09/10/2013 (Brève 277) Je me voyais déjà en haut de l’affiche … ! Et bien non, c’est raté pour lui ! Désormais Rachad Farah risque fort de retomber dans l’oubli, après son lamentable échec pour le poste de directeur général de l’UNESCO

Le corbeau vend des toiles flamandes

09/10/2013 (Brève 278) Notre ami Roger Picon nous rapporte ses souvernirs de la visite qu’il a rendue au Souk de Djibouti. Surprise : le corbeau repenti, reconverti en vendeurs de toiles flamandes … ?

Le corbeau vend des toiles flamandes

Il est quand même curieux de constater que le Corbeau n’a pas appliqué sa marge bénéficiaire. Il propose ces oeuvres au prix d’acquisition (selon la presse) – Surprenant pour un homme d’affaires avisé, qui a su placer son intérêt financier au-dessus de ses convictions d’antan.

10/07/2013 (Brève 153)  Bon Ramadan en ce premier jour du mois béni

Lundi, nous fondant sur les annonces officielles, nous avions souhaité un bon Ramadan pour hier mardi à celles et ceux qui vivent en France.

Dans la journée,
il semble que les différentes autorités musulmanes aient finalement décidé de s’aligner sur l’ensemble des autres communautés et que le Ramadan commence effectivement ce mercredi matin.

Bon ramadan à toutes et à tous

19/01/2013 (Brève 094) Extrait d’aujourd’hui l’Afrique / n°126 / décembre 2012, un article signé par Pierre Sidy qui nous a été signalé par un lecteur

Djibouti, de nouveau dans la tourmente !
La fuite en avant jusqu’à quand ?

La situation actuelle peut se résumer en trois constats :

  • l’explosion stratégique du site de Djibouti ;
  • la corruption endémique des dirigeants ;
  • la faillite politique du régime.

Renforcement du rôle stratégique du site de Djibouti

Ce « confetti d’empire » est devenu un des sites stratégiques les plus recherchés du globe, qualifié de porte-avions occidental
par un des leaders de l’opposition. En effet, plusieurs puissances qui comptent aujourd’hui’hui dans le monde se bousculent pour y installer des équipements militaires et des soldats, sous prétexte de lutter contre la piraterie en Mer Rouge et dans l’Océan indien et contre le terrorisme. Djibouti, se trouve à proximité d’une route maritime très fréquentée par laquelle transitent chaque année 20 000 navires.La présence française est de loin la plus ancienne : elle a certes réduit son effectif, mais dispose encore de 2 100 soldats.

Un nouveau traité a été signé entre la France et Djibouti le 21 décembre 2011 qui remplace l’accord de défense conclu lors de l’indépendance de Djibouti en 1977.Malgré la proclamation selon laquelle il s’agit d’une nouvelle
génération d’accords fondés sur la transparence et la réciprocité, il n’en reste pas moins ambiguë dans la mesure où ce traité comporte une clause de sécurité qui confirme’engagement de la France à contribuer à la défense de l’intégrité territoriale de Djibouti.

Les Etats-Unis y ont installé depuis 2002 une base forte de 2 000 hommes.

La CIA l’utiliserait pour lancer des drones contre des responsables islamistes dans la région,notamment en Somalie et au Yémen. Même le Japon, pour sa première « sortie » à l’étranger depuis 1945 a ouvert dans ce petit État une base militaire. La raison est toute simple :les neuf-dixièmes des exportations japonaises passent au large de ces côtes et plusieurs navires nippons ont subi des attaques de pirates.

La dernière demande d’installation proviendrait des Russes. En contrepartie, Djibouti, ou tout au moins ses dirigeants bénéficient d’une rente dite « stratégique » de 100 millions d’euros.

Ascension vertigineuse de la corruption

Si les États occidentaux apprécient la valeur stratégique de Djibouti, les organisations internationales à vocation économique et financière, d’habitude au ton diplomatique, commencent à perdre patience face à la gabegie et à la corruption à ciel ouvert des dirigeants de ce pays.

La Banque africaine de développement (BAD) a tiré la sonnette d’alarme en stigmatisant la gestion plus que défectueuse des dirigeants djiboutiens.

La BAD, qui est un des principaux bailleurs de fonds de ce pays, a pointé plusieurs faiblesses de ce régime :

  1. l’indigence de l’État en termes institutionnels et de ressources humaines, avec comme conséquences l’inanité des interventions publiques contre la pauvreté malgré des sommes importantes englouties dans les secteurs sociaux (le« caractère massif et structurel de la pauvreté à Djibouti »touche jusqu’à 80% de la population) ;
  2. la concentration du pouvoir exécutif et le manque d’indépendance
    du pouvoir judiciaire par rapport à l’exécutif qui permet le contrôle sur toutes les opérations économiques dans l’opacité la plus totale, y compris dans la passation de nombreux marchés publics, et qui profite exclusivement aux proches du régime comme Indépendant Construction Company (ICC) appartenant au couple présidentiel.

Le Fonds Monétaire International (FMI) a, de son côté, critiqué sans détours le mauvais management des services,par un compte rendu de la mission à Djibouti du 10 au24 octobre 2011. Il a surtout dénoncé la confection de faux rapports du ministre des Finances et a mis en cause l’achat de l’avion présidentiel enregistré comme appareil d’Entamais comptabilisé nulle part.

Plus grave est le niveau de détournement révélé par l’audit
implacable du Fonds mondial contre le sida qui fait apparaître
le régime de Djibouti pour ce qu’il est réellement,c’est-à-dire de la mafia. Selon la Lettre de l’océan Indien du21 novembre 2012 (1) le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui a mis en ligne l’audit
interne, a révélé un trou de 8,6 millions de dollars sur lesdons alloués à Djibouti.

À ce jour, le gouvernement djiboutien n’a remboursé que 475 094 US Dollars ; le Fonds mondial lui réclame la différence et le jugement des parties ayant participé à ces malversations. Il est clair que les responsables de ces détournements ne seront pas inquiétés dans la mesure où le chef de l’État semble être le donneur d’ordre.

Il a en effet nommé comme ministre de la Santé son protégé Abdallah Abdillajhi Miguil (connu pour avoir détourné l’argent du HCR, Haut-commissariat aux réfugiés) en 2005,peu après le déblocage des premiers dons du Fonds mondial.

Le nouveau ministre a révoqué dès sa prise de fonction trois directeurs susceptibles de lui rendre plus difficile sa mission de razzia. Il aurait même menacé le chef de l’État de révéler tout si jamais il est inquiété, ce qui lui a permis de bénéficier d’une retraite sécurisée comme ambassadeur à Pékin.

Il y a comme une soif inextinguible de ces dirigeants et,dès qu’il s’agit d’amasser l’argent, rien ne semble les arrêter.

Plusieurs sources accréditent l’idée selon laquelle, le président
Ismaël Omar Guelleh (IOG) aurait déclenché la guerre en 2008 contre l’Erythrée, uniquement pour percevoir
la somme de 40 millions de dollars d’un pays du Golfe, n’hésitant pas à sacrifier 145 soldats, dont un colonel.

C’est encore cette propension qui explique que les commerçants de la place subissent des guérillas ininterrompues de l’entourage du président : certains ont préféré partir, comme l’homme d’affaire Abdourahman Boreh en 2008, qui fut spolié de tous ses biens, sous prétexte qu’il avait des ambitions politiques.

La faillite politique du régime

Le pouvoir a mal à son parti unique et à sa coalition.

Allez savoir pourquoi le chef de l’État a demandé un audit de son propre parti ?

Un rapport d’évaluation dressé par un comité interne et rendu le 11 juillet 2012 est accablant pour le Rassemblement Populaire pour le Progrès (RPP) qui dirige le pays depuis 1979. Ce parti unique de fait est comparé à une coquille vide, ses locaux entièrement délabrés et la plupart des annexes fermées aux activités.

Ses organes sont qualifiés de « structures fantômes »et le rapport conclut qu’il s’agit d’une panne sèche qui affecte tout l’appareil politique. Faut-il cependant s’en étonner lorsque l’on sait que l’actuel président a méthodiquement démantelé les structures du parti, en privilégiant l’émergence des petites associations qu’il contrôle étroitement avec le soutien de son épouse Kadra Mahmoud.

C’est ainsi qu’il a éliminé progressivement les dirigeants les plus en vue du parti, comme l’ancien secrétaire général Mohamed Ali Sahel. Il a appliqué une méthode encore plus radicale à l’égard de ses partenaires de la coalition.

Les dissidents du FRUD qui est le parti le plus important de ses alliés, a été complètement laminé et marginalisé. Ses dirigeants Ali Daoud et Ougouré Kiflé ont été débarqués d’une manière cavalière,ils ont appris leur éviction du gouvernement par les médias.

À croire qu’IOG a la rancune tenace.

C’est dans ce contexte que les Djiboutiens vont aborder les élections législatives fin février 2013. Pour parachever le vernis démocratique, le gouvernement djiboutien a approuvé le 20 novembre dernier le remplacement du scrutin de liste majoritaire par un scrutin de liste mixte à un tour avec une représentation proportionnelle à hauteur de 20% pour les prochaines élections législatives.

L’opposition estime qu’il s’agit de la poudre aux yeux et exige une commission
nationale électorale indépendante et des refontes des listes électorales. Une partie de l’opposition est tentée par la participation au scrutin législatif.

Mais les listes électorales sont un véritable casse-tête pour les opposants. Elles ont été manipulées d’une manière très grossière depuis 1977 :

  1. Dès les années 80, plus de la moitié des électeurs d’Obock et de Tadjourah ont été purement et simplement radiés et on a refusé d’inscrire la majorité d’électeurs d’Arhiba ;
  2. L’électorat de la capitale a subi plusieurs modifications : le premier maire de Djibouti, Idriss Doudoub, a été révoqué en 1981 parce qu’il s’est refusé à tripatouiller les listes en faveur des Mamassans (sous-clan de l’ancien et de l’actuel président). En 2005 et 2011, plusieurs
    milliers de cartes électorales ont été distribuées
    aux Issak à Hargeissa et aux alentours. Depuis un an, des milliers de réfugiés somaliens hawiyé ont été inscrits sur les liste s élect orales à Ali On, village situé à cinq km de la frontière avec le Somaliland. Dernier avatar
    de cette manipulation, la mairie et la préfecture
    de Djibouti, le 30 août 2012, ont été brûlées avec les listes électorales.

La faillite politique actée par les caciques mêmes du parti unique, se double des dégradations économiques et sociales causées, selon le FMI, par la mauvaise gestion. La situation est encore plus dramatique pour les quelques 250 000 personnes
menacées par la famine, exclues des rentes dites « stratégiques ».

Cette crise interne se déroule au plus mauvais moment pour Guelleh qui est affaibli sur le plan extérieur par trois événements importants :

  1. le décès, le 21 août 2012, du premier ministre éthiopienMeles Zenawi, allié de taille sur lequel il pouvait compter en toute circonstance ;
  2. l’échec, à l’élection présidentielle de la Somalie en septembre, du président sortant Sharif Sheikh Ahmed qu’il a soutenu jusqu’au bout ;
  3. le changement de président et de majorité en France avec lesquels il n’est pas aussi à l’aise qu’avec Sarkozy.

La balle est dans le camp de l’opposition qui a du mal à la saisir à cause de ses divisions souvent basées sur des querelles
de personnes. Certains fondent l’espoir que les nouvelles
actions militaires du FRUD, qui ont créé la panique au sein de l’armée au Nord (2), et dont la plus spectaculaire a été l’attaque contre la résidence du président de la République au Day le 9 novembre, vont créer les conditions pour un large rassemblement des forces de l’opposition et pour une alternance crédible.

(1)
La Lettre de l’Océan Indien :
http://www.LaLettredelOceanIndien.fr

(2)
Al Wihda : http://www.alwihdainfo.com/Djbouti-Le-FRUD-cree-lapanique- au-sein-de-l-armee-au-Nord_a5997.html

22/11/2012 (Bréve 052) Plus de 8 Millions de US$ détournés par les barons de la dictature au détriment du fonds mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, sur la base de faux documents et de falsification… Une terrible accusation contre le régime de Guelleh et ses proches !

Depuis plusieurs années, sur la base des informations qui nous ont été communiquées par des observateurs crédibles, nous avions signalé les détournements des fonds mondial de lutte contre le Sida. Elles désignaient en particulier l’ancien ministre de la Santé : Abdallah Abdillahi Miguil surnommé par certaines «  »warabo korayé » ou le Kleptomane.

Aujourd’hui les rapports et annexes émis par le bureau de l’inspecteur général du fonds sont publiés sur Internet. Bien qu’il soit relativement long avec plus de 50 pages, les constats et les recommandations du rapport complet sont d’une grande précision et nous conseillons à toutes les lectrices et les lecteurs d’en prendre connaissance (tous les liens de téléchargement sont en bas de cet article)

Le rapport est d’abord affligeant, car on découvre comment les barons de Guelleh ont détourné des sommes destinées à soigner leurs concitoyens pauvres et malades.

Le rapport est accusateur, car il explique, preuves à l’appui, les trois catégories principales de manoeuvre qui ont été utilisées pour détourner plus de 8 Millions de US$. Faux, usage de faux, tromperie, dépenses non justifiées, dépenses n’ayant aucun lien avec l’objet du financement mondial, etc….

Au final, le rapport recommande d’exiger le remboursement des sommes détournées et il émet de grandes réserves sur les financements futurs.

Tout ce que l’on peut dire, à notre niveau, c’est que ce n’est pas très bon pour l’image de Guelleh sur le plan international et qu’il pourrait perdre des appuis, qui le défendaient pourtant contre vents et marées.

Lien avec le site du Fonds mondial :
http://www.theglobalfund.org/en/oig/reports/

Sur cette page, vous aurez la possibilité de télécharger (en Anglais et/ou en Français) le rapport complet (disponible aussi ci-dessous) plus divers rapports, comptes-rendus, états d’avancement et annexes ….

Télécharger le rapport complet en Français : lien

19/07/2012 (Brèves 015) L’équipe de l’ARDHD souhaite un bon Ramadan à tous les musulmans et en particulier aux populations djiboutiennes, qu’elles soient au pays ou en exil.

A la veille du début du mois béni, l’équipe de l’ARDHD souhaite un bon Ramadan à tous les musulmans du monde entier et elle a une pensée spéciale pour tous les Djiboutiens qui sont opprimés par un régime corrompu et dictatorial, qui les asservit économiquement et juridiquement.

Elle espère que les coupables prendront conscience durant ce mois béni, des actes criminels qu’ils ont commis et qu’ils continuent à commettre, pour réfléchir à la monstruosité de leurs actes, pour les regretter en sollicitant le pardon divin et celui de leurs victimes.

Et surtout qu’ils s’engagent à renoncer définitvement (entre autre) à la torture, aux exécutions sommaires, aux viols, aux mesures arbitraires d’emprisonnement et à la confiscation illégitime des biens publics et privés et des libertés fondamentales, … .

21/05/2012 (B567) Après Yacin Yabeh et Abdourahman Boreh, Kadra Mahamoud serait-elle la prochaine victime d’IOG ? Par Arteh

Ces jours-ci, plusieurs sources et témoignages répètent que le couple régnant de Djibouti traverse une période de tension prolongée.

La première Dame, Kadra Mahamoud Haïd, est à Paris depuis presque deux mois. Officiellement, elle est venue rendre visite à sa fille Fatouma-Awo Ismaël Omar, qui vient d’accoucher d’un petit garçon dans la capitale française.

En réalité, elle boude sérieusement son époux et chef d’État, Ismaël Omar Guelleh (IOG).

Ce dernier supporte de moins en moins l’influence de sa femme qui a réussi à monter son propre système dans le système.

Elle dispose de ses hommes de main, surtout dans la Garde républicaine, de ses agents de renseignement, de ses prête-noms économiques…

Elle s’appuie sur ses liens claniques avec les autorités du Somaliland où elle a des intérêts économiques et politiques.

Elle est donc riche et puissante.

Cette puissance préoccupe les proches d’IOG, qui le font savoir avec insistance à ce dernier. D’ailleurs, la première Dame ne les porte pas dans son cœur et s’emploie à les tenir à l’écart de son mari.

Ainsi, elle interdit à plusieurs d’entre eux l’accès à la résidence privée de Haramouss où le chef de l’État passe le plus clair de son temps. Ces proches d’IOG soupçonnent la première dame de nourrir une ambition politique et de préparer une révolution de palais pour prendre le pouvoir après IOG dont elle sait la santé fragile.

Alors, ces proches poussent IOG à faire attention et à couper les ailes à sa femme. Ils le pressent d’agir avant qu’il ne soit trop tard, comme il a agi contre son ami et chef de la police, le général Yacin Yabeh Galab, qu’il a limogé puis laissé mourir sans soins, ou encore contre son ami et homme d’affaires Abdourahman Boreh qu’il a chassé du pays et dépouillé de tous ses biens à Djibouti.

Il paraît qu’IOG commence à écouter ces proches. Ce sont d’ailleurs les mêmes qui, avec la première Dame, ont soutenu IOG contre Yacin Yabeh et Abdourahman Boreh.

Alors, est-ce au tour de la première Dame de tomber ?

L’hypothèse est plausible vu l’amour du pouvoir que l’on connaît à IOG. Ami ou pas, épouse ou pas, s’il sent quelque danger pour son pouvoir, l’homme dégaine. Il n’est donc pas impossible que Kadra Mahamoud Haïd connaisse le sort de Yacin Yabeh et d’Abdourahman Boreh.

Quitte à ce qu’IOG prenne une autre femme moins ambitieuse.

Si cela se produit, il ne restera personne du trio Galab-Boreh-Haïd qui aura aidé IOG à hériter du pouvoir de son oncle Hassan Gouled Aptidon. Contre la volonté du peuple djiboutien qui a élu l’indépendantiste Moussa Ahmed Idriss en avril 1999.

Les semaines et mois qui viennent vont nous apporter davantage de lumière sur cette nouvelle lutte de pouvoir entre un homme et sa femme. A suivre donc.

08/05/2012 (B655) Sergent Ariko : La liste fantôme d’IOG.

 

 

(Avant-propos) Précisions à propos de la mort du jeune officier de la G.R..

Plusieurs lecteurs m’ont interrogé à propos de la mort de ce jeune officier, victime d’un groupe de jeunes.

Lieutenant Mohamed - Garde républicaine de DjiboutiJe tiens à préciser qu’il ne s’agit pas du Capitaine Mohamed Pompier qui habitait tout près de la caserne des pompiers et qui est issu de la tribu Gadaboursi Barhabar Abokor.

La victime, le lieutenant Mohamed avait été incorporée comme officier dans la Garde républicaine, à la demande d’Hachi Abdillahi Orah, alors qu’il n’était encore que sous-officier
 
– Le dictateur, qui se sait impopulaire, a tenté de renverser la vapeur en se produisant à la Télé.

Il a choisi d’accorder un entretien à deux journalistes maisons : Kalad Kadar (qui est directeur de la communication) et Yahyia (qui presente les infos en Français). Mohamed Daher, le journaliste habituel, n’a même pas été convoqué au palais pour réaliser l’enregistrement.

Certains expliquent son absence en disant que l’entretien s’est déroulé en Français et non en Somali. Mais la raison de son absence n’est pas celle-là. Au début de l’année 2012, Mohamed Daher avait posé des questions « génantes » à IOG dans l’interview qu’il avait réalisée.

IOG avait fait retomber sa colère sur le directeur de la RTD et Naguib son conseiller en communication (ex- membre du bureau national du PRD) Naguib. Il avait fallu une intervention d’Ismail Tani, pour que Naguib sauve sa tête.

Au moment où la liste du nouveau gouvernement allait être rendue publique, c’est l’élection de François Hollande qui a mis indirectement un coup d’arrêt.

En dépit de la recommandation des FFDJ à la communauté française présente sur le territoire, François Hollande a battu Nicolas Sarkozy.

L’arrivée de F Hollande, qui amène avec lui le député Arnaud Montebourg, n’augure rien de bon pour le régime.

Alors pour détourner l’attention sur cette liste en « stand by », IOG a demandé à son ministre d’organiser une journée de prière pour la pluie à Djibouti.

Or Allah qui voit tout, sait qu’IOG n’avait nul besoin de prières pour la pluie. Le véritable objectif de la prière était de demander au peuple de Djibouti de protéger le chef de l’état contre une réactivation de l’instruction pour l’assassinat du Juge Borrel.

Alhamdoulilah, grâce à Allah, la population de Djibouti comme celle des districts de l’intérieur a boudé la cérémonie de Douas, organisée pour un objectif maquillé. Voyant que les gens ne sont même pas venus à la prière (les populations des districts de l’intérieur ont carrément dit « non ») IOG est devenu furieux.

Il a du battre en retraite et il est parti pour assister à Addis Abeba à un sommet inutile. Dans ses bagages il a amené son cerveau Hachi Abdillahi Orah, qui recevrait (dit-on) depuis quelques jours des graves menaces de morts sur sa personne et sur sa famille.

Hachi a-t-il bien et bel reçu des menaces de la part des mécontents du régime iogien ? Mise au courant, la direction du SDS a informé IOG sur le fait que des jeunes auraient été désigné pour assassiner Hachi dans sa maison du Héron. IOG a pris les menaces au sérieux et il ne laisse jamais Hachi seul à Djibouti.

En tout cas, l’assassinat d’un jeune lieutenant de la garde républicaine (voir ci-dessus) démontre le niveau de rejet de la population envers son régime.

– Pour tenter de rétablir la situation, IOG a décidé de sacrifier son premier ministre.

Nombreux observateurs se demandent les raisons pour lesquelles IOG se débarrasserait en ce moment de son premier ministre coopté par Barkhat Gourad Hamadou ?

La réponse tient en deux explications bien simples :

1°) le premier ministre est allé en France pour se faire soigner. Craignant une forme de diabète, il est parti pour l’Allemagne où officie son frère Aden Dileita en qualité d’Ambassadeur.

Comme je l’avais déjà écrit, cette ambassade a pour mission principale d’assurer le réceptif pour tous les malades du régime qui ont besoin de soins. La médecine allemande jouit d’une excellente réputation et le Val-de-Grâce a été beaucoup utilisé pour des affaires parfois douteuses … L’Ambassade en Allemagne bénéficie des budgets récupérés avec la fermeture de deux consulats a Mumbai en inde et a Dubaï aux Emirats arabes unis.

Jean de la Montagne qui est le consul honoraire de l’Allemagne à Djibouti et bras droit d’IOG connait certainement le nombre de « malades » haut-placés djiboutiens qui font un voyage « sanitaire » en Allemagne.

Arteh - Officier de la GR - Djibouti Depuis que  la chancelière allemande a décidé de faire déplacer son ambassade d’Addis Abeba à Djibouti (sur sollicitatrion d’IOG), les demandes de visa pour les « malades » du régime sont pratiquement quotidiennes.

Les officiers de la garde républicaine ne sont pas en reste ! En particulier un certain Arteh Farah Jilihe (voir photo ci-contre) qui a été bombardé Lieutenant par la dernière dame de Djibouti alors qu’il n’a aucune expérience militaire, en a déjà profité.

2°) La deuxième raison est le fait que le premier ministre avait de sérieux problèmes relationnels avec la dernière dame.

Celle-ci ne ratait jamais une occasion pour l’humilier devant son mari en public comme en privé.

Parfois même, Kadra Haid envoyait son homme de l’ombre Hachi pour l’insulter, ce qui était arrivé en pleines périodes de deuil pour le premier ministre Dileita. En période de Tahsi (deuil en langue locale) Hachi s’amenait pour insulter le premier ministre et le ridiculiser devant tous les Afar présents.

Sachant qui avait commandité ces coups bas, le premier ministre ne répondait pas à Hachi et il mettait  sa colère en sourdine. Ce qui n’a pas été le cas de sa femme qui a juré de laver le linge sale en public et d’humilier la dernière dame par vengeance.

Détentrice de la double nationalité canado djiboutienne, l’épouse de Dileita a attendu le 8 mars, le jour de la fête de la femme pour humilier la Paulette en public devant toutes les dames présentes.

Elle a réussi à faire monter l’hostilité de la quasi totalité des femmes Issa contre Kadra, y compris la secrétaire générale Degmo Mohamed Issak. Degmo fut chassée de son fauteuil par la dernière dame, mais elle n’a rien pu faire contre la femme du premier ministre.

Je suis en train de terminer un rapport sur le scandale de ce jour-là,  le 8 mars 2012 à La Corniche. Le rapport va être bientôt prêt.

Or depuis cette humiliation par la quasi-totalité des femmes Issa, Kadra Haid a décidé de quitter Djibouti pour Paris au prétexte que sa fille avait accouché.

Mais la réalité est tout autre : c’est pour fuir l’humiliation qui lui a été infligée  par la femme du premier ministre, laquelle a reçu des tonnes de cadeaux à sa résidence de La Siesta.  

– La femme du premier a tenu parole !

Ella a vengé son mari le premier ministre qui ne sait pas (ne peut pas ?) se défendre. La Paulette n’a pas aimé le coup de gueule préparé conjointement par Degmo Mohamed Issak et la femme du premier ministre qui est aussi issue d’un autre sous-clan Issa.

Elles ont réussi à battre physiquement la femme dépêchée par Hargeisa pour lire les bienfaits de la tribu cheik Issak. Il y a une rivalité énorme entre les deux tribus (Issa et Issak) pour le contrôle du pouvoir. Les Gadaboursi et les Afar regardent le match en spectateurs.

Or IOG, pour conserver le pouvoir, joue à fond sur la rivalité de ces tribus pour pouvoir prétendre ensuite qu’il est le pompier chargé d’éteindre l’incendie. Alors qu’il en est l’incendiaire !

Donc Kadra a d’abord demandé à ce que Dileita soit renvoyé du gouvernement. Mais à la dernière minute, elle a changé d’avis et a conseillé à IOG de lui trouver d’abord son remplaçant.

A-t-il été trouvé ?

En tout cas, le premier ministre actuel est devenu persona non grata à Haramous.

Qui va le remplacer ?

  • Le ministre de la coopération Mahamoud Ali Youssouf est le favori, mais il résiste aux pressions,
  • le ministre Ahmed Ali Silay qui est poussé par son père Ali Silay Abakari,
  • le ministre de la défense Kamil Mohamed craint les foudres de Kadra,
  • le ministre de l’habitat Hassan le manchot : Hassan Saïd préférerait le voir à la direction section Nord du SDS pour l’informer des méfaits commis par le FRUD armé dans cette zone qui échappe au contrôle du pouvoir central de Djibouti.
  • L’ancien patron de la caisse Abraham Ali, mais Barkhat Gourad lui est hostile.
  • L’ambassadeur Ahmed Areita dont son nom circule aussi au palais ?

Il semble que la décision définitive n’ait pas encore été prise.

Ce qui est assuré, c’est qu’IOG refuse un membre de l’opposition comme le lui demandaient les ambassadeurs de France et des Etats-Unis

La liste devrait finalement être rendue publique dans les prochains jours.
 
DAF : retour à Djibouti ?

il se murmure que DAF le président du MRD pourrait renter à Djibouti à partir du moment où l’Union européenne lui garantirait la sécurité.

IOG aurait reçu la demande, mais il n’aurait pas encore pris de décision concernant l’affaire DAF.

Le combat continue
Sergent Ariko
Londres

_____________________________
PS : ci-dessous une autre photo d’Ismaël Ibrahim Barreh, qui a été écartée de la Sécurité présidentielle
Ismael_ibrahim_barreh

14/05/2012 (B656) Sergent Ariko : Le peuple de Djibouti prend sa revanche sur le dictateur, ce qui retarde l’annonce de la composition du nouveau gouvernement qui devait être officialisée ce 10 mai

J’adresse à la famille du Lieutenant Mohamed, (fils de Hassan Sanjex, officier de la garde républicaine) qui aurait été assassiné à coups de hache et de barres de fer à La Siesta par des jeunes, mes condoléances les plus sincères.

Ces jeunes étaient tous ivres. Ils auraient été arrêtés ensuite par la brigade nord de la Gendarmerie.

Le motif de cet assassinat n’est pas clairement établi. L’un des jeunes, (dont le père décédé aujourd’hui était un grand commerçant bien connu en ville) aurait-il reconnu les faits devant les gendarmes ?

Mohamed_HassanA-t-il déclaré que cet officier défendait IOG et son régime dicatorial, alors que lui et sa bande de camarades luttaient dans l’opposition ? Est-ce un motif suffisant pour justifier la violence des coups portés ?

C’est ainsi que l’on pourrait aussi s’interroger sur les raisons de la présence, à une heure tardive, de cet officier à l’hôtel Impérial, lequel appartient à Liban, le fils d’IOG.

Selon des témoins la bagarre se serait déplacée ensuite jusqu’à La Siesta où le jeune officier de la GR aurait été battu à mort. D’autres témoins auraient affirmé que tout ce beau monde était ivre-mort et donc « inconscient » de ses actes.

Lors de son intégration, j’avais formé ce jeune officier.

inallilah wa inarajihoun.

Sergent Ariko
Londres