27/04/11 (B601) Message de condoléances du CDS pour la disparition du Sultan Ali Mirah.

Départ d’un homme et un peuple en deuil

Le sage Sultan : ALI MIREH HANFAREH Sultan d’Awsa a répondu à l’appel du Seigneur, Seigneur de l’univers, le dimanche soir 24avril 2011 à Addis-abeba.

إنّا لله وإنا إليه راجعون

Nous prions pour qu’ALLAH le couvre de sa miséricorde et qu’il l’accueille dans son paradis al-firdausal ala .Et pour qu’il donne à sa famille et au peuple Afar la patience et le courage de surmonter cette terrible épreuve.

Amin amin amin.

Les membres de la direction du Congrès djiboutien pour la solidarité (CDS) adressent leurs plus sincères condoléances à sa famille, au peuple Afar et à tous les peuples de la Corne d’Afrique.

Ismail BOUH Robleh
Mohamed ROBLEH BOURALEH
Moustapha KHERH DRARAR
Ahmed SAMATAR

03/04/11 (B598) Manifestation à Bruxelles à l’appel du CDS. Un texte et une vidéo à voir (disponible aussi sur Youtube)

1°) Compte-rendu de la manifestation

La manifestation de la communauté djiboutienne à l’appel du Congrès djiboutien pour la solidarité (CDS) a réuni de nombreux Djiboutiens en Belgique.

Les oppositions djiboutiennes étaient représentées : tous les partis de l’UAD, les autres oppositions et la société civile.

Pour l’UAD :
M. Dahir Ahmed Farah, président du MRD
Dr Hamad Daoud, représentant de l’ARD pour la France
M. Mahamed Mahmoud, représentant de l’UDJ pour la Belgique

GED
M. Ali Abdillahi Iftin,

Le CDS organisateur de la manifestation a représenté la société civile ;

Les responsables des oppositions et la société civile ont dénoncé le mascarade électorale le 08 avril et le troisième mandat illégal de Mr : Ismail OMAR GUELEH.

Ils ont rappelé aux responsables de l’Union européenne, les atrocités commises par le système Guelleh, qui refuse le minimum de la démocratie et qui piétine les Droits de l’Homme. Ils leur ont demandé de soutenir les valeurs auxquelles ils croient : démocratie et respect des Droits de l’Homme.

Les responsables ont appelé tous les Djiboutiens à prendre leur responsabilité pour se porter au secours de notre pays et obtenir le changement démocratique. S’il le faut en impulsant la révolte contre le régime dictatorial et le troisième mandat illégal à l’instar de ce que font nos frères des pays arabes.

Le CDS a mis à la disposition des djiboutiens un compte bancaire pour la promotion de la démocratie à Djibouti.

N° de compte : BE 14000325918683
ASBL Congrès Djiboutiens pour la Solidarité
Parc du Peterbos, 1/16. 1070 Bruxelles.

Ismail BOUH ROBLEH
Président
du Congrès Djiboutien pour la Solidarité (C D S)

2°) Vidéo – disponible aussi sur Youtube


27/03/11 (B597) Communiqué du CDS (Bruxelles) qui appelle à manifester le 1er avril 2011 à Bruxelles

Appel à manifester le 1er avril 2011 à Bruxelles

Après la manifestation du 5 mars 2011 devant les ambassades de France et des États-Unis d’Amérique, le Congres Djiboutien pour la Solidarité (CDS) appelle la communauté Djiboutienne de Belgique et du reste de l’Europe à venir manifester en soutien à la révolte populaire en cours dans notre pays

Le vendredi 1 avril 2011 à 14h 30
devant la Commission Européenne,
175 Rue de la Loi
(Métro Schuman).

La mobilisation sans précédent du peuple djiboutien pour réclamer dignité et liberté a fragilisé l’usurpateur Guelleh et mis à jour la dictature primaire que subissent nos sœurs et frères au quotidien.

Chères sœurs, chers frères, ne relâchons pas la pression. Venez nombreux pour demander justice.

Contacts :
Mahamed Robleh Bourale 0486355827 roblehbourale@yahoo.fr
Ismail Bouh Robleh 0483366186 bouhismail@yahoo.fr
Ahmed Samatar 0485828499 bodeh97@hotmail.com

27/02/11 (B593) Compte rendu de la rencontre du 26 février à l’appel du CDS

A l’appel du Congres Djiboutien pour la Solidarité (CDS) une conférence de soutien à la révolte populaire en cours à Djibouti a eu lieu aux 7 places de la vaillance (Bruxelles). Cette rencontre a regroupé la communauté Djiboutienne de Belgique ainsi que des représentants de l’UAD.

Ismail Bouh Robleh, président du CDS a ouvert la discussion en réitérant la détermination du CDS à se tenir au coté du peuple en ces heures décisives pour la liberté et la démocratie dans notre pays.

Monsieur Mahdi Ibrahim God (Vice Président de l’ARD et représentant de l’UAD) à informer les participants du déroulement de la mobilisation, de la répression qui s’abat sur la population et qui a pour objectif de dissuader les Djiboutiens à descendre massivement dans la rue le 4 mars prochain.

Monsieur Ahmed Daoud cadre de l’ARD a encouragé la communauté Djiboutienne de Belgique à s’unir et accompagné l’élan de nos compatriotes qui ont vaincu la peur malgré la brutalité d’un régime aux abois.

Les participants ont débattu des actions les plus judicieuses pour soutenir notre révolution.

Il a été décidé :

– De créer un comité de soutien pour les nombreux détenus politique qui croupissent dans le sinistre prisons de Gadode.

– D’entreprendre une collecte de fond de la communauté Djiboutienne de l’extérieur pour soutenir la mobilisation de nos sœurs et frères qui mènent la révolte au cœur de la capital. Un numéro de compte bancaire sera mis à la disposition de la diaspora à cet effet.

Pour le CDS
Mohamed Robleh Bourale

23/02/11 (B592-B) Communiqué du CDS / ET MAINTENANT ? A NOUS D’AGIR. Appel à la communauté djiboutienne de Belgique pour participer à une journée de réflexion le 26 février à Bruxelles.

Le soulèvement populaire qui a secoué notre pays et la répression aveugle d’un régime chancelant qui a suivi et qui continue encore est à l’origine d’un sursaut démocratique des Djiboutiens non seulement dans la capitale mais aussi dans les Districts de l’intérieurs.

Beaucoup de nos compatriotes de Balbala à Damerjog, de Doralé à Einguela en passant par kartilé la rebelle (7bis) par Arhiba la courageuse ou le quartier 6 la résistante, partout les jeunes s’organisent face à la brutalité maintenant quotidienne. L’Union pour l’Alternance Démocratique (UAD) appelle les Djiboutiens partout où ils se trouvent à intensifier la mobilisation pour plier la dictature.

Malgré les arrestations des étudiants, des défenseurs des droits de l’Homme, des dirigeants de l’opposition, les Djiboutiens refusent désormais de mourir dans le silence et l’indifférence des puissances étrangères stationnées dans notre pays.

Conscient que la liberté et le bien être de tous passent par le refus de l’arbitraire qui malmène, de la dictature qui tue, du tribalisme qui divise, et de la corruption qui ruine, le Congres Djiboutien pour la solidarité (CDS) relaie l’appel de l UAD et appelle la diaspora a accompagner la marche de la « révolution du khamsin ».

Le CDS organise une journée de rencontre
le 26 février à 14h30
7,
Place de la Vaillance
1070 Bruxelles
(Près de la station de métro Saint-Guidon)

Il sera question de discuter sur les moyens et les méthodes les plus judicieuses de participer à la libération du pays. Il s’agira surtout de débattre sur la manière de rassembler des moyens financiers qui manquent à nos frères et sœurs qui offrent ce qu’ils ont de plus chers : leurs vies.

Venez nombreux pour prendre part à la réflexion. Les idées de toutes et de tous contribueront à sauver notre pays.

La victoire est proche.

Mohamed ROBLEH BOURALEH
Secretaire général de CDS

01/01/11 (B585) Depuis Bruxelles, le CDS adresse ses voeux à toute la population djiboutienne.

MEILLEURS VŒUX du CDS AU PEUPLE DJIBOUTIEN POUR 2011

A l’aube de 2011 au nom de Congrès djiboutiens pour la solidarité ( CDS)

Je voudrais exprimer le chaleureux souhait au peuple djiboutiens .De vœux de paix, de stabilité, de changement démocratique.

L’année 2010 s’achève dans la doute et une attente qui pèse sur l’esprit.

Celle de l’élection d’avril 2011 et la candidature illégale de président : Ismail OMAR GUELEH ;

Le CDS est avec le mouvement djiboutien contre la candidature de Gueleh pour un troisième mandat. Grâce à la mobilisation de l’ UAD et de toutes les forces démocratiques de Djibouti.

Le
CDS condamne la violence contre les manifestants innocents des Assajoks et demande de leurs libérations immédiates.

BRUELLES, 01 jenvier 2011
Ismail BOUH ROBLEH
Président de CDS

15/12/10 (B582) Communiqué du CDS – Congrès djiboutiens pour la solidarité pour appeler à la libération des opposants politiques arrêtés illégalement.

Le CDS condamne les arrestations des démocrates d’un parti légal de l’opposition : l’ARD

– President de la Fédération de l’ARD de Tadjourah : M. Youssouf Ambassa
– Vice-présidente de la Fédération de Tadjourah :M. Fato Omar
– Membre du bureau exécutif de ce parti :M. Mohamed Ismaël Aden
– Un parent d’élève et ancien ministre : M. Houssein Barkat Siradj,
– Deux jeunes lycéens : MM. Souleymane Ali Dabalé et Youssouf Idriss

Nous condamnons aussi l’entrave à l’excercice syndical et à la liberté de déplacement contre le

– secrétaire général de UDT : M. Aden Abdo . qui a été empêché de se rendre le 12 décembre à une conférence régionale à Casablanca organisée par l’O.A.T. et l’O.I.T.

Ce système qui empêche toutes les expressions politiques et sociales a pris les services publics en otage et il s’en sert comme d’une propriété privée.

La RTD et les journaux nationales ( La Nation, Al Qarne).

Il viole la constitution au pofit d’une seule personne. Il terrorise les citoyens.

Je ne vois pas quelle crédibilité il aurait, pour appeler ou organiser une élection démocratique.

Nous exigeons la libération immédiate et sans condition de ces citoyens.

Nous appellons les Djiboutiens pour qu’ils refusent ce climat de terreur. Il faut se révolter avant que ce ne soit le tour de chacun d’être conduit derrière les barreaux des prisons.

Chers compatriotes : démocrates arretés ou entravés arbitrairement dans l’exercice de vos droits politiques et syndicaux,
vous n’êtes pas seuls.

La justice, tous les Djiboutiens et tous les nobles démocrates sont avec vous.

Vive Djibouti, vive la justice et la démocratie

Président de CDS
Ismail BOUH ROBLEH

23/11/10 (B579) Message du CDS pour le forum de l’opposition qui s’est tenu à Londres le 20/11/10.

Congres Djiboutiens pour la solidarité
Adresse : Parc du Peterbos 1, 1070 Bruxelles
Tél : (00 32)0486 36 31 10 bouhismail@yahoo.fr
(00 32)0486 35 58 27 roblehbourale@yahoo.fr

Ce message est la contribution de Congrès djiboutiens pour la solidarité pour le forum de UAD à Londres le 20 novembre.

Chers participants

Permettez moi de remerciez l’UAD au nom du Congres Djiboutien pour la Solidarité que j’ai l’honneur de représenter ici.

Le CDS souhaite nourrir le débat politique à travers des propositions qu’il juge fondamentales. Nous pensons que la clarté du message politique pour un peuple sous le feu de la propagande quotidienne est un élément vital pour l’action.

A savoir et en premier lieu : l’affirmation d’une lutte pacifique

Certes la violence appelle à la violence et je comprends la radicalisation de certains de nos compatriotes tentés par une lutte armée. Cependant si l’option militaire constitue la manière la plus catégorique d’évincer le tyran ou tout au moins de le déstabiliser c’est aussi et souvent une option périlleuse qui ne garantie nullement une démocratie durable.

Pour cela et pour bien d’autres raisons aussi nobles le CDS réaffirme son attachement à une lutte pacifique mais déterminée qui s’inscrit dans la durée aux cotés de l’Union pour l’Alternance démocratique (UAD).

Puisque la corrélation entre développement et développement de la société civile n’est plus à démontrer nous appelons l’opposition à renforcer la coordination avec les forces vives et notamment avec les structures tels que la notre qui désire œuvrer vos cotés.

Parmi les propositions du CDS, la lutte contre le tribalisme et la culture du partage de gâteaux :

33 ans après l’indépendance est-il acceptable que la représentation nationale rime toujours avec représentation tribale ? L’assemblée actuelle est certes monocolore et mal élue mais elle tire un semblant de légitimité aux yeux de certains dans sa composition tribale instauré jadis par le colonisateur et gravé depuis lors dans le marbre et dans les esprits.

Le silence de l’opposition sur ce sujet pis la revendication d’une équilibre ethnique prôné par certains hôte toute espoirs d’une société égalitaire. Cette politique a crée de citoyen de second zone des citoyens suspect. On est en droit aujourd’hui de se demander quels citoyens pour quelle nation voulons nous construire. Peut on continuer à écarter continuellement des franges importantes de nos communautés du fait de leurs appartenances clanique. L’opposition doit prendre sa responsabilité.

A chaque génération sa mission politique : le CDS propose à l’UAD d’ajouter sur sa liste de revendication le scrutin proportionnel par circonscription qui serait une réponse institutionnelle à la culture du gâteau.

La lutte contre la drogue du khat qui constitue un fléau national pas uniquement financier malgré l’hémorragie que constitue son importation. Ses conséquences sont tout simplement incalculable en terme de santé publics et de destruction de bien êtres familiale. Là aussi une politique courageuse permettrait un vrai débat et surtout une prise de conscience salutaire que nous appelons de nos vœux.

Chères sœurs, chers frères

Ne soyons pas tentés par le pouvoir facile. Œuvrons pour une culture de la vérité face à la politique du mensonge et de la manipulation. L’autorité doit être recentré en son sens essentiel « Autoritas » prendre les autre en charge pour les faire grandir. Il nous semble important de se remettre en cause avant de changer les choses.

Ne pas se focaliser uniquement sur le rejet d’un homme aussi tyran soit-il mais plus encore construit un véritable projet alternatif, engrangé des batailles pour gagner la guerre.

Nous voulons une presse libre et responsable. Nous voulons que puisse s’exprimer et fleurir des mouvements associatifs, des coopératifs dynamiques et productives. L’événement du droit absolu et inaliénable des femmes et des hommes à mettre l’intelligence au centre de leur vie nous motive.

Nous retenons le mot de ce philosophe « quand l’intelligence desserte les forum, la médiocrité s’installe et tout finit en dictature ». Nous voulons surtout que nul ne s’arroge le droit de chosifier l’autre et de le mettre a genoux.

Cette politique a fait de nous des réfugiés, des apatrides mais nous refusions l’idées des renoncement qui fait le lit de la résignation « si tu peux voir détruit l’œuvre de ta vie, disait le sage, et sans perdre un instant te mettre à rebâtir, alors tu seras un homme mon fils…….. »

Chaque peuple humilié, bafoué, entravé dans sa quête de liberté et de progrès et plongé dans la nuit saura un moment ou un autre s’arc-bouté autour d’un même radeau prenant appui sur sa dernière chance de survie pour briser ses liens et sortir rayonnant le visage en larmes et en sang méconnaissable peut-être, mais définitivement vivant.

Nous serons vivant parce que nous le voulons et nous le pouvons.

Je remercie l’UAD encore une fois et les responsables de l’ARD en particulier qui ne ménagent pas leurs efforts pour sensibiliser et éduquer à travers la cohérence de leur message politique.

Vive la République de Djibouti
Vive le peuple Djiboutien
Vive l’UAD

Ismail BOUH ROBLEH