02/05/06 (B348-A) Démenti de Mme Canélia Djama, à propos du communiqué de M. Abdi Aden Chil paru dans l’Express d’Ottawa et sur notre site.

Association des parents de la communauté
Djibouto-Somalienne d’expression française

380, Terminal Avenue Suite 112B Ottawa Ontario K1G 0Z3 Tél : (613) 321-2431

Ottawa, le 1er mai 2006

Objet : Démenti concernant l’article daté du 01/05/06 (B348A) de l’Express d’Ottawa/DJIBSOM

À qui de droit :

Au nom du nouveau Conseil d’Administration élu démocratiquement par toute la communauté djiboutienne le 04 Mars 2006 au Centre communautaire du 1480 Chemin Héron, dément l’information transmise par M. Abdi Aden Chil, ancien président de l’Association des Parents de la Communauté Djibouto-Somalienne d’expression française.

Pour toute autre information, veuillez contacter la Directrice générale Mme Camélia Djama au (613) 321-2431.

01/05/06 (B348-A) L’Express d’Ottawa / DJIBSOM : la communauté djibouto-somalienne d’Ottawa en marche. (Info lecteur)

La communauté djibouto-somalienne en marche

Le président de DJIBSOM, Abdi Aden Chil.

Photo : Louis-Marie Achille

Par Louis-Marie Achille Journal l’express d’ Ottawa

 

La communauté Djibouto-Somalienne en marche

 

L’Association des parents de la communauté Djibouto-Somalienne d’expression française (DJIBSOM) à Ottawa vient de renouveler sa confiance au conseil d’administration sortant.

 

La principale organisation de cette communauté a reconduit pour une année le président Abdi Aden Chil, le secrétaire général, Abdourahman Abdillahi et la trésorière,Halimo Mohamed. Pour les douze prochains mois, le président réélu et son équipe ont élaboré un plan d’action ambitieux.

Trois axes majeurs

En entrevue avec L’Express, Abdi Aden Chil affirme que sa première action concerne l’amélioration du rendement de l’élève. «Dans notre projet de clubs de devoirs dans des écoles et des centres communautaires, nous avons ciblé la lecture qui est à la base de l’enseignement. Nous allons travailler avec les écoles pour que nos élèves atteignent un niveau acceptable», soutient celui-ci qui fait état de projets en cours avec le Conseil des écoles publiques de l’Ontario (CÉPEO) et avec les écoles.

 

Le deuxième point s’articule autour du combat de l’oisiveté. Abdi Aden Chil, qui est aussi conseiller scolaire public, indique que l’association travaille avec des jeunes dans le secondaire dans la prévention du crime et de la délinquance juvénile.

Le dernier palier consiste à trouver le meilleur moyen d’aider les parents à encadrer les enfants dans les clubs de devoirs. Il est également question d’inciter les parents à s’impliquer beaucoup plus dans les écoles.

Fier du bilan

Le dirigeant de DJIBSOM insiste sur le fait que les responsables de famille ont le devoir de s’adapter au contexte canadien. «Cela veut dire qu’au niveau scolaire, les parents doivent être beaucoup plus présents. Or, chez nous, c’était à l’enseignant qu’il incombait de tout faire, alors que maintenant, le parent est très sollicité», observe-t-il.

 

L’association, fondée il y a quatre ans, estime avoir joué un rôle important jusqu’ici dans l’adaptation à cette nouvelle réalité puisqu’elle se félicite d’avoir grandement contribué à la participation des parents dans les écoles. Aujourd’hui, quatre conseils d’écoles de la région d’Ottawa sont dirigés par des parents ethnoculturels.

De plus, l’équipe dirigeante de l’organisation se vante de la mise en place d’une coopérative multiservice, de l’initiation d’une autre coopérative d’habitation et de la réalisation d’activités culturelles et sportives dans les écoles élémentaires et secondaires.

Toutefois, le travail est loin d’être achevé, à en croire Abdi Aden Chil. «Nous avons d’autres défis. On parle du concept identitaire de la communauté. Quelle est sa participation dans la vie sociale et économique à Ottawa?», a-t-il lancé en faisant part de projets en cours avec différents partenaires pour l’intégration des djibouto-somaliens.

 

Bureau de la gestion

320-2660 Southvale Cres.Ottawa., Ontario

K1B 4W5

Téléphone: (613) 736-1755

Télécopieur :(613) 736-6675

www.djibsom.ca  

08/11/03 (B220) Réponse et précisions de l’équipe de Djibsom au lecteur qui a posé des questions sur le mode de fonctionnement de l’organisation et sur la préparation des candidats..

______________ Note
de l’ARDHD
Conformément à nos règles de fonctionnement, nous acceptons
tous les rectificatifs et/ou Droits de réponse, mais nous limitons
les échanges à trois articles. C’est le deuxième rectificatif
que nous adresse Djibsom et nous le publions, car il contient des informations
sur son fonctionnement.

Mais ce sera le dernier
et nous mettons un terme à la polémique engagée sur ce
sujet précis. Chacun (l’auteur de la contribution) ou Djibsom conserve
bien entendu la liberté de s’exprimer sur d’autres sujets.

________________________________

Cher ami Djiboutien,

Dernièrement, nous
recevons beaucoup d’articles et de remarques de la part de certains compatriotes
et nous sommes fiers de l’impact de nos activités publiques au sein
de notre communauté et vos commentaires constructives nous aident à
nous améliorer.

Néanmoins, nous
aimerions attirer votre attention sur le fait que dans le site www.djibsom.
se trouvent nos coordonnées. Le numéro de téléphone
de notre bureau qui est le (613) 244-4972 et nous sommes disponibles à
donner toutes les informations concernant nos activités.

Pour répondre à
vos préoccupations, voici quelques réponses :

· Pour ces élections,
il y a neuf candidats et candidates et non quatre;

· Financement de
cette campagne : nous remercions les membres de notre communauté qui
ont contribué dans la mesure de leurs moyens et nous vous encourageons,
vous Djiboutien d’Ottawa à y participer ;

· Aucun palier
de gouvernement ne finance notre campagne;

· Pour ce qui est
du choix des candidats et candidates, notre politique à été
claire et nous avions sollicité tous les membres de la communauté
à se présenter comme candidats et nous n’avons pas fait de distinction
entre arabes, afars, somaliens ou autres. Vous remarquerez aussi qu’aucun
membre du CA de DJIBSOM ne figure parmi ces candidats et candidates.

· Contrairement
à ce que vous déclarez dans votre article, il n’y a pas plusieurs
candidats dans une même circonscription. Lorsque vous voyez le nom de
deux candidats(e)s dans une même circonscription, c’est parce qu’il
y a une personne qui ce présente au conseil municipal et une autre
au conseil scolaire.

Pour clore ce dossier,
toute personne intéressée est invité à se joindre
à
nous pour continuer à faciliter notre intégration et ceux de
nos enfants.
C’est une association pour tous les parents francophones d’origine
djibouto-somalienne de la ville d’Ottawa.

Enfin, nous remercions
le site www.ardhd.org qui contribue à l’établissement
d’un vrai dialogue entre la Diaspora d’origine djibouto-somalienne.

BON
RAMADAN
L’Équipe DJIBSOM.

 

05/11/03 (B219) L’équipe de Djibsom réagit et répond au lecteur qui nous a écrit à ce sujet, pour lui confirmer que toutes les précisions sont prises par le Conseil de l’Assemblée.

Cher lecteur,

Cette lettre fait suite
à vos deux articles " les Djiboutiens et la propriété
intellectuelle ".

Clarifions avant tout
une chose : la biographie ainsi que la photo du candidat nous ont été
apportées par le candidat lui-même. Nous n’avons aucune raison
de vérifier si le candidat a écrit sa biographie lui-même
ou pas. Notre but est d’élargir les réseaux de publicité
en permettant à ce candidat de mettre son programme sur le site comme
tous les autres candidats d’origine djibouto-somaliennes.

Dans votre second article,
vous envoyez vos excuses à l’Association en disant que vous avez simplement
voulu attirer l’attention des lecteurs. Cependant, vous continuez à
insinuer qu’un individu a accaparé le site de l’Association; le site
de l’Association n’appartient pas à une personne en particulier mais
est et reste un outil de communication entre DJIBSOM et la COMMUNAUTÉ.
Toutes les informations qui sont diffusées sont approuvées par
le conseil d’administration de l’Association.

Vous dites aussi dans
votre premier article " l’intégration au Canada des membres de
l’Association DJIBSOM ou en tout cas ses dirigeants, tarde à venir
". Vous-même qui parlez d’intégration continuez à
parler de politique djiboutienne etc. Nous ne faisons pas de politique au
sein de notre association.

N’oubliez pas que nos
enfants sont des canadiens et pour nous il est important que ces derniers
soient bien intégrés dans ce pays. Nous sommes conscients que
la culture ainsi que la tradition de leur pays d’origine sont primordiales
dans leur développement mais la politique djiboutienne et qui a fait
quoi à Djibouti ne les fera aucunement avancer.

D’autres part nous vous
prions de ne pas nous impliquer dans les problèmes de Djibouti. Si
vous avez un problème quelconque avec un membre de DJIBSOM, veuillez
s’il vous plait le régler avec cette personne au lieu de salir la réputation
de toute l’équipe de DJIBSOM.

DJIBSOM est une association
dont l’objectif très précis est le suivant :
"Aider les enfants dans leur scolarité.
"Aider les parents de la communauté Djibouto-somalienne dans le
processus d’intégration dans la société canadienne.
"Améliorer la communication entre notre communauté et les
institutions scolaires d’Ottawa.

L’équipe
DJIBSOM