15/08/07 (B408) Afrique.enligne / Fermeture d’une radio privée à Mogadiscio (Info lectrice)

Mogadiscio (Somalie) Le gouvernement fédéral somalien de transition a fermé vendredi une station radio privée et arrêté ses journalistes, ont confirmé samedi à APA les responsables de la radio.

A environ 9 h 30 locales, la police est entrée dans les locaux de la station radio Shabelle par surprise et a ordonné l’arrêt des émissions, selon une déclaration publiée sur le site Web de la radio.

«Ils ont aussi mis aux arrêts huit journalistes dont le rédacteur en chef par intérim en service le vendredi», a confié Aweis Yusuf Osman, rédacteur en chef du service anglais.

«Le gouvernement n’a donné aucune raison pour justifier la fermeture de notre station radio et l’arrestation des journalistes. Il n’y a eu aucune notification nous indiquant la loi que nous avons enfreinte encore moins la durée de la fermeture », a expliqué M. Osman.

« Je crois que cet acte est une violation flagrante de la liberté d’expression», a-t-il déploré. C’est la troisième fois que cette station a été contrainte à la fermeture depuis janvier de cette année.

Shabelle est l’une des radios privées locales basées à Mogadiscio que les autorités gouvernementales accusent d’avoir diffusé « des émissions à même d’attiser des troubles et d’encourager une propagande contre une nouvelle administration qui se bat pour contrôler le pays».

15/08/07 (B408) Afrique.enligne / L’Ethiopie dénonce le meurtre des 2 journalistes somaliens (Info lectrice)

Addis-Abeba, Ethiopie – L’Ethiopie a déploré le meurtre, samedi dernier, de deux journalistes somaliens très populaires à Mogadiscio, accusant les extrêmistes qui sévissent dans ce pays de la Corne de l’Afrique d’être responsables de cette effusion de sang.

Un communiqué rendu public lundi par le ministère éthiopien des Affaires étrangères déclare que ces assassinats délibérés mettent en exergue la pression dont font l’objet les journalistes à Mogadiscio.

D’après le ministère, Ali Iman Sharmake, propriétaire d’une station de radio et d’une télévision privée, HornAfrik, et Mahad Ahmed Elmi, qui animait une émission célèbre pour HornAfrik « ont payé le prix ultime pour n’avoir pas informé dans le sens où le voulaient les extrêmistes ».

« La perte de ces deux journalistes chevronnés, fiables et surtout responsables, dont la neutralité est bien connue, est profondément regrettable » poursuit le communiqué.

Un communiqué similaire du Département d’Etat américain condamnait lundi ces meurtres et présentait les condoléances de l’Amérique aux familles des victimes.

Washington a décrit la mort de ces journalistes « comme une attaque contre tous ceux qui oeuvrent pour la paix et contre l’expression de la liberté en Somalie ». « 

Ces meurtres gratuits mettent en lumière la détermination des violents extrêmistes à mettre à mal le processus politique en menaçant les médias et les voix de ceux qui cherchent la réconciliation en Somalie ».

« Nous exhortons la société civile, les chefs de clan et chefs religieux à honorer MM. Sharmarke et Elmi en renouvelant leur engagement en faveur de la paix, la réconciliation et d’un avenir politique stable pour la Somalie » ajoute le communiqué.

08/08/07 (B407) AFRIQUE ON LINE / Ethiopie : Les exportations d’or rapportent 40 millions $ (Info lectrice)

Addis-Abeba (Ethiopie) Les exportations d’or de l’Ethiopie, alimentées par la production artisanale de petite échelle, ont rapporté au pays 40 millions de dollars au cours des 11 derniers mois, a déclaré lundi le ministre des Mines et de l’Energie, Alemayehu Tegunu.

Alemayehu Tegunu a déclaré à la presse à Addis-Abeba qu’environ deux tonnes d’or avaient été produites par les canaux traditionnels et exportées vers les marchés étrangers.

C’est la première fois que l’Ethiopie atteint un tel niveau de recette en devises à travers l’exploitation de son or.

« Cela a été possible grâce à l’appui technique et matériel pour reconvertir les mineurs traditionnels dans des activités minières légales », a déclaré Tegunu.
D’énormes efforts ont été consentis pour l’organisation des mineurs traditionnels vivant dans la région afin de les aider à entreprendre une exploitation légale, a-t-il déclaré.