23/10/10 (B575) Réuni en urgence, le comité directeur du Prestigieux Ordre des Brosses à Reluire était appelé à se prononcer sur deux dossiers qui lui étaient soumis. Francis Gillery et Françoise Mouline sont cooptés à l’unanimité et salués par une « standing ovation » pour leur soutien personnel à l’instauration d’une royauté à vie en principauté de pacotilles. (Reportage exclusif de l’ARDHD – Humour)

Mohamed Dileita, Président de l’Ordre a tenu à saluer tous les membres qui avaient spontanément répondu présents à sa convocation.

Mohamed Dileita a expliqué que l’Assemblée avait à statuer sur deux dossiers de candidature qui, fait exceptionnel, sont soutenus par le Président de la République, Monsieur Ismaël Omar Guelleh, en personne.

Aussitôt, il a lu un bref message de la Présidence à destination des membres de l’Ordre.

Mes chers Camarades,

C’est à votre conscience individuelle et à votre indépendance d’esprit que je m’adresse aujourd’hui pour apporter mon soutien personnel à la candidature de Madame Mouline et de Monsieur Gillery.

Si je me permets d’intervenir personnellement, ce que je n’avais jamais fait depuis la création de votre Ordre prestigieux, c’est parce que ces deux hautes personnalités françaises ne se sont pas exprimées à mon sujet.

Le paradoxe est là.

Elles n’ont rien dit sur moi et c’est en cela qu’ils ont apporté une pierre magistrale à l’édifice que nous construisons tous ensemble : la royauté héréditaire.

Sachant que, fidéles à vos principes et à votre passé, vous aurez à coeur de continuer à me servir avec zèle et dévouement, vous coopterez ces deux personnalités. J’ai décidé que ma personne sacrée remettrait les insignes à M. Gillery au titre de sa contribution prodigieuse pour embrouiller l’enquête sur la mort du Juge Borrel et pour me disculper aux yeux de l’opinion publique.

Le reportage, dont il est l’auteur, est un chef d’oeuvre. Sans ne jamais rien apporter de nouveau, sans ne jamais mentir, il distille un venin délicat : celui du doute.

Enfin, bien que ce soit trivial, je tiens à vous rappeler que ce tournage a demandé de gros efforts, tant à la République de Djibouti qu’à la République française et qu’il faudra l’utiliser au mieux de nos intérêts, pour que le retour sur investissement soit à la hauteur des dépenses et du cachet exceptionnel de Francis Gillery, mercenaire des « Grands ».

Vive la corruption
Vive l’asservissement du Peuple
Vive la royauté héréditaire

Son Excellence Ismaël Omar Guelleh
Futur Roi de Djibouti

– Bien que très fatigué par la maladie qui le ronge actuellement, Yacin Elmi Bouh a tenu à prendre la parole pour rappeler l’importance du film dans la communication présidentielle, à la veille de l’annonce de la troisième candidature du bienfaiteur des élites dévouées.

Il a ajouté que la grande habileté de Monsieur Gillery, avait été de ne jamais donner la parole à Ismaël Omar Guelleh, pour que le public oublie son implication éventuelle dans la mort du juge et surtout d’utiliser le témoignage d’Elisabeth Borrel et de ses voisins, pour laisser entendre que c’est elle, la victime, qui serait non pas la coupable, mais une menteuse qui occulte la vérité … Il a salué au passage la performance de Mme Morrachini, qui a su transformer une sanction « son déssaisissement » en une mesurette destinée à calmer l’opinion publique.

Au final, il a recommandé à chaque membre de voter en faveur de la cooptation de Francis Gillery dans l’Ordre.

– Djama Souleiman a tenu à présenter la candidature de Madame Françoise Mouline. Saluant le courage de cette femme, dont le mari a refusé de s’exprimer, (probablement par peur de dire encore des bêtises ?), elle a pris en main, avec courage, la défense de la réputation de sa famille. Et de quelle main de maître ! Détournant les spectateurs du problème principal, non seulement elle a fait l’apologie d’un écclésiastique pédophile, mais elle a ruiné les arguments d’Elisabeth Borrel en une phrase ciselée au diamant … Il fallait oser le faire ! Et tout cela pour soutenir l’oeuvre et les ambitions de notre Président Ismaël Omar Guelleh. C’est pourquoi je recommande de la coopter sans délai dans notre ordre prestigieux. En synthèse, il a cité cette phrase qui restera gravée dans la mémoire collective : « Madame Borrel est quelqu’un qui s’acharne …  »

Invité à donner son sentiment, Djama Mahamoud Haïd a prié ses collègues de l’excuser. Compte-tenu du climat actuel au sein du couple présidentiel et de son dévouement à sa soeur Kadra, il ne lui était pas possible de s’exprimer dans ces circonstances.

Djama Ali Guelleh
a demandé la parole pour exprimer son admiration sans borne à Francis Gillery et il a ajouté que son reportage était un monument, un chef d’oeuvre qui devrait être récompensé par la Palme d’Or et être admis au Panthéon de l’arnaque intellectuelle. Aucun témoignage n’aurait pu être aussi utile, pour garantir la pérennité de l’opppression des couches défavorisées de la population, de la suprématie du clan Guelleh sur les populations et l’instauration à court terme du principe de la souveraineté hériditaire.

_____________________________________________

C’est à la majorité absolue que les deux impétrants ont été cooptés dans l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire de la République de Djibouti.

Françoise Mouline, qui faisait anti-chambre, a été invitée à rejoindre la salle des délibérations pour être acclamée par tous les membres. Aref Mohamed Aref a tenu à lui remettre personnellement les insignes de son grade.

Madame Françoise Mouline, épouse éminente
d’un grand serviteur de l’Etat Français, protecteur de la dictature djiboutienne, je vous éléve,
en vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés,
à la dignité de Chevalière
de l’Ordre des Brosses à Reluire.

Je vous remets les nouveaux insignes de votre dignité, que vous devrez porter
désormais en toutes circonstances.

Désormais nous vous reconnaîtrons sous votre nouveau nom « Danse avec les loups ».

_________________________________________

Francis Gillery a été élevé au Grade de « Mercenaire des élites dominantes » . Il a reçu les insignes de son grade qui lui ont été remis par Ismaël Omar Guelleh. Rappelons que seul Djama Ali Guelleh avait bénéficié de cette faveur exceptionnelle dans le passé.

Monsieur Francis Gillery, en vertu des pouvoirs que je me suis attribué, j’ai le plaisir et l’honneur de vous remettre les insignes de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire, qui a voté à l’unanimité votre cooptation pour services rendus à la tyrannie que je dirige depuis dix ans.

Vous porterez désormais le Grade de « Mercenaires des élites dominantes ».

_________________________________________

A la fin de la cérémonie, nos observateurs ont pu surprendre des petites phrases qui étaient échangées par les Chevaliers de l’Ordre et en particulier celles-ci. Si nous nous interrogeons encore sur le sens profond de cette phrase, nous ne pouvions omettre de la citer : « Ils nous ont coûté fort cher, mais nous en avons eu pour notre argent… »

22/10/10 (B574) Jacques Lang, bientôt coopté dans l’ordre des Brosses à Reluire ? En tout cas ces propos récents à l’issue d’un entretien avec Guelleh, lui ouvrent la voie royale vers la cooptation.

_________________________________ DjibAct

Le président de la république reçoit 2 émissaires du secrétaire général des Nations-Unis.

Le Président de la République Ismail Omar Guelleh a reçu au palais présidentiel l’envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la lutte contre la piraterie maritime aux larges des côtes somaliennes, M Jacques Lang.

A l’issue de son entretien avec le Président de la République, M Jacques Lang a indiqué à la presse nationale qu’il se réjouissait de sa rencontre avec le Président de la République dont il a qualifié « d’homme sage et d’expérience ».

Mr Lang a affirmé qu’il a été impressionné par « la grande connaissance » que |e président djiboutien possède sur le sujet de la piraterie maritime en Somalie, indiquant qu’il lui avait donné des pistes de réflexion sur les voies et moyens de réguler ce fléau, notamment par la voie de la « création d’emplois en Puntland ».

La Communauté internationale se doit de profiter de l’expertise du Chef de l’Etat djiboutien en matière de lutte contre la piraterie maritime aux larges des côtes somaliennes de l’avis de M Jacques Lang, promettant qu’il conseillerait le Secrétaire général des Nations Unies en ce sens.

Nommé Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en matière de lutte contre la piraterie maritime aux larges des côtes somaliennes, M Lang effectue ces jours-ci une tournée d’informations sur la question de la piraterie maritime dans la région.

Dans le cadre de cette mission, en dehors son actuel séjour à Djibouti, il s’est déjà rendu aux Seychelles, à Maurice, au Puntland et au Somaliland.

Le Ministre délégué à la Coopération internationale, M Ahmed Ali Silay et le Chef de la Sécurité nationale M Hassan Saïd Kaireh ont assisté à la rencontre entre le Président de la République et l’Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la lutte contre la piraterie maritime.

Apres jack Lang le président de la république Ismaël Omar Guelleh a reçu toujours au palais de la présidence M. Augustine Mahiga, représentant du secrétaire général des nations unies pour la somalie.

Les discussions ont porté sur la situation qui équivaut en Somalie.

Ont assisté à cette entrevue, la représentante résidente du PNUD Mme Hodan Abdillahi Haji Mahamoud le ministre de la coopération international Ahmed Ali Silay, le secrétaire générale de la présidence, le directeur de la sécurité national Hassan Saïd et l’ambassadeur de Djibouti en somalie.

07/04/10 (B545) Communiqué du prestigieux Ordre des Brosses à Reluire portant cooptation de M. Abdillahi Ainan Robleh, Président de la commune de Balbala au titre de « Diffuseur des mirages présidentiels »

Selon le communiqué qui vient d’être rendu public, l’Ordre des Brosses à Reluire a coopté Abdillahi Ainan Robleh, lors d’une session extraordinaire qui s’est tenue, hier, le mardi 6 avril.

Sous la Présidence (assoupie ?) de M Dileita, ce sont les vice-Présidents de l’Ordre, Yacin Elmi Bouh et Djama Mahamoud Haid qui ont assuré l’ouverture de la séance et qui ont présenté l’ordre du jour, au menu duquel figurait la demande de cooptation d’un certain Abdillahi Ainan Robleh, Président de la commune de Balabala, qui avait fourni l’interview qu’il a donné au Journal unique de la République : La (grande) Nation.

Yacin Elmi Bouh a tenu à faire l’éloge de ce soldat servile et obéissant, entièrement dévoué au régime dictatorial et sanguinaire, et à sa pérennité. Il a lu intégralement les passages suivants :

« Et pour ne pas laisser tomber tous ces jeunes qui seront diplômés dans telle ou telle formation, nous comptons mettre en place une quarantaine de garages à travers notre commune pour leur permettre de s’intégrer rapidement dans la vie professionnelle. Autant d’initiatives positives sont prévues pour ne pas laisser notre jeunesse succomber au fléau de la délinquance et de la drogue. »

« Enfin je n’oublie pas de saluer le bilan largement positif du Chef de l’Etat durant la dernière décennie.

C’est pourquoi je le soutiens au nom de la commune de Balbala et de ses habitants comme l’ensemble de nos concitoyens, à continuer à présider aux destins de notre pays pour les années à venir. »


Mettre les jeunes au garage

Soulignons le fait que M Ainan Robleh propose des solutions innovantes et imaginatives pour lutter contre l’oisiveté (forcée) et la consommation de drogues parmi la jeunesse : les mettre au garage ! ( probablement cela ne changera pas grand chose, parce que, malheureusement, la majorité de la jeunesse était déjà sur une voie de garage …)

Cet appel, sans ambiguité, à soutenir le troisième mandat d’IOG a particulièrement touché le coeur (et le portefeuille ?) des membres présents. C’est par un tonnerre d’applaudissements que M Abdillahi Ainan Robleh a été coopté dans le prestigieux ordre des Brosses à Reluire.

L’impétrant a aussitôt été invité à pénétrer dans la salle de délibération où il a été chaudement accueilli par Djama Mahamoud Haid qui a tenu à lui remettre personnellement les nouveaux insignes de son grade.

Abdillahi Ainan Robleh,
en vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés,
je suis fier et heureux de t’accueillir parmi nous.
Chevaliers de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire,
nous sommes
les ultimes remparts de la dictature
et de ce
système d’enrichissement qui favorise notre caste.
Il doit se perpétrer pendant mille ans encore.
Désormais tu es chevalier de l’Ordre des Brosses à Reluire
et tu porteras le titre envié
de « Diffuseur des mirages présidentiels « 

22/01/10 (B535) Première à l’Ordre des Brosses à Reluire. Pour la première fois de son histoire, l’Assemblée rejette un candidat : Gabayo ne sera pas coopté dans l’ordre le plus prestigieux de la dictature djiboutienne. (Photo de l’impétrant ajoutée le 24/01 à 10h00 – Paris)

Selon les procédures habituelles, Dileita, en sa qualité de Président de l’Ordre des Brosses à Reluire, avait fait convoquer tous les membres pour discuter de la demande de cooptation qui avait été déposée par un certain Bulaleh Barreh, plus connu sous le nom de « Gabayo » et Président actuel du PSD, poste qu’il assume depuis la disparition de Moumin Bahdon.

En sa qualité de Président de l’ordre prestigieux, Dileita a ouvert l’Assemblée en présentant ses voeux à chacun des membres présents et absents (parce que désormais il a du mal à faire la différence entre le réel et le virtuel – selon des experts médicaux, il souffrirait de la maladie du dédoublement) et surtout en adressant des voeux appuyés au Maître incontesté de Djibouti, le sieur Guelleh.

Ensuite, Djama Ali Guelleh, qui avait accepté de présenter la nouvelle candidature, a rappelé brièvement le parcours insolite et tortueux de l’impétrant. Il a tenu à souligner son engagement sans faille, depuis plusieurs années aux côtés de Moumin Bahdon et son engagement personnel en faveur d’une dictature qui respecte ses intérêts personnels et qui lui permet une existence confortable, sans souci ni état d’âme, vis à vis de la souffrance des populations.

Pour conclure, il a rappelé, qu’en dépit des oppositions majoritaires au sein de son propre parti le PSD, Gabayo avait eu le courage et la clairvoyance d’appeler à soutenir le projet de 3ème mandat en faveur du Génie de la Corne.

Selon les usages c’est Yacin Elmi Bouh qui a mis aux voix, la cooptation de Gabayo.

Décompte fait et décompte des voix refait, Gabayo n’a obtenu qu’un tiers des voix ! Une grande première dans l’Ordre qui n’avait jamais blackboulé un impétrant depuis son origine.

Demandant le calme, le Président Dileita, qui pour une fois, ne s’etait pas absenté pour aller sucrer ses fraises préférées et qui ne s’était même pas endormi, a pris note du scrutin défavorable à Gabayo et il a levé la séance.

A la sortie, les commentaires allaient bon train. Par exemple, on aurait entendu

Ali Farah Assoweh dire : « Gabayo est un clown, il n’avait rien à faire chez nous ! ».

Aden Robleh Awalleh qui aurait dit « Gabayo est terriblement fatigué depuis quelque temps, il est sur la pente descendante et il n’a rien compris au film »,

Djama Ali Guelleh, le mafieux de l’énergie électrique « Un homme qui ne sait même pas frauder un scrutin, ne peut pas espérer rejoindre l’élite qui entoure notre Maître vénéré, mon Cousin IOG. ».

Djama Souleiman, le procureur abusif qui aurait affirmé, qui s’y connaît en matière de Justice soumise « Ce n’est que Justice, voilà un homme qui a trompé tout le monde pendant des années, vraiment on ne peut pas penser à un engagement sincère de sa part ».

Nous interrompons l’émission pour conclure en vous disant chers lecteurs :

« Après ce camouflet qui lui a été infligé par ceux qu’il sert avec servilité, l’avenir de Gabayo est bien sombre et compromis, mais ce qui est intéressant, c’est de constater comment les hyènes continuent à se battre entre elles … tandis que leur avenir est bien bouché et leurs chances de survie extrêmement restreintes ! »

22/12/09 (B530) Ordre des Brosses à Reluire. Une grande première : c’est un internaute qui a recommandé une personnalité djiboutienne (ou ce qui pourrait en devenir une ?) « Ali Soubaneh » à la cooptation immédiate.

C’est un lecteur qui a recommandé au Comité directeur de l’Ordre prestigieux, une personnalité djiboutienne, en vue d’une cooptation.

Après analyse du dossier de l’impétrant, Dileita a fait lancer la convocation des membres de l’Ordre des Brosses à Reluire pour se prononcer sur la candidature de M Soubaneh, qui a signé un article dans La Nation N°170 du 27 octobre 2009 « Ing. Bilan Ali Soubaneh ».

Immédiatement après avoir ouvert officiellement la session, Dileita a présenté ses excuses et il s’est eclipsé rapidement pour aller cueillir ses chères fraises au PK 20.

Le Beauf « alias Haid, portier Chef à la Banque centrale » a pris la parole en sa qualité de Vice-Président et il a fait l’apologie de ce lecteur de La Nation. A l’appui du brillant hommage qu’il lui a rendu, il a tenu à reprendre ses propos qui ont été diffusés par La Nation à propos de l’attribution du Prix Nobel de la Paix à B. Obama et dans lequel notre impétrant regrette que Guelleh n’ait pas été au minimum inscrit sur la liste des nominés !!!

« 
Honnêtement, sans aucun chauvinisme, ni zèle alimentaire, au moins sur une liste de 205 noms retenus, comment expliquer que le président Ismaïl Omar Guelleh ne puisse y figurer ? Pourtant, l’action de l’homme  est là. Dans une région profondément tourmentée depuis la nuit de temps et qui reste toujours en proie à un embrasement, seul, le président Guelleh s’est battu corps et âme pour développer une culture de paix. 

La tragédie somalienne est l’illustration de son noble engagement. En 2000, peu de temps après son arrivée au pouvoir, alors que la République de Djibouti ne s’est pas remise encore d’une décennie de crise économique, il aura le courage d’organiser une conférence de réconciliation somalienne à Arta qui s’étalera sur presque une année.


Neuf ans plus tard, quand la tragédie somalienne prend une tout autre dimension et que le monde commence à lui tourner le dos, il invite les frères ennemis somaliens à Djibouti sous l’égide des Nations unies. L’actuel gouvernement légitime en ressort. 


Il eut aussi la réconciliation inter-soudanaise. Il eut également l’éminent rôle tenu par le Président Guelleh pour mettre fin au conflit armé de notre pays. Il eut encore la restauration d’une paix totale avec le retour au pays de feu Ahmed Dini. Il eut, et il y’aura encore…  

Mais hélas, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir !  »

Appelés à se prononcer, c’est à l’unanimité moins une voix, que les membres ont choisi de coopter ce nouvel impétrant de qualité.

Aref, grand champion de la réconciliation nationale et de la paix dans le monde ?

En effet, seul Me Aref, le « Corbeau repenti » a choisi de s’abstenir.

Choix qu’il a expliqué par la suite, en démontrant avec fougue et avec son talent méconnu, que si M. Soubanneh avait eu raison de proposer Guelleh, en revanche il avait eu tort de l’oublier, lui, Aref, descendant de Sultan, grand artisan de la réconciliation nationale, lui qui a choisi autrefois de pardonner à Guelleh (en échange de contreparties occultes ??), les deux années d’emprisonnement qu’il avait passées au fort d’Ali Adde. Lui, qui a su concilier l’inconciliable : étant d’un côté, membre d’Amnesty International et Vice-Président de l’UIDH (aujourd’hui déchu des deux qualités ! ) et de l’autre agissant en parallèle comme avocat et farouche défenseur du système dictatorial et de ses cadres supérieurs.

Si ce n’était pas une démarche pacifique, où serait la paix dans le monde ! a-t-il conclu ! Cela n’est-il pas suffisant pour justifier ma propre nomination pour le prix Nobel de la Paix, voire qu’il me soit attribué personnellement ?

Comme à l’habitude c’est Yacin Elmi Bouh qui a été chargé de faire venir l’impétrant pour lui remettre ses décorations et son nouveau titre.

Ali Soubaneh, en vertu des pouvoirs qui m’ont été délégués
par cette Assemblée prestigieuse, je suis heureux de t’accueillir
au sein de notre Ordre éternel …

Je te remets les insignes de ta nouvelle dignité

Désormais les autres membres te connaîtront sous le titre éminemment flatteur de « Ramasse-miettes » et personnellement, je te souhaite d’en ramasser beaucoup, surtout si tu continues à servir notre Chef estimable et vénéré avec autant de servilité et de passion. Vraiment tu le mérites et tu iras loin …

11/12/09 (B528) Réunion du Comité international de l’Ordre des Brosses à reluire, portant nomination de Monsieur Ali Mohamed Abdou en qualité de CNDH. « Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine. »

Contrairement à ce que pouvait imaginer une opinion publique amère et frustrée, toujours disponible pour critiquer le pouvoir et ses hauts dignitaires, le prestigieux Ordre des Brosses à Reluire n’est pas inactif. Il accomplit chaque jour un travail énorme de réflexion, sous l’impulsion de son Président, travailleur acharné et grand communicateur devant l’éternel, Dileita Mohamed.

Réunis ce jeudi 10 décembre sur convocation extraordinaire, tous les membres se sont retrouvés dans un grand hôtel djiboutien, dont nous tairons le nom, pour éviter d’être soupçonnés d’en faire la publicité. (activité « bassement commerciale » à laquelle l’ARDHD n’a jamais cédé, contrairement aux sites « officielles » : RTD, La Nation, …).

Sous la présence de Dileita, qui avait pris soin de fixer l’heure de la réunion vers 17h00, afin de ne pas réduire le temps de sa sieste habituelle, ni de se priver de sa partie de cueillette de fraises délicieuses au PK 20, (fraises qu’il sucre de plus en plus, dit-on dans son entourage …)

Le bureau, au grand complet, avec ses deux vice-présidents : Djama Ali Guelleh (de l’EDD), Yacin Elmi Bouh, Ministre et son Haut-Trésorier général Djama Mahamoud Haid, qui avait tiré le rideau de la Banque à cette occasion pour se rendre disponible. (Cf article ci-dessous)

En sa qualité hautement reconnue de « Beauf », Djama Haid a tenu à prendre le micro afin de présenter l’ordre du jour et le point unique, qui concernait la promotion d’Ali Mohamed Abdou au grade d’officier de l’Ordre. (Ali Mohamed Abdou avait été coopté dans l’Ordre il y a un an (13/12/08) sous le nom de « Baratineur intarissable » – lien – Note de l’ARDHD)

Pour appuyer cette proposition, il a tenu à reprendre la dernière interview que M Abdou a donné à La Nation et à lire à haute voix quelques passages succulents :
__________________________
« (..) Fondée sur les valeurs cardinales de l’état de droit et de la démocratie, notre constitution affirme dans son préambule l’engagement du peuple Djiboutien à garantir l’exercice effectif des droits collectifs et individuel ainsi que sa souscription aux valeurs universelles des droits de l’homme de 1948 et aux instruments internationaux traitant des droits de l’homme. (…)

(…) Parmi les droits civils et politiques ainsi définies par la constitution. On peut relever le droit à la liberté, à l’égalité de tous les Djiboutiens et l’égale jouissance de tous les droits, la prohibition de toutes les formes de discriminations, le droit à la vie, à la sûreté et à l’intégrité physique, l’égale protection de la loi, le droit de ne pas être détenu, gardé, déporté arbitrairement, la présomption d’innocence, le droit à la non rétroactivité de la loi pénale, l’inviolabilité du domicile,de la vie privée et familiale, la liberté de croyance, de conscience et de culte, les libertés d’opinion, de presse, le droit d’aller et venir, le droit de vote et le droit de participer à la gestion des affaires de l’état et de la société. (..)

(…) De même sans l’ombre d’un doute le Président de la République est en vertu des pouvoirs importants que lui confère la constitution est investi, comme le garant de l’indépendance de la justice et de l’application effective des dispositions légales, notamment les accords et traités internationaux. (…)  »

_______________________________

L’ARDHD interrompt la citation à ce point, car tout le reste est à l’avenant et il n’y a rien à jeter. Toutes les réponses sont des pures merveilles !

C’est Guelleh et Paulette qui ont du se réjouir en lisant ce tissus de flagorneries d’un niveau intellectuel inégalable.

En conclusion, c’est à l’unanimité à et à mains levées que l’ensemble des membres du prestigieux Ordre à Reluire ont voté en faveur de l’élévation d’Ali Mohamed Abdou, à la dignité d’officier de l’Ordre et au grade de CNDH « Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine »

Yacin Elmi Bouh a enfin pu récupérer le micro des mains du « Beauf’ qui ne voulait pas le lacher, pour prononcer les formules rituelles :

En vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés
ce jour par l’Assemblée extraordinaire des
Membres de l’Odre des Brosses à Reluire,
mon cher camarade, Ali Mohamed ABDOU,
je t’élève à la dignité d’Officier dans notre Ordre.

Désormais tu seras reconnu par nous tous
sous ton nouveau nom de CNDH
« Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine »

et tu devras en porter les insignes que je te remets.

14/05/09 (B498) Ougoureh Kifleh intronisé dans l’Ordre des Brosses à Reluire pour la remarquable introduction de son exposé lors du séminaire gouvernemental.

Réunis ce matin de bonne heure, pour ne pas manquer la suite du séminaire des louanges à la dictature, les membres de l’Ordre des Brosses à Reluire avaient à se prononcer sur la candidature de M Ougoureh Kifleh Ahmed, ministre de la défense.

Prenant la parole pour ouvrir la séance, Dileita, un peu fatigué par la vie trépidante qu’il mène actuellement et par les efforts inhumains qu’il vient d’accomplir pour la réussite du séminaire à la Gloire de Guelleh, a souhaité la bienvenue aux membres présents. Estimant que l’heure est à la mondialisation, il a demandé à l’un des membres français de l’Ordre de présenter la candidature d’Ougoureh Kifleh.

Chris Lafaille, bien connu, pour son talent littéraire et son art de transformer l’ombre en lumière et inversement, a accepté la mission. Une grande première pour l’Ordre !

Décidément les membres n’étaient pas au bout de leur surprise, puisque Chris Lafaille a déclaré qu’une belle vidéo valait mieux qu’un long discours ennuyeux et qu’il allait projeter la dernière intervention d’Ougoureh Kifleh.

Auparavant, il a souhaité rappeler que Kifleh avait fait partie de la résistance et qu’il s’était ensuite rallié à la main tendue par Gouled, contre des avantages non négligeables, y compris le poste de Ministre. C’est la raison pour laquelle, Kifleh n’a pas manqué, au cours de son intervention historique d’envoyer des méchancetés à l’encontre des vrais résistants, devenus responsables à ses yeux de l’insécurité au Nord.

Mais regardez seulement 1 minute et 20 secondes. Cela est largement suffisant pour vous convaincre que Kifleh est devenu le maître incontesté de la flagornerie la plus outrancière. Quel talent !

Aussitôt le clip terminé, c’est par une standing ovation et un vote unanime à mains levées, que les membres du prestigieux Ordre des Brosses à Reluire ont décidé de coopter Ougoureh Kifleh.

Il a été invité à rentrer dans le sérail sous les applaudissements chaleureux et nourris et c’est Yacin Elmi Bouh qui a procédé à la remise des insignes.

Mon Cher Ami, Ougoureh Kifleh, en vertu des pouvoirs
qui m’ont été conférés, je suis heureux de t’accueillir au sein
de notre Ordre prestigieux. Ta place est parmi nous, car nul
ne saurait rivaliser avec toi au jeu de la Brosse à Reluire.
Je te remets les insignes de ton grade que tu devras
fièrement arborer en tous lieux et en toute circonstance.

Désormais, tu porteras le titre envié
de « Flagorneur du génie » et je suis
certain que tu comprendras le double sens,
qui te rappellera un passage émouvant
de ton discours au séminaire.

13/12/08 (B478) Nouvelle nomination en urgence dans l’Ordre des Brosses à Reluire. Et pas n’importe qui, puisqu’il s’agit d’Ali Mohamed Abdou, qui assure parler au nom des Droits de l’Homme (Le bougre !!!).

Réunis en séance extraordinaire sur convocation du Président Dileita, tous les membres de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire, présents à Djibouti, ont tenu à participer à la session destinée à approuver la cooptation du Président de la Commission nationale des Droits de l’Homme, Ali Mohamed Abdou.

L’événement étant d’autant plus attendu, qu’en général, les structures qui interviennent en faveur du respect des Droits de l’Homme en particulier à Djibouti, n’ont que des mots durs pour décrire la situation et les dérives autoritaires et meurtrières du régime. Enfin un personnage impliqué dans la Défense des Droits de l’Homme, qui trouve que tout va bien sur ce plan. C’est tellement rare qu’aucun des membres n’avait voulu manquer cette occasion exceptionnelle.

Selon l’usage, le Président Dileita a pris la parole pour rappeler l’Ordre du jour et il a proposé à Aref Mohamed, en sa qualité d’ancien défenseur des Droits de l’Homme, repenti désormais et flagorneur de Guelleh, de présenter le dossier de cooptation, déposé la veille par Ali Mohamed Abdou.

Aref s’est déclaré flatté d’avoir à défendre une candidature aussi illustre, qui fait honneur à la profession et aux spécialistes du double langage. Il a cité certaines phrases extraites des déclarations d’Ali Mohamed Abdou pour convaincre les membres éminents de l’Ordre de voter en faveur de sa cooptation.

« (…) En ce qui concerne à présent la situation des Droits de l’Homme dans notre pays, ceux qui suivent son évolution savent qu’en matière de droits et libertés, des progrès remarquables ont été accomplis depuis l’accession d’Ismaïl Omar Guelleh à la magistrature Suprême aussi bien sur le plan des principes que sur celui de leur application. Quant aux principes tout d’abord, Djibouti a signé et ratifié de nombreux instruments juridiques internationaux, relatifs aux Droits de l’Homme.

(…) Par ailleurs, avec la mise en place d’une Commission Nationale des Droits de l’Homme, que j’ai l’honneur de présider, la République de Djibouti sous l’impulsion du Président de la République a fait un pas de géant en matière de protection et promotion des Droits de l’Homme en comblant un vide institutionnel.

(…) La promotion et la protection des Droits de l’Homme sont, avant tout une responsabilité nationale. La Communauté Internationale peut nous assister, nous conseiller, nous appeler à respecter nos engagements. Elle ne peut se substituer à nous. C’est à nous de construire l’édifice démocratique qui assurera le plein exercice de tous les Droits et libertés.

La démocratie et les Droits de l’Homme sont en effet des combats permanents. Ils ne sont jamais acquis et sont toujours perfectibles. Il faut permettre que les associations, les médias, les partis exercent leurs fonctions critiques dans le respect des dispositions légales en vigueur. Mais l’évolution la plus importante que je voudrais saluer et encourager, c’est le dialogue entre les pouvoirs publics et les ONG dont le courage et la persévérance ont fait faire des progrès considérables aux Droits individuels et collectifs.

(…)Aucune circonstance ne pourra jamais justifier qu’on dénie à un homme ses Droits les plus élémentaires, aucune situation ne peut nous faire accepter que certains ne voient jamais satisfaits leurs besoins les plus essentiels et surtout s’agissant des enfants. « 

Il n’était pas nécessaire d’en dire plus. Yacin Elmi Bouh, en sa qualité de Vice-Président a proposé aussitôt de passer au vote. C’est à mains levées et à l’unanimité de tous les présents que la cooptation d’Ali Mohamed Abdou a été adoptée.

Aussitôt l’impétrant a été invité à rejoindre la salle de délibération. Dans la continuité, Aref Mohamed Aref a tenu à lui remettre personnellement les insignes de son Grade

En vertu des pouvoirs qui m’ont été délégués, Mon cher Ami, toi avec qui je partage tant de combats, tant de mensonges et tant de retournements de veste, je suis particulièrement heureux de t’élever à la dignité de Chevalier de notre Ordre prestigieux des Brosses à Reluire.

Désormais tu porteras le titre de « Baratineur intarissable » et tu devras porter cet insigne en tous lieux et en toutes circonstances. Il t’ouvrira toutes les portes dans tous les régimes autoritaires, dictatoriaux et anti-démocratiques, dont nous assurons la promotion sans faille, sans regret et sans honte.