23/03/2016 (Brève 697) Communiqué de la LDDH, pour dénoncer la Barbarie terroriste qui a frappé la Belgique.

Logo Ebay
La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H)
Djibouti, le 7 mars 2016

COMMUNIQUE de PRESSE

La Barbarie terroriste frappe la Belgiqu
e

De nouveau la barbarie terroriste frappe en Belgique et les victimes innocentes se comptent par dizaines et autant des blessés.

C’est avec une très grande consternation que la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) a appris que des attentats barbares ont endeuillé plusieurs familles belges à BRUXELLES dans la matinée de 22 Mars 2016.

Ces attentats d’une extrême cruauté ont fait plusieurs dizaines de victimes innocentes et un nombre élève de blessés dont beaucoup sont dans un état grave ce qui ne saurait être toléré par les consciences humaines.
Perpétrer des tels attentats au nom d’une cause ou d’une religion constitue une grave aberration  et ceux qui sont derrière ces attentats doivent être combattus partout dans le monde.

La LDDH condamne vigoureusement ces attentats dont les auteurs sont des barbares d’un autre âge qui doivent être poursuivis comme tels.


Enfin la LDDH partage la douleur avec le gouvernement et le peuple belges  adresse ses sincères condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Pour la LDDH
Le Président
Omar Ali Ewado

23/03/2016 (Brève 698) L’équipe de l’ARDHD adresse ses condoléances aux familles frappées par les attentats de Bruxelles.

L’équipe de l’ARDHD, particulièrement touchée par les derniers attentats dans la capitale Belge, tient à exprimer sa solidarité avec l’ensemble des Belges et avec les communautés qui ont trouvé refuge en Belgique et qui réprouvent les crimes commis par des extrêmistes qui dénaturent les enseignements de tolérance et de respect de l’autre, au nom d’une idéologie barbare.

Elle adresse toutes ses condoléances aux familles de proches et souhaite un bon rétablissement à tous les blessés, victimes innocentes de l’aveuglement criminel.

13/11/2015 (Brève 514) Face aux terribles attaques qui ont lieu à Paris, toute l’équipe de l’ARDHD exprime sa solidarité avec les parisiens.

L’équpe de l’ARDHD exprime toute sa solidarité avec les parisiens qui sont sous le choc ce soir et elle adresse aux victimes et aux familles de victimes ses condoléances.

13/11/2015 (Brève 515). UDDESC : lettre de soutien aux victimes, au peuple et au gouvernement français, dans laquelle nous déplorons les événements qui ont frappés le pays ce soir de vendredi 13 novembre 2015.

Union Djiboutienne pour les Droits Economiques, Sociaux
et Culturels
&Civils et Politiques
UDDESC

Quartier 4 – Email : uddesc@yahoo.fr
Tél. : +41 78 824 52 69/+41 76 674 00 85

Djibouti : lettre de soutien aux victimes, au peuple et au gouvernement français, dans laquelle nous déplorons les événements qui ont frappés le pays ce soir de vendredi 13 novembre 2015.

En perpétrant l’attentat de ce soir, vendredi 13 novembre 2015, à Paris, les terroristes ont tenté de porter un coup mortel à l’une des premiers foyers de la démocratie sur notre planète.

Leur objectif est clair : avec une précision et une férocité de carnassier, ils réalisent un carnage aveugle auprès d’une population innocente avec laquelle nous, djiboutiens, avons des liens historiques de longue date.

Tout en exprimant notre solidarité avec les victimes et leurs familles ainsi qu’avec le gouvernement et le peuple français, les pays démocratiques et l’Europe en particulier se doit non seulement de redoubler son soutien, mais aussi d’exiger de la communauté internationale qu’elle prenne toutes ses responsabilités pour accompagner la vulgarisation de la démocratie au niveau de la planète afin de défaire le terrorisme.

Une fois de plus nous adressons nos condoléances et exprimons notre solidarité aux victimes et leurs familles ainsi que toute la France.

Fait en Suisse, le 13/11/2015
Hassan Cher Hared
Secrétaire général de l’UDDESC

26/08/2014 (Brève 429) La fusillade à l’aéroport de Djibouti, lors du retour de Guelleh. Les questions se posent et elles devraient rester sans réponse. (ARDHD)

Selon l’ADI qui a curieusement publié la nouvelle sans le retard habituel, il s’agirait d’un membre de la Garde républicaine qui aurait ouvert le feu.

La question est de savoir ses motivations et la cible qu’il visait.

Est-ce simplement le cas d’un militaire qui a perdu la tête ? Ce n’est pas à exclure.

Ou le cas d’un homme qui agissait de sang froid dans un but bien précis. Sa cible était-elle IOG en personne ? Ce n’est pas à exclure non plus.

En tout cas, connaissant le régime et ses manipulations en communication, ce qui est certain, c’est que nous ne saurons jamais la vérité et même si elle nous était llivrée par L’Escale, personne ne la croirait.

En tout cas, s’il a agi en état de démence ou en pleine conscience, nous ne donnons pas cher de la peau de ce militaire qui va subir la fureur des inquisiteurs chevronnés du régime surtout quand il s’agit d’ appliquer la torture et ce avec les sinistres encouragements de Guelleh et de sa poulette, pardon sa Paulette.

25/08/2014 (Brève 428) Alerte lecteur : Fusillade à l’aéroport ??? Un membre de la Garde républicaine aurait tiré sur des personnalités présentes, blessant gravement le docteur de la Garde.

Selon un correspondant reconnu pour la crédibilité des informations qu’il nous adresse, une fusillade aurait éclaté à l’aéroport lors de l’arrivée d’IOG. Les tirs auraient été faits par un membre de la garde républicaine vers 15 h GMT.

Il y aurait
3 blessés dont un gravement : le docteur Idris de la garde républicaine. 

(L’ARDHD rappelle que cette information n’a pas encore pu être vérifiée par ses soins et qu’il convient de la consulter avec prudence)

09/06/2014 (Brève 400) Djibouti « L’ordre des désordres » règne mais derrière le lion à l’agonie se cachent les hyènes et les charognards toujours prêts pour la curée qui devient imminente. (Par Roger Picon)

Palais d'haramousTous les pouvoirs politiques que l’on peut s’octroyer par auto-proclamation, mais surtout pour les avantages financiers que l’on s’est indument octroyés, sont autant de pernicieuses tentations auxquelles Ismaïl Omar Guelleh a cédé.

Aujourd’hui il paie (ou a payé ?) le montant de la facture, avec les intérêts de retard et si l’on donne crédit aux rumeurs persistantes sur son état de santé, alors on peut affirmer qu’il n’est plus en état d’assumer ses responsabilités.

Ce qui est certain c’est que tout est fait pour tenter de nous cacher les vérités sur son état de santé.

A Haramous garder un tel secret sur l’état de santé d’IOG consiste à ne le confier…. qu’à une seule personne à la fois.

Le « Che » des années 80 de la Corne Est de l’Afrique, que nombre de Djiboutiens et d’étrangers saluèrent en 1999 comme étant une victoire de la future démocratie dont le pays avait tant besoin, a succombé à la facilité tout en imposant une image artificiellement trompeuse derrière laquelle il a tenté maladroitement de dissimuler, là encore, de désastreuses vérités.

Des vérités qui ont émergé, immanquablement l’une après l’autre, et contre lesquelles les pitoyables opérations de désinformation, lancées par Haramous pour tenter de les contrer, ont fait « chou blanc »

Le plus grave étant l’image qu’il offre sur le plan international, au point que Guelleh passe depuis bien des mois pour être un pestiféré à qui le « diplomatiquement correct » impose qu’on lui fasse bonne figure et que l’on aille pas « fouiller dans son jardin », certes pour tenter de sauver les apparences, mais qui est devenu incontestablement infréquentable.

Les preuves de ce que nous avançons sont évidentes.
Les avions présidentiels étrangers passent au Djibouti sans y faire escale ou s’ils s’y posent c’est simplement pour une escale technique et un avitaillement en carburant.

Les photos parues lors de la visite d’IOG aux USA en présence du président Obama sont éloquentes ; nul besoin d’un long discours !

En matière de ridicule ; encore tout récemment, la décision de Kadra Mahamoud Haïd de faire remplacer les forces de Gendarmerie, qui composent la Garde Présidentielle (GP), par des policiers a de quoi surprendre ; tout comme le silence du Gal Zakaria Cheick Ibrahim face à cette mesure qui n’est certes pas du ressort et de la compétence de Kadra Haïd.

Si une telle décision il devait y avoir, celle-ci incombait à IOG !!!!

Là encore c’est le silence le plus complet mais l’on sait pourquoi.

Décidemment les évènements qui se déroulent au Cirque Haramous depuis quelques semaines ont de quoi surprendre….. qu’à moitié.

Pour reprendre ce que nous écrivions un peu plus haut, prenez le temps de faire le recensement des Chefs d’Etats qui rendent visite à Djibouti sur invitation et vous comprendrez que Sa Majes  tueuse Majesté Bobard 1er n’est plus en odeur de sainteté.

Ses ruses politiciennes l’ont usé jusqu’à la corde et en ont fait un vieux malade qui a tiré sur trop de ficelles à la fois mais qui ne trompe plus personne sur le plan international.

Depuis bien des années, il en est réduit à inviter quelques vieux crabes politiciens séniles, anciens ministres occidentaux, en leur réservant une haute qualité d’accueil et surtout en leur octroyant généreusement et discrètement quelques « dons d’ordre financier » aux fins qu’ils fassent, devant ses médias à Djibouti, l’apologie de sa politique et l’éloge de …sa réussite.

Cela nous remet en mémoire ce qu’écrivit Paul Eluard lorsqu’il encensait aveuglément le « Camarade Staline »

Toute proportion gardée, on y trouve une étrange similitude !
Il est vrai qu’IOG est allé à la même « Ecole », celle des louanges du grand guide du communisme à la soviétique.

L’historienne Anne Applebaum estime que 18 millions de Soviétiques ont connu le Goulag sous Staline et six autres millions l’exil forcé au-delà de l’Oural ; un à deux millions de personnes y décédèrent.

Ode à Staline (1950) par Paul Eluard
 
Staline dans le coeur des hommes
Sous sa forme mortelle avec des cheveux gris
Brûlant d’un feu sanguin dans la vigne des hommes
Staline récompense les meilleurs des hommes
Et rend à leurs travaux la vertu du plaisir
Car travailler pour vivre est agir sur la vie
Car la vie et les hommes ont élu Staline
Pour figurer sur terre leurs espoirs sans bornes.
Et Staline pour nous est présent pour demain
Et Staline dissipe aujourd’hui le malheur
La confiance est le fruit de son cerveau d’amour
La grappe raisonnable tant elle est parfaite

Ceci étant dit, les limites de l’acceptable en matière de tyrannie étant largement dépassées, c’est aujourd’hui l’accentuation du régime de la terreur qui s’est imposé à Djibouti soulevant des réactions de la diplomatie internationale – qui semble avoir changé de lunettes – et prive ainsi OG d’une sortie qui aurait pu être honorable à défaut d’être glorieuse.

15 années après l’auto-proclamation d’Ismaïl Omar Guelleh à la tête du pays, l’ambiance est plus que jamais pourrie, vérolée à outrance.

La corruption s’est institutionnalisée, le népotisme et le clientélisme qu’il a favorisés et entretenus ensuite par ses « Collabos » favorisent l’incompétence.

Incompétences et inaptitudes aux caractéristiques des postes à responsabilités qui ont emménagé en toute liberté dans tous les ministères, les grands services du secteur public mais aussi dans le privé.

Les allégeances claniques et le tribalisme ont largement fait « tache d’huile » au fil des ans créant des fractions et des frictions entretenues, y compris parmi « l’opposition de façade » notamment chez de vieux chevaux sur le retour.

Hommes d’une époque révolue mais qui, vissés à leur siège depuis trop longtemps, oublient un peu trop vite qu’il se trouvera toujours quelqu’un pour venir, en temps et en heure, leur demander des éclaircissements sur certains points de leur nébuleux passé.

Pour information, le pays Afar ne sera jamais une forme de « Réserve d’indiens » que l’on fait visiter aux touristes ni un spectacle de danses Massaïe pour quelques USD !

Comme en Tunisie, la rue s’est dressée et n’est pas prête de s’asseoir pour se taire alors que la répression sauvage n’a pas assez de balles pour faire taire plus de 80 % de la population djiboutienne.

La population constituée par les manifestants harcèle sans cesse le pouvoir d’Haramous alors que les « Outils de la Répression » font largement défection, de jour en jour ; des hommes basculent dans l’opposition car las de tirer à balles réelles sur leurs frères, sur leurs sœurs, sur des enfants qui le plus souvent, comme eux, ont faim de Liberté !

Le drame pour l’avenir est ce désenchantement dont souffre le pays avec une jeunesse intellectuelle victime de l’exclusion tribaliste et qui s’exile alors que les familles des opposants politiques sont les premières victimes de l’odieux chantage exercé par le pouvoir d’Haramous pour les faire taire.

Pourtant, à affronter la Tyrannie y compris sur internet, il y a plus à perdre en reculant et en baissant la tête qu’à avancer avec courage en n’hésitant pas à se faire menaçant.

La liberté a un prix, encore faut-il savoir comment la construire et comment l’utiliser pour la faire prospérer !

02/06/2014 (Brève 394) Djibouti ? Tout va bien ! Voyage au cœur d’un terrorisme d’Etat au bord du gouffre et qui ébranle toutes les certitudes occidentales acquises au fil des années. ( Par Roger Picon qui s’exprimait à propos de l’attentat commis à Djibouti)

ManipulationCe sont des vies de familles, de femmes, d’hommes et d’enfants qui viennent soudainement de chanceler ces derniers jours.

Comment pourrait-il en être autrement ?

Elles viennent, hélas, s’ajouter aux précédentes et sont profondément marquées voire même brisées à jamais.

Des vies qui ont basculé soudainement en désespoir dans les heures qui ont suivi l’horrible et lâche attentat qui s’est produit dans un restaurant de Djibouti dans la soirée du 24 mai 2014.

De ce que nous en savons cet attentat aurait fait, tout le moins, 3 morts et 30 blessés.
Acte absurde et meurtrier perpétré à l’encontre de personnes, le plus souvent innocentes, bien vite exploité localement, politiquement parlant, pour désigner d’un doigt accusateur les supposés « responsables »

Curieusement s’est ouverte, un peu trop aisément et quasi immédiatement selon nous, la porte de l’implication d’Al Shebab.

On peut même affirmer qu’elle était déjà entrouverte, avant que ne se produise l’attentat, par ceux qui font office d’autorités locales dans le pays.

Informations filtrées et diffusées par l’entremise d’une ADI – Agence de Désinformation d’Ismaïl  – exclusivement créée et utilisée pour faciliter la contagion de la bêtise et de la mystification à destination de l’Occident et promouvoir ainsi une image positiviste ; en toute illusoire quiétude, couvrant le « diplomatiquement correct » pour tous les crimes commis par l’Etat bananier d’IOG et ses collabos.

Le fait d’utiliser l’exutoire, en l’espèce Al Shebab, pour le mettre à toutes les « sauces » permet de donner libre cours à toutes les accusations à l’encontre d’un artificiel fondamentalisme universellement décrié dans une descente aux enfers qu’accompagne une actualité toujours brulante et qui, indirectement, a pour objet de mettre la religion de l’Islam dans son ensemble au banc des accusés en utilisant, pour ce faire, la bien trop facile expression, « Si ce n’est toi c’est donc ton frère » !!!

Il est difficile d’imaginer un sujet plus controversé que le conflit en Somalie. Dans les faits, des conflits qui divisent l’opinion mondiale, les intérêts des uns et des autres et exaspèrent les sentiments religieux et politiques.

Encore faudrait-il ne pas tenter de nous faire prendre des « vessies pour des lanternes » !

Cette lâcheté consistant à conditionner un couple (de somalis ?) à commettre un tel périple au bout d’une violence faussement religieuse, mais plus assurément celle du désespoir et de la haine entretenus par le pouvoir à l’égard de certains pays occidentaux (affaire Borrel), me conforte dans mon éternelle conviction.

Le seul combat que j’estime être personnellement juste de mener est celui de lutter contre tous les extrémismes mais aussi de tenter de faire triompher la vérité, et que la vérité. Certes pas celle que l’on nous sert sur un plat d’argent préparé par avance avec caviar et champagne.

Désolé mais le contenu de la gamelle d’Haramous ne nous convient pas ! Et ses mystifications encore bien moins ; elles n’ont que trop duré !

La porte que vient d’ouvrir à nouveau Haramous est une véritable insulte au peu d’intelligence que l’on peut avoir. Cela a pour effet de nous conforter dans toutes nos suspicions à l’égard du Palais des artifices ; de ses occupants et collabos.

Attentats à la grenade, un long entrainement depuis 1977.

Pour celles et ceux qui ont bonne mémoire, souvenons-nous que lorsque la présidence était assurée par Hassan Gouled Aptidon les attentats et les supposées imminences de coups d’état – organisés par IOG et (ou) son frère Idriss Omar Guelleh – avaient le don de semer la panique ; éloignant la famille Gouled de la capitale et du Palais de l’Escale.

Car tel était le but !

Le temps que les SSDS (Services de Sécurité) procèdent à l’arrestation des auteurs désignés par avance d’attentats à la grenade qui – par le fait du hasard…- se trouvaient être quelques jeunes et virulents intellectuels Gadaboursis ou Afars dont les noms et adresses étaient connus par avance.

Arrêtés quasiment dans l’heure qui suivait lesdits attentats ou faux attentats en préparation, incarcérés et torturés, bien que totalement innocents bon nombre d’entre eux décédèrent « malencontreusement » alors que pour survivre sous la torture d’autres allèrent jusqu’à avouer ce que leurs tortionnaires voulaient entendre d’eux, et bien plus encore pour qu’enfin cesse leur ignoble calvaire.

Nombreuses furent ce type d’agressions à l’explosif, dont celles perpétrés aux sièges de partis politiques d’opposition qui furent les victimes de tels délits dont les auteurs ne furent jamais identifiés ; là encore et par le fait du hasard, attentats à la grenade (PRD du regretté Mohamed Djama Elabé – AMIN)

La provenance des grenades étaient connues, la liste complète fut récupérée et exploitée.

Ces grenades furent remises à l’époque de son vivant à Idriss Omar Guelleh par Kadhafi dans un lot important d’explosifs, d’armes et de munitions.

Pour conclure, il y a fort à parier que, s’appuyant sur les conséquences de l’attentat à la grenade de ces derniers jours et les risques omniprésents pour les Occidentaux et leurs familles présentes à Djibouti, Haramous va demander l’octroi, en urgence, de nouvelles aides financières sur le plan international…

La supercherie a toujours fonctionné, pourquoi cela changerait-il ?

Pour conclure, je tiens à présenter toutes mes condoléances et mon soutien aux familles des victimes innocentes de cet odieux attentat et souhaite aux blessés un prompt rétablissement.