31/07/2011 (B615) La pauvreté à Djibouti. Quelques chiffres de plus, qui illustrent la pauvreté ! Un ménage sur cinq est raccordé au réseau électrique. (Données EDD et PAPFAM)

Le président de la LDDH signalait récemment qu’une famille sur cinq n’avait qu’un repas par jour.

Les données chiffrées fournies par le site de l’EDD (Electricité de Djibouti) sont consternantes : Moins d’un foyer sur cinq serait raccordé au réseau de distribution d’électricité (et cela ne tient pas compte du taux de service effectif : compte-tenu des longues périodes de délestage, qui se multiplient)

__________________________ Extrait site EDD

La puissance installée de l’EDD est de l’ordre de 100Mw. Cette puissance est distribuée à 95% au seul district de Djibouti et 5% aux autres districts de l’ intérieur.

Le réseau de transport et distribution représente :
4,8 km de réseaux de haute tension
244,8 km de réseaux moyenne tension
331,3 km de réseaux de distribution
63,3 km de réseaux d’éclairage public

L’EDD fournit de l’ énergie à environ 33485 abonnés qui se repartissent comme suit (données de début 2005) :

581 abonnés MT (ou Grands Consommateurs BT)
32 904 abonnés BT

___________________________________

La population est estimée à environ 900.000 habitants. Selon le rapport de 2004 du PAPFAM (Lien pour télécharger cet intéressant rapport), la famille djiboutienne est composée en moyenne de 5,7 personnes (6,1 en milieu urbain et 4,3 en milieu rural).

32 905 abonnés x 5,7 = 187 558 personnes ayant accès à l’électricité en République de Djibouti sur 900.000 environ, soit env 20 % de la population.

___________________________________

Que les autorités cessent de parler de développement en faveur des populations. Que l’on nous explique où sont passés toutes les aides, les dons, les subventions qui ont été débloquées depuis des années par la communauté internationale pour rénover les centrales (dont celle de Boulaos) et pour développer le réseau de distribution.

12/09/05 (B315) Décidément l’EDD et en particulier la centrale de Boulaos, ne produit pas beaucoup de courant (seuls 30 % des habitants de Djibouti, reçoivent de temps à autres quelques watts ..). Mais elle fait couler beaucoup d’encre et elle consomme des budgets pharaoniques. (En anglais – Info lecteur)

__________________________________Note de l’ARDHD
Nous ne sommes pas des experts, mais on a l’impression que la Centrale de Boulaos a déjà été payée plusieurs fois par le recours à des emprunts. Où donc est passé l’argent. Devinez ?

Et quand on lit que seulement 30 % des Djiboutiens ont accès à l’électricité, on peut se poser des questions.

Rappel des emprunts depuis 4 ans : Info publié le 24/12/04 sur notre site

 Energie : depuis 4 ans, EDD a bénéficié des investissements suivants :

· FADES (acquisition de 2 groupes) : 10 millions $US
· FADES & KOWEIT (acquisition de 4 groupes) : 25 millions $US
· BID (acquisition d’un groupe) : 6 millions $US

et 5 millions US$ de plus aujourd’hui. C’est la valse pour une production en forte dégradation.

Un nouvel emprunt de l’EDD au motif une nouvelle fois de rénover la Centrale de Boulaos.

Mais où passe l’argent ?

Sept. 9 2005

Press Release – OPEC Fund for International Development

The OPEC Fund for International Development today signed a US$ 5 million loan agreement with the Republic of Djibouti to co-finance rehabilitation of the Boulaos Power Station in the capital, Djibouti City . The aim of the project is to restore the plant’s electric power generating capacity and improve production efficiency so as to reduce costs and make electricity more widely available.

At present, only 30% of Djibouti’s population has access to electricity, an extremely low proportion considering that 80% of the population is urban. The current high tariffs are largely due to technical deficiencies, network losses and poorly functioning equipment, together with an over-reliance on imported diesel fuel for electricity generation. Concerns are high that this situation, if left unaddressed, will curb the country’s economic growth.

The Boualas Power Station is Djibouti’s largest, providing 89% of all electricity and serving many neighboring towns as well as the capital itself. Of the plant’s 13 diesel generators, only three are working to full capacity. The others are either out of order, functioning inefficiently or below capacity, or under testing.

The rehabilitation works will include the purchase of a new diesel generator with an installed capacity of 14 MW, together with a supply of spare parts to increase the flow of electricity from four old generators. The increased capacity will help reduce power outages and make electricity supplies more reliable, not just for domestic users but also for industry, in particular agro-industry and manufacturing. It is also envisaged that the project will enable more connections to be joined to the electricity grid in the coming years.

This is the 9th development operation to be undertaken by the OPEC Fund in Djibouti . Earlier loans include two for balance of payments support and several projects in the energy, transportation, health and education sectors.

Today’s agreement was signed in Vienna, by H .E. Mr. Ahmad Fahmi Al Hag, Advisor to the President of the Republic of Djibouti, and by H.E. Mr. Jamal Nasser Lootah, Chairman of the Governing Board of the OPEC Fund.