04/10/2015 (Brève 481) Information sur des combats qui opposent les résistants du FRUD aux forces armées du dictateur Guelleh. Les combats se poursuivent à l’heure où nous publions l’information (ARDHD avec nos correspondants)

Le 4 octobre 2015, à 8h du matin, des colonnes de l’armée gouvernementale  parties  de Tadjourah,
en passant par Garbanaba ont attaqué les combattants du FRUD à Sismo  dans les Mablas.

L’attaque ayant été repoussée, l’armée a fait intervenir 2 hélicoptères  qui ont bombardé les zones où se trouve le FRUD, sans succès, semble-t-il.

Dans l’après midi, des accrochages ont eu lieu à Goula  (à proximité de Sismo et Medeho) : on assisterait à une « débandade » des troupes gouvernementales, plusieurs soldats ont fui, plusieurs autres ont été blessés. Il y  aurait même  des morts parmi les soldats.

Les hélicoptères sont toujours en action.

03/10/2015 (Brève 480) Communiqué du FRUD sous la siganture de Mohamed Kadamy Youssouf (en qualité de Président du FRUD) « Trois voitures utilisées par l’armée de Djibouti ont été incendiées par le FRUD proximité de Tadjourah« 

================= Note de l’ARDHD
Contrairement à certaines informations distillées par les autorités djiboutiennes, plusieurs témoins nous ont confirmé qu’il n’y avait pas d’ambulances parmi les véhicules détruits.

===========================================

Trois voitures utilisées par l’armée de Djibouti
ont été incendiées par le FRUD

à proximité de Tadjourah

Le 30 septembre 2015 dans l’après midi, 3 voitures ont été incendiés à Marawalèh Af à 15 km de Tadjourah par un goupe de combattants du FRUD. Il s’agit d’ un Toyota Pic Up, un Landcruiser et un camion appartenant tous à la Société de construction de la route Tadjourah/Randa.
 
  Ces voitures ont servi au transport des troupes , des matériels et des nourritures lors de l’offensive de l’armée  gouvernementale qui a duré du 11 août au 13 septembre 2015. Cette offensive s’est soldée par un échec pour l’armée qui s’est arrêtée nette face à la résistance du FRUD. Bilan une voiture de l’armée détruite, arrestation des civils, et une exécution extrajudiciaire à Assal par les forces gouvernementales (57 Km de la capitale) le 23 août d’Ali Mohamed Haïssama,  soupçonné de sympathie du FRUD.

Les combattants ont fait descendre tous les passagers parmi lesquels les employés de la société, des civils et des policiers en civil, qui ont été autorisés à récupérer tous leurs effets personnels y compris leur téléphone portable. Ils ont transmis un message écrit à la direction de la société qui construit la route Tadjourah, Randa  Balho, en leur indiquant qu’il s’agit d’un avertissement parce que leurs véhicules ont servi dernièrement au vu et au su de tout le monde au transport des troupes, de nourritures pour l’armée.

Le message indiquait aussi que le FRUD, n’est pas opposé à la continuation de la construction de la route Randa Balho, mais si les matériels de la société sont utilisés par l’armée, le FRUD les détruira. Troisième message : met en garde la Société de ne pas enterrer des produits chimiques entre Boli et Dorra comme le soupçonnent fortement plusieurs habitants de la région.

Fait à Genève, le 1er octobre 2015

Mohamed KADAMY YOUSSOUF
Président du FRUD
frud_djibouti@hotmail.com

20/08/2015 (Brève 475) Communiqué du FRUD transmis à l’ARDHD par ses dirigeants – Une vaste offensive de l’Armée dans le Nord de Djibouti contre le FRUD

Front pour la Restauration  de l’Unité et la Démocratie- FRUD
frud_djibouti @hotmail.com
Communiqué
Une vaste offensive de l’Armée dans le Nord de Djibouti contre le FRUD

Ismael Omar Guelleh lance  son énième offensive militaire conte le FRUD et la population du Nord, depuis le 11 août 2015

Le 17 août  le chef d’Etat major général des Armées, le Général Zakaria Cheikh Ibrahim s’est rendu à Tadjourah  où il a demandé aux    officiers responsables de l’offensive, des résultats significatifs, pour sécuriser les zones d’Obock et de Tadjourah.

Toutes les troupes basées dans les districts de Tadjourah et d’Obock sont mobilisées et mises à contribution, renforcées par des troupes des camps Cheik Osman  de la capitale   et de Dikhil. Elles se sont déployées dans les secteurs des Mablas, de Goda et au Nord d’Obock.

Le 13 Août, un camion militaire  chargé de logistique, a été intercepté et renversé, une partie des nourritures  a été récupérée par les combattants  du FRUD, à ‘Ad Buya (20 km de Tadjourah).

Le 15 août,  une tentative d’incursion de l’Armée du côté des montagnes de Sismo dans les Mablas, a  été repoussée violemment par les combattants du FRUD.

Depuis 4 jours les troupes gouvernementales font face à une résistance des combattants  du FRUD, à Heysitou à 45 km d’Obock (région natale du 1er ministre).

Le 19 août, depuis 8 h du matin,  ont eu lieu des accrochages entre l’armée et le FRUD à Giba Giblé non loin du mont Day et à Dugum dans les Goda (District de Tadjourah). L’armée utilise l’artillerie lourde et les hélicoptères pour  les
bombardements

Cette offensive fait suite à 2 autres  de l’armée djiboutienne   en avril et  juin 2015, qui se sont soldées par des échecs

Elle a été précédée par des ratissages  des régions frontalières avec l’Ethiopie en juillet : où les habitants ont été durement réprimés, empêchés d’accéder aux forages d’eau à Margoita (Moussa Ali), à Garabtissan  entrainant la fuite de plus d’un millier de citoyens vers l’Ethiopie

Fait  à Bruxelles, le 19 août 2015
Mohamed Kadamy : Président du FRUD

01/09/2014 (Brève 432) Libération du Chef du village de Sagalou et de l’infirmier qui avait été arrêté en même temps que lui pour « ASSISTANCE à personne en danger ». Nous levons l’alerte rouge.

A Monsieur Jean Loup Schaal (Président de l’ARDHD)

Monsieur,
Nous vous remercions tout d’abord d’avoir dénoncé l’arrestation arbitraire suivie de l’emprisonnement du chef de village de Sagalou. Il a été libéré le 28 août après avoir croupi à Gabode sans motif sérieux contre lui.

Cependant il y avait aussi un infirmier qui avait été arrêté avant lui et qui a été emprisonné à Gabode et libéré en même temps que lui.

Nous nous rejouissons de cette liberation et nous vous remercions d’avoir publié nos alertes. A cette heure, nous ignorons si ces deux personnes ont pu reprendre leurs activités ou si elles ont été licenciées.

Que s’etait -il passé à Sagalou ?

Le combat qui s’est déroulé entre le FRUD et l’armée Djiboutienne le 22 août a causé plusieurs morts et blessés dans les rangs de l’armée et un blessé du côté du FRUD. Soutenu par ses camarades du FRUD ce blessé a été conduit au village de Sagalou pour recevoir des soins auprès du seul infirmier de la localité.

L’infirmier a fait son devoir et il a soigné le blessé. Les résistants sont repartis aussitôt.

Alertés par un délateur sur place, les forces goouvernementales ont arrêté l’infirmier qui a été torturé et conduit à Gabode. Sous la torture il a certainement avoué que le chef du village lui avait ordonné de soigner le blessé du FRUD. Sur la base d’une dénonciation obtenue sous la torture, les forces ont arrêté et emprisonné le Chef du Village.

Peut-on dire que ces deux hommes ont été arrêtés pour « ASSISTANCE à personne en danger » ? A djibouti, la justice n’est pas la même que dans les autres pays, car c’est l’inverse qui aurait été condamné dans des Etats de droit.

Les populations du nord se plaignent des harcèlements de l’armée nationale composèe majoritairement d’étrangers qui n’hésitent pas (surtout dès qu’ils subissent une défaite face au FRUD) à se venger sur les civils, sur le bétail, à procéder à des arrestationa arbitraires suivies de torture et de transferts vers les camps militaires pour finalement atterrir a Gabode, privés de toute visite.

Ceux qui reviennent de cet enfer conservent non seulement des séquelles physiques mais aussi d’ordre psychologique. Loin de tout, la population Afar vit un calvaire.

Il faut que cela ca sache. Si le regime pense, qu’en s’attaquant à des civils innocents, il va éradiquer le FRUD, il se trompe lourdement, car il produit exactement l’effet inverse.

Les poulations du nord demandent à ce que ces mercenaires quittent leur région et qu’ils soient remplacés par de vrais Djiboutiens qui n’iront pas causer de problèmes à leurs soeurs et à leurs frères. C’est la seule solution si le régime veut éviter que nous rejoignions nous aussi les résistants pour sauver nos vies et celles de nos familles.

Pour les populations du nord
Un lecteur .

15/08/2014 (Brève 425) La bataille de Goda entre le FRUD et l’armée de Djibouti. (Alwhida)

Lien avec l’article original

La bataille de Goda à une vingtaine de km de Tadjourah qui a été déclenché le 11 août confirme l’emprise du FRUD sur les deux régions de Tadjourah et d’Obock.

Les affrontements de Sismo dans les Mablas de fin juin avaient laissé un goût amer aux troupes dijboutiennes qui ont été repoussées à 2 reprises malgré l’utlisation des armes lourdes. Les militaires du Camp Mariama (situé non loin d’Arta) ont refusé d’aller combattre le FRUD.

La bataille de Goda  à une vingtaine de km de Tadjourah qui a été déclenché le 11 août confirme l’emprise du FRUD sur les deux régions de Tadjourah et d’Obock. 
 

Les combattants du FRUD ont mis en échec une nouvelle offensive de l’armée djiboutienne qui a mobilisé des soldats d’Assagueila, de Doumeira, de Dorra et de Tadjourah et qui ont attaqué par 4 endroits (Dissay Af et le Day , Amisso Daba et Assa Gueri Af). Les combats qui ont duré toute la journée du 11 août ont permis au FRUD de repousser les assaillants (militaires djiboutiens) qui ont eu une perte importante: 4 soldats sont morts sur place et le 5ème est décédé à l’hôpital français Bouffard, 7 autres ont été blessés parmi les troupes dépêchées de Dorra et d’Assagueila. L’hélicoptère n’a pas pu se poser durant cette journée dans les environs pour transporter les blessés. Le FRUD de son côté n’a eu à déplorer aucune perte.

11/08/2014 (Brève 423) Dernière minute. Le FRUD nous signale des combats qui se déroulent en ce moment à 20km de Tadjourah

Nouveaux combats entre le FRUD et l’armée Djboutienne à 20 km de Tadjourah

Après les Mablas (combats de 28 et de 31 Juin 2014), le FRUD résiste dans les Monts Godas (district de Tadjourah) où les combattants font face à l’offensive de l’armée qui a attaqué Wer en région montagneuse par Dissay et le Day d’une part et Amhisso Daba et Assa Gueri Af d’autre part avec des armes lourdes.

Les premières attaques qui se sont déroulées à Wer prés de Ditilou, à 20 km de Tadjourah le 11 Août , de 7 h30 à 10 H ; elles ont été repoussées par les combattants du FRUD, 4 militaires ont été blessés. L’armée a demandé des renforts , et une couverture aérienne pour ré-attaquer les positions du FRUD.

Des va et vient des hélicoptères sont signalés depuis 13h

06/07/2014 (Brève 408) (Selon des sources proches du FRUD) Nouveaux affrontements entre le FRUD et l’armée Djiboutienne

Le 6 juillet 2014 à 7h du matin l’armée Djiboutienne, partie des camps militaires de Tadjourah  et de Gal-ela ont essayé de reprendre les positions tenues par le FRUD qu’elle n’a pas pu conquérir lors des affrontements du 28 juin malgré l’utilisation des 2 hélicoptères, à Sismo dans les Mablas (district de Tadjourah) .

Ces attaques de l’armée qui a duré 3h ont été repoussées; les militaires ont bombardé à l’arme lourde les positions du FRUD, mais ont visé aussi les campements des civils, ( les « daboïta ») .

L’Etat major de l’armée avait demandé à ses troupes   de chasser les combattants du FRUD de Sismo et  de ses environs  et de ramener tous les habitants de Sismo à Tadjourah, jugés complices du FRUD.

Déjà suite aux accrochages du 28 juin entre  l’armée et le FRUD, des civils de la région ont été pris à partie par certains chefs militaires, certains furent brutalisés: un notable de 90 ans, Abadallah Omar Andia, Ahmed Hamadou et Hamid Ali ont été séquestrés  pendant 2 jours, Houmad Abakari notable et chef de village de Gal Ela a été emprisonné durant 4 jours dans le camp militaire de Tadjourah, arrêté par le commandant de ce camp.

Tous les habitants de Sismo et de ses environs ont fui, à cause des bombardements et des craintes de représailles.

29/06/2014 (Brève 403) Communiqué du FRUD : Affrontements meurtriers entre le FRUD et l’Armée gouvernementale

Front pour la Restauration de l’Unité et la Démocratie -FRUD-
frud_djibouti@hotmail.com

Au lendemain de la commémoration du 37ème anniversaire de l’indépendance

Affrontements meurtriers entre le FRUD et l’Armée gouvernementale

Selon des informations émanant du Front pour la Restauration de l’Unité et la Démocratie (FRUD), plusieurs accrochages ont eu lieu entre l’armée gouvernementale et les combattants du FRUD dans la journée du 28 juin 2014, dans les Mablas (district de Tadjourah) :

Le 1er accrochage a eu lieu vers 6h du matin , aux environs de Galeila où se trouve un camp militaire de l’AND ;

un autre affrontement s’est déroulé à Débel, non loin de Garbanaba, un véhicule de l’armée a été détruit, 2 morts et 3 blessés parmi les soldats de l’AND.

Partis du Camp de Galeila, les militaires ont affronté les combattants du FRUD à Sismo toujours dans les Mablas de 14h à 18h, 1 soldat tué et 4 autres ont été blessés. Une vingtaine de militaires ont fuit le combat et sont rentrés chez eux.

Le FRUD, de son côté, ne déplore aucune perte.

On apprend aussi que l’armée nationale djiboutienne a interrompu les festivités de la commémoration du 37ème anniversaire de l’indépendance et a envoyé plusieurs détachements à Galeila pour faire face aux éléments du FRUD.