13/09/2017 (Brève 1065) France Inter – Quand la BD s’attaque à une affaire d’état (Aff. Borrel)

Lien avec l’article : https://www.franceinter.fr/emissions/bulles-de-bd/bulles-de-bd-13-septembre-2017

Retour sur sur l’assassinat du Juge Borrel, à travers un roman graphique très étayé : « Une Affaire d’Etat » de David Servenay et Thierry Martin.

++ Djibouti. Corne de l’Afrique. Matin du 19 octobre 1995.

Elisabeth Borrel a passé la nuit à attendre son mari Bernard, conseiller auprès du ministre de la Justice djiboutien. Mais ce matin là, c’est le consul de France qui se présente au domicile des Borrel.

++ La sentence tombe, Bernard Borrel est mort

Le corps a été découvert par deux gendarmes français quelques heures plus tôt au bas du parking Goubet, lieu dit qui surplombe l’anse du Diable sur la Mer Rouge.

Dans la voiture restée sur le parking, un jerrycan d’essence, et les clés sur le tableau de bord. Dans la sacoche restée à la maison, une enveloppe contenant 50.000 francs en devises djiboutienne et une lettre où Bernard Borrel évoque une dette contractée par l’achat de médailles militaires qu’il affectionne.

Ce que l’on appellera bientôt l’affaire Borrel commence comme ça.

++
Une BD soignée et étayée


Une Affaire d’Etat n’est pas qu’une simple bande dessinée. Il y a certes un dessin soigné où chacun des protagonistes est reconnaissable. Mais sans faire offense au talent de Thierry Martin : on lit d’abord Une affaires d’Etat et ensuite on regarde.

A l’image de ce qu’avaient fait Benoît Collombat et Etienne Davodeau avec Cher Pays de notre enfance, sur l’assassinat du Juge Michel et la mort suspecte du ministre Robert Boulin.

Le dessin sert de reposoir à un texte nourri et précis. Car c’est plusieurs années d’enquête, où à chaque fois, il est question de secret d’Etat, de cabinet noir.
__________________

Références : Une Affaire d’Etat est paru aux éditions Soleil.

29/11/2016 (Brève 874)Le 19 octobre 1995, le corps sans vie du magistrat français est retrouvé à Djibouti,sur la côte est du continent africain. Dans la nuit, le juge a été assassiné. (France-Inter / Affaires sensibles (Par Fabrice Drouelle)

Lien pour réécouter l’émission sur le site de France Inter (Durée ~ 56 minutes)
https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles

Ecouter sur notre site :


Le 19 octobre 1995, le corps sans vie du magistrat français est retrouvé à Djibouti,sur la côte est du continent africain. Dans la nuit, le juge a été assassiné.


Cette affirmation, on peut aujourd’hui la formuler car elle a été reconnue à la fois par la science et par la justice.

Il a pourtant fallu des années pour que cette vérité soit dévoilée. Car très vite, trop vite, la thèse du suicide s’est imposée pour expliquer cette tragique découverte.

Cette affirmation, on peut aujourd’hui la formuler car elle a été reconnue à la fois par la science et par la justice.

Il a pourtant fallu des années pour que cette vérité soit dévoilée. Car très vite, trop vite, la thèse du suicide s’est imposée pour expliquer cette tragique découverte.

Bernard Borrel est le troisième magistrat assassiné sous la Ve République, après les juges Renaud et Michel. Pour inscrire le nom de cet homme à cette liste dramatique, une femme, Elisabeth Borrel, veuve de Bernard, se bat depuis vingt ans pour savoir, et faire savoir, ce qui s’est passé en cette nuit du 18 au 19 octobre 1995. Comprendre pourquoi, comment et par qui, son mari a été assassiné.

Dans cette affaire, Elisabeth Borrel, ses avocats et certains journalistes se sont confrontés à deux Etats, la France et Djibouti, dont les relations issues d’un passé colonial, ont gêné l’enquête. Ils se sont ainsi confrontés au secret d’Etat, cette disposition qui permet de jeter le voile sur une affaire dont le mystère, après plus de vingt ans, n’est toujours pas résolu.

En seconde partie d’émission, Fabrice Drouelle reçoit Elisabeth Borrel, l’épouse du juge et David Servenay, journaliste indépendant et fondateur de La Revue dessinée… Il a travaillé sur l’affaire Borrel.

06/04/2016 (Brève 722) France Inter / Viols commis par des militaires à Djibouti : elles dénoncent l’mpunité et demandent à la France de faire pression sur le gouvernement djiboutien.

Lien avec l’article original : http://www.franceinter.fr/emission-grand-angle-viols-commis-par-des-militaires-a-djibouti-elles-denoncent-par-une-greve-de-la-

Un reportage de Yann Gallic


Elles entament leur treizième jour de grève de la faim. Une dizaine de femmes originaires de Djibouti sont rassemblées dans un local associatif à Arcueil en région parisienne. Depuis le 25 mars, ces réfugiées politiques ont arrêté de se nourrir pour dénoncer les viols dans leur pays.

Selon elles, des centaines de femmes ont été violées par des militaires ces 25 dernières années, notamment dans les régions où opère un mouvement de rébellion armée, opposé au gouvernement. Ces grévistes de la faim espèrent aujourd’hui l’aide de la France pour faire pression sur les autorités djiboutiennes.

Le gouvernement de Djibouti rejette ces accusations estimant qu’il n’y a « aucune preuve » sérieuse. Il dénonce « une manoeuvre politique » à quelques jours de l’élection présidentielle qui doit se tenir le 8 avril prochain.

09/12/2013 (Brève 328) France Inter : Alhoumékani raconte « son évasion’ rocambolesque du Yémen et fait état de preuves écrites et orales des tentatives de subornation de témoin dont il a été victime de la part du Chef d’Etat-Major des Armées (Gal Fathi) et de l’Ambassadeur de Djibouti en poste à Sanaa. Il lance un défi à IOG et à l’Ambassadeur Mohamed Douhhour, ex « réfugié somalien » (A lire, écouter et/ou télécharger ci-dessous)

Lien avec le site : Affaire Borrel : le témoin clé raconte comment Djibouti a tenté de le

Affaire Borrel : le témoin clé raconte comment Djibouti a tenté de le faire taire Rebondissement dans l’affaire Borrel.

Ce magistrat français, Bernard Borrel, assassiné en octobre 1995, à Djibouti. Un homme accuse le président djiboutien, Ismaël Omar Guelleh, dans cette affaire. Cet homme, réfugié politique en Belgique, était retenu au Yémen. Arrêté alors qu’il était venu rendre visite à des proches, il a finalement réussi à s’échapper.

Il parle aujourd’hui, pour la première fois, au micro de France Inter.

Il accuse Djibouti d’avoir tenté de le faire revenir par tous les moyens sur son témoignage dans l’affaire Borrel… J’avais peur. Je croyais que je n’allais jamais revoir ma famille, ma femme, mes enfants. J’ai eu la visite du chef d’état-major des armées djiboutien. Il m’a fait comprendre que j’avais intérêt à changer sur le dossier de l’assassinat du juge Borrel. Sinon, je risquais de perdre ma vie.


1°) A écouter en WMA

2°) A télécharger en MP3
Lien de téléchargement

27/09/2013 (Bréve256) ALERTE ROUGE Moncef Alhoumékani (fils de Mohamed) et Elisabeth Borrel s’exprimait hier mercredi sur France Inter à propos de la séquestration de Mohamed Alhoumékani par les autorités yéménites sur fond de dissensions au sein de l’exécutif et de pressions exercées par des personnalités djiboutiennes.


1°) A écouter en WMA

2°) A télécharger en MP3
Lien de téléchargement

13/05/07 (B395) France Inter : émission Cosmopolitaine du dimanche 13 mai. 16 minutes (vers 14:35 h CET) consacrées à l’affaire Borrel et à ses derniers développements avec des interviews de Mme E. Borrel, de son conseil, Me O. Morice et de J-L. Schaal pour l’ARDHD et SURVIE.

1
– Télécharger le fichier (.MP3)
: lien
(6,7 Mo)

2
– Ecouter l’enregistrement


Cliquez sur le premier bouton à gauche pour lancer l’écoute –
Un peu de patience …



(Enregistrement en direct de France-Inter)

20/10/06 (B365) Affaire Borrel : Guillaume Fine de Survie et Elisabeth Borrel étaient les invités de France Inter, hier jeudi dans l’émission « Et pourtant, elle tourne »

jeudi
19 octobre 2006
L’affaire Borrel et la Françafrique

Le 19
Octobre 1995, le juge français Bernard BORREL, en poste à Djibouti,
est retrouvé mort au fond d’un ravin.

La veuve de Bernard
Borrel ne croit pas au suicide et le 21 octobre 2003, les scientifiques lui
donnent raison : il ne peut s’agir d’un suicide.

La France, qui
possède une importante base militaire dans le pays, contribue-t-elle
à bloquer l’enquête, comme le pense le Syndicat de la Magistrature
?

Dominique André
a rencontré Elisabeth Borrel et nous propose son témoignage.

Derrière
cette affaire, les intérêts de la France en Afrique pointent
leur nez. Pour préciser les choses, nous recevrons Guillaume FINE,
administrateur de l’association Survie. (www.survie-france.org)

10/10/06 (B364) Affaire Borrel. Ecoutez un extrait de France Inter (7:00 – 9:30 de Nicolas Demorand) l’analyse de la situation avec les interviews des personnalités …. en particulier la déclaration d’Ali Iftin.

1
– Télécharger :

Version
WMA 3,6 Mo

Version
RM (370 Ko)

2
– Ecouter

Un
peu de patience, pour obtenir le son !!