14/04/2012 (B652) Disparition de Jean-Paul Noël Abdi / Message d’Adallah Deberkalleh

Dubaï 13 Avril 2012



‘’ Inaa lilaahi Wa Inaa Ileyhi Raajicuun ‘’



Ce message s’adresse à la famille (ses 2 fils et sa sœur Thérèse Noel Abdi), au Peuple de Djibouti, à ses amis ( en particulier Jean-Loup Schaal et les collabotateurs de l’ÁRDHD qui ont toujours été à ses cotés) et à tous les autres organismes qui luttent pour les Droits de l’Homme a travers le Monde … ) sur le décès à Marseille du Président de la Ligue des Droits de L’Homme Jean-Paul NOEL ABDI.

____________________________



‘’ Mon ami et frère le Président de la Ligue des Droits de L’Homme Jean-Paul NOEL ABDI. Grand Politicien de Djibouti dont le combat remonte  aux débuts des années  1960, ancien cadre supérieur du Front de Libération de la Cote des Somalis, membre du LPAI, ancien député, vient de  livrer son dernier combat sur son lit d’hôpital en France ( Marseille ) ce vendredi 13 Avril 2012 à 6 h du matin pour rejoindre dans l’au-delà , sa dernière demeure .



*** Homme de principes, homme d’action et homme d’État, il a été tout cela, en même temps. La conjonction de ces domaines fait de lui un homme d’exception.



C’est avec émotion  et consternation que j’apprends le deuil qui vous frappe si cruellement et je tiens à m’associer à votre peine.



Au nom de la famille DEBERKALEH  et en mon nom personnel, dans cette difficile épreuve, je vous renouvelle mon  amitié et ma fidélité. Soyez assurés de ma chaleureuse sympathie et de notre indéfectible amitié,  je vous adresse  toute mon affection fraternelle, et prie Allah de l’accepter au Paradis Éternel.



Que la terre lui soit légère et sa dernière demeure, meilleure que celle sur terre ; prions tous pour lui et tous ceux qui nous y ont précédé.



Nous savons tous qu’un jour l’existence viendra à son terme pour chacun d’entre nous. La mort n’est pas l’obscurité. C’est une lampe qui s’éteint car le jour se lève.



Ces quelques mots, bien que sincères, ne soulagerons guère votre tristesse.



Pourtant je tenais à vous témoigner ma profonde compassion, partageant votre douleur.



‘’ Amiin Ya Rabii ‘’

‘’ Inaa lilaahi Wa Inaa Ileyhi Raajicuun ‘’

Son frère de Lutte :

Abdallah DEBERKALEH Ahmed

02/01/2012 (B637) Depuis Dubaï où il séjourne, Abdallah Deberkaleh adresse un message de voeux à toutes ses soeurs et frères.

A mes frères et sœurs du continent africain (meurtri par les conflits, les catastrophes naturelles et la famine), tout particulièrement à celles et ceux de la corne de l’Afrique de l’est, en ce début d’année, je vous adresse tous mes vœux de bonheur et plein de bonnes choses : santé, prospérité, etc.

Que la joie et la grâce de Dieu innonde votre vie .
Que l’an 2012 vous permette de réaliser tous vos projets.

Meilleurs vœux de Bonheur et Bonne Année à vous tous .

Amin Ya Rabee … Amen mon Dieu …

Abdallah Deberkaleh

13/07/2011 (B612) Le débat sur l’éventualité d’une séparation de la région Afar. De nombreux lecteurs s’expriment … Abdallah Deberkalleh nous envoie un message d’alerte.

_____________________________ Note de l’ARDHD

Comme nous l’avons dit, il n’appartient pas à l’ARDHD d’exprimer un avis ou encore moins de prendre position dans ce débat. Ce débat appartient exclusivement à la population djiboutienne, qui n’a pas besoin d’influence extérieure pour décider ce qui est bon ou mauvais pour elle.

Nous nous limitons à publier les informations qui nous sont envoyées par des lecteurs, car nous n’avons pas la compétence pour censurer, ceux qui sont privés du droit d’expression dans leur propre pays.

Aujourd’hui Abdallah Deberkalleh nous adresse son point de vue. Surtout il tient à alerter ses concitoyens sur les risques qui menaceraient les populations Afar.

En effet selon lui, cette idée de sécession (qui est peut-être une rumeur imaginée par le Palais de l’Escale) servirait la politique d’asservissement de la population djiboutienne et en particulier celle de la région Afar, car elle susciterait l’hostilité des pays voisins : Erythrée et Ethiopie …

Nous lui laissons la parole …

___________________________ A. Deberkalleh

Après avoir lu différents articles publiés sur le site de l’ARDHD et sur d’autres sites et en particulier l’appel récent à signer une pétition en faveur de la séparation "en douceur" de la région AFAR, j’ai fait une petite enquête sur cette affaire.

Cette idée est extrêmement dangereuse.

A un moment aussi pénible pour les populations Afar de Djibouti, d’Ethiopie ou d’Erytrée, je m’insurge contre le fait que l’on puisse parler (de guerre) de sécession.

Ce serait et c’est une énorme erreur "politico-sociale". Si l’idée émanait de mes frères Afar, je leur dirais qu’ils se précipitent vers le suicide " politique " régionale et internationale.

Une telle idée ne pourrait que susciter un rapprochement des trois pays, qui trouveraient là (pour une fois !) un motif de rapprochement contre les populations Afar qui vivent dans leurs pays respectifs. En parfait accord, ils engageraient alors une répression sanglante contre ces populations, qui n’auraient plus aucun refuge. La seule idée d’un état fédéral Afar, ayant une ouverture maritime sur la mer rouge est inacceptable pour les pays concernés.

Les Afar n’ont actuellement ni les moyens militaires, économiques ou politiques pour résister à une offensive fraticide qui aurait en plus toutes les chances d’être condamnée par toutes les instances internationles.

En poursuivant dans cette voie, les Afar signeraient leur condamnation à mort et ils crédibiliseraient la propagande d’IOG et de ses extrémistes Issas de tous bords.

Pour moi, il est clair que cette affaire fait partie de la stratégie d’IOG, et qu’elle est peut-être soutenue par certains Afar intellectuels de Djibouti et par certains membres de la diaspora qui voudraient (consciemment ou non) engager Djibouti dans une spirale à la somalienne …

Ne donnons pas de la matière pour alimenter la politique déstabilitrice d’IOG.

Cela nous conduirait à une nouvelle guerre civile dans la région et les Afar seraient les grands perdants.

Pour ne pas envenimer le débat, je vais prendre du recul sur ce sujet mais je vais observer attentivement. Je vous assure que si les choses devaient prendre un tournant dangereux, je les dénoncerai avec la plus grande force et j’espère que de nombreuses oreilles seront attentives à des paroles de sagesse.

09/03/11 (B594) Un appel urgent d’Abdallah Deberkalleh à la solidarité de ses soeurs et frères qui sont au pays, à propos de l’état de santé de sa maman et au chevet de laquelle, il ne pourra pas se rendre, étant sous le coup d’une condamnation injuste prononcée par la justice aux ordres du dictateur en exercice. Merci à celles et à ceux qui prendront contact avec lui dans ce cadre

Je lance un appel fraternel à tous mes frères et sœurs qui vivez à Djibouti-ville pour m’aider dans cette terrible épreuve !!!

Mercredi le 9 Mars 2011 à 13 H 23 mn (Horaire de DUBAI) ….

À plusieurs milliers de Kilomètres de chez moi, je viens de recevoir un appel téléphonique m’annonçant que ma chère Maman Bien Aimée AICHA DOUYEH MIGUIL connu sous le nom de « AICHA EYLEH « vient d’être hospitaliser et quel se trouve dans un coma douloureux et profond, elle est entre la vie et la mort à l’heure où j’écris ces quelques mots.

Mes chers frères et sœurs je vous demande « HUMBLEMENT « de prier pour ma chère MAMAN afin que Dieu lui redonne la santé et l’espoir qu’elle puisse revoir son fils ainé « ABDALLAH DEBERKALEH , ses petits-enfants ( Kaane , Jaelle , Kamil , Hamza, Yayo-Hamadou et la toute dernière qui porte son prénom : AICHA-LADANE Abdallah DEBERKALEH…

Depuis des années je prie chaque jour qui passe qu’ALLAH notre Seigneur

Tout puissant me donne la force et le courage de revoir ma chère Maman Bien Aimée « AICHA ELEY « ainsi que mon pays que j’aime TANT ….

Je constate douloureusement aujourd’hui , que les choses se passent différemment et que ma mère est dans une situation « ASSEZ CRITIQUE « et que les chances de la revoir en bonne santé s’amenuise d’heures en heures mais je garde confiance comme qui disait « TANT QU’IL Y A UN SOUFFLE DE VIE , IL Y A DE L’ESPOIR « , et prie « ALLAH Notre Seigneur « qu’il nous donne moi et ma famille la force de surmonter cette épreuve difficile et douloureuse .

Depuis cette appel téléphonique que je viens de recevoir tout cet arrêté autour de moi, c’est l’attente, une terrible attente, je suis effondré et souffre terriblement « SEUL et LOIN de MA FAMILLE, LOIN DE MON PAYS « tout seul dans mon appartement-studio à Dubaï , j’essaye de penser à mon travail , à ma famille , cet difficile car tout s’embrouille et je n’y arrive pas , de voir l’image de ma mère sur un lit d’hôpital comateux c’est insupportable, d’être impuissant , de ne pas pouvoir lui apporter aucune aide à cause de ce régime « CRIMINEL » qui a mis ma tête à prix en me condamnant pour atteinte à la sureté de l’État depuis une dizaine d’années .

J’ai l’impression de m’être arrêté de vivre depuis cet appel téléphonique, j’arrive pas à faire face, j’ai une terrible INJUSTICE qui remonte au plus profond de mon intérieur , j’en veux à ce régime et à ces complices qui m’ont condamné à rester loin de ma mère « CHERIE « et de mon pays …

*** Wallahi c’est trop dur, car ma chère mère compte beaucoup pour moi , elle a toujours travaillé dur pendant des dizaines d’années en tant que « FEMME DE MENAGE , VENDEUSE DE GALETTE , CHARCHARI entre Ali-Sabieh et Djibouti « elle a souffert durement pour élever seule ses 3 enfants ( Moi , RENE et MARIAM ) en ayant toujours la joie de vivre , pour moi elle est et restera toujours dans mon cœur comme une « GRANDE MAMAN DJIBOUTIENNE « … MAMAN « AICHA ELEY « je t’aime et t’aimerai toujours , tu es et tu seras toujours dans mon cœur.

J’ai 55 ans et pour la première fois de ma vie je pleure à chaude larmes à chaque instant comme un enfant car je souffre terriblement dans une solitude « INDECHIFFRABLE « et je n’ai pas honte de le dire car des épreuves dans la vie depuis des dizaines d’années j’en ai connu tant sur le plan professionnel, familiale, politique (condamné à mort et mis en prison à 30 mètres au sous-sol durant 1 année par l’ancien régime de Mengistu Hailé Mariam dans la sinistre prison militaire de Harrar en 1990/1991) mais celle-ci est la plus dure pour moi aujourd’hui .

Je lance un appel à tous mes frères et sœurs qui vivez à Djibouti-ville pour m’aider dans cette terrible épreuve, ne serais que d’aller prendre des nouvelles de ma chère maman à l’hôpital Peltier ou Bal-Balah ? , de m’informer SVP sur sa situation médical ? , qui est le docteur qui s’occupe d’elle ?

Si possible me donner son numéro de téléphone pour que je puisse l’appeler car sur ce plan je n’ai aucune information qui me vient de Djibouti.

Mes chers (es) compatriotes il faudrait que vous sachiez qu’au sein de ma propre famille il y a une cassure depuis des années ; les pros « IOG qui ont coupé toute relation avec moi pour ne pas subir les foudres du SDS et de l’administration de monsieur IOG pour garder leur emploi et les autres qui ont compris ma situation et qui subissent les tracasseries du SDS quotidiennement.

Et aujourd’hui ceux de ma famille qui ont accès à ma mère en préférer garder le silence sur la situation de ma chère maman bien-aimée et je ne comprends pas cette façon d’agir ….

Voilà le résultat « politico-sociale « que ce régime criminel à semer au sein de chaque famille djiboutienne .

*** UNE DIVISION ENTRE FRERES ET SŒURS DE MEME SANG … CE REGIME A SEMER LA HAINE ET L’INCONPREHENSION DANS CHAQUE FOYER DJIBOUTIEN ***

Il est vrai que le plus dur c’est cette attente et surtout de ne rien pouvoir faire de là où je suis et cela je m’en veux terriblement … Que Dieu m’assiste dans ces moments difficiles et tragiques pour moi et ma famille .

Toutes mes excuses frères et sœurs de Djibouti pour ces quelques mots « personnelles et privés « mais j’ai pensé qu’il était de mon devoir de vous informer pour que vous sachiez tout le mal que nous fait subir ce régime criminel et mafieux , comme vous le savez , je ne suis pas le seul dans ces douloureuses épreuves que nous vivons chaque jour qui passe , il y a des centaines de cas qui subissent ces injustices venant de ce régime crapuleux et moribond .

Aujourd’hui je comprends vraiment le sens de ces 2 phrases de LA FONTAINE et VERLAINE qui sont douloureuses et véridiques pour moi : "l’absence est le plus grand des maux" ….“Un seul être vous manque et tout est dépeuplé “ ….

Salam aleikum WA BILLAHI TOWFIQ !!!

Votre frère de Lutte :
Abdallah DEBERKALEH
Mes contacts : 00 971 50 7055 109 ou 00 88 216 699 69 111
E-mail : achats_sans_frontieres@yahoo.com

24/02/11 (B592-B) Dans une nouvelle lettre ouverte adressée aux Présidents des USA et de la France, au Premier ministre anglais et au secrétaire général de l’ONU, Abdallah Deberkalleh lance un appel motivé à la fin du régime de Guelleh.

Objet :APPEL A LA DESTITUTION DE MONSIEUR ISMAEL OMAR GUELLEH ET DEFIANCE DE LA CLASSE POLITIQUE DES RPpistes AINSI QUE SES ACOLYTES A DJIBOUTI !!!

Depuis la réouverture du multipartisme en 1992 , la situation politique n’a guerre changée à DJIBOUTI . Le pays est en berne et perd chaque jour d’avantage ses repères . La liberté du peuple djiboutien ne cesse d’être bafouée . La république de Djibouti fait face à une crise morale, une crise fondamentale .

Les élections présidentielles organisées depuis l’indépendance le 27 Juin 1977 ( 34 années ) n’ont jamais été libres et crédibles . Celles-ci ont toujours abouti à des contestations populaires et des contentieux non résolus .

En effet, le peuple djiboutien est pris en otage par :

– Une Cour Constitutionnelle qui ne joue pas son rôle de gardienne de la Constitution et de garant de la démocratie dans le jeu électora l. Cette Cour s’est transformée depuis belle lurette en protecteur des acquis d’une classe politique dotée de pratiques occultes, mafieuses et criminelles. Elle est une chose de l’État-RPpistes ;

– Un système État-RPpistes avec ses acolytes qui a compris que le meilleur moyen de tricher et de pratiquer la terreur pendant les élections , c’est d’habiller des mercenaires venus des états voisins ( Somalie – Ethiopie ) en uniforme de nos armées ( police , gendrarmerie ou militaire ) . Le RPpiste et ses acolytes a pour volonté essentielle la conservation du pouvoir par tous les moyens , l’enracinement d’une dynastie et d’un pouvoir absolu et mafieux ;

– Une Commission Électorale Nationale Autonome et Permanente spécialisée dans le biseautage des résultats électoraux ;

– Une pseudo « UNION GOUVERNEMENTAL « politique délinquante, immorale et «conviviale», prête à valider des parodies électorales dans des mabrazes ou salons feutrés de Djibouti et de Paris .

La Diaspora Djiboutienne Unie dénonce le piétinement de l’État de droit à Djibouti et demande aux instances politiques de l’ U.A.D. d’organiser une manifestation unie dans tout le pays pour destituer ISMAEL OMAR GUELLEH de sa qualité de président de la république ainsi que ses acolytes du gouvernement et de se rendre massivement à la présidence Djiboutienne pour lui lancer des chaussures , des œufs et des casseroles , ou du moins lui faire passer directement leur message afin de prendre à témoin les puissances étrangères qui résident « GRACIEUSEMENT « sur notre sol jusqu’à sa chute « INNELUCTABLE « … INCHA ALLAH !!!

La Diaspora Djiboutienne Unie demande également au peuple djiboutien de ne plus faire confiance aux hommes politiques et aux hauts fonctionnaires ( ISSAS – AFARS – ISSAKS – GADABOURCIS – ARABES ) de l’état Djiboutien qui soutiennent « INPUNEMENT et AVEUGLEMENT « le régime criminel et sanguinaire de monsieur ISMAEL OMAR GUELLEH . Car ce sont là les fossoyeurs de la République Djiboutienne et de son people « INNOCENT et PACIFISTE .

Nous espérons que cela va se réaliser prochainement avant qu’il ne soit trop tard …..

La paix est à ce prix pour le peuple de Djibouti et ceux de la région ( Ethiopie – Somalie – Erytrée – Kenya – Ouganda… ) .

Vive le peuple djiboutien, pour que demeure la République Djiboutienne Unie et Indivisible !

En espérant que mon « CRI D’APPEL « rencontrera rapidement votre compréhension, je vous prie de recevoir Excellences à l’assurance de ma très haute considération distinguée.

Un patriote qui aime et qui lutte pour la liberté de son pays depuis 35 années.

Dieu m’en est témoin – Amin,

Abdallah DEBERKALEH Ahmed

Fait à Paris, le 24 Février 2011

21/02/11 (B592) Abdallah Deberkalleh nous adresse la copie d’une lettre ouverte qu’il a envoyée aux présidents français et américains, aux membres de leurs gouvernements respectifs, au premier ministre britannique et au secrétaire général de l’ONU.

Abdallah DEBERKALEH Ahmed
Email : achats_sans_frontieres@yahoo.com
Téléphone privé : 00 88 216 699 69 111

PARIS le 20 Février 2011

A l’attention du President Barack Obama and Vice President Joe Biden – The White House – Washington, DC 20500.
S/C Secretary of State Honorable Hillary Rodman Clinton.
C/O : A Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur James Swan.
S/C: Chairman Ileana Ross – US House of Representatives Committee on Foreign Affairs.
S/C: Assistant Secretary Michael H. Posner – The Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor.
S/C : Monsieur l’Ambassadeur James Swan – Ambassade Américaine – République de Djibouti – Chef de Mission Monsieur Éric Wong.

A l’attention de Monsieur Nicolas SARKOZY, Président de la République Française – Palais de l’Élysée et Monsieur François FILLON, Premier Ministre – Matignon.
A l’attention de The Right Honorable David Cameron – Prime Minister of the United Kingdom – London, England.
A l’attention de Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon – Sutton Place, Manhattan New York.
A l’attention de Monsieur Meles ZENAWI, Premier Ministre de l’Éthiopie fédérale.
A l’attention de Monsieur Essayas Afewerki, Président de l’Érythrée.
A l’attention de Monsieur Sharif, président de la Somalie.
A l’attention de Son Excellence Obiang Nguema Mbasogo , Président de l’Union Africaine.
A l’attention de Son Excellence DR. JEAN PING, Président de la Commission Africaine.
A l’attention de Monsieur Mahboub Maalin, Secrétaire Exécutif de l’IGAD.
A l’attention de Monsieur Amr MOUSSA Secrétaire Général de la Ligue Arabe.

Objet : lettre ouverte à Messieurs les Présidents, Premier Ministres, Secrétaire Général des Nations Unies, gouvernants de ce Monde sur les réelles conditions politico-social en République de Djibouti.

« FACE À LA TYRANNIE ET AU SOUS DEVELOPPEMENT, UN PEUPLE N’A D’AUTRES RECOURS CONSTITUTIONNELS QUE L’AUTODETERMINATION ET L’OBLIGATION DE DISPOSER DE LUI-MÊME « .

Excellences,

La dégradation quotidienne des conditions de vie des Djiboutiens par l’insatisfaction des besoins primaires, à l’instar de l’absence d’eau potable dans la ville et dans les autres districts de Djibouti , d’électricité , la pollution radioactive des champs de tir militaires ( Champ de Tir Mariam , à côté de Wea et autres …. ) , l’état de déchéance du système de santé publique, la confiscation des libertés individuelles et l’instauration d’un système s’apparentant à un État monarchique caractérisé par l’injustice, fait face à l’autisme de la classe dirigeante et d’une certaine opposition “alimentaire” et opportuniste à Djibouti .

Les résultats des élections présidentielles organisées entre 1999 et 2005, validés par une Cour constitutionnelle partisane, factieuse, ne correspondent jamais aux procès-verbaux réels établis dans les bureaux de vote. Le peuple djiboutien écorché dans toute sa conscience est victime d’une escroquerie par le biais des irrégularités récurrentes, des cas de fraudes massives, l’utilisation d’urnes non codifiées, de contradictions de calculs de taux d’abstention et d’incohérences entre les résultats.

Il faut avoir en commun, le devoir d’agir en disant NON aux fossoyeurs de la République de Djibouti, par une mobilisation efficace, en leur réservant un mouvement citoyen sans précédent qui a pour finalité la prise en main de notre devenir. Un seul recours s’impose au peuple djiboutien : la prise de conscience effective de la pestilence politique qui défigure le paysage politique actuel de notre pays. Seule cette prise de conscience pourra nous rapprocher des droits fondamentaux : liberté d’opinion, de presse, de réunion…, justice humaine.

En mon nom personnel et au nom de mes frères et sœurs de la Diaspora Djiboutienne Unie, réaffirmons notre refus d’entériner le coup d’état constitutionnel pour un 3ème mandat par l’actuel président Ismaël Omar Guelle à Djibouti. Nous rappelons que la démocratie n’est pas le pouvoir par les armes sur le peuple ; mais le pouvoir du peuple par le peuple !

Depuis son accession à la magistrature suprême de façon déshonorante et antidémocratique, ISMAEL OMAR GUELLEH piétine la république de Djibouti et le peuple djiboutien en raison de son incompétence et de celle de ses complices à gouverner un pays très riche en ressources humaines et naturelles.

Sous la coupe de cet homme et de sa cour, la République de Djibouti a été transformé en prison à ciel ouvert. Les programmes du Rassemblement Populaire pour le Progrès plus connu sous le sigle : R.P.P. (RIEN POUR LE PEUPLE) et des partis politiques du pseudo UNION GOUVERNEMENTAL sont usés jusqu’à la corde.

L’homme politique ne va pas dans le sens de la défense des valeurs, du changement, de la construction du modèle social et de la redistribution des richesses à Djibouti. Les responsables politiques et administratifs qui ont été dans l’exécutif du parti au pouvoir (Le RPP) se révèlent être hautement nocifs pour l’avenir politique, économique et social de Djibouti ; ils ne sont pas animés d’idées, de convictions réelles, et avec eux le peuple djiboutien se trouve dans l’impossibilité de se construire un avenir. Il s’agit là de bandits de la République dépourvus d’éthique politique. Après avoir meurtri la population djiboutienne depuis 34 années par des pratiques occultes, mystiques et nauséabondes, puis pillé les différents budgets alloués au développement du pays entre 1977 et 2011 , le président ISMAEL OMAR GUELLEH et ses Ministres mafieux bénéficient des moyens logistiques et des ressources financières nécessaires pour organiser des parodies électorales et embrigader le peuple, entretenant de facto la condition dans laquelle une majorité se trouve plongée : la plus sombre misère.

Face au manque d’actes républicains pour promouvoir la démocratie à Djibouti , à l’insécurité grandissante que subissent les citoyens djiboutiens , au manque d’investissements structurels indispensables pour sortir de la crise financière et économique, à l’incompétence du Président ISMAEL OMAR GUELLEH et de ses partis satellitaires de la pseudo UNION GOUVERNEMENTAL ; la Diaspora Djiboutienne Unie refuse cette tradition du début «c’est du passé, laissez-nous avancer ! » Elle considère en effet que l’acceptation du coup d’État électoral et constitutionnelle est la première étape vers le reniement des principes fondateurs des droits de l’homme et du citoyen ; à savoir la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

La Diaspora Djiboutienne Unie demande donc :

Au peuple Djiboutien de s’organiser en Résistance, pour une Révolution citoyenne ;

À l’ONU de prendre ses responsabilités pour procéder à une refonte totale de la liste électorale en République de Djibouti, de plafonner le nombre de candidatures déclarées aux élections futures tant présidentielle que parlementaire, d’endiguer le virage anti-démocratique qui sévit dans le pays depuis l’avènement du multipartisme en 1999, et d’arrêter l’organisation d’élections caractérisées par le credo «circulez ! Ne rien dire et ne rien voir ».

Aussi, nous condamnons les réformes en trompe l’œil de la galaxie « RPPistes » orientées vers la mafia financière, la conquête des miettes, la suppression arbitraire, abusive et illégale des bourses d’étudiants (es) djiboutiens (es) à l’étranger et par conséquent l’humiliation du peuple Djiboutien.

Les nouvelles générations ne resteront plus spectatrices. Elles prônent désormais la révolution des mentalités pour la liberté, l’égalité, la justice sociale afin de renouer avec la dignité humaine de notre peuple bafouée dans son honneur par ces délinquants que l’heure est désormais à la reconquête de la légitimité du peuple «éblouissant et fier » afin qu’un avenir positif se dessine enfin pour la république de Djibouti.

Le président ISMAEL OMAR GUELLEH et ses satellites sont moribonds.

Le système I.O.G ( le sigle du président Djiboutien ) agonise et l’ultime défiance des réseaux mafieux de la Françafrique , New-Yorkaise , Mafia Italienne , Chinoise , Arabo-Africaine pour sauver ce qui reste d’un nain au pied d’argile est en putréfaction ne fait que retarder l’inéluctable libération de la République de Djibouti. C’est une perte d’énergie et d’argent de mettre sous perfusion un système à bout de souffle dont l’écroulement final est déjà programmé Incha Allah .

Enfin, pour entrer armé des meilleurs atouts dans le Millénaire et dans l’Histoire, pour arrêter la politique du mensonge, des effets d’annonce, du manque de vision pour la société djiboutienne, le peuple djiboutien doit :

*** Se battre pour défendre les idéaux de la démocratie confisqués par la dynastie « feu « HASSAN GOULED APTIDON et son neveu président-mafieux ISMAEL OMAR GUELLEH et ses sbires ;

*** Refuser par tous les moyens nécessaires de prendre part aux prochaines élections présidentiel programmé le 8 Avril 2011 si les conditions de transparence ne sont pas réunies ;

*** Encourager les candidatures indépendantes de tout parti politique oscillant dans le giron du R.P.P. et de ses annexes travesties en opposition ou UNION GOUVERNEMENTAL.

*** Ne pas prendre part aux célébrations de ce non évènement qu’est l’anniversaire de l’investiture du putschiste Criminel-Mafieux ISMAEL OMAR GUELLEH.

*** Actuellement, le pays a besoin des hommes et des femmes qui ont soif du respect de la Constitution, du respect du sens même de la démocratie. L’accès au parlement d’une nouvelle classe politique apportera plus de dimension dans le débat et plus de sérénité dans le pays.

*** Nous Diaspora Djiboutienne Unie ( Europe – USA – Canada – Arabo-Afrique ) , sommes déterminés à nous engager en faveur de la justice. Aussi condamnons-nous les arrestations arbitraires et demandons la libération sans condition de tous les opposants, manifestants du 19 Février 2011 et des défenseurs de Droits de l’Homme Monsieur Jean-Paul NOEL et ses adjoints emprisonnés dans la célèbre prison-goulag « GABODE « ainsi que tous les autres détenus dans les geôles secrets de la gendarmerie , de la police secrète « le sinistre SDS « à Djibouti-Ville et dans les autres districts ( Ali-sabieh – Dikhil – Tadjourah – Obock ) .

*** Nous condamnons également les agissements de la dynastie GUELLEH BATAL et la famille de madame la présidente Kadra HAID « cousins, frères et sœurs « qui concentre entre ses mains depuis plus d’un demi-siècle (34 années) tous les pouvoirs et qui ne gouverne pas dans le sens de l’intérêt supérieur de la Nation djiboutienne.

*** Chers compatriotes, combattants de la libération de la République de Djibouti, nous sommes et serons toujours à vos côtés pour la reconquête de nos valeurs morales et républicaines. N’oublions pas que le contexte national et international du faits de la géostratégie mondiale contemporaine, recommandent impérieusement aux Djiboutiens de s’unir pour une véritable souveraineté nationale.

*** Ce que vous avez fait le 19 Février 2011 restera dans les annales de l’histoire Djiboutienne et ouvre la voie à un avenir meilleur pour notre peuple épris de Justice et de Liberté.

*** Nous demandons à la communauté internationale d’aider les Djiboutiens et Djiboutiennes à faire face à cette situation tragique qui ne fait qu’attiser la haine entre les citoyens au lieu d’en faire des acteurs de progrès. Le people de Djibouti mérite des Institutions pouvant conduire le Pays vers une vraie démocratie dans laquelle les droits fondamentaux de chaque citoyen sont respectés.

Nous espérons que cela va se réaliser prochainement avant qu’il ne soit trop tard …..

La paix est à ce prix pour le peuple de Djibouti et ceux de la région ( Ethiopie – Somalie – Erytrée – Kenya – Ouganda… ) .

Vive le peuple djiboutien, pour que demeure la République Djiboutienne Unie et Indivisible !

En espérant que mon « CRI D’APPEL « rencontrera rapidement votre compréhension, je vous prie de recevoir Excellences à l’assurance de ma très haute considération distinguée.

UN PATRIOTE QUI AIME ET QUI LUTTE POUR LA LIBERTE DE SON PAYS 35 ANNEES – DIEU M’EST TEMOIN : AMIIN .

Abdallah DEBERKALEH Ahmed

08/10/10 (B572) (Modifié 22h00) Abdallah Deberkalleh nous prie de mettre en diffusion, sous son entière responsabilité, les deux extraits son (et non vidéo) des deux enregistrements qu’il a téléchargés sur YouTube. NOUVEAU : Un aimable correspondant nous propose une traduction de l’entretien en Arabe entre Kadamy et un journaliste somalien.

____________________ 1 – Extrait de l’entretien entre
Mohamed Kamady et un journaliste somalien (Langue arabe)


Interprétation en Français réalisée par un aimable correspondant que nous remercions vivement. (Attention : cette traduction est le résultat d’un travail personnel et bénévole. Elle ne saurait engager ni son auteur, ni l’ARDHD. Seule une traduction officielle effectuée par un traducteur assermenté pourrait faire foi en cas de contestation.)

L’interview (ou la discussion ?) se déroule entre un journaliste somalien résidant à Dubai et Mohamed Kadamy. Tous deux parlent l’Arabe.

Le journaliste évoque, en premier lieu, les relations entre Kadamy et Deberkalleh lui demande pourquoi elles sont si mauvaises …

Kadamy confirme qu’il considère toujours Deberkalleh comme son frère et qu’il sera toujours le bienvenu chez lui. En revanche il affirme que ce n’est pas quelqu’un de sérieux, car il a accepté de faire partie du GED dont les dirigeants à l’instar d’Ali Iftin et des autres membres ne sont pas crédibles.

Le
journaliste :
pour quelles raisons, vous ne faites pas l’union de l’opposition ?

Kadamy : nous sommes en train de la réaliser, mais Abdallah (Deberkalleh) et son groupe « le GED » ne sont pas sérieux et nous ne pouvons pas nous unir avec eux.

Journaliste: avez-vous des contacts avec Boreh ?

Kadamy : oui, nous nous sommes rencontrés à trois reprises. Mais Boreh, au fond, n’est qu’un simple commerçant d’origine Arabe. Nous l’avons convaincu de ne pas revenir à Djibouti, car il voulait sans doute le faire.

De toutes les manières, c’est un homme qui a piqué l’argent d’Ismail Omar, mais c’est avant tout un commerçant et non pas un politicien.

Avec son argent, mais surtout avec nos idées nous pouvons renverser le régime, (« rires ») quand Kadamy se moque de Boreh.

Journaliste : pourquoi parlez-vous d’Arabes, d’Issas, de Somali, d’Afar et non pas des Djiboutiens, car même avec tout l’argent du monde, vous n’arriverez pas à réaliser votre objectif sans l’union des différentes composantes.

Kadamy : aujourd’hui IOG a de gros problemes avec ses anciens amis Sheik Sharif, Rayaleh qui sont en chute libre en Somalie. Il a des problèmes avec l’Ethiopie et avec l’Erythrée; il a aussi des problèmes dans le nord du pays et à l’intérieur. Tous, nous sommes contre IOG (faisant allusion à l’aide financiere de Boreh)

___________________ 2 – Extrait de l’entretien (En Somali et en Français, entre Abdourahman Boreh et Abdallah Deberkalleh)

07/10/10 (B572) Deux vidéos mises en ligne par Abdallah Deberkalleh et reprise sur notre site à sa demande. Elles correspondent à deux enregistrements de conversation téléphonique.

__________________________ Note de l’ARDHD

Abdallah Deberkalleh nous a informé du fait qu’il avait transféré sur le site de Youtube, deux vidéos. En fait, ce sont des enregistrements sonores de conversations téléphoniques, auxquels ont été ajoutées des photos.

Le premier enregistrement en langue Arabe est celui d’une conversation téléphonique entre Mohamed Kadamy et un journaliste somalien. Selon les informations qui nous ont été données par Abdallah Deberkalleh, Mohamed Kadamy s’exprime sur le contexte politique en général et il donne son avis sur plusieurs personnalités de la société djiboutienne, comme Abdallah Deberkalleh, Ali Iftine ou Abdourahman Boreh.

Le second enregistrement en langue Somali, avec quelques passages en Français, est celui d’une conversation téléphonique entre Abdallah Deberkalleh et Charles Abdourahman Boreh.

Nous demandons aux lecteurs, qui en auraient la possibilité, d’effectuer une traduction en Français de ces deux interviews, afin que nous puissions les publier sous un format écrit, ce qui faciliterait la compréhension par un nombre plus important de lectrices et de lecteurs.

Par ailleurs, Abdallah Deberkalleh a promis de nous adresser les fichiers « son » que nous mettrons en ligne dans les prochains jours, sur le site de l’ARDHD, à sa demande et sous sa responsabilité, afin de faciliter la consultation par des lecteurs qui n’ont pas de connexion à haut débit.

_________________________ Enregistrement N° 1

Conversation entre Mohamed Kadamy et un journaliste somalien

Lien avec l’enregistrement sur Youtube :
http://www.youtube.com/watch?v=cCHqM_A4Ftc


______________________________ Enregistrement N° 2

Conversation téléphonique entre Charles – Abdourahman Boreh et Abdallah Deberkalleh (Diffusée sur Youtube)

Lien avec l’original sur Youtube :

http://www.youtube.com/watch?v=4ykEAulT3lE