18/10/2011 (B626) Appel à manifester à Djibouti ce mardi 18 octobre : tract diffusé par les étudiants, universitaires et diplômés chômeurs.

Nous avons l’honneur de vous informer qu’une journée de manifestation intitulée « Journée de la Colère » aura lieu aujourd’hui, mardi 18 octobre à 10h30 devant la Banque BCI, place Ménélik et à chaque carrefour de Djibouti-Ville.

Les raisons sont :

  • l’appauvrissement du pays et l’enrichissement sans cause du Gros,
  • la corruption qui est devenue monnaie courante à Djibouti
  • l’instabilité ministérielle depuis les élections truquées qui ont mis le fils de Moumina Rirache au pouvoir,
  • toutes les institutions du pays sont fragilisées et ne sont que des fantômes qui hantent à longueur de journée la populations locale
  • carence totale dans toutes les villes de pays où nos mères et nos filles retroussent leur Diric ou leur Chiid pour approvisionnner de l’eau à longueur de journée,

Bref, devant ces faits établis, le fils de Moumina Rirache se dit en bonne position pour le revers des silhouettes des femmes djiboutiennes,

  • La cherté de la vie n’a épargné personne dans le pays
  • L’espoir de la jeunesse djiboutienne envolé et remplace par le désespoir par le régime en place,
  • fils de Moumina Rirache favorise, exhorte et cautionne en pleine conscience, l’injustice sociale, l’injustice dans la justice judiciaire, l’injustice dans les hôpitaux, l’injustice dans l’éducation nationale ; bref le Gros veut semer l’anarchie !
  • fils de Moumina Rirache a nommé sa fille comme conseiller économique auprès de lui et son frère ancien pompiste de la société Shell est nommé directeur du port,
  • fils de Moumina Rirache a amassé en temps aussi court que sont deux mandats présidentiels, un capital de 4 milliards de dollars, ce qui équivaut à 708 milliards de nos Francs Djibouti

Ce qu’il pense de la situation

  • fils de Moumina Rirache est un bon à rien qui ne pense qu’à exploiter les gens, puis à les jeter comme des déchets,
  • concernant le coût de la vie, le Gros a quand même osé nous dire, après maintes réunions avec les grands commerçants de Djibouti : « Hey, ayez quand même un peu de compassion pour le peuple qui a faim »
  • les jeunes diplômés de l’Université de Djibouti, les promotions des années 2009 et 2010, toutes séries confondues, se retrouvent au chômage,
  • le Gros et sa bande n’ont rien planifié pour la jeunesse djiboutienne. La seule solution qu’ils ont trouvé est de les mettre à Nagad, pour qu’ils comprennent enfin qu’ils n’auront rien,

Pour conclure :

  • il est judicieux et courageux d’encourager et d’accompagner ces jeunes dépourvus d’espoir et de rêves dans leurs revendications légitimes et humaines,
  • fils de Moumina Rirache est un homme sans scrupule qui mène le pays en bateau. Il a contribué énormément à la déshumanisation de la société djiboutienne dans la mesure où il favorise ce qui est interdit,
  • fils de Moumina Rirache n’a pas que des défauts mais il dipose également des prérogatives qu’il use pour parvenir à ses fins qui est NABIBNIMO

L’heure a sonné pour le peuple djiboutien

Nous vous recommandons vivement à venir massivement manifester et je vous conseille d’apporter vos outils.

La manifestation sera divisée en trois branches : l’une à la Présidence, la deuxième à la RTD et la troisième à Harmous.

Il faut que ça change, il le faut vraiment.

Inch Allah Wa Tahalah

16/03/05 (B289) Les élections présidentielles sont contestées par un grand nombre de Djiboutiens et nous recevons des appels à la contestation et à la lutte sous différentes formes que nous publions sous la responsabilité des signataires, dès lors qu’il s’agit d’un appel à la résistance armée.

________________________________
Note de l’ARDHD
Les conditions de l’élection présidentielle du 8 avril, dont
on savait qu’elle serait entachée de fraude, ont amené tous
les opposants, non seulement à ne pas présenter un candidat
qui n’aurait eu aucune chance face à la machine à tricher mise
en place par le régime, mais aussi à appeler au boycott massif
pour montrer la désapprobation populaire, face à un scrutin
sans enjeu avec un candidat unique.

Il n’y aura donc pas de
choix démocratique.

Nous recevons de nombreux
appels à la lutte et au combat, ce qui ne laisse rien présager
de bon et qui donne raison à ceux qui disent depuis des mois, que l’organisation
d’élection dans ces conditions, risque de déclencher une nouvelle
guerre civile entre les forces de Guelleh et les résistants.

Nous ne la souhaitons
pas et le rôle de l’ARDHD n’est pas de lancer des appels à la
guerre civile, mais simplement à la résistance à l’oppression.
Guelleh ne vaut même pas une goutte de sang d’un citoyen djiboutien,
mais il est temps de lui signifier son licenciement pour fautes graves et
répétées. Nous soutiendrons sans faiblesse toutes les
actions visant à obtenir son départ.

__________________________________
Appel de l’ASD

(Publié avec les réserves d’usage, puisqu’il s’agit d’un
appel à la résistance armée)

Alliance Socialiste
Djiboutienne

Appel de proposition
d’un Front armée contre la dictature d’IOG.

Tout d’abord, je
félicite l’ensemble de l’opposition Djiboutienne qui appelle
au boycott de la mascarade d’élection présidentielle le 8 avril.

Nous, les jeunes du pays,
nous avons decidé de prendre le chemin de la lutte armée pour
mettre fin la dictature du gouvernement d’IOG.

Nous lançons un
appel, à tous les jeunes de 18 ans et plus, résidant a l’intérieur
ou l’extérieur du pays pour qu’ils participent à la création
de ce front armée.

La direction générale
de l’Alliance Socialiste communiquera bientôt toutes les informations
sur la façon de rejoindre ce nouveau front.

Mohamed
de Waberi

_______________________________
Appel de Père Robert
(dans un autre style, puisqu’il appelle à signer une pétition
mise prochainement en ligne)

En tant que parrain de
la pétition nationale, moi PERE ROBERT, j’appelle tous mes compatriotes,
des plus grands aux plus petit, les femmes et les hommes, à se mobiliser
pour signer notre pétition qui sera bientôt mise en ligne sur
Internet et à dire non à la mascarade éléctorale
organisée par le régime dictatorial à Djibouti.

Nous mettons en garde
la communautée internationale pour qu’elle exerce une surveillance
renforcée, neutre et efficace de toutes les manoeuvres frauduleuses
qui vont être commises par le régime.

VIVE L’OPPOSITION
VIVE LA LIBERTE

PS. Une pétition
sera mise en ligne très prochainement et l’ARDHD indiquera la façon
de la signer.