17/03/09 (B490) Collectif DjibVérité -> Depuis trente ans et en particulier durant les dix dernières années nos dirigeants n’ont tenu aucune des promesses solennelles qui avaient été prononcées le jour de notre Indépendance?

Au nom tous les citoyens opprimés de Djibouti, je tiens tout d’abord à adresser mes plus sincères félicitations au réalisateur du site de l’ARDHD.

Le 27/06/1977, le jour de l’indépendance de la République de Djibouti, une promesse a été prononcée : celle que les Droits fondamentaux seraient garanties à toutes les femmes et à tous les hommes du pays : droit inaliénable à la vie, à la liberté, à la justice et au bonheur .

Il est évident aujourd’hui que les dirigeants ont manqué à leurs promesses solennelles. Nombreux citoyens se retrouvent actuellement comme des exilés dans leur propre pays .

C’est la raison pour laquelle, nous dénonçons au grand public, les conditions inhumaines et honteuses dans lesquelles le régime à plongé, en quelques années, nos concitoyens.

Nous ne devons plus taire nos protestations au motif qu’il serait interdit de les formuler.

Au contraire, nous devons poursuivre et intensifier notre lutte en conservant notre dignité. Mais nous devons prendre l’engagement que nous continuerons notre marche en avant quoi qu’il puisse arriver, pour le retour à un Etat de Droit qui respecte ses citoyens, toutes les libertés fondamentales, qui soit le garant d’une Justice indépendante et qui permette à chacun de vivre, de travailler pour nourrir sa famille et assurer l’éducation de ses enfants et la santé de chaque membre.

Votre correspondant
Collectif Djibverite

16/03/09 (B490) Collectif DjibVérité -> C’est à nous de choisir la voie de notre nouvelle liberté. Soyons nombreux à manifester le 19 mars pour dénoncer la catastrophe dans laquelle le régime a plongé le pays, entraînant la misère de toute la population. (Lecteur)

Depuis Trente années, les régimes despotiques se succèdent dans notre pays « Djibouti », alors que la souffrance des Djiboutiennes et des Djiboutiens ne cessent d’augmenter d’année en année et même maintenant, de s’agraver chaque jour.

Le bilan est désastreux.

Ni liberté, ni bien-être social, ni développement économique. Un taux d’analphétisme estimé à 70%. Le chômage tourne autour de 80%. La pauvreté à atteint les 80% de la pouplation. La Santé et l’Education sont en pleine crise …

Ce que l’on avait jamais vu auparavant, c’est
que la famine a atteint la majorité de nos foyers. Nos enfants meurent désormais de malnutrition, de paludisme ou de diarrhées.

Et nous n’avons pas les moyens de les sauver, car le système médical est devenu trop cher par rapport à nos revenus et qu’il est tombé en pleine déliquescence, sur le plan de la qualité des soins.

Nos parents sont injustement confrontés au chômage, nos quartiers manquent quotidiennement d’’Eau et d’Électricité .

Qu’attendons- nous pour nous libérer de cette situation apocalyptique ?

Nous devrons refuser l’état de survie précaire auquel nous sommes condamnés par le despote et son équipe, desserrer les pressions et les oppressions

Unissons nos forces pour organiser un vaste soulèvement populaire le 19 Mars 2009, afin de dénoncer les dérives de ce régime dictatorial et de signifier son licenciement au dictateur.

Pour vivre enfin plus heureux, nous devrons nous libérer au préalable de l’asservissement. Le temps de l’immobilisme est révolu. C’est à nous de choisir la voie de notre nouvelle liberté et la fin de notre asservissement.

Les jeunes du Q7

04/03/09 (B488) Collectif DjibVérité : un membre du PSD nous adresse un message qu’il souhaite diffuser à l’ensemble de la communauté djiboutienne. Nous publions cet appel sous sa responsabilité et sur la base de l’E-Mail reçu ce jour.

Je suis membre du comité exécutif du PSD et membre fondateur du parti.

J’aimerais diffuser les informations suivantes :

Il est nécessaire d’avertir la population sur le fait que, depuis la création de l’UMP, les dirigeants du RPP ont manqué à toutes les promesses qui avaient été faites aux partis politiques qui adhéraient à la coalition UMP.

Depuis les élections pour organiser la décentralisation, les partis appartenant à la coalition UMP n’ont pas cessé de faire des propositions pour donner un élan à cette réforme.

Ils se sont heurtés en permanence aux obstacles politiques et surtout à la brutalité des dirigeants du parti RPP qui ne veulent même pas accepter un minimum de justice sociale pour conserver jalousement pour eux tous leurs privilèges et ce, au détriment des autres partis de la coalition UMP.

Actuellement nous sommes 4 membres du Comité executif du PSD à avoir demissioné. Il faut savoir que depuis ces élections pour la décentralisation, nous avons été licenciés de nos emplois dans l’administration, en particulier l’ex-tête de liste du parti pour la zone de Boulaos.

J’informe que,
pour sauver le pays, nous allons rejoindre et renforcer l’opposition.

Un
membre fondateur du PSD
Collectif DjibVérité