04/01/10 (B572) Djibouti disposé à former des untés de police en Somalie (Afrique Avenir avec APA)

Djibouti s’est déclarée disposé à assurer une formation à quelque 500 policiers somaliens, a déclaré lundi, l’ambassadeur de Djibouti en Somalie, Dayib Doubad Robleh, à l’ouverture à Madrid des travaux la 18ème réunion du Groupe international de contact (GIC) sur la Somalie, a appris APA de source officielle.

Le diplomate djiboutien qui n’a donné aucun détail sur le contour de cette formation a toutefois estimé que celle-ci avait accusé du retard puisqu’elle devait en principe démarrer vers la fin du mois d’août passé.

« Il est impératif que la communauté internationale dépasse le stade des promesses et qu’elle prenne en considération les dangers réels existants dans ce pays, lesquels risquent d’affecter l’ensemble de la Région de la Corne de l’Afrique et le monde entier », a-t-il plaidé.

Le Représentant spécial de l’ONU en Somalie, Augustine Mahiga, a appelé les partenaires internationaux à faire progresser la paix, la stabilité et la réconciliation nationale, soulignant que la Somalie a autant besoin d’aide que des pays comme l’Iraq ou l’Afghanistan.

« D’ici là, plusieurs tâches majeures restent à accomplir », a-t-il dit, citant notamment la poursuite des initiatives de réconciliation, le renforcement des institutions civiles et de la sécurité des populations, et l’achèvement du processus d’élaboration de la constitution.

L’objectif de cette rencontre qui a vu la participation des délégués venant d’une trentaine de pays est d’apporter un appui plus que nécessaire aux autorités somaliennes notamment le Gouvernement Fédéral de Transition (TFG) en vue de ramener la paix et la réconciliation nationale dans le pays.

La réunion de Madrid intervient à un « moment crucial » pour le TFG et la classe politique somalienne surtout après la récente démission du Premier Ministre, Omar Abdirashid Sharmarke et alors qu’on est à quelque mois de la fin de la période transitoire.

Le Groupe international de contact sur la Somalie avait vu le jour en 2006 à New York, à l’initiative des gouvernements américain et norvégien. Il se réunit chaque trimestre pour évaluer les réalisations entreprises.

12/07/10 (B560) Somaliland – Le gouvernement américain a salué le scrutin présidentiel « libre et juste » du 26 juin dernier au Somaliland

____________________ 1 – Afrique Avenir

Le gouvernement américain a salué le scrutin présidentiel « libre et juste » du 26 juin dernier au Somaliland situé au nord-ouest de la Somalie dans la Corne de l’Afrique.

Après les observateurs internationaux, c’est Washington qui a félicité mercredi le peuple du Somaliland, la commission électorale nationale, et les partis politiques pour le processus pacifique de la présidentielle.

Les procès verbaux indiquent également qu’aucune irrégularité n’a été pour le moment signalée, avec une forte participation qui traduit la détermination du peuple de Somaliland de jouir de leurs droits civiques.

« L’élection marque une étape importante pour le peuple du Somaliland. Nous félicitons le vainqueur et les autres candidats qui ont accepté les résultats des urnes grâce à leur esprit d’hommes d’Etat », indique le communiqué du gouvernement américain parvenu à APA.

Les Etats-Unis ont invité le peuple du Somaliland à continuer ses efforts pour boucler ce processus dans la paix, avec la prestation de serment du vainqueur dans un délai d’environ trente jours.

Séparé du reste de la Somalie en 1991, le Somaliland vit une situation relativement calme et paisible, même s’il lui reste une reconnaissance totale de son indépendance par la communauté internationale.

11/09/09 (B515) Afrique Avenir avec APA / L’envoyé spécial de l’ONU pour la Somalie en visite en Somaliland.

Le représentant spécial des Nations Unies pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, est arrivé jeudi à Hargeisa, capitale de la République dissidente du Somaliland, une visite considérée par le ministre des Affaires étrangères de cette entité, Abdullahi Mohamed Dualleh, comme un pas en avant dans la normalisation des relations avec le Bureau politique des Nations Unies pour la Somalie (UNPOS).

Le ministre, qui a reçu l’émissaire des Nations Unies à l’aéroport d’Hargeisa, a déclaré que M. Ould Abdallah tiendra, en marge de sa visite, des réunions avec le président du Somaliland, Dahir Kahin Rayale, et certains des principaux ministres, les présidents de la Chambre haute (le Guurti) et de la Chambre des Représentants, les leaders des partis politiques de l’opposition, des organismes de secours internationaux et agences des Nations Unies basés à Hargeisa.

La visite de M. Ould Abdallah et de sa délégation en Somaliland fait suite à celle effectuée par une délégation de haut niveau de l’UNPOS sous la présidence de l’envoyé adjoint de l’ONU pour la Somalie, Charles Petrie, la semaine dernière.

Le ministre des Affaires étrangères du Somaliland avait précédemment accusé l’émissaire de l’ONU d’être contre l’indépendance du Somaliland. Mais contrairement à ses propos de la veille, le ministre a déclaré mercredi que quelque chose avait changé et les deux parties allaient discuter des questions de reconstruction des liens et une bonne coopération entre le Bureau onusien et le Somaliland.

Des sources indépendantes ont confirmé à APA que pendant son séjour en Somalie, M. Ould Abdallah exhortera le parti au pouvoir et les groupes l’opposition à résoudre leurs divergences par le biais de la négociation pour éviter les conflits.

Cette semaine, la commission électorale du Somaliland a annoncé le report de l’élection présidentielle qui était prévue pour le 27 septembre et qui a déclenché une énorme tension politique entre le parti au pouvoir et les groupes d’opposition.

06/09/09 (B515) Somaliland / Afrique Avenir avec APA / Le groupe extrémiste somalien Al-Shabab, qui est accusé d’avoir des liens avec Al-Qaida d’Oussama Ben Laden, a menacé d’attaquer les intérêts éthiopiens dans le territoire autoproclamé de Somaliland, au nord-ouest de la Somalie.

Le chef isolé du groupe, Sheikh Muqtar Abdurahman Abu Zübeyr, dont le vrai nom est Ahmed Abdi Godane, a déclaré dans un message cassette audio de 20 minutes diffusé jeudi que ses moudjahidine (combattants) vont mener des attaques en Somaliland en prenant pour cibles les institutions gouvernementales et les intérêts éthiopiens.

Il a accusé le pays sécessionniste de harceler ses militants et d’accueillir des ennemis de l’islam dans les territoires qu’il contrôle.

« L’administration de Hargeisa a créé des problèmes économiques pour la population et a permis à l’Ethiopie d’administrer et de bénéficier de ressources économiques du pays, et c’est donc pour cela que nous allons mener des attaques dans la région », a déclaré Al-Shabab dans son message cassette audio.

« Le gouvernement laïc de Hargeisa a transformé de nombreuses personnes en espions pour le compte de l’Ethiopie et l’Occident, et c’est pourquoi beaucoup de gens innocents ont été tués, arrêtés et certains cruellement extradés vers l’Ethiopie, ce qui est intolérable et nous devons nous venger », a-t-il souligné.

« Nous mettons en garde les populations de ne pas permettre à des Ethiopiens de résider dans leurs maisons ou d’utiliser les femmes éthiopiennes comme domestiques et exhortons également les populations à ne pas s’approcher des bâtiments appartenant à l’Ethiopie dans le Somaliland » a-t-il averti.

Le chef militant a aussi laissé entendre que les administrateurs du Somaliland sont des marionnettes au service de l’Occident et des attaques similaires prendront pour cibles des bâtiments gouvernementaux.

Le premier attentat-suicide, dont celle menée par un Américain d’origine somalienne, a secoué la capitale Hargeisa du Somaliland, le 29 octobre de l’année dernières, tuant 25 personnes et en blessant des dizaines d’autres.

Le Somaliland est plus calme comparé aux régions troublées somaliennes situées dans le sud-central où des conflits ont tué plus de 500.000 personnes depuis 1991.

La région du Somaliland a annoncé son indépendance du reste de la Somalie le 18 mai 1991, mais elle peine toujours à jouir d’une reconnaissance internationale.

23/08/09 (B513) Afrique Avenir avec APA / Le jeûne du Ramadan a débuté ce samedi à Djibouti

Le Ramadan, le mois du jeûne musulman, a démarré ce samedi sur l’ensemble du territoire djiboutien dans un climat marqué par une forte canicule et la hausse des prix des denrées de base comme le sucre, le lait, la farine, le riz, l’huile.

Chez l’épicier du coin, un sac de sucre de 50 kilo se vend à 35 dollars, les sacs de riz et de farine coûtent respectivement 34 et 24 dollars de la même monnaie.

La nouveauté cette année est que la rentrée scolaire prévue normalement dans la première semaine de septembre, sera décalée d’un mois, juste quelques jours après les festivités de l’Aid El Fitr.

Cette décision, prise par le ministère de l’Education nationale, est bien accueillie par les enseignants et surtout par les écoliers. Pour ce mois de Ramadan, les horaires du travail pour l’administration djiboutienne restent les mêmes que celles de l’été, à savoir de 7H30 à 14H00, conformément à un circulaire présidentiel en date de juin dernier.

Pour les trois communautés de Djibouti (Afar, Arabe, Somali), l’Iftâr (repas de rupture du jeûne) constitue l’aspect le plus festif du Ramadan puisqu’il se prend souvent en famille. A l’occasion de ce mois béni, l’Etat ordonne la fermeture de tous les restaurants pendant les journées, mais toutefois il existe des gargotes tenues clandestinement.

En période de Ramadan, les nuits sont d’habitude plus rythmées que les matins à Djibouti tandis que les aprèsmidi, on voit surgir de nulle part des petits commerçants ambulants.

Apres la prière du « Tarawih », la majorité des hommes se livrent à des longues séances de « khat », une plante euphorisante dont les feuilles sont consommées dans les pays de la Corne de l’Afrique ainsi qu’au Yémen.

L’Aïd est célébré avec faste par les Djiboutiens, d’ailleurs adultes ou enfants, tous s’achètent des habits neufs pour un événement pareil.