13/05/08 (B447-B) AFRIK.COM avec TV5 : Somalie : début des pourparlers de paix à Djibouti

Une conférence de réconciliation sous l’égide des Nations unies entre le gouvernement fédéral de transition somalien et son opposition, dominée par les islamistes, a officiellement débuté lundi à Djibouti, rapporte TV5.

Jusqu’à présent, l’opposition faisait savoir qu’il n’y avait aucune discussion possible avec le gouvernement tant que l’armée éthiopienne reste en Somalie. Les pourparlers devraient durer une semaine.

06/05/08 (B446-B) AFRIK.COM /Somalie : deuxième jour d’émeutes de la faim – La police a tiré sur les manifestants à Mogadiscio

La Somalie connaît ce mardi son deuxième jour d’émeutes contre la vie chère et l’inflation. Lundi, la police a tiré à balles réelles sur les milliers de manifestants, faisant au moins un mort et plusieurs blessés. Les marcheurs dénoncent notamment que les commerçants n’acceptent pas le shilling somalien, fortement dévalué et contrefait.

Pour juguler la crise, le président somalien Abdullahi Yusuf Ahmed a annoncé la création d’une « nouvelle monnaie ».

Les « émeutes de la faim » frappent encore Mogadiscio. Pour le deuxième jour consécutif, ce mardi, des milliers de Somaliens sont descendus dans les rues de la capitale somalienne pour contester la hausse du prix des denrées alimentaires et l’inflation. Lundi, ils étaient entre 7 000 et 20 000 à manifester pour dénoncer la vie chère. Certains d’entre eux, armés de grenades ou de pierres, se sont attaqués à des vitrines et des autobus.

La police, qui est intervenue en tirant directement sur les marcheurs, aurait fait entre un et cinq morts et plusieurs blessés.

Le lendemain de ce drame, les Somaliens se sont donné rendez-vous pour une nouvelle mobilisation. Quelque 10 000 manifestants ont défilé pour les victimes de lundi et contre l’augmentation des prix. Cette fois, les forces de l’ordre ont tiré en l’air pour disperser la foule, ont rapporté des témoins. Une foule à laquelle appartenait le leader religieux cheikh Mohamoud Abdulle. « Tout le monde se fiche des civils (…) et les commerçants nous font en ce moment encore plus de tort que les ennemis armés de la Somalie », a-t-il déclaré. Une allusion à la guerre qui oppose quasiment quotidiennement des insurgés islamistes au pouvoir et à leurs alliés éthiopiens.

« Nouvelle monnaie »

Depuis un an, le prix des céréales fortement augmenté, avec des étiquettes affichant de plus 110% à plus 375%. Le kilo de blé vaut ainsi aujourd’hui 18 cents d’euro contre 7 cents en janvier. Quant au sac de riz, il valait 16,7 euros il y a quatre mois, contre 30,6 euros actuellement. C’est dans ce contexte que les commerçants suscitent la colère des clients potentiels en privilégiant les transactions en dollars américains et en refusant de prendre les anciens billets de mille shillings somaliens – une monnaie dont les billets sont largement contrefaits et qui a presque perdu la moitié de sa valeur en quinze mois.

La situation n’est pas près de s’arranger, si l’on en croit les menaces de sécheresse. De quoi craindre que d’autres affamés rejoignent les quelque 2,6 millions de Somaliens dépendant de l’aide alimentaire des Nations Unies. Depuis janvier, ce nombre aurait d’ailleurs déjà augmenté de 40%. Afin de juguler la crise, le président somalien Abdullahi Yusuf Ahmed a déclaré lundi, à Paris, qu’il prévoyait la création d’une « nouvelle monnaie ».

La France a quant à elle annoncé qu’elle doublerait son aide alimentaire à la Somalie, qui passera à 7 millions d’euros en 2008

05/05/08 (B446) AFRIK.COM : Somalie : des milliers de manifestants contre l’attaque américaine.

Des milliers d’habitants de la ville somalienne de Dhusamareb (centre du pays), visée jeudi par un bombardement de l’armée américaine, ont manifesté dimanche contre cette attaque.

Elle a causé, entre autres, des problèmes de santé au sein la population et provoqué des destructions, indique Le Devoir.

L’attaque américaine visait le chef du mouvement islamiste extrémiste somalien Aden Hashi Ayro et un autre responsable islamiste, tués jeudi avec 10 autres personnes dans le bombardement.

26/04/08 (B445) AFRIK.COM avec Le Parisien : Piraterie : la Somalie demande des mesures internationales

« Le gouvernement somalien demande à la communauté internationale de prendre des mesures contre la piraterie », a déclaré dimanche le Premier ministre somalien à la presse, alors que 26 membres de l’équipage d’un thonier espagnol étaient retenus le même jour en otage à bord de leur navire par un groupe de pirates.

Nur Hassan Hussein a par ailleurs salué le fait que la France ait décidé de juger sur son territoire six pirates qui auraient participé à la prise d’otage de l’équipage du voilier de luxe Le Ponant, rapporte Le Parisien.

04/04/08 (B441-B) Somalie : des attaques d’insurgés islamistes font au moins 19 morts (Deux dépêches)

____________________________________ Afrik.com

Deux attaques séparées menées jeudi par les insurgés islamistes, dans le centre et le sud de la Somalie, ont fait au moins 19 morts, dont 15 militaires, rapporte TV5.

Le matin, le gouverneur de la région de Bay (sud de la Somalie) est sorti indemne d’une attaque qui a fait au moins quatre morts, dans la localité de Qasahdere (350 km au nord-ouest de Mogadiscio).

Le même jour, des combattants ont attaqué une base militaire située à l’extérieur de la localité d’Adado, à 500 km au nord de la capitale Mogadiscio, tuant au moins 15 militaires et en blessant 20

___________________________________ Le Point avec Reuters

Des attaques islamistes font une vingtaine de morts en Somalie

ATTAQUES ISLAMISTES EN SOMALIE À ADADO ET PRÈS DE BAÏDOA

Une série de coups de main attribués aux miliciens armés Chabaab ont fait une vingtaine de morts jeudi à travers la Somalie, confirmant que la guérilla islamiste s’étend bien au-delà de Mogadiscio.

Associé par Washington à Al Qaïda, les Chabaab formaient la branche armée du régime des tribunaux islamiques que l’armée éthiopienne a chassé en décembre 2006 de Mogadiscio pour y installer le gouvernement fédéral transitoire du président Abdoullahi Youssouf.

Si la guérilla de Chabaab contre le régime est surtout menée dans la capitale, où elle a fait 6.500 morts depuis la fin 2006, leur attaque la plus meurtrière de jeudi a été menée contre une milice pro-gouvernementale basée à Adado, à 550 km au nord de Mogadiscio.

Les assaillants ont tués au moins quinze miliciens et trois civils, saisi huit "technicals", ces 4×4 surmontés de mitrailleuses lourdes prisées par les factions somaliennes, et incendié trois chars, rapporte des habitants, qui parlent de cadavres jonchant les rues.

Les jeunes miliciens islamistes ont également frappé à Kansah Dhere, à 60 km au sud-ouest de la base gouvernementale de Baïdoa, dans le centre-sud du pays, tuant trois soldats et en blessant deux autres. Les islamistes ont enfin abattu un officier de renseignement dans la région voisine de Bakol.

Ahmed Mohamed,
version française Marc Delteil

29/02/08 (B437) AFRIK.COM avec TV5 : Ethiopie : les rebelles de l’Ogaden ont tué « 43 soldats »

Les rebelles éthiopiens de l’Ogaden (Sud-Est) affirment avoir tué « 43 soldats » et blessé « des dizaines » d’autres au cours des deux dernières semaines, indique TV5.

Un porte-parole du gouvernement a démenti ces informations, expliquant que les dissidents du Front national de libération de l’Ogaden « ne sont pas en position de mener une attaque contre les forces gouvernementales ».

24/01/08 (B431-B) AFRIK.COM / Somalie : cinq obus explosent à proximité de la résidence du Premier ministre

Cinq obus de mortier ont explosé, mercredi, à Mogadiscio près de la résidence du Premier ministre somalien, Nur Hassan Hussein, indique TV5. « Nous ne savons pas les motivations du bombardement (…) mais je crois que c’était de l’intimidation », a Ba-Huko Baridgye, le porte-parole de l’Union Africaine, précisant que « personne [n’avait] été très inquiet de ce qui se passait à l’extérieur ».

Par ailleurs, un enfant a été tué et deux personnes ont été blessées lorsque trois obus de mortier ont touché les environs de l’aéroport de Mogadiscio, selon le père de la victime. (Jeudi 24 Janvier – 13:01)

22/12/07 (B427) AFRIK.COM : Guerre de Somalie : les Nations unies mises en accusation

Le Premier ministre éthiopien leur reproche d’alimenter la crise

Meles Zenawi, le Premier ministre éthiopien, a dénoncé jeudi « la position contre-productive des Nations unies » dans la crise somalienne. De son côté l’ONU a rappelé, mercredi, son intention de poursuivre ses travaux préparatoires pour le déploiement éventuel d’une force de paix en Somalie, un pays en proie à la guerre civile depuis 1991.

« Là-bas, la situation est difficile, mais il pourrait y avoir moins de battage et d’exagération », a déclaré à la BBC, Meles Zenawi. Le chef du gouvernement éthiopien a accusé, jeudi, les Nations unies de participer à la crise somalienne. Pour M. Zenawi qui a envoyé, en mars 2006, ses troupes en Somalie pour soutenir le gouvernement de transition à chasser les milices islamistes, la position onusienne est « contre-productive ». « Il semble que des agences onusiennes font plus de mal que de bien en reprenant des rapports infondés d’autres agences sans avoir essayé d’en vérifier les faits », a expliqué, jeudi, le Premier ministre à la chaîne anglaise.

Selon les Nations unies, les affrontements entre les rebelles et les forces éthiopiennes à Mogadiscio, la capitale somalienne, ont créé la plus grave crise humanitaire en Afrique. A ce propos, le conseil de l’ONU a appelé, mercredi, « toutes les parties en Somalie à assurer un accès à toute l’aide humanitaire et à remplir leur responsabilité et leurs obligations ».

Interrogé sur l’action des ses troupes en Somalie, le Premier ministre éthiopien, qui est aussi la cible des critiques, a démenti avoir sous estimé la force des islamistes. « Notre objectif de départ était de stopper l’influence djihadistes en Somalie et de tenter de les empêcher de prendre le contrôle du pays. C’est ce que nous avons fait en plusieurs semaines » s’est-il défendu devant la BBC. Il a également rejeté les accusations concernant l’implication de ses troupes dans des fusillades sur la population. M. Zenawi a déclaré que « tuer des civils serait pour eux du suicide, ajoutant que « néanmoins, il était inévitable de faire des victimes parmi les habitants, dans certaines zones ».

Y aura t-il une force de l’ONU en Somalie ?

Le chef du gouvernement a déploré le retard pris dans le déploiement des forces de maintien de la paix de l’Union africaine, qui n’a pu envoyer que 1600 soldats ougandais sur les 8000 militaires prévus. « Je comprends pourquoi l’Union Africaine n’a pas les ressources pour tenir sa promesse, mais j’espère que ceux qui ont ces ressources soutiendront l’Union africaine pour qu’elle puisse déployer ses troupes », a souligné Meles Zenawi.

Réuni mercredi, le conseil de sécurité de l’ONU a renouvelé son appel à poursuivre les travaux préparatoires au déploiement éventuel d’une force de paix en Somalie mais n’a pas certifié l’envoi de ses troupes dans le pays. Pourtant l’UA souhaite que les Nations unies prennent le relais de leur force, baptisée Amisom, jugée « sous-financée et en sous-effectif ». Projet qui semble plutôt compromis aux dires du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon qui avait estimé, dans un rapport publié le 8 novembre dernier, qu’une force multinationale n’« était pas une option réaliste et viable » et préconisait plutôt d’envisager « d’autres options » pour sécuriser la Somalie et sa capitale.

Mogadiscio est le théâtre de violences régulières depuis la débâcle, il y a dix mois, des islamistes qui ont perdu les régions qu’ils contrôlaient depuis 2006.