10/10/1999: Liste des 14 personnes condamnés le 6/10 avec moussa IDRISS.

1) YOUSSOUF ASSOWEH ROBLEH

2) DJAMA YABEH KHAIREH
3) DJAMA ABDI ARREH
4) EGUEH DOUHOUR WARSAMAEH
5) ALI AYEH KHAIREH
6) ADEN WAÏS ALI
7) FOZI IBRAHIM MOUBINE
8) SAÏD GALAB MIHILEH
9) IBRAHIM IYEH ALALEH
10) ROBLEH ABDI MOUSSA
11) HASSAN AHMED DAILE

12) SOULEIMAN AHMED ADEN
13) OMAR DAHER GUEDI
14) ABDIRAZAK ALI NOUR

Tous condamnés à 4 mois de prison ferme
et à 500.000 FDJ d’amendes.

01/10/1999: Manifestation de 18 à 20 h 00 devant l’Ambassade de Djibouti – Anniversaire de l’enlévement d’opposants en Ethiopie sur instruction de M GUELLEH

Le 26 septembre 1997, le gouvernement djiboutien commandita et conduisit entre les mains des autorités éthiopiennes un rapt des opposants à son régime, qui furent aussitôt livrés et incarcérés à Djibouti.

La liste des prisonniers politiques détenus à la prison de Gabode n’ayant cessé de s’allonger depuis lors, ce chiffre atteint actuellement un total de 53 prisonniers politiques, dont certains sont détenus sans jugement depuis juillet 1992.

Ils y sont détenus dans les pires conditions, ne bénéficiant ni de soins médicaux, ni d’assistance judiciaire. Vingt-six prisonniers sont morts en détention par manque de soins ou d’assistance dans la prison civile de Djibouti.

Nous dénonçons les traitements inhumains et dégradants infligés aux détenus ü la généralisation de la répression à Djibouti Et nous réclamons :

la libération des prisonniers politiques ü l’état de droit à Djibouti

la subordination de l’aide française au respect des droits de l’homme

A la mémoire de toutes les victimes de la dictature clanique, vous êtes conviés à participer à la manifestation publique qui aura lieu à Paris :

Le vendredi 1er octobre 1999
26 rue Émile Meunier Métro

Porte Dauphine
face à l’Ambassade de Djibouti

De 18h00 à 20h00

La manifestation est organisée par l’Association pour la Démocratie et le Développement (ADD) en collaboration avec :
Le Comité en Europe pour la Défense des Prisonniers Politiques à Djibouti (CODEPP),

l’Association Djibouti-Bretagne (ADHB),

SOS Africa,
Aide et solidarité au Peuple Afar (ASPA),

l’Association pour la Promotion de la Culture à Djibouti (APCD),
l’Association pour le Développement de la Culture (ADC),
l’Association Culturelle des Réfugiés Afars en France (ACRAF).

26/09/1999 De quoi M. GUELLEH a-t-il peur ? (ARDHD)

un régime à la dérive ?

Des difficultés qu’il rencontre avec le FMI pour l’obtention d’un prêt,

Des réticences justifiées de la France pour continuer à financer son régime de dictature,

De sa rupture avec son Ex-Responsable de la Police, le général Ali Médical WAIS, qu’il vient de faire emprisonner,

Des retards de plusieurs mois dans le paiement des salaires des fonctionnaires
De la reprise des combats dans le Nord contre les résistants du FRUD qui sont maintenant capables de « descendre » des hélicoptères, comme ils viennent de le prouver,

De la condamnation de son régime par le Parlement européen, par l’OUA et par de nombreuses institutions internationales,

De la privation des libertés individuelles : confiscation des passeports, etc..
De l’organisation de procès sans défenseurs libres, au mépris des accords franco-djiboutiens d’assistance judiciaire,

De la mainmise sur le Conseil de l’Ordre des avocats . Se méfier en particulier des avocats membres du Conseil : Maîtres DINI, MONTAGNE et Wabat DAOUD,
qui auraient perdu leur indépendance ….
De l’emprisonnent de tous les journalistes de l’opposition.
De l’interdiction de tous les journaux d’opposition,

De l’arrestation avec violence (un mort et plusieurs blessés) du candidat de l’opposition unifiée M. Moussa IDRIIS, le 23/09,
etc..

En réalité, Monsieur GUELLEH est « aux abois »
et il cherche de l’argent auprès de tous les pays

pour acheter des armes,

pour recruter des mercenaires,
pour se protéger du peuple qu’il étrangle depuis des années,

pour financer les dépenses somptuaires de son épouse
et de sa suite :

15 personnes au Claridge (4****L)
à Paris pendant plus d’un mois !!!

Une somptueuse villa à Djibouti construite avec les fonds publics et les aides internationales

Alors que les salaires ne sont plus payés à DJIBOUTI .. !