08/07/04 (B254) Une association s’est constituée pour soutenir la recherche de la vérité dans les affaires d’assassinat de coopérants et pour tenter de démontrer les implications et les complicités. Ses informations sont disponibles sur son site.

Ce communiqué
est aussi disponible à l’adresse : http://assassinatsdecooperants.ouvaton.org/rubrique.php3?id_rubrique=20.

COMMUNIQUE
DE PRESSE

De 1993 à 1994,
en Guinée Equatoriale, au rythme d’un tous les six mois, quatre coopérants
français MM. Mationni, Sotier, Branger et Desgranges ont été
sauvagement assassinés…

En 1995, le juge Bernard
Borrel est assassiné à Djibouti….

En 1997, Madame Elizabeth
Borrel, la veuve du magistrat Bernard Borrel crée une association (1)
pour venir en aide aux familles qui ont perdu un proche, assassiné
à l’étranger.

Avec l’aide de journalistes
courageux (2), secondés par leurs rédactions pugnaces, des membres
de la société civile (3), et certaines associations (4), les
familles ont réussi non sans mal après avoir saisi la justice,
à entreprendre des recherches pour comprendre les dessous de tous ces
assassinats, et ce afin que les assassins et les commanditaires soient poursuivis
et que justice soit enfin rendue aux disparus et à leurs proches….

En 2004, un site internet
dédié à ces coopérants assassinés voit
le jour…

Le site www.assassinatsdecooperants.info
a été créé par la fille du seul coopérant
français rescapé de la série de meurtres qui s’est produite
en Guinée Equatoriale.

L’objectif de ce site
est triple :
– Rendre hommage à tous les coopérants assassinés
et perpétuer leur mémoire ;

– Retracer toute l’histoire qui entoure ces assassinats, et la rendre compréhensible
au plus grand nombre ;

– Démontrer tous les liens qui existent entre les cinq assassinats
de coopérants français cités plus haut et ceux des personnalités
politiques suivantes : le Premier Ministre suédois Olof Palme, le diplomate
norvégien Ole Dørum, la représentante de l’ANC à
Paris, Madame Dulcie September, le président des Comores Ahmed Abdellah
et pour finir l’un des plus grands opposants du président Omar Bongo,
l’ancien leader du PGP : M. Joseph Rendjambe.

Toutes ces démonstrations
se font avec pour arrière plan :
– des affaires d’Etat : Mistral, Elf, le trafic d’armes vers l’Angola
(Angolagate), Matra, le génocide du Rwanda, etc… ;

– l’affaire Patrice Alègre
et l’affaire des disparues de l’Yonne ;

– l’intervention de différents
acteurs « françafricains » tels les présidents Omar
Bongo et Abdoulaye Wade, le ministre Cheick Tidiane Sy (5), MM. Charles Pasqua,
Jean-Yves Ollivier, Michel Roussin, Bob Denard, Richard Rouget, Dominique
Malacrino, Jean-Paul Guerrier, Jean-Christophe Mitterrand, Mamadi et Mori
Diané (6), etc.…

– le concours de magistrats
: Mme Marie-Paule Morrachinni, MM. Roger Le Loire, Jean-Paul Valat, Jean-Louis
Voirain, Marc Bourragué, Jean Wolf, Yves Colleu et Jean-Pierre Dintilhac
;

– les autopsies de médecins-légistes
tel le Professeur Dominique Leconte…

Merci et à bientôt.

Mariama
Keïta,
Paris
le 5 juillet 2004.

(1) :
Aasviefa, 4, rue Victor-Déqué, 31500 Toulouse. Tél. :
05 61 33 73 16.

(2) : Melles Anne Crignon, Sylvie Véran, Elsa Vigoureux, (Le Nouvel
Observateur), Mme A. Bouilhet (Le Figaro), Mme Elizabeth Le Blay, MM. Jean
Chatain (L’Humanité), B. Cadet (Liberté Hebdo), Mehdi Ba, Denis
Robert, Nicolas Bernard et Michel Despratx (Capa), Pascal Jalabert (la Dépêche
du Midi).

(3) : Les amis de Madame Dulcie September, Me De Félice, Me Irène
Terrel, Me Antoine Comte.

(4) : Survie, Le Syndicat de la Magistrature, l’Union Syndicale des Magistrats,
l’Association Professionnelle des Magistrats.

(5) : Dans le cadre du procès qu’il intente à M. Almamy Mamadou
Wane, à propos de son dernier ouvrage « Le Sénégal
entre deux naufrages ? Le Joola et l’alternance », l’Harmattan 2004.

(6) : Lire l’ouvrage d’Emmanuel Dungia « Mobutu et l’argent du Zaïre »,
l’Harmattan 1993….

A
partir du 17/07/2004, un mémorandum détaillant la complicité
des frères Diané, dans certains assassinats, sera mis en ligne
sur le site www.assassinatsdecooperants.info.