20/11/2011 (B631) Somalie : Coucou les revoilà ! Après les Kenyans, il semble confirmé que l’armée éthiopienne ait décidé de revenir (sur les lieux de ses crimes ?) en Somalie.

___________________________ Note de l’ARDHD

Après le Burundi et l’Ouganda, puis le Kenya (probablement appuyé par la France et la Grande-Bretagne), les éthiopiens reviennent en Somalie et certainement pas pour apporter des bonbons aux enfants. Tout cela sous la haute surveillance et les incursions des moyens aériens de destruction et d’observation téléguidés par les américains. En attendant les renforts djiboutiens dont les soldats se font un peu tirer l’oreille ….

La communauté internationale espère-t-elle ramener la paix et la démocratie en Somalie, en déléguant des forces d’occupation étrangères… ?

N’est-ce pas le moyen le plus sur pour convaincre les populations de soutenir et de rallier les mouvements extrêmistes, qui plaideront, à juste titre, pour la souveraineté et l’indépendance du territoire somalien ?

La communauté internationale avec l’U.A. et l’O.N.U ne sont pas à un erreur stratégique (une gross bêtise) près. Mais peut-être auraient-ils acquis la conviction que la Somalie renfermerait des réserves de pétrole ou de matières premières importantes ? Ce qui expliquerait alors ce nouvel engagement militaire …. comme ils l’ont fait dans d’autres pays .. !
______________________________________ Euronews

Des troupes éthiopiennes auraient pénétré en Somalie

Un mois après une incursion de l’armée kenyane, ce sont des troupes éthiopiennes qui sont entrées en Somalie hier.

Plusieurs habitants somaliens affirment avoir vu des véhicules éthiopiens notamment à la frontière dans le centre et dans le sud. D’autres ont également été aperçus à l’intérieur de la Somalie dans la région de Hiran. Cette zone est disputée entre les rebelles islamistes shebab et les forces qui soutiennent le gouvernement somalien.

Le Kenya et la Somalie ont déclenché mi-octobre une opération conjointe contre les combattants islamistes présents dans le sud de la Somalie.

Addis Abeba a vigoureusement démenti toute entrée de ses forces chez son voisin somalien. L’Ethiopie avait envoyé des hommes en Somalie entre 2006 et 2009, avec le soutien tacite des Etats-Unis, pour expulser un autre groupe islamiste qui avait pris le contrôle de Mogadiscio et d’une partie du pays.

28/08/09 (B513) Le Journal de la Flibuste (1 article en Français)

__________________________ 1 – Euronews

Un hélicoptère américain cible de tirs de pirates en Somalie

C’est en visionnant ces images après une mission de surveillance de routine que l‘équipage d’un hélicoptère américain a réalisé qu’il avait été la cible de tirs.

Sur le pont de ce bateau taïwanais, des pirates somaliens qui y ont établi leur base depuis avril. A l’approche de l’hélicoptère de la marine américaine, l’un des pirates décharge sa mitraillette en direction de l’appareil.

Aucun tir n’atteint l’hélicoptère dont l‘équipage ne réalise pas sur le moment ce qui se passe… et ne riposte donc pas.

Selon les Américains, le Win Far, capturé ainsi que ses trente membres d‘équipage le 6 avril, sert aux pirates somaliens pour lancer des attaques au large de la Somalie.

27/04/07 (B392-B) EURONEWS L’armée éthiopienne intensifie son offensive contre les insurgés somaliens

Alliés
au gouvernement somalien, les éthiopiens se sont emparés hier
de plusieurs bastions rebelles au nord de Mogadiscio, notamment dans le secteur
de Balad

Un « succès militaire majeur » selon le vice-ministre somalien
de la défense qui espère parvenir à la fin des combats
dans les prochains jours. Des combats particulièrement violents depuis
début avril. Près de 400 personnes, en majorité des civils
y ont perdu la vie et jusqu’à 400 000 personnes ont fui la capitale
selon les ONG et les Nations Unies. Le Programme Alimentaire Mondial a pu
distribuer de l’aide humanitaire à l’ouest de Mogadiscio.

La Ligue Arabe appelle de son côté « toutes les parties à
un cessez-le-feu immédiat ». L’armée éthiopienne
est intervenue en Somalie fin 2006 pour déloger les tribunaux islamiques,
qui avaient appelé à la guerre sainte contre le régime
d’Addis Abeba.

Ces derniers rejetaient l’autorité du gouvernement de transition, mis
en place en 2004 pour stabiliser ce pays en guerre civile depuis 1991.

29/03/07 (B388-B) EuroNews Yémen : l’horreur de l’immigration clandestine. (Info lectrice)

Un cadavre, rejeté
par la mer sur une plage yéménite : c’est celui d’un homme mort
pendant la traversée entre la Somalie et le Yémen

Comme lui, cent personnes au moins qui voulaient fuir la Somalie ont été
jetées à la mer et sont mortes noyées ou portées
disparues. Nour a survécu, il témoigne : « Ce sont des gens
très violents. Beaucoup d’entre nous ont été battus.

Mais par chance nous avons pu arriver près de la plage, et tout le
monde a survécu sur mon bateau ». Les conditions dans lesquelles
hommes, femmes et enfants effectuent cette traversée de deux jours
sont atroces. Bateaux surchargés, viols, personnes jetées dans
une mer infestée de requins, les passeurs ne reculent devant rien pour
étouffer toute révolte.

Et comme l’explique un docteur yéménite, les clandestins arrivent
souvent malades, avec des blessures et des fractures. Cette jeune femme raconte
:

« Quand nous sommes arrivés près du littoral nous avons
été forcés de sauter à l’eau, nous avons été
extrêmement choqués de découvrir des cadavres sur la plage ».
Fuyant la guerre ou la pauvreté, ces Somaliens et ces Ethiopiens se
retrouvent pour les plus chanceux dans des camps de réfugiés
sur la côte du Yémen.

Mais pour beaucoup, la traversée tourne au tragique… L’année
dernière 330 immigrants sont morts noyés, 300 autres sont portés
disparus.

03/01/07 (B376) EURONEWS : Somalie : un lent processus vers la stabilité. La diplomatie internationale se déploie …

Le
président somalien Abdullahi Yusuf a reçu le soutien de son
homologue kényan : le Kénya a promis de fermer sa frontière
Nord-Est afin d’empêcher la fuite d’islamistes

Alors
qu’au large des côtes, des bâtiments de la Vè Flotte américaine
patrouillent dans ce même but de prévenir l’exil des rebelles.
Ainsi, une protection internationale se met progressivement en place. Ce mercredi,
la présidence allemande de l’Union européenne organise une réunion
à Bruxelles pour préciser la contribution européenne
au processus devant conduire à la paix.

Un processus
"très fragile", estime une experte britannique, pour qui
"Le risque est grand que les seigneurs de la guerre reprennent le contrôle
de Mogadiscio." Autrement dit et paradoxalement, que la capitale connaisse
de nouveau le trouble après avoir été en quelque sorte
pacifié de force par les islamistes…

Mission
de maintien de la paix sous l’égide de l’Union africaine ou bien sous
celle des Nations unies ?

La diplomatie
internationale se déploie pour tenter de stabiliser la Somalie.

<