10/01/2013 (Brève 088) Communiqué, daté du 31 décembre 2012, de l’ACSAO à propos de la tuerie d’Obock (le retard dans la publication est lié à un problème de transmission)

*Communiqué de l’ACSAO sur la tuerie d’Obock*

La communauté afar d’Ottawa est meurtrie dans sa chair suite à la fusillade
survenue dimanche après-midi dans la ville d’Obock qui a couté la vie au jeune collégien Hafiz Mohamed et blessé plusieurs autres.

Dans un contexte de bâillonnement de la population djiboutienne et vu la chape de plomb qui écrase depuis deux décennies la ville martyr de Cayyu, cette énième tuerie, comme d’autres dont la plus meurtrière est la tuerie d’Arhiba du 18 Décembre 1991, orchestrée par le gouvernement ou par un groupe extrémiste au sommet de l’État, prouve que l’impunité est garantie à tout élément en uniforme qui tue un civil afar fut-il un enfant.

La jeunesse obockoise qui voulait exprimer son mécontentement contre des décisions gouvernementales de manière démocratique et pacifique a été réprimé dans le sang par des éléments de la GIGN. Quand la violence étatique est érigée en machine à tuer, il est légitime de se demander pourquoi cette méthode est toujours privilégiée quand il s’agit des Afars.

La communauté Afar d’Ottawa :

– Condamne avec fermeté cet acte ignoble et lâche – Exige l’ouverture d’une enquête indépendante pour identifier les auteurs de la mort du jeune Hafiz
– Apporte son soutien aux jeunes manifestants d’Obock et à la jeunesse djiboutienne en général.
– Adresse ses sincères condoléances à la famille du défunt ainsi que toute la population d’Obock. Que Dieu accueille le jeune martyr dans son Paradis Éternel.

13/12/2011 (B634) ACSAO – Appel à manifester le 17 décembre de 14h00 à 16h00 à Ottawa / Canada. pour commémorer le massacre des civils le 18 décembre 1991 à Arhiba (article modifié le 14/12 avec ajout de l’heure)

À l’instar des années précédentes, la commémoration du massacre d’Arhiba se tiendra encore cette année en Europe, au Canda et à Djibouti. Mais un chiffre d’abord : 20 ans ! Déjà ! Qui donne le tournis quand on sait que les commanditaires de cette tuerie perpétrée le 18 décembre 1991 courent toujours.

Et il s’en trouve qui s’étonnent qu’on parle encore de ce massacre après toutes ces années.

Face à ceux-là – toujours les mêmes – qui plient quotidiennement le genou par oisiveté ou soumission, se tenir debout et commémorer encore et encore.

D’abord, en mémoire des civils innocents tombés sous les balles d’un régime pris de fureur vengeresse. Ensuite pour conjurer les vieux démons de la division.

D’où l’appel de l’Acsao lancé à toutes les composantes de la nation djiboutienne exilée au Canada à se rassembler le samedi 17 décembre 2011 sur la Colline parlementaire et devant les ambassades américaine et française.

Une pensée aussi à nos compatriotes restés au pays, jeunes et moins jeunes, jetés en prison et torturés pour avoir osé réclamer ce qui leur revient de droit; du travail, plus de justice et un avenir décent pour eux et pour leurs progénitures.

N’insultons pas l’avenir et témoignons-leur au moins un soutien moral, nous qui sommes à l’extérieur.

Enfin, s’agissant d’Ottawa, l’Acsao compte convier les manifestants à une table ronde pour débattre de divers sujets d’intérêt commun.

Le président de l’Acsao
Abdoulkader Mohamed

P.S : L’Acsao relaie le cri du cœur lancé par un groupe de volontaires qui travaillent d’arrache-pied pour réhabiliter le cimetière où sont enterrées les victimes de la tuerie d’Arhiba.

Un haut le cœur vous envahit à la vue de cet endroit tombé en décrépitude qu’une caméra a capté. Les séquences sont disponibles sur youtube !

Un comité a été mis en place pour collecter l’argent nécessaire pour la réhabilitation du terrain.

Pour la diaspora, il se répartit comme suit :
Belgique : GAAS AHMED NUR, Tél: 0032 477-327-090
Canada : AICHA KASSIM YOUSSOUF, Tél: 001 613-740-1668
Germany: NOUMAN MOUSSA, Tel 0049 22-11-68-38-680
Norway : ABDO MOHAMED ALI (Karate), Tel: 0047 40-64-24-18
Royaume-Uni : ABDULKADIR YUSUF, Tél: 0044 20-75-15-79-78
Sweden: AHMED YASIN, Tel: 0046 704-952-927
USA : IBRAHIM ADEN, Tel: 001 763-535-9273

Pour le reste du monde, vous pouvez envoyer votre contribution par dahabshiil à MOHAMED ALI OMAR dit QALI CERRAYTU/ TEL N° KAK 82 72 47

17/02/11 (B591) Soutien de l’ACSAO à la manifestation du 18 février 2011 à Djibouti

À l’appel de l’Union pour l’Alternance Démocratique ( UAD ), une Manifestation pacifique et continue aura lieu le vendredi 18 février 2011 à 14heures à l’Avenue Gamal-Abd-El- Nasser.

Cependant, en dénigrant l’opposition légale officiellement par la bouche du président de la République (entretien avec la bbc en langue somalienne ) et officieusement à travers les sites pro-gouvernementaux, le gouvernement djiboutien semble avoir opté pour la répression plutôt que le dialogue. D’où les arrestations ces dernières semaines de plusieurs leaders de l’opposition et de Jean-Paul Abdi Noël, Président de la ligue djiboutienne des Droits humains (LDDH).

L’Assocation Culturelle et Sportive des Afars d’Ottawa (ACSAO) exprime sa solidarité avec le peuple djiboutien qui, en vertu des droits et libertés garantis par la constitution, va manifester et exiger une véritable transition démocratique.

L’ACSAO condamne les arrestations arbitraires et éxige la libération immédiate de J-P Abdi Noël et de tous les opposants.

D’autre part, après le prétexte fallacieux de découverte des explosifs à Assarahtou dans la région d’Obock, la communauté afare du Canada craint le retour de la démentielle politique de la terre brûlée dans le Nord et le Sud-Ouest du territoire.

L’ACSAO met en garde le gouvernement djiboutien contre les exécutions arbitraires des nomades et autres ratissages incontrolés commis par les mercenaires incorporés dans l’AND.

Enfin, l’ACSAO se joint à la manifestation du samedi 19 février 2011 sur la Colline Parlementaire organisée par des associations et des mouvements démocrates du Canada.

Fait à Ottawa, le 16 décembre 2011
Abdoulkader Mohamed
Président.

17/12/10 (B582) Communiqué de l’ACSAO, pour rappeler les détails de la manifestation organisée demain à Ottawa.

ify »>Manifestation du 18 décembre 2010 à Ottawa :

rappel et dernières instructions

Elle se déroulera comme suit :
De 11 :30 à 12 :30 (midi) sur la Colline parlementaire.
De 12 :30 à 13 :30 devant l’ambassade américaine à Ottawa
De 13 :30 à 14 :30 devant l’ambassade française au 42 Promenade Sussex

La marche se limitera aux trottoirs des rues suivantes :

Wellington/Rideau entre la Colline du Parlement et l’Avenue de Mackenzie ;

l’Avenue Mackenzie entre la Rue de Rideau et la Rue St. Patrick ;

St. Patrick entre l’Avenue Mackenzie et le chemin Sussex;

chemin Sussex entre St. Patrick et l’Ambassade de France.

Programme de l’après-midi

Conférence à partir de 15 :00

Lieu : Université du Québec en Outaouais (UQO)
à la salle D-0443-0445.
Débat autour du concept de « Nation-État » dans la sous-région et à Djibouti en particulier.

Les points suivants seront abordés :
Histoire et Peuples
Indépendance et Souveraineté
Paix et Concorde civile.
Citoyenneté.

Abdoulkader Mohamed
Président de l’A.C.S.A.O

08/12/10 (B581) Appel de l’ACSAO pour manifester le 18 décembre, en commémoration du massacre d’Arhiba et en hommage aux victimes innocentes. (Info transmise par la rédaction de Djiboutii.net)

Appel à manifester pour commémorer le massacre des civils du 18 décembre 1991 à Arhiba.

Le 18 décembre 2010, cela fera vingt ans que l’impunité dure !

Et c’est parce que les commanditaires de ce massacre courent toujours, que les
forces de l’ordre de « l’ogre honni » ont recommencé, toujours à Arhiba,
le 30 novembre 2005.

Impunité toujours quand le 23 octobre 2007, les autorités de Djibouti expulsèrent vers le Yémen 7 citoyens Djiboutiens.

Hier comme aujourd’hui, nos compatriotes Gadaboursis se
font massacrer par ce même régime. À la moindre escarmouche avec la
Somaliland voisine, l’oligarchie au pouvoir insulte et humilie dans
son journal la Nation nos compatriotes issacks et ferme les frontières à titre de représailles.

À Ali-Sabieh la fière, les sbires du régime impopulaire matent les Assajogs qui lui résistent. Le nord et le sud-ouest du pays sont des zones militarisées où règne la peur.

N’oublions pas Mahamad Hamad Youssouf, 55 ans, exécuté froidement de deuc balles dans la tête, puis enterré par
les hommes d’un certain lieutenant Wais.

C’était le 5 novembre 2008 dans l’oued Hoflo, à 2 km d’Assagueila (75 km de Tadjourah).

L’Association Culturelle et Sportive des Afars d’Ottawa – A.C.S.A.O – dit « Ca suffit ! »

Elle lance un appel à manifester devant le Parlement
canadien à Ottawa, le samedi 18 décembre 2010.

La commémoration du massacre du 18 décembre et de tous les autres crimes est indispensable tant et aussi longtemps que les commanditaires ne seront pas traduits en justice.

Tant et aussi longtemps que la violence d’État sera érigée en système politique à Djibouti.

Abdoulkader Mohamed,
Président de l’A.C.S.A.O