28/10/08 (B471) Bientôt une nouvelle cooptation dans l’ordre des Brosses à Reluire ? Attendons la réunion du prochain comité …. (ARDHD)

________________________________ La Nation

 » Le personnage principal de mon livre, c’est Djibouti « 
Jacques-Marie Carlhant

Jeudi dernier, au cours d’une conférence de presse organisée au Kempinski, Jacques-Marie Carlhant, un assistant social français dont le livre Eiyalki a dominé la semaine nationale du livre à Djibouti, a parlé de son ouvrage pendant près de deux heures avec les représentants de la presse djiboutienne.  » Le personnage principal de mon livre, c’est Djibouti « , a notamment dit l’auteur.

Roman réaliste, Eiyalki s’inspire de faits réels qui se sont déroulés à Djibouti entre 1993 et 1996, période au cours de laquelle Carlhant a travaillé dans notre pays. Révolté par ce qu’il a découvert, c’est-à-dire des actes de pédophilie commis par certains de ses ressortissants, des hommes d’église et des coopérants, Carlhant a essayé en vain d’ouvrir une enquête afin de démasquer les auteurs de ces crimes.

Mais tous ceux sur lesquels pesaient ses soupçons et ceux de la police djiboutienne avaient alors été rapatriés grâce aux  » vols bleus « . De nombreuses années plus tard, Carlhant évoque cette période dans ce livre publié en France.

__________________________ Note de l’ARDHD
Carlhant a-t-il déjà négocié avec Guelleh, en échange du service qu’il lui apporte, la reprise de tout le stock d’invendus, pour les mettre à disposition de toutes les bibliothèques scolaires et universitaires, avec obligation dictée aux professeurs, d’expliquer l’ouvrage ?

Cela ressemblerait à l’opération « rénumératrice » conduite par C. Lafaille avec son ouvrage …

16/10/08 (B469-B) M Sunil Saigal, représentant résident du PNUD à Djibouti, coordonnateur humanitaire et agent habilité a été nommé au grade de Chevalier dans l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire. (Notre correspondante était sur place et a pu assister au vote solennel des membres présents)

Réunis à la demande du Président Dileita, tous les membres de l’Ordre des Brosses à Reluire avaient été convoqués pour discuter de la cooptation de Monsieur Sunil Saigal.

Après avoir souhaité la bienvenue à tous les membres, le Président Dileita s’est excusé, expliquant qu’il avait des engagements importants qu’il devait assumer et qui ne pouvaient pas attendre plus longtemps. Il a aussitôt passé la parole au nouveau Vice-Président, Yacin Elmi Bouh. (*)

Après avoir évoqué la glorieuse carrière de Monsieur Sunil Saigal au service de la dictature djiboutienne et son record de longévité dans le poste, il a demandé à Mohamed Aref de faire l’éloge de l’impétrant.

Mohamed Aref a tout d’abord rappelé qu’il avait tissé de solides liens d’amitié avec le candidat, d’abord à l’époque où il jouait aux défenseurs des Droits de l’Homme, puis lorsqu’il a rejoint l’opposition aux Droits de l’Homme en mettant son talent et son expérience au service de son ancien bourreau.

Il avait été très honoré que Monsieur Sunil Saigal lui conserve toute sa confiance après son retournement spectaculaire de veste et qu’il le soutienne dans son nouvel engagement en faveur de la pérénité de la dictature et de l’asservissement du peuple..

Mohamed Aref a rappelé ensuite les brillants discours prononcés par l’impétrant et il a lu quelques phrases sélectionnées (et d’une telle « élévation intellectuelle » que le commun des mortels ne pouvaient pas toujours en comprendre les subtilités admirables !) :

En Mai 2008
dans La Nation :

« Il lui a paru opportun de rappeler que les diverses phases lors de l’élaboration du bilan commun de pays et du plan cadre des Nations Unies en la matière ont servi de formations préalables aux cadres nationaux et experts onusiens impliqués. L’expérience aurait converti les uns et  les autres quant au bien fondé de l’approche basée sur les droits humains.  Tant mieux dans la mesure où les objectifs du plan cadre quinquennal en question ciblent un développement durable à visage humain. »

« L’essentiel aux yeux de M Saigal est que les droits de l’homme ne soient pas minimisés par rapport au boom économique que connaît le pays depuis plusieurs années. Le rappel lui vaut, cependant, de reconnaître les mérites du gouvernement dans sa lutte contre la pauvreté, les disparités sociales et les mutilations génitales féminines. »

Puis plus récemment sur la RTD :

« La promotion des droits humains est en effet une priorité et un élément déterminant pour une bonne gouvernance, indispensable pour la République de Djibouti, efficace contre la pauvreté et pour le développement durable.

Je vous invite de constater que la République de Djibouti a fait sienne de toutes les préoccupations liées à la problématique des droits de l’homme et je voudrais vous assurer ici que le système des Nations a d’ores et déjà intégrée d’une manière conceptacle ses soucis dans l’ensemble de ses programmes de coopération.

Je note le progrès réalisé jusqu’ici par le gouvernement de Djibouti à travers les réformes institutionnelles et politique dans la démarche en rapport avec la promotion et la protection des droits humains et dans l’avancement des agendas des droits humains par la signature et al ratification sans réserve de la totalité des principales convention de la protection des droits humains

A cet égard, je tiens à féliciter et saluer le gouvernement de la République de Djibouti par l’entremise de son excellence le ministre de la Justice et des Affaires Pénitentiaires chargé des droits de l’homme d’avoir mis à exécution dans un laps de temps aussi court les principales recommandations de l’Atelier sur l’état des droits de l’homme de mai 2008, à savoir, la nomination des membres de la commission nationale des droits de l’homme ainsi que al création d’un important comité interministériel des droits des nations et du processus de rédaction et de soumission des rapports au Conseil des Droits de l’Homme et autres organes… »

Interrompu par une salve d’applaudissement, Mohamed Aref n’a pu achever la lecture de ces remarquables morceaux choisis. Yacin Elmi Bouh a agité la clochette pour demander le silence et proposer de mettre aux voix, la candidature de M Sunil Saigal, qui a été votée à l’unanimité et à mains levées.

L’impétrant a été invité à rejoindre le salon où il a été accueilli par de nouveaux applaudissements sincères. Très ému, il a remercié les membres du Comité et il a prononcé un discours empreint de sagesse et de sobritété, assurant l’Ordre qu’il se mettait à son entier service pour défendre, soutenir et promouvoir, en tous lieux et en toutes circonstances, le régime dictatorial et l’abolition des Droits de l’Homme, rappelant le caractère et les effets néfastes de cette charte inutile et encombrante.

Au nom de notre Ordre prestigieux
et en vertu des pouvoirs qui m’ont été délégués,
Monsieur SUNIL SAIGAL
nous vous recevons au sein de notre Comité

Vous êtes reçu au Grade de Chevalier
et vous porterez le titre de ‘Flagorneur arrogant »

Je vous remets les insignes de l’Ordre que vous
devrez arborer fièrement en toutes circonstances
et je vous assure que notre Maître Guelleh saura
faire tout son possible pour que vous conserviez,
aussi longtemps que possible, votre statut de
représentant du PNUD à Djibouti où vous vous
plaisez tant à vivre.

Tous les membres de l’Equipe de l’ARDHD adressent leurs plus sincères félicitations à Monsieur Sunail Saigal pour cette nomination hautement méritée.

___________________________ Note de notre correspondante

Comme vous pouvez le constater la malhonnêteté intellectuelle de M. Sunil est flagrante.

On comprend qu’un diplomate s’abstienne de critiquer ouvertement le gouvernement, mais de là, à mentir pour le soutenir, il y a un fossé qu’il n’aurait jamais du franchir. Prenez mes exemples ci-dessous :

« 1°). Je vous invite à constater que la République de Djibouti a fait sienne de toutes les préoccupations liées à la problématique des droits de l’homme.  »

2°). Je note le progrès réalisé jusqu’ici par le gouvernement de Djibouti à travers les réformes institutionnelles et politique dans la démarche en rapport avec la promotion et la protection des droits humains et dans l’avancement des agendas des droits humains par la signature et la ratification sans réserve de la totalité des principales conventions de la protection des droits humains

Sur ce dernier point, la totalité de la ratification des principales conventions des instruments internationaux que la République de Djibouti avait déjà signés , il est bon aussi de rappeler que de Djibouti avait participè à la rédaction à Rome de la charte de la Cour Pénale Internationale (**).

Rappelons aux lecteurs que :

C’est aux interventions :

de M. NOEL ABDI Jean-Paul, lors des réunions du Comité AD HOC des Droits de l’Homme dont il était membre au titre d’ancien homme politique,
– du précédent Ministre de la Justice,

que revient le succès de la délicate présentation au conseil des Ministres avant la transmission des six textes à l’Assemblée nationale, pour ratification..et non à l’actuel Ministre qui n’a rien fait jusqu’à présent sauf celui de défendre les assurances dont il serait actionnaire.

Est-ce un marché juteux et plein d’avenir ?

De son côté, le diplomate Onusien a outre-passé ses prérogatives de diplomate en prenant la Parole pratiquement au Perchoir de l’Assemblée Nationale ce qui est inadmissible et qui constitue un camouflet grave pour les Parlementaires.

Tout le monde a pu voir, mardi soir, ce Sunil qui est apparu sur le petit écran, en train de discourir en regardant de haut les pauvres parlementaires Djiboutiens et en les assurant d’un soutien personnel, dont ils n’ont nul besoin et qui les embarasse véritablement..

Quelle honte pour nos compatriotes.

Votre correspondante
Aïcha D.

(*) On a appris, plus tard dans la journée, que Dileita s’était rendu au PK 20 pour surveiller sa plantation personnelle de fraises et qu’il s’était endormi sous un parasol …

(**) C’était à l’époque où Aref se faisait encore passer pour un Défenseur des Droits de l’Homme. C’est Amnesty International et non la République de Djibouti (comme le prétend M Sunil Saigal) qui l’avait délégué pour participer à l’élaboration de la CPI à Rome …

06/04/08 (B442) Guelleh ferait-il appel à des condamnés français pour voler au secours de son image de marque fortement dégradée ? Dans la série, cette semaine, Michel Roussin a été coopté en urgence absolue dans l’Ordre des Brosses à Reluire. Contrairement à la tradition et compte-tenu des hautes qualités de l’impétrant (repris de Justice, condamné en première instance à 4 ans de prison avec sursis, puis en Appel et en attente d’un pourvoi en cassation), c’est Dileyta, tout revigoré par sa reconduite au poste de P.M. qui a tenu à faire l’éloge du candidat.

Convoqués en urgence absolue, les membres de l’Ordre des Brosses à Reluire se sont réunis ce dimanche matin en Assemblée générale extraordinaire sur un ordre du jour unique : la demande de cooptation déposée par Michel Roussin et soutenue personnellement par le dictateur de Djibouti Guelleh.

Accueillant les membres de l’Ordre prestigieux, Dileita a pris immédiatement la parole pour annoncer qu’il ferait lui-même l’éloge de ce candidat aux talents multiples. Chacun a bien compris que Dileita n’irait pas cueillir aujourd’hui ses fraises, comme il se plait à le faire, chaque jour, pour occuper ses journées qui seraient bien moroses et bien monotones sans cela, puisque ils est totalement dépourvu de pouvoir de décision et d’action …

Dileita a d’abord rappelé que Michel Roussin présentait toutes les garanties requises pour être coopté. Ami de Chirac, relation de Guelleh, repris de justice, condamné à de la prison avec sursis, condamnation confirmée en appel et faisant l’objet actuellement d’un pourvoi en cassation, il avait été mis en examen à plusieurs reprises dans des dossiers de corruption et d’abus de biens sociaux, en liaison avec des affaires dans lesquelles son « parrain », Chirac était largement cité … Il a précisé qu’aus surplus Michel Roussin avait déjà effectué un premier séjour d’une petite semaine en prison préventive …

Dileita a pris ensuite l’intégralité de l’Article qui a été publié par la revue « L’intelligence du monde » (Jeune Afrique ???) et il a tenu à lire quelques extraits sous le titre « Djibouti que j’aime » et la signature de Michel Roussin.

(..) « La riviera du Golfe et de la Corne de l’Afrique. Djibouti, qui joue à fond la carte de l’intégration régionale en exploitant son appartenance au Comesa, le marché commun de l’Afrique australe et orientale, riche de 400 millions de consommateurs, ambitionne de devenir la plate – forme de services de la sous- région et un hub commercial international.

Un Dubaï africain, en somme, conformément à la vision du président Guelleh, ce qui lui a valu d’être réélu en 2005 pour un second mandat de six ans. (..)

(…)Un nouveau contrat social. Longtemps restée à l’état de vœu pieux, la diversification de l’économie est en marche, et s’étend à l’agriculture et l’élevage. Mais le pays, qui compte aujourd’hui près de 800 000 habitants, connaît d’autres mutations. Une profonde modernisation politique et sociale est à l’œuvre. Le multipartisme intégral a été instauré en 2002.

La décentralisation, à travers la création de cinq régions administratives dotées d’une large autonomie, et de conseils élus, est une réalité depuis 2006.L’approfondissement de la démocratie passe aussi par une plus grande participation des femmes en politique. Elles sont 15 % à siéger au Parlement issu des élections du 8 février 2008.

L’Etat a vigoureusement repris l’initiative sur le plan social. L’Initiative nationale pour le développement social (INDS) doit, par exemple, permettre aux catégories les plus fragiles de la population de profiter des fruits de la croissance. Une université pluridisciplinaire a ouvert ses portes en 2006. Une école de médecine, résultant d’une coopération tripartite impliquant les gouvernements djiboutien et tunisien et l’Organisation mondiale de la santé a accueilli, le 4 novembre 2007, sa première promotion de trente-cinq élèves. » (…)

Dileita interrompu par une salve d’applaudissements, il a fallu que Yacin Elmi Bouh, en sa qualité de Vice-Président agite la cloche de service, pour demander un peu d’attention. Le calme revenu, il a offciellement proposé la cooptation de Michel Roussin. C’est à mains levées et à l’unanimité, que les Membres ont approuvé cette proposition, manifestant une satisfaction extrème.

Avant la traditionnelle remise des insignes, Aref a levé la main pour demander la parole, qui lui a été accordée :

« Chers Chevaliers, je tiens à rappeler que l’Ordre des Brosses à reluire, auquel je suis si fier d’appartenir avec le Grade de « Corbeau repenti », doit s’enorgueillir d’accueillir de plus en plus de Chevaliers étrangers. Autrefois limité à nos seuls compatriotes, l’Ordre étend désormais sa sphère d’influence au-delà de nos frontières.

C’est bien la preuve que tout le travail conduit pas notre guide incontesté, Ismaël Omar le Grand, assisté de son épouse la Grande RPP, porte ses fruits et que Djibouti dominera bientôt la pensée internationale. Son régime merveilleux entièrement dévoué à nos profits, (à nous, les obligés du couple princier NDLR) fera école et sera copié et adopté dans le monde entier. Monsieur le Vice-Président, merci de m’avoir donné la parole pour cette mise au point amplement nécessaire. »

Reprenant la parole, Yacin Elmi Bouh a demandé à ce que Michel Roussin soit introduit dans le « saint des saints » pour y recevoir médaille, décoration et grade.

Monsieur Michel Roussin,
condamné par la justice pénale de votre pays,
proche de Chirac, ami de Guelleh,
nous sommes heureux de vous accueillir
et de vous introniser dans l’Ordre des Brosses à reluire.

Je vous remets les insignes que vous devrez porter
en toute circonstance, en particulier en présence
de Guelleh et de Chirac, nos modèles absolus de perfection et de vertu.

Vous êtes reçu au Grade d’
« Enjoliveur des réalités troubles »

23/02/08 (B436) Brosses à Reluire : publication du nouvel organigramme entériné lors de la dernière Assemblée générale.

A la demande de plusieurs lecteurs, nous publions l’organigramme officiel de l’Ordre des Brosses à Reluire. Il nous a été communiqué directement par la Grande Chancellerie de l’ordre prestigieux et il a été approuvé par RPP (Reine Paulette de Pacotille).

21/02/08 (B435) A lire sur LOI cette semaine :

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 20/02/2008
Djibouti – Olivier Stirn félicite Guelleh
L’ancien ministre français Olivier Stirn , conseiller politique de Nicolas Sarkozy avant la présidentielle, devenu ensuite conseiller international de l’ UMP (gouvernemental), a été un des premiers à féliciter « chaleureusement » le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh (IOG) « pour les résultats aux élections législatives » et la « remarquable participation électorale » .

21/02/08 (B435) Ordre des Brosses à Reluire. Une nouvelle cooptation cette semaine à la demande express du dictateur régnant de Djibouti…. Ou l’Andouille de Vire devient Andouille de la dictature… (Humour)

Ce mercredi, les membres de l’Ordre prestigieux des Brosses à reluire se sont réunis sur convocation émise par Yacin Elmi Bouh, en sa qualité de Vice-Président et par délégation du Président Dileita retenu par une sieste mémorable.

Aussitôt les membres réunis et après vérification du quorum, Yacin Elmi Bouh a pris la parole pour annoncer que l’Ordre du Jour ne comportait qu’un seul point : la demande de cooptation adressée par Olivier Stirn et soutenue officiellement par Guelleh en personne.

Yacin Elmi Bouh a tenu à faire l’éloge de ce grand homme, rappelant que s’il était coopté, il deviendrait le troisième européen a être coopté dans l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire. Il a d’abord repris quelques extraits de son CV, disponible intégralement sous Wikipedia

« Fils d’Alexandre Stirn, préfet honoraire et magistrat à la Cour des comptes, il choisit également la préfectorale, entrant comme chef de cabinet du préfet de la Meuse en 1961. Il arpente rapidement les palais de la République. Il enchaîne les postes de chargé de mission, au cabinet de Louis Jacquinot, ministre d’État chargé des DOM-TOM (1964), au cabinet de Jean Charbonnel, secrétaire d’État aux Affaires étrangères chargé de la Coopération (1966-1967) et au cabinet de Jacques Chirac, secrétaire d’État aux Affaires sociales, chargé des problèmes de l’emploi (1967-1968).

À cette époque, Le Canard enchaîné le surnomme « l’Andouille de Vire » puis « l’Andouille de Vire à gauche ». Il change alors de département d’élection, en s’implantant dans la circonscription de Coutances-Granville en 1986, puis à Cherbourg en 1988. Il laisse ainsi ses sièges de député de Coutances (1988) et de maire de Vire (1989) aux frères Alain et Jean-Yves Cousin, membres du RPR. »

Ayant brièvement rappelé les états de service de l’impétrant, Yacin Elmi Bouh a tenu à lire le message qu’il a adressé récemment à Guelleh pour le féliciter de la victoire majeure et historique de l’UMP aux législatives (*)

« Monsieur le Président, je voudrais vous féliciter chaleureusement pour les résultats aux élections législatives et en particulier pour la remarquable participation électorale.

Ceux qui, comme moi, depuis l’indépendance, sont attachés à l’avenir de votre pays, sont très heureux de voir la démocratie y régner avec le progrès sous votre impulsion.

Acceptez l’expression de mes sentiments de très haute considération et de mes hommages respectueux à Madame Guelleh.

Olivier Stirn

Ps : ma femme se joint à mes félicitations. « .

A peine achevée la lecture de ce texte particulièrement émouvant, tous les membres se sont levés pour exprimer leur satisfaction. Et c’est à l’unanimité qu’Olivier Stirn a été coopté dans l’Ordre des Brosses à Reluire en remerciement pour son engagement au service de la démocratie dictatoriale, sanguinaire et héréditaire qui est conduite avec lucidité par le Président Guelleh.

Monsieur le Ministre Olivier STIRN
en vertu des pouvoirs qui m’ont été délégués,
je vous intronise dans l’ordre prestigieux des
Brosses à Reluire, où vous serez accueilli
comme un Membre prestigieux. Je vous
remets les insignes de votre nouvelle dignité
et votre grade de « Grande andouille de la dictature »

(*) Rappelons qu’il n’y avait qu’une seule liste en compétition et qu’à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. D’autant plus que le taux de participation a été l’un des plus faibles de l’histoire de la République.

19/02/08 (B435) Olivier Stirn, ancien Ministre français, recherche-t-il, avec son épouse, une cooptation dans l’Ordre des Brosses à Reluire, au nom de la Françafrique. (Nul doute qu’il va réussir s’il continue …) Lire son message publié par l’ADI / Un ami de Djibouti écrit au Président

L’ancien ministre français, M. Olivier Stirn, aujourd’hui conseiller international de l’UMP, qui a gardé des liens étroits avec la République de Djibouti, a adressé vendredi dernier un message de félicitations au président Ismaïl Omar Guelleh.

Une semaine après le scrutin législatif, M. Stirn s’est adressé comme suit au chef de l’Etat :

 » Monsieur le Président, je voudrais vous féliciter chaleureusement pour les résultats aux élections législatives et en particulier pour la remarquable participation électorale.

Ceux qui, comme moi, depuis l’indépendance, sont attachés à l’avenir de votre pays, sont très heureux de voir la démocratie y régner avec le progrès sous votre impulsion.

Acceptez l’expression de mes sentiments de très haute considération et de mes hommages respectueux à Madame Guelleh.

Olivier Stirn

Ps : ma femme se joint à mes félicitations.

28/09/07 (B414) Ordre des Brosses à Reluire : cooptation cette semaine de YOUSSOUF ABDILLAHI HOUSSEIN, Directeur de Daallo Airlines, au grade de « Pilote des mirages présidentiels » (Humour planant)

Les chevaliers de l’Ordre des Brosses à reluire, convoqués en session normale, se sont réunis hier à Djibouti, pour statuer sur la proposition de cooptation de M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo Airlines.

Du fait qu’il présentait et soutenait la candidature de ce glorieux impétrant, Yacin Elmi Bouh a demandé à ne pas assurer la Présidence de la réunion. Ali Guelleh (EDD) a accepté d’assumer cette lourde charge, en l’absence de Dileita, excusé parce qu’il s’était assoupi …

En sa qualité de Parrain (*), Yacin Elmi Bouh a tenu à lire deux passages extraits de la déclaration du directeur de Daallo, qui ont été repris par La Nation.

« La politique inspirée du Président de la République, M. Ismaïl Omar Guelleh, a favorisé le développement du transport aérien et du tourisme »

« Le décollage économique national, que l’on doit encore une fois aux orientations politiques du Président Ismail Omar Guelleh, augure des lendemains prospères pour les transports aériens et les agences touristiques de la place »

Les membres présents ont salué ces engagements en faveur de la dictature. Yacin Elmi a ajouté que M Youssouf avait un talent exceptionnel de flagornerie. A son avis, il présente un potentiel intéressant pour l’avenir qui sera certainement très utile pour soutenir la nébuleuse qui traverse des zones de turbulence actuellement.

Les services de la Présidence, interrogés par nos soins, ont confirmé qu’IOG soutenait personnellement la candidature de M Youssouf Abdillahi Houssein, en remerciements des services rendus et de sa haute conception du partage équitable des revenus générés.

En vertu des pouvoirs qui nous ont été conférés
M. Youssouf Adillahi Houssein
nous vous élevons à la dignité
de Chevalier de l’Ordre des Brosses à Reluire.

Désormais vous prenez l’engagement de respecter les règles de l’ordre
et de toujours porter en présence d’IOG, notre maître vénéré et incontesté,
les insignes de votre appartenance à notre ordre prestigieux
que nous vous remettons ce jour.


Grade « Pilote des mirages présidentiels »

(*) le terme de Parrain n’est pas choisi par hasard (NDLR)