27/12/14 (Brève 442) Nouvelle alerte rouge pour le Gendarme Ahmed Abdallah, qui a été licencié sans préavis ni motif sérieux de la Gendarmerie et qui est maintenant harcelé par les forces au service de la dictature après avoir été emprisonné et torturé. (Avec les informations d’Omar Gabasse)

On se souviendra que le Gendarme Ahmed Abdallah Kamil avait été « kidnappé » le 25 juillet 2014, par les autorités érythréennes, alors qu’il effectuait une mission d’inspection aux côtés des militaires de la force d’interposition du Qatar, en charge de respecter le cessez-le-feu entre Djibouti et l’Ethiopie. Lien

Les autorités djiboutiennes avaient émis de vives protestations exigeant sa libération sans condition. Le 15 septembre 2014, l’Erythrée l’a finalement libéré et il est rentré à Djibouti où il s’attendait à un accueil chaleureux.

Eh bien, non, contrairement à toute attente, c’est un séjour à Gabode qui l’attendait, avec des tortures à la clef. Mais pour quelles raisons ? Aurait-il pu avoir connaissance en Erythrée de situations ou d’informations dérangeantes pour le régime de Guelleh. Aurait-il pu rencontrer des militaires djiboutiens toujours détenus dans ce pays. Toutes les hypothèses mériteraient d’être approfondies.

Finalement, après une campagne d’alerte lancée par Omar Gabasse et l’ARDHD, Djibouti l’avait libéré le 26 octobre 2014. Nous pouvions espérer qu’il retrouverait son corps d’origine et que l’affaire s’arrêterait là. (lien).

Eh bien NON !!
Nous apprenons qu’il a été licencié sans préavis, sans indemnité et surtout sans motif sérieux et véritable. Et qu’en plus, il est la victime d’un harcèlement judiciaire, puisqu’il doit pointer à l’arrondissement chaque mardi.

Nous lançons un appel pour que cesse le calvaire de ce jeune gendarme, très affaibli par sa captivité en Erythrée, puis à Gabode avec torture en prime et maintenant un contrôle judiciaire, sans qu’aucun motif ne lui ait été signifié.

26/10/14 (Brève 439) ALERTE LEVEE : le Gendarme Ahmed Abdallah Kamil, injustement emprisonné à Gabode, a été libéré ce dimanche 26 octobre vers 15h (heure de Paris)

ahmed abdallah kamil gendarme djiboutien à l'isolement à la prison de GabodeNous venons d’apprendre avec beaucoup de satisfaction que le jeune Gendarme Ahmed Abdallah Kamil venait d’être libéré ce dimanche 26 octobre 2014 vers 15h (heure de Paris).

Nous lui adressons toutes nos félicitations et nous espérons que son calvaire sera terminé et qu’il pourra retrouver, si tel est son souhait, son grade, son affectation et sa solde.

Nous adressons à tous les membres de sa famille l’assurance de notre soutien, en particulier à sa mère qui a vécu des semaines d’enfer. Nous les félicitons aussi de ne pas avoir cédé ni à la peur ni aux menaces du régime et de nous avoir demandé de médiatiser cette affaire. La campagne initiée par l’ARDHD
a certainement été l’un des éléments qui ont permis cet heureux dénouement.

21/10/14 (Brève 438) ALERTE pour libérer le Gendarme Ahmed Abdallah Kamil, injustement emprisonné à Gabode, après avoir passé deux mois dans les prisons de l’Erythrée..(ARDHD, info lecteurs)

ahmed abdallah kamil gendarme djiboutien à l'isolement à la prison de GabodePour quelles raisons obscures et probablement inavouable, Guelleh a-t-il fait mettre à l’isolement à Gabode, le jeune gendarme Ahmed Abdallah Kamil ?

Est-ce parce qu’il avait été kidnappé par son collègue dictateur, associé et ennemi à la fois, au cours d’une visite d’inspection avec les membres de la mission d’interposition du Qatar, qu’IOG a
pris peur au point d’émettre une « lettre de cachot » à l’encontre de ce malheureux gendarme.

De quoi Guelleh a-t-il peur ? Que le gendarme raconte ce qu’il aurait vu en Erythrée dans les geôles d’Issaias Afeworki ?

Ce gendarme a-t-il pu entrer en contact avec des militaires djiboutiens qui seraient toujours détenus en Erythrée ? S’ils le sont c’est uniquement parce que les dictateurs qui étaient autrefois probablement associés dans des trafics d’armes (on parle d’approvisioonement des belligérants somaliens ?) sont devenus maintenant des ennemis, estimant certainement que l’autre n’a pas rempli sa part du contrat.

Alors qu’il aurait dû être accueilli à Djibouti non pas en héros, mais simplement en tant que prisonnier de guerre libéré, Ahmed Abdallah Kamil se retrouve directement en prison. C’est absolument odieux et nous appelons tous les Djiboutiens et l’ensemble de la communauté internationale à exercer une pression incessante jusqu’à ce qu’il soit libéré et réintégré dans ses fonctions.

08/10/14 (Brève 436) ALERTE pour un jeune gendarme qui avait été enlevé par l’Erythrée, alors qu’il effectuait une mission avec des militaires de la force d’interposition du Qatar. Il avait été libéré par l’Erythrée le 15 septembre, après deux mois d’incarcération. Aussitôt après, au lieu de le félicier, le régime de Guelleh l’a jeté à Gabode à l’isolement

18/10/14 ALERTE pour un jeune gendarme qui avait été enlevé par l’Erythrée, alors qu’il effectuait une mission avec des militaires de la force d’interposition du Qatar. Il avait été libéré par l’Erythrée le 15 septembre, après deux mois d’incarcération. Aussitôt après, au lieu de le féliciter, le régime de Guelleh l’a jeté à Gabode à l’isolement

Il s’agit de M.Ahmed Abdallah Kamil, un jeune gendarme de 1ère classe, qui avait été « kidnappé » le 25 juillet 2014 par l’Erytree alors qu’il accompagnait pour une mission d’inspection les militaires de la force d’interposition du Qatar.

Contrairement à toutes les lois internationales, l’Eythrée l’avait gardé en prison pendant 2 mois. Il avait été libéré le 15 septembre 2014.

Libéré par l’Erythrée, il est incacréré de nouveau par Djibouti !
Au lieu de l’accueillir comme il se doit pour le retour d’un prisonnier de guerre, le régime de Guelleh l’a fait immédiatement arrêter et après 3 jours de garde à vue dans les locaux de la gendarmerie, il a été jeté à Gabode où il est placé à l’isolement : personne ne sait ce qui lui est reproché.

Un secret d’état entre deux dictateurs complices et ennemis ?

De là on pourrait imaginer que Guelleh a peur de ce que gendarme pourrait raconter à propos de ce qu’il a vu ou entendu en Erythrée. Des militaires djiboutiens sont curieusement toujours incarcérés, sans aucune « réclamation » de la part de Guelleh … . Connivences et petits secrets entre deux dictateurs sanguinaires ?

Pourtant le gouvernement Djiboutien avait d’abord exigé sa libération dans un communiqué (http://www.lanationdj.com/differend-frontalier-doumeira-djibouti-denonce-enieme-provocation-erythreenne/) et ensuite il avait annoncé sa libèration (http://www.lanationdj.com/rdd-erytrhree-gendarme-ahmed-abdallah-kamil-enfin-libre/#).

Sa mère, en dépit de la maladie dont elle souffre a d’abord parcouru les 30km de brousse qui sépare sa maison de la ville d’Obock, puis la traversée jusqu’à Djibouti. Elle n’a été autorisée à le voir que chaque lundi.

A l’appel de sa famille, l’ARDHD lance une alerte rouge pour la libération immédiate et sans condition de Ahmed Abdallah Kamil, gendarme djiboutien, injustement et illégalement détenu à Gabode par le régime de Guelleh, après avoir été interné pendant deux mois par le régime dictatorial de l’Erythrée. Elle demande une enquête pour connaître la vérité sur cette incarcération, qui pourrait cacher des relations ou des complicités entre les deux régimes dictatoriaux.