27/10/2017 (Brève 1091) Saad Omar Guelleh : l’homme de la semaine. Il a été élu à l’unanimité par le comité, réuni en assemblée extraordinaire ce vendredi.

Convoqué en session extraordinaire ce vendredi 27 ocotbre 2017, le Comité d’attribution a élu à l’unanimité Saad Omar Guelleh au titre prestigieux d’Homme de la Semaine.

Ses récents exploits à Tadjourah, où en qualité de Directeur général du Port, il a réussi à embaucher le personnel nécessaire sans n’avoir recours à aucun demandeur d’emploi de la région, méritent d’être reconnus et récompensés par une distinction aussi prestigieuse.

Désormais, son nom sera gravé sur la longue liste des personnalités qui ont mérité la reconnaissance de la Nation et de son Chef suprème : le dictateur Ismaël Omar Guelleh.

Avant le vote solennel des membres du Comité, ses récents exploits pour mettre en déroute les jeunes ennemis et les femmes qui les accompagnaient
avec l’intention de protester contre ses propres décisions, ont été rappelés par le Secrétaire général..

Saad Omar Guelleh a été reconnu comme un homme juste, mais qui sait punir comme il convient de le faire, les populations de Tadjourah qui imaginaient dans leur grande naïveté avoir un droit prioritaire d’embauche au Port. Il a su leur montrer que la République de Djibouti et son pouvoir autoritaire et dictatorial incarné par le Prince de Pacotilles et sa RPP (Reine Paulette de Pacotilles) ne cèderont jamais au chantage des populations en détresse et qu’il saura se montrer ferme, quitte à devoir blesser et même tuer des locaux qui auraient l’audace de ne pas accepter sa Loi.

Après ces éloges, les membres du comité ont été invités à voter et c’est à l’unanimité que le titre prestigieux d’homme de la semaine a été attribué à Saad Omar Guelleh. Le Président autocrate, son frère par ailleurs, a tenu immédiatement à le féliciter par téléphone et la Paulette aussi, de son côté.

On dit qu’Hassan Saïd serait en train d’organiser une réception officielle pour saluer cette récompense bien méritée.

25/10/2017 (Brève 1089) Retrait de la vidéo enregistrée lors de la fête de l’humanité en mémoire de Jabha, prisonnier politique à Djibouti mort en prison après des années de torture et d’emprisonnement illégal

A la demande des parties concernées et de Me Bérenger Tourne, avocat de Jabha, nous avons retiré la vidéo de son inteevention publique. Elle avait été filmée à la fête de l’Humanité, en hommage aux prisonniers politiques dans le monde et à Jabha, martyr de la dictature djiboutienne.

Parmi ses propos, certains avaient trait à l’affaire Borrel et n’étaient pas exacts.

Nous prions nos lectrices et nos lecteurs d’accepter toutes nos excuses, pour ce désagrément indépendant de notre volonté.

08/10/2017 (Brève 1082) Flah Info : le nom du Lieutenant Mahisso a été ajouté officiellement à la longue liste des personnages reconnues ‘Homme de la Semaine » pour leurs actions sournoises à l’encontre de leurs concitoyens.

Lieutenant Mahisso promu Homme de la Semaine

Afin que ni ses actes ni sa forte personnalité ne puissent jamais tomber dans l’oubli, les opérateurs de l’ARDHD ont gravé son nom et ses récents faits d’arme, contre les petits commerçant d’Obock, sur la liste prestigieuse de celles et ceux qui ont servi la dictature et qui ont su privilégier en même temps leurs petits intérêts personnels.

Lien avec la page : http://www.ardhd.org/bouffon.asp

Nous lui renouvelons toutes nos félicitations !
Ainsi il restera célèbre dans le monde entier.

06/10/2017 (Brève 1081) Le lieutenant Mahisso de la Police d’Obock est élu « Homme de la Semaine »

Réunis ce vendredi, les membres du Comité « Homme de la Semaine » ont élu à l’unanimité le Lieutenant Mahisso.

Fonctionnaire zélé en poste à Obock, il a développé une méthode révolutionnaire pour rançonner les petits commerçants de la région qui transportent principalement de l’huile et des sandales en plastique.

Pourtant, sa méthode est simple. Il organise un guet-apens sur le trajet emprunté par les véhicules qui convoient ces petits commerçants et il les arrête sur des motifs qu’il a inventés et il saisit leurs marchandises et leurs avoirs

Fort de son autorité de Lieutenant et de l’impunité qui lui est garantie par les plus hautes autorités djiboutiennes, il incarcère ces citoyens honnêtes dans ses locaux et il menace de les transférer devant un juge à Djibouti. Quand la pression devient trop forte, il les relâche mais
il conserve les marchandises au titre de la rémunération de ses services.

Et hop ! le tour est joué ! Trop contents d’être relachés, les petits commerçants se sauvent sans oser réclamer leurs biens. Et il est probable que le Lieutenant revende les marchandises, mais pour son compte, point qui n’a pas été formellement vérifié par nos correspondants.

Quoi qu’il en soit, la méthode est magnifique et le Comité l’a choisi en personne pour le nommer Homme de la Semaine. Son nom sera ajouté au palmarès des personnalités qui se sont déjà distingués dans le passé pour des exactions sournoises à l’encontre de leurs concitoyens. Ses états de service dans les années 90, relatés ci-dessous, ont beaucoup plaidé en faveur de sa candidature.

++ Le passé de cet homme est intéressant et mérite d’être raconté, car il plaide en sa faveur.
Combattant dans les forces du FRUD dans les années 90, ses compagnons de l’époque le décrivent, comme un individu n’ayant que peu de conviction, en particulier pour l’idéal qui animait la majorité des résistants de l’époque.

Cela explique peut-être, pourquoi il avait retourné sa veste aussi facilement en rejoignant les repentis d’Ougoureh Kifleh, non sans avoir fait beaucoup de mal de l’intérieur à ses frères d’arme.

Ce double jeu lui a permis d’être intégré dans la Police et d’accéder au grade, impensable pour lui en temps normal, de Lieutenant de Police.

10/09/2017 (Brève 1064) Décès de M Ahmed Youssouf, Président de l’ARD

C’est avec émotion que nous avons appris le décès de M Ahmed Youssouf, homme politique djiboutien de premier plan, Président de l’ARD, l’une des formations d’opposition reconnue et autorisée à Djibouti dans le cadre d’un geste timide de communication du régime en faveur d’un multipartisme limité et bridé …

L’équipe de l’ARDHD adresse ses plus sincères condoléances à sa famille, à ses proches et à tous les militants de l’ARD.

Que Dieu l’accueille en son paradis éternel

01/09/2017 (Brève 1060) L’équipe de l’ARDHD souhaite une bonne fête de l’Aïd à tous les musulmans et en particulier aux Djiboutiennes et aux Djiboutiens

L’équipe de l’ARDHD souhaite une bonne fête à tous les musulmans et plus spécifiquement aux Djiboutiennes et aux Djiboutiens, qui vivent au pays sous la domination d’une équipe didactoriale, qui bafoue les Droits de l’Homme sans retenue, aux réfugiés djiboutiens en Ethiopie qui (sur)vivent dans des conditions précaires, majoritairement sans avoir été reconnus par le UN HCR et enfn à toutes celles et à tous ceux qui ont été contraints à quitter leur terre pour des pays d’accueil.

Bonne fête à toutes et à tous

25/07/2017 (Brève 1040) Remise des insignes de Chevalier de l’Ordre prestigieux des Bourreaux, au cours d’une cérémonie majestueuse. (Humour-Fake)

Ce mardi matin 25 juillet 2017, les abords du Palais de l’Escale, où une tribune avait été dressée dans la nuit, connaissaient l’affluence des grands jours assortie d’une surveillance policière renforcée.

Le badauds s’étaient massés derrière les barrières de sécurité pour assister à un moment spécial : La remise des insignes de Chevalier dans l’Ordre des Bourreaux de la République. Il faut avouer et surtout se féliciter du fait, qu’un tel évennement n’arrive pas tous les jours.

De plus, l’impétrant qui était encore hier un obscur sous-officier de Police attaché au commissariat du Port (PAID) est devenu en quelques jours un personnage éminent et reconnu de la dictature, comme fervent soutien des exactions à l’encontre des civils sans défense.

Précédés par le Premier ministre et de nombreux ministres, c’est l’arrivée en voiture blindée et en grande pompe des deux colonels, patron de la Police et de la Gendarmerie. Aussitôt, ils sont accueillis à la tribune par Hassan Said dit Madobe, grand maître de l’Ordre des bourreaux….

Mais que se passe-t-il ? Un frémissement traverse la foule : on signale l’arrivée personnelle de RPP, la Reine Paulette de Pacotilles. Aussitôt arrivée devant l’estrade, elle est très entourée par tous les obligés que comptent la dictature. Puis Guelleh apparaît majestueusement pour s’incliner devant son épouse, qui gérerait, dit-on, la principauté en ses lieux et place.

Le Sergent Ibrahim Ali Ibrahim en grande tenue, dans un garde-à-vous impeccable fait face à la tribune, d’où descendent les deux Colonels Abdillahi Abdi et le P’tit Zak, suivis d’un huissier qui porte la décoration sur un coussin de velours.

C’est le Colonel de la Police qui prend la parole pour déclarer : « Nous Colonel de la Police, Vice-Président de l’Ordre des Bourreaux de la République, nous allons vous élever au grade de Chevalier, en fonction des pouvoirs que nous avons reçus.

Nul doute que vos actes de cruauté répétés à l’encontre des dockers et l’extermination pratiquement sous la torture du jeune Mohamed Hamadou ont largement contribué à votre cooptation.

Nous sommes fiers de vous, Sergent. Et nous espérons que vous saurez faire profiter les jeunes générations de votre savoir-faire si unique !!! »

Après une court roulement de tambour, les deux colonels ont fixé la nouvelle décoration sur la poitrine de l’impétrant, qui a été suivie d’une accolade protocolaire.

Interrogés à l’issue de la cérémonie par des journalistes, les représentants des différentes chancelleries ayant un poste à Djibouti se sont refusés à commenter la cérémonie, affirmant sobrement qu’ils avaient pris note des motivations de cette cooptation et du nom de l’impétrant et qu’ils informeraient leur hiérarchie.

22/07/2017 (Brève 1039) Finalement ce sont deux colonels qui devraient remettre ses insignes de Chevalier de l’Ordre des Bourreaux au Sergent Ibrahim Ali Ibrahim.. (Fake)

Ordre des bourreaux de la RépubliqeDes sources, dignes de confiance, nous informent que contrairement à ce qui avait été envisagé durant un moment, ce n’est pas Guelleh qui remettra les insignes de Chevalier de l’ordre des Bourreaux de la Répblique au célèbre Sergent Ibrahim Ali Ibrahim.

En effet, les deux colonels Abdillahi Abdi et le P’tit Zak, respectivement chefs de la Police et de la Gendarmerie, Vice-Présidents et membres éminents de l’Ordre (pour leurs états personnels de services dans cette discipline) qui ont sollicité cet honneur.

La cérémonie est prévue pour ce prochain mardi. Même si le Palais de l’Escale n’a toujours pas apporté de réponse précise, il n’est pas impossible que Guelleh y assiste, accompagnée de sa tendre épouse, la Reine Paulette de Pacotilles, gérante discrète mais effective des affaires de la Principauté.

Si c’est le cas, le Sergent Ibrahim Ali Ibrahim du Poste de Police du PAID devrait être particulièrement honoré et félicité pour la capture suivie de mort du jeune Mohamed Hamadou Hamad. Des témoins pensent même qu’il pourrait obtenir une promotion d’officier dans les prochaines semaines, à la condition de s’engager à poursuivre ses actes cruels l’égard des dockers et plus généralement des constestataires de toutes ethnies, sans distinction et de transmettre son savoir-faire en matière de torture aux jeunes recrues de la Police.

Le corps diplomatique pourrait envoyer des observateurs à la cérémonie, afin de mieux répondre ultérieurement par la négative à toute demande future de visa qui pourrait être sollicitée par l’impétrant ou de reconnaissance d’un faux statut de réfugié.

Hélas une telle notoriété, acquise aussi rapidement, est souvent assortie de petits inconvénients.