24/05/2014 (Brève 389) République des ombres furtives : quand le tribalisme devient tueur (Par Roger Picon)

Guelleh dictateur à DjiboutiBien plus qu’il n’y parait, c’est à de véritables parties d’échec politique auxquelles devraient maintenant s’atteler, entre autres puissances et tout le moins, la France, les USA, l’Europe et la Chine pour ce qui concerne l’imminence du remplacement d’Ismaïl Omar Guelleh à la tête du pays.

Nécessaire cession du « Fauteuil présidentiel » à un « nouveau venu » si le niveau élevé de la maladie d’IOG était effectif et constituait une cause incompatible avec la poursuite de l’exercice de sa fonction et de ses responsabilités de président.

Quand bien même cette fonction aurait été obtenue par la tricherie. Successivement par trois auto proclamations avec indignes falsifications desdits scrutins.

En politique, la répétition de certains crimes contre la démocratie et les Droits de l’Homme en banalise parfois la gravité pour les sourds et les aveugles ; tout particulièrement chez les Occidentaux.

Cela va jusqu’à les rendre muets jusqu’au jour où la révolte des populations asservies, là bas en Afrique, si loin de nous, vient les sortir de leur douce et confortable léthargie dans laquelle ils se complaisent depuis bien trop longtemps.

Caricature certes mais, hélas, pourtant bien proche de la vérité.

D’autre part, notre scepticisme quant à la réelle gravité de la maladie dont souffrirait IOG tient au fait qu’il a toujours fait démonstration d’une forte propension à la mystification, a fortiori dans les situations délicates qui le mettaient en position de faiblesse.

Chacun le sait, c’est un incontestable spécialiste, de la divulgation des bruits sans fondement, des supercheries et autres bouffonneries en tout genre ; il est rompu aux pires des impostures.

Depuis 1999, nombreuses furent les « crises de nerfs » du monarque bananier, leur soudaineté et la violence ravageuse obligeant quasi immédiatement la diplomatie du « supposé grand frère » à se précipiter en courant au Palais des artifices, valise de secours en main et toute affaire cessante, pour tenter de soulager le « grand malade» des maux dont il souffrait épisodiquement !

Les diplomates sont plus anatomistes que les médecins spécialisés en politique ; ils dissèquent mais ne guérissent pas.

Preuve est faite que la médication utilisée pour traiter IOG s’est avérée inefficace ; chez lui on réprime en faisant ouvrir le feu sur les manifestants.

On torture impunément, on viole Femmes et Enfants alors que les disparitions de personnes lors des manifestations sont à considérer comme étant une certaine «coutume»

Ceci dit, nous avons un doute en nous posant la question de savoir s’il ne nous jouerait pas, actuellement et une fois encore, la scène du « malade imaginaire » ; comédie-ballet et grande farce héritée de Molière avec une inspiration certaine de la commedia dell’arte.

Grande farce ? Certes, mais pourquoi s’en étonnerait-on ?

Cela fait bien des années que cela dure.

C’est la force des mauvaises habitudes instaurées.

Conscient de la lâcheté humaine, il a fait le choix d’acheter des consciences, y compris étrangères au pays.

Pour ce faire, au fil du temps il a constitué et traine dans son sillage toute une cohorte de lèche bottes et autres fayots patentés pour la gamelle d’Haramous et à la langue démesurée qui, de plus et pour bien marquer leur soumission au « Maitre », entrent au Palais d’Haramous courbés et à reculons, pantalon baissé ; mais qui seront parmi les premiers à le poignarder le moment venu en s’attribuant, de surcroit, le titre usurpé de libérateur du pays.

Parmi eux, quelques opposants de façade ; prêts à tout, y compris au pire.

Pour beaucoup d’entre eux, ce sont les mêmes qui se déplacent masqués, derrière un visage trompeur pour mieux haranguer une jeunesse frustrée par toutes les injustices et qui manifeste ouvertement face à la répression ; certains le paient de leur vie.

Quelle que soit la manifestation, la place d’un leader opposant ne serait –elle pas d’être devant plutôt que derrière et bien « à l’abri de la bataille »

Des Femmes, des Enfants, des Jeunes tombent sous les balles et l’on ne peut que s’interroger et condamner le silence d’opposants de façade… ; soudainement muets.
Ils sont prêts à vendre père et mère pour un siège présidentiel, ou à défaut un strapontin ministériel pour lequel ils n’ont aucune compétence, tout en tissant chacun plus ou moins secrètement dans leur coin des toiles qui se sont entremêlées ces dernières semaines.

Le pire étant qu’ils poursuivent indirectement la politique menée jusqu’à ce jour pour Ismaïl Omar Guelleh et ses complices. Il s’agit dès lors pour ces opportunistes au double visage de faire discrètement barrage puis d’anéantir les spécificités et les volontés des jeunes générations de Djiboutiens et de Djiboutiennes qui, par convictions, ne veulent pas tenir les populations du pays éloignées des vérités et du nécessaire progrès ; politique, social et économique.

Aujourd’hui, selon nous il convient de confier l’avenir à ces jeunes générations dont la majeure partie s’est formée à l’étranger. Ils disposent de toutes les compétences dont Djibouti a nécessairement un besoin urgent.

Hommes et Femmes qui subissent contre leur gré les affres de l’exil pour diverses raisons mais qui auraient indéniablement à court terme un rôle privilégié d’indispensable passerelle entre Djibouti et leur pays d’adoption momentanée qui les a accueillis.

Il s’agit donc pour ces jeunes générations d’intellectuels de s’unir réellement autour d’un véritable programme aux fins de déjouer les complots, de démasquer les menteurs, y compris dans les rangs de l’opposition et de permettre au progrès collectif de triompher demain de l’intérêt cupide…

Pour moi, la sinistrose ambiante dont, souffrent les populations djiboutiennes, est issue du large déficit de parole et de liens que génère cette absence de société responsable de ses actes imposée par IOG  qui a confondu, sciemment et par son inculture, le respect de la singularité de chacun et le culte de la personnalité.

Aujourd’hui il est urgent de recréer des occasions de se parler, d’échanger, de rassembler, de chasser le tribalisme destructeur et d’être solidaire pour combattre dans l’Union.

30/11/2012 (Bréve 057) Un nouveau parti d’opposition à Djibouti, sera-t-il tué dans l’oeuf par le régime ? (Correspondant)

Des correspondants nous signalent qu’un nouveau parti d’opposition aurait vu le jour très récemment. Le Docteur Abatte en serait le Vice-Président et certains croient pouvoir affirmer que M. Sougueh en serait le Président, mais cela reste à confirmer.

Ce nouveau parti aurait déposé un dossier pour être légalisé. On prête au Ministre de l’intérieur l’intention de refuser cette légalisation. D’ailleurs, il aurait déjà répondu officieusement que ce parti ne remplissait pas les conditions requises… Au fait a-t-il précisé la nature des conditions qui n’étaient pas remplies ?

On peut parier que non et en ne prenant que très peu de risque ! A Djibouti, tant la justice, que la police et l’exécutif peuvent s’opposer à l’exercice par un « quidam » de ses droits légitimes, constitutionnels (et autres*), sans n’avoir à en préciser les motifs officiels. Seules les motivations officielles de Guelleh et de sa petite princesse, la redoutée RPP (Reine Paulette de Pacotilles) ont force de Loi au pays de l’arbitraire, de la tyrannie et de la sauvagerie d’Etat.

Mais les initiateurs de ce nouveau parti n’ont peut-être pas dit leur dernier mot. Seraient-ils capables de surprendre le régime sur un terrain où ils ne les attend pas ?

A suivre

(*) A titre d’exemple, citons parmi les droits qui ne sont ni garantis ni respectés en royaume de Pacotilles : TOUTES les libertés,la liberté de penser, la liberté de s’exprimer, la liberté se déplacer, la liberté d’association, la liberté syndicale, la liberté politique (Gabode accueille sans réserve tous les « récalcitrants » qui lui sont envoyés sur simple lettre de cachet émanant – du Procureur abusif ou de « La Miss », juge de son état – simplement pour avoir déplu au p’tit Pharaon local), la propriété (le règime expulse les habitants et s’ils refusent, il fait mettre le feu à leurs habitations afin de s’accaparer leurs terrains), la sécurité (que dire par exemple des viols et des rackets qui sont commis en particulier dans le Nord, par les militaires et policiers à la solde d’IOG), la santé, l’éducation, l’alimentation en eau et en électricité, le paiement des salaires des fonctionnaires, etc… La liste est trop longue pour être détaillée ici !

06/12/2011 (B633) Comment éviter les écoutes « chinoises » opérées par les techniciens appointés par DjibTélécom. Quelques mesures simples proposées par le Webmaster du « Fan Club des caricatures de Roger Picon »

(Pour mémoire) Lien avec le Fan Club sur Facebook

Mesures simples anti-espionnage de messagerie et Facebook, ou comment faire pour parer les écoutes « chinoises » de Djibouti Telecom ?

1 – Introduction

Chers compatriotes

Vous savez aujourd’hui sans doute qu’une équipe chinoise travaille à Djibouti Telecom. Ils ne sont sûrement pas là pour préparer le riz et le servir aux autres employés. Ce sont des informaticiens qui ont été appelés pour 2 objectifs: l’espionnage et la censure.

Dans ce mini-dossier nous allons voir que lutter contre l’espionnage est plutôt facile. Je ferai prochainement un dossier pour lutter contre la censure, qui est plus difficile à contourner.

Les informaticiens chinois sont probablement très doués mais je vous assure qu’ils ne font qu’utiliser des « recettes » déjà connues et que les parades sont tout autant connues. Ils nous rendent la vie plus difficile mais la vie est (très) possible malgré tout. A notre tour maintenant de leur rendre la vie très très difficile.

La contre offensive informatique des djiboutiens démocrates est lancée!!

2 – La lutte contre l’espionnage des emails, Facebook et autres

Avant de commencer, vous devez comprendre une chose importante. Si vous vous trouvez à Djibouti, tout ce que vous faites sur le net passe par Djibouti Telecom donc ils peuvent tout voir. Mais il suffit de se camoufler et ils ne verront que des choses sans aucun sens et totalement inexploitables! Ca s’appelle le chiffrage (« cryptage ») des données. Eh oui, il ne suffit pas d’avoir les données, il faut aussi les déchiffrer.

Beaucoup de nos compatriotes se plaignent d’espionnage de leurs emails mais ne savent pas qu’il y a un moyen très facile de s’en débarrasser.

Nous avons presque tous des comptes chez hotmail, gmail et yahoo mais je vous recommande d’utiliser gmail pour vos activités « sensibles » ou encore mieux pour toutes vos activités que vous soyez à Djibouti ou ailleurs. C’est très facile, ça prend 5 minutes en allant sur www.gmail.com et en cliquant sur « créer un compte » (en haut, à droite). Pourquoi Gmail? pour beaucoup de raisons.

Exemple: parce que Gmail est le seul à ne pas envoyer votre adresse IP quand vous envoyez un email! C’est fou mais c’est vrai. La personne qui reçoit votre email ne sait pas d’où vous l’avez envoyé.

Avez vous entendu parler du « https »??

C’est un protocole internet qui sécurise l’échange de données entre vous et le site internet que vous visitez. Lorsque vous surfez sur le net, le protocole classique est le « http » sans « s ». Ce dernier est une vraie passoire qu’il est facile de pirater (espionnage par exemple) mais il faut la complicité de votre fournisseur d’accès internet.

A Djibouti, la complicité de Djibouti Telecom (seul fournisseur!) ne fait aucun doute!

Pire encore, si vous êtes en wifi, un simple pirate qui se trouve à proximité peut vous espionner. Les banques ne se sont d’ailleurs pas trompées. Si vous êtes observateurs vous verrez que lorsque vous vous connectez à votre banque (française, canadienne…), la barre d’adresse commence avec « https://……. ».

Vous êtes alors en communication chiffrée avec votre banque et personne d’autre que vous et votre banque ne peut exploiter les données échangées. Le pirate va voir vos données mais il ne verra que des données sans aucun sens et aléatoires. Bref, c’est comme si il ne voyait rien du tout!

Si vous ne devez retenir qu’une chose de ce dossier, c’est le paragraphe suivant qui concerne la chiffrage des emails. Faites le, et en 5 minutes chrono, vous aurez saboté DEFINITIVEMENT pas moins de 50% du travail des chinois: il ne pourront plus espionner vos emails et votre Facebook.

DANS TOUS LES CAS, le moyen de lutte est donc simple: le « https »!!

Lorsque vous vous connectez sur votre messagerie habituelle (hotmail, gmail..), vous êtes en « https » seulement pendant le temps où vous entrez votre adresse et mot de passe. C’est la sécurité minimale pour ne pas vous faire voler votre mot de passe. Mais tout de suite après, vous repassez en mode « http »!!!!

Pourtant, c’est très simple et rapide d’activer le « https » permanent sur votre messagerie… des guides avec les étapes à suivre existent sur le net. Voici des liens sélectionnés:

Gmail:
http://mail.google.com/support/bin/answer.py?hl=fr&answer=74765

Hotmail:
http://equipewindowslive.wordpress.com/2010/11/23/plus-de-scurit-avec-hotmail/

Attention, n’utilisez pas Windows Live Messenger ou MSN Messenger pour lire vos messages. Ouvrez votre explorateur (Internet Explorer, Firefox…) et tapez www.hotmail.com

Yahoo: le « https » n’est pas encore disponible!! Incroyable mais vrai.

Vous l’avez constaté: Gmail=excellent, Hotmail=bien et Yahoo=zéro!

Maintenant comment activer le « https » sur Facebook :
http://korben.info/facebook-ssl-https.html

La question qui se pose est: pourquoi tous ces sites ne proposent pas le « https » par défaut au lieu de nous imposer des modifications??!! Mystère et boule de gomme… Des pétitions sont lancées un peu partout sur le net et notamment avec des pages Facebook.

Renseignez vous sur le web et vous trouverez des informations comme:

Hotmail avait désactivé il y a quelque temps le « htpps » à Cuba, au Soudan… avant de le rétablir suite aux protestations des internautes soucieux de confidentialité (surtout dans des dictatures)

– Le projet « HTTPS EVERYWHERE » (très très intéressant mais leur site est en anglais)
-…

3 – Conclusion

Comme minimum, je vous incite énergiquement à utiliser le chiffrage « https » sur votre messagerie et Facebook. Puis, je n’aurais de cesse de vous recommander Gmail avec beaucoup d’insistance.

Enfin, pour plus de sécurité, je vous recommande d’activer les fonctions de confidentialité de votre navigateur: navigation privée (cherchez comment faire sur le net si vous ne le savez pas). Suivez ces conseils et faites le aussi pour vos parents ou vos proches qui ne peuvent pas le faire!

Les chinois sont forts mais pour vous expliquer à quel point ils ne peuvent rien face à des mesures aussi simples, je vous prends un exemple.

Lisez cet article:
http://www.branchez-vous.com/info/actualite/2011/06/espionnage_de_comptes_gmail_de.html

Comme vous le voyez, le seul moyen que les chinois ont trouvé pour pirater des comptes Gmail de hauts responsables américains, c’est de trouver leurs mots de passe!! Eh oui, comme quoi… ils n’y arrivent pas autrement contre les américains, ils ne vont sûrement pas innover pour espionner des « petits » djiboutiens.

Le rédacteur
du « Fan club
des caricatures de Roger PICON »
Retrouvez nous sur Facebook
et parlez en autour de vous

Si vous souhaitez des précisions complémentaires, écrire à l’ARDHD qui transmettra vos questions de façon anonyme à l’auteur. Réponse anonyme aussi.

PS: je ne prétends pas tout savoir mais je partage ce que je sais. Si vous voulez rectifier ou rajouter, partagez vous aussi ! La combat continue et les djiboutiens ont de moins en moins peur.

27/08/10 (B566) Le site de l’ARDHD est de nouveau disponible pour les internautes qui se connectent depuis Djibouti ! (ARDHD)

Le site est de nouveau accessible au pays.

Probablement le dictateur a-t-il été sensibilisé par nos arguments de bon sens et peut-être même a-t-il enfin compris l’inutilité de la mesure (?) :

– la censure d’un site, même si elle ajoute une difficulté supplémentaire aux internautes, ne fait que retarder de quelques heures, la diffusion des informations,

– en censurant un site, le régime lui donne officiellement du crédit. En donnant l’ordre de couper le robinet, le régime confirme qu’il est dérangé par les informations diffusées : elles deviennent alors pour les internautes des informations à rechercher par tous les moyens et à diffuser largement, puisqu’elles sont rares …

– la censure démultiplie ausi la soif de savoir ce que le régime veut masquer. Tous les moyens de copie, de tansfert sont alors utilisés. Par exemple, pendant les périodes de censure, nombreux sont ceux s’échangent des copies dans les mabrazes et même, nous dit-on, qui se les revendent (?)

Bref, avec la mondialisation de l’information et le développement des techniques de contournement, la censure des sites internet ne sert plus à rien, sauf à crédibiliser largement les sites qui en sont les victimes et à créer un marché local de revente des informations.

24/08/10 (B566) Le site de l’ARDHD interdit de nouveau à Djibouti.

Nos correspondants à Djibouti nous ont informé du fait que le régime avait fait de nouveau interdire l’accès à notre site. C’est sa manière de gérer la liberté de la Presse et de l’Information.

Cette mesure, cela ne fait aucun doute, est une réaction de vengeance … car les nouvelles que nous avons publiées, en particulier :

– sur l’assassinat du Colonel Ali Abdi Bogoreh (Thèse qui n’a pas été démentie officiellement et que nous considérons comme ayant de fortes chances, d’être crédible)
– sur l’assassinat du numéro 3 du SDS,
– sur la prise d’assaut du Commissariat du Héron,
– sur un possible détournement de 7,5 millions d’Euro, au profit de Paulette,

ont fait le tour de la ville. Les Djiboutiennes et les Djiboutiens, soumis à la désinformation officielle, sont friands d’informations venues de l’étranger et abordant, sans censure, les informations du pays, alors qu’elles sont soigneusement occultées par le régime et ses media inféodés.

Cette censure, même si elle représente une difficulté supplémentaire pour les Djiboutiens du pays, prouve d’abord que notre site atteint ses objectifs en dérangeant le régime puisqu’il rend public les crimes qui sont commis chaque jour par l’équipe mafieuse au pouvoir.

La censure est contournable :

1°)
les proxy permettent d’accéder à notre site, même si le débit est ralenti,
2°) depuis 11 ans, nous diffusons chaque semaine, l’ensemble des nouvelles de la semaine aux abonnés, dans leur boîte e-mail,
3°) plusieurs abonnés font des copies qui circulent dans la ville et les mabrazes.

Ce que Guelleh n’a toujours pas compris, c’est qu’en censurant notre site, il contribue à le rendre encore plus attractif ! Dans leur grande sagesse, les Djiboutiens nous disent : « Si Guelleh veut nous cacher une information, c’est qu’elle est intéressante et vraie ! »

En censurant l’accès à notre site, le régime s’il retarde de quelques heures la diffusion des informations, (à peine plus désormais avec les progès de la technique) contribue ainsi à leur donner beaucoup plus de crédit !!

10/12/09 (B528) Censure de notre site et des autres sites de l’opposition à Djibouti ?

Un lecteur nous écrit pour nous signaler que note site était accessible cet été, lorsqu’il est venu à Djibouti et que le site n’était pas donc pas censuré.

D’abord nous le remercions pour cette information.

Il faut savoir que notre site est interdit d’accès à Djibouti à certains moments, mais que l’accès est rétabli à d’autres. Depuis Paris, il est difficile de savoir quand le site est coupé et quand il est rétabli : cela dépend souvent des informations que nous publions et des mises en cause du régime.

Par exemple
quand nous évoquons l’affaire Borrel, la censure intervient assez rapidement …

Depuis Paris, il est très difficile d’avoir une information en temps réel sur les coupures ou non de l’accès à notre site et nous remercions à l’avance tous les Djiboutiens qui nous enverront des informations précises et vérifiées.

Censurer des sites internet est considéré par la communauté internationale comme une atteinte à la liberté d’expression et contribue souvent à dégrader la position du pays qui les pratique, dans les classements comparatifs des pays : liberté de la presse, démocratie, etc..

On peut imaginer que ces publications d’indicateurs ont une influence sur les dirigeants et en particulier sur les dictateurs, car le point est certainement évoqué lorsqu’il y a des négociations pour l’attribution d’aides internationales.

Cela pourrait expliquer la position "fluctuante" de Djibouti, qui censure ou qui rétablit l’accès à notre site .. au gré de ses intérêts