27/12/02 (B178) Après l’émission de la RTD et l’intervention de Me AREF, Bernard Nicolas de Canal + a adressé un message à Me AREF, pour lui demander de bien réfléchir sur les conséquences du soutien qu’il accorde à son ancien bourreau.

Cher Maître,

La non-diffusion de mon
enquête à Djibouti et la critique qui en a été
faite par la télé officielle de votre pays, – avec au passge
des insultes adressées à Mme Borrel -, sont-elles la marque
des progrès de Djibouti en matière de démocratie, dont
vous m’avez parlée ?

Si oui, je m’inquiète
pour vous et vos compatriotes. Des Djiboutiens qui ignorent sans doute que
la justice française, après 7 ans de tergiversations et de sabotage
organisé, vient de conclure à l’assassinat de Bernard Borrel,
sur la base de nouvelles expertises. C’est officiel !

Cela change tout dans
cette affaire, et la vérité avance, inexorablement, n’en déplaise
à votre Président, qui devra dire un jour pourquoi et comment
ce juge coopérant, a été tué !

Ouvrez les yeux, Maître,
avant qu’il ne soit trop tard.

Bien à vous.

Bernard
NICOLAS

07/12/02 (B175/1 ) La réponse des journalistes de Canal + à Maître AREF.

A la suite de l’intervention
de Me AREF sur RFI (dont nous nous étions fait l’écho dans la
journée), les journalistes de Canal +, qui ont été mis
en cause par l’avocat dans leur conscience professionnelle, ont tenu à
lui répondre avec précision. Ils viennent de nous autoriser
à publier la lettre dans son intégralité.

Il faut savoir que Me
AREF était en contact depuis longtemps avec Bernard Nicolas et qu’il
avait souvent évoqué la situation à Djibouti et les violations
des Droits de l’Homme commises par Guelleh. Bernard Nicolas avait enregistré
plusieurs de ces conversations et il en garde la copie bien entendu.

Il ya plus d’un an, nous
participions à l’une de ces conversations. Aref nous avait assuré
que la mort du Juge Borrel ne pouvait pas être un suicide, mais qu’il
s’agissait d’un assassinat ‘ce que tout le monde sait à Djibouti,
avait-il ajouté’. Connaissait-il alors l’identité du commanditaire
? C’est possible, mais il ne l’a pas précisé, se contentant
de donner des noms à titre d’hypothèse.

Sur RFI, Me AREF utilise
deux arguments pour expliquer qu’Awalleh Guelleh n’a pas pu participer au
meurtre.

– que la réunion
dont parle Alhoumekani aurait eu lieu quelques heures après que l’information
soit connue ?

– qu’Awalleh Guelleh aurait
été grâcié par IOG, s’il avait commis le meurtre.
Belle mentalité.

____________________________________
Lettre de Bernard Nicolas à Me Aref

Cher Maître,

J’ai su que vous aviez
« accordé » un entretien à RFI à propos de l’affaire
Borrel, en parlant de « montage » lorsque vous avez évoqué
mon enquête. Vous savez très bien qu’on ne diffuse jamais tout
ce que nous ramassons au cours de nos investigations.

C’est un montage technique,
sans le sens péjoratif que vous avez voulu lui donner.

Je pense que mon enquête
aurait été encore plus accablante pour les autorités
djiboutiennes si j’avais eu plus de temps d’antenne. Hassan Saïd, qui
parle de trucage, devrait être plus prudent, car j’ai les preuves que
c’est bel et bien lui qui a tenu ces propos incroyables et pour moi insespérés.Il
y a eu sélection mais pas de manipulation! Et il m’en a dit d’autres
(par exemple que c’est bien lui qui a accompagné Iftin chez Me Martinet
pour la « légalisation » de son fameux témoignage).

Le procureur de Djibouti
qui tente de retourner Aloumekhani à Bruxelles. Là encore j’ai
les preuves et l’ex-lieutenant aussi. Et les autres « visiteurs »
de Bruxelles, j’aurais pu en parler….

Et nos entretiens, où
vous accablez IOG et le pouvoir djiboutien avant de lui reconnéitre
toutes les vertus. Là encore , j’ai conservé les enregistrements
sonores de nos conversations et je ne les ai pas diffusées, pour vous
préserver.

J’en passe et des meilleurs….

Bernard Borrel a été
assassiné. La justice française le reconnait enfin (voir expertises)
Ne menez pas, je vous le conseille, un combat d’arrière-garde. Un jour,
on saura par qui et pourquoi on a tué ce juge. Demandez à votre
client Assoweh, reconnu au PK51 (c’est au dossier).

Prenez soin de vous.

Bernard Nicolas