboutien.

L’idée première de la limitation du mandat présidentiel réside dans l’argument de la confiscation du pouvoir par un seul homme.

Cette inquiétude est levée par l’amendement apporté à l’article 24 qui deviendra le nouvel article 23, lequel dispose que l’âge maximum d’un candidat à la présidence de la République soit désormais fixé à soixante quinze ans. A rappeler que le contenu du titre III « Du Président» et du titre IV « Du Gouvernement » sont regroupés dorénavant dans un titre unique qui s’intitule titre III «Du pouvoir exécutif ».

Les titres suivants, du fait de cette modification, opèrent une translation. A titre indicatif, les actuels titres V et suivants vont changer de numérotation : ils deviendront titre IV, etc.

L’article 37 de la Constitution portant sur le pouvoir du Président de la République en matière de traités, accords et conventions internationaux a été déplacé vers un nouveau titre et devient article 70.

L’article 41 fait l’objet d’amendement en ce qui concerne des mesures procédurales des relations du premier ministre et du Président de la République, ainsi que son rôle vis-à-vis du gouvernement.

L’article 44 de la Loi fondamentale est modifié. L’interdiction de cumul entre le mandat parlementaire et le portefeuille ministériel est introduite dans la Constitution.

Les motifs en faveur de cet amendement se trouvent au niveau de l’atteinte portée au principe de la séparation stricte de pouvoirs. A travers la constatation des situations actuelles, un ministre en cas de double casquette (ministre / député) vote un projet de loi dont il est, quelques fois, l’auteur. Le principe est affecté.

L’article 47 portant sur les inéligibilités de titulaires de certaines fonctions et qualités pour concourir à un mandat de député est modifié. Il faut comprendre la nécessité de ces reformes politiques comme un acte majeure pour la consolidation de la démocratie dans notre pays.

L’amendement présenté est, en fait, une disposition actualisée qui tient compte de nouvelles reformes intervenues telles que le processus de la décentralisation et les mesures actuelles qui régissent le domaine de la Défense. Les nouvelles structures et leur corollaire pratique étant postérieurs à la rédaction de notre Constitution, ce projet d’amendement corrige les dispositions existantes.

L’amendement sur l’article 53 introduit le principe de la publicité des travaux et la publication, dans le Journal Officiel, des débats de l’Assemblée Nationale ainsi que la tenue à titre exceptionnel de séances parlementaires en huis clos et ce dans les conditions déterminées par le Règlement Intérieur.

Par ailleurs, la nouvelle loi constitutionnelle comportera un nouveau titre (TITRE 11) portant sur le Médiateur de la République. Ces dispositions portant sur le Médiateur de la République sont inédites comme en témoigne le souci d’institutionnaliser le rôle de ce nouvel organe dans la Constitution.

Cependant, le Médiateur de la République se devait d’être distingué au niveau constitutionnel pour rendre plus efficient son rôle de médiation entre l’Administration et les usagers. Font également partie de ces nouvelles dispositions, les amendements concernant les articles 85 et suivants de la Constitution, relatifs aux Collectivités territoriales. Ces dispositions viennent renforcer le corpus régulant le processus de la Décentralisation de notre Pays.

Ces articles apportent des précisions en matière du statut, de la définition, de mission et de fonctionnement des collectivités territoriales.

Enfin, l’article 93 du texte constitutionnel relatif aux dispositions finales et transitoires se trouve modifié suite à l’accord du principe de l’institution d’un Sénat qui sera mis sur pied dès que les conditions nécessaires à sa création seront réunies.