13/04/2019 (Brève 1370) Les dockers, qui ont manifesté pour être payé de leur travail, reçoivent une invitation pour un bon de séjour à Gabode.

07/02/2019 (Brève 1273) ALERTE ROUGE. Communiqué d’Omar Gabasse pour alerter sur les conditions de la LDDH et de son Président Omar Ali Ewado

28/07/2016 (Brève 826) Témoignage d’Omar Gabasse en hommage à Roger Picon et à son combat aux côtés des Djiboutiens

C’est avec une grande tristesse et une profonde douleur que je viens d’apprendre  sur Facebook le décès de mon frère et ami Roger Picon.

Je l’ai personnellement connu et je peux témoigner de l’humilité et la gentillesse dont il a toujours fait preuve envers ma personne. Les mots me manquent aujourd’hui pour exprimer le chagrin et la tristesse que ressent mon cœur à cet instant.

Je voudrais en cette période douloureuse, présenter mes sincères condoléances a sa famille et amis.

Que son âme repose en paix !

17/12/2015 (Brève 547) Omar Gabasse : Pour le 25ème anniversaire du massacre d’Arhiba, la reprise d’une contribution qui avait été publiée en 2011 sur le site et qui est malheureusement toujours d’actualité. Liste complétée le 18 décembre 2015.

A l’occasion du 20ème anniversaire du massacre d’Arhiba à Djibouti ville, il m’a semblé très important de publier la liste la plus complète possible des victimes de l’horreur et de la barbarie.

En soumettant mon projet à l’ARDHD, je soutiens que nous avons à la fois un devoir de mémoire et d’hommage envers eux.

Dénoncer ce massacre, c’est aussi informer tous nos concitoyens des faits qui se sont déroulés non seulement à Arhiba mais dans d’autres villes du pays : c’est dire aussi que cela ne doit plus jamais arriver.

En novembre 1991, l’armee gouvernemental avait subi de lourds revers dans le nord du pays. En particulier certains éléments étaient tombés dans une embuscade tendue par les résistants du FRUD. Combats qui auraient fait plus de 50 morts et permis la capture de plusieurs prisoniers .

Le gouvernement Djiboutien avait décidé de se venger sur les populations civiles d’Arhiba .

Mercredi 18 decembre 1991 à 7 h00 du matin.

Arhiba, le quartier peuplé par les Afar, a été encerclé conjointement par la police, la gendarmerie et l’armée.

Sorti manu militari des maisons, les habitants ont été regroupés sur un terrain vague et les forces sanguinaires ont commence a tirer sur eux.

1) ARHIBA
liste des victimes : prénom et nom
.
1-Hamad Ibrahim Said
2-Yasso kate Ali
3-Ali Ibrahim Mourha
4-Nibaleh Aden Mohamed
5-Daoud Mohamed Ali
6-Abdallah Hamad Omar
7.-Said Hamadou Gaas
8-Ali Adam Ahmed
9-Ahmed Moumin Baguila
10-Habile Moumin Baguila
11-Ganibo Ibrahim Yasso
12-Ali Mohamed Weo
13-Adam Dihibo Moussa
14-Mohamed Ali Omar
15-Ali Alelou Assowe
16-Bero Daoud Angade
17-Omar Mohamed Kadabe
18-Abdallah Yayo Ibrahim
19-Hassan Ali Aboubaker
20-Malik Ali Mohamed
21-Hassan Abdou Aboubaker
22-Ali Abdallah Gourate
23-Saboli Abdallah Gaas
24-Ali Kabir Mandeitou
25-Noumane Mohamed Abdallah
26-Ali Said Mohamed
27-Mohamed Moussa Waaye
28-Ali Houssein Harssou
29-Ali Cheiko Hamad
30-Adam Cheiko Hamad
31-Mohamed Ali Houssein
32-Hassan Filadero Hassan
33-Idriss Lale Ali
34-Mohamed Osman Ibro
35-Osman Mohamed Ibro
36-Saada Ahmed
37-Ali Arero Ali
38-Misera Bouchra Chouna
39-Saliha Mohamed Ali
40 -Ali Adam Ali
41-Houssein Ibrahim Mohamed
42-Kilo Yassin Ali
43-Mahameisse Dinbihisse
44-Ali Hamad Doula
45-Here Ali Yasso
46-Fosseya Mohamed Osman
47-Hasna Said Mohamed
48-Hassan Hamid
49-Osman Youssouf
50 -Abdoulkader Mohamed Issa
51-Arisso Onde Arisso
52-Mohamed Moussa Mohamed
53 -Mohamed Ali Ahmed
54-Mohamed Houmed Mohamed
Mis à jour le 27/12/2014
55-Gohar Hamadou Gohar
56-Hamdou Gohar Hamadou
.
A cette liste s’ajoute d’autre 18 decembre perpetree par les milices dans l ‘arriere pays (nord et sud ), il ne faut pas aussi les oublier voici une liste non exhautive des victimes civiles

2°) District de Dikhil
Massacre de KARTA :19 decembre 1991

1-Gohar Hamadou Med
2-Moumina Mohamed Barkat
3-Alboli Gohar
4-Assia Hammadou Ali
6-Saida Ahmed Cheiko
7-Aicha Houmed Ahmed .

3°) District de Tadjoura
Juillet 93 -septembre 1993

1-Hamadou Abdallah
2-Hassan Mohamed Ali
3-Mohamed Ahmed
4-Abyaazid Youssouf
5-Fatouma Dileita
6-Houmed Gouda Hera
7-Mohamed Isse Youssuf
8-Ali Hassan Daoud
9-MohameAli Gueda
10-Mohamed Ali Ahmed
11–Adlao Med Bolok
12 -Ali Abdallah
13-Ali Dimbio
14-Kamil Houmed Soule
15-Abakri Gadito Ali
16-Hamadou Daoud Ali
17-Ali Dabale Hamad
18-Moussa Ali Hamadou
19-Mohamed Chehem
20-Ali Adab
21-Adlao Awal
22-Moussa Ibrahim
23-Ali Ahmed Ali
24-Mohamed brahim
25-Ahmed Abdallah Mohamed
26-Mohamed Dimbio
27 -Ahmed Abdallah Otban
28-Mohamed Ali Mohamed
29-Abdo Mohamed
30-Ali Hamadou Ali Hida
31-Houmed Ibrahim Ali
32-Otban Ayra Moussa
33-Mohamed Cheik Borris
34 -Ali Mhamed Hamadou
35-Houmed Ibrahim Ali
36-Ali Kamil Horoodo
37-Hamad Mohamed Ali
38-Daoud Ibrahim Afada
39-Mohamed Hamid Hamadou
40-Hawi Rouffa Afsiiro
41-kamil Mohamed Ali

4°) Massacre de Yoboki : février 1992
1-Abdallah Oudoum Hamadou (okal general)
2-Ahmed Moussa Ahmed (Cadi)
3-Mohamed Araita Hamadou
4-Mohamed Adou Roble dit Hali Hali -commercant.
5-Hamadou Ali Hamadou dit Herma
6-Hassan Farah Meeko
7-Abdo bolok Hamad dit kaxxa Abdo
8-Mohamed Bolok Hamad
10-Lako Kabir Houmed
11-Hamad Abakari Said okal de oulouto modayto
12-Halima Med Hassan
13-Moussa Hebano
14-Abdo Hamad , muezin et maitre de l ‘ecole coranique
15-Mohamed Hamadou Said
16-Mohamed Goura dit Asbaraytou .

5°) Massacre de Gouroubous -fevrier 1992

1-Ambaro Assowo
2-Abdallah Hamad Mohamed
3-Obakar Mohamed Farah
4-Mohamed Houmed Ali
5-Ali Adrouh Boreto
6-Obakar Ali Araita
7-Abdo Ibrahim
8-Mohamed Ahmed Moussouba
9-Mohamed Houmed Ali dit HARSA
10-Mohamed Ali Hera
11-Gohar Moussa
12-Roble kiou Abdallah

6°) Massacre de Gagade -Allouli septembre 93
1-Ali Houmed dit Arkahidaytou
2-Fatouma Ali Hmed
3-Moumina Oudoum Gohar
4-Koudous Moussa dit Ibaado
5 -Ibid Mohamed Adou
6-Madina Moussa Hared .

7°) Massacre de Hanle Aout 92

1-Iyye Ahmed Ali
2-Abdoulkader Ibrahim Moussa
3-Ibrahim Abdoulkader Ibrahim
4-Med Adrouh Borita
5-Borita Adrouh Borita
6-Basoora Ali
7-Wais Halale Hamad Adou
8-Ali Hoobo Guinili
9-Abdalah Ahmed Sabboum
10 Abdo Ibrahim Ibiro
11-Farah Mohamed
12-Mohamed Houmed Golba

8°) District d’Obock 

 
1-Mariam Ebo Mohamed
2-Mariam Houmed Yacin
3-Saleh Ahmed Kassim
4-Abdo Ibrahim Kassim
5-Ali Hamadou Ibrahim
6-Ali Mohamed Ibrahim
7-Fatouma Ali Mohamed
8-Bourhan Gazar Mohamed
9-Mola Omar Mola
10-Mohamed Bourhan
11-Ali Mohamed Ali
12 -Hamadou Kadafo Ali
13-Hasna Mohamed Ali
14 -Mohamed Chehem Ali
15 -Kassim Bourhan Ali

9°) Au Day (district de Tadjoura ) 
Massacre commis fin decembre 93. Le charnier n’a été découvert qu’en 2007 à proximité du « chateau » que le dictateur s’est fait construire.
1-Mohamed Hassan Ali
2.Ali Balla Youssouf
3-Hamadou Mohamed Houmed
4-Hamadou Kamil Hassan
 -5 Abdoulkader Youssouf Hassan
6 Mohamed Ali Mohamed .
7 Hassan Kamil Ali 

10°)
N’oublions pas non plus

1°) Ali Haissama execute a proximite de Lac Assal le 23 aout 2015,
2°) jeune Hazez Med execute a Obock le 30 decembre 2012.


Ces listes avaient été publiées dans le journal Le Combat daté du 26 decembre 1993. Elle a été complétée le 17 décembre 2015

Ces listes sont incomplètes, car depuis l’accension au pouvoir d’Ismaël Omar Guelleh, les massacres des civils n’ont jamais cessé dans le nord et le sud du pays .

N’oublions pas nos morts !

N’oublions pas les noms ni les visages des auteurs de ces massacres. Certains vivent tranqillement à Djibouiti ville et ils ont pris du galon…. !

Omar Gabasse

16/12/2011 (B634) Hommages aux victimes d’Arhiba et à toutes les victimes des brutalités et des crimes commis par des assassins aux ordres de Guelleh. Contribution d’Omar Gabasse à la mémoire de toutes les victimes civiles innocentes pour la Journée nationale de mémoire aux victimes de la dictature.

A l’occasion du 20ème anniversaire du massacre d’Arhiba à Djibouti ville, il m’a semblé très important de publier la liste la plus complète possible des victimes de l’horreur et de la barbarie.

En soumettant mon projet à l’ARDHD, je soutiens que nous avons à la fois un devoir de mémoire et d’hommage envers eux.

Dénoncer ce massacre, c’est aussi informer tous nos concitoyens des faits qui se sont déroulés non seulement à Arhiba mais dans d’autres villes du pays : c’est dire aussi que cela ne doit plus jamais arriver.

En novembre 1991, l’armee gouvernemental avait subi de lourds revers dans le nord du pays. En particulier certains éléments étaient tombés dans une embuscade tendue par les résistants du FRUD. Combats qui auraient fait plus de 50 morts et permis la capture de plusieurs prisoniers .

Le gouvernement Djiboutien avait décidé de se venger sur les populations civiles d’Arhiba .

Mercredi 18 decembre 1991 à 7 h00 du matin.

Arhiba, le quartier peuplé par les Afar, a été encerclé conjointement par la police, la gendarmerie et l’armée.

Sorti manu militari des maisons, les habitants ont été regroupés sur un terrain vague et les forces sanguinaires ont commence a tirer sur eux.

1) ARHIBA
liste des victimes : prénom et nom
.

1-Hamad Ibrahim Said
2-Yasso kate Ali
3-Ali Ibrahim Mourha
4-Nibaleh Aden Mohamed
5-Daoud Mohamed Ali
6-Abdallah Hamad Omar
7.-Said Hamadou Gaas
8-Ali Adam Ahmed
9-Ahmed Moumin Baguila
10-Habile Moumin Baguila
11-Ganibo Ibrahim Yasso
12-Ali Mohamed Weo
13-Adam Dihibo Moussa
14-Mohamed Ali Omar
15-Ali Alelou Assowe
16-Bero Daoud Angade
17-Omar Mohamed Kadabe
18-Abdallah Yayo Ibrahim
19-Hassan Ali Aboubaker
20-Malik Ali Mohamed
21-Hassan Abdou Aboubaker
22-Ali Abdallah Gourate
23-Saboli Abdallah Gaas
24-Ali Kabir Mandeitou
25-Noumane Mohamed Abdallah
26-Ali Said Mohamed
27-Mohamed Moussa Waaye
28-Ali Houssein Harssou
29-Ali Cheiko Hamad
30-Adam Cheiko Hamad
31-Mohamed Ali Houssein
32-Hassan Filadero Hassan
33-Idriss Lale Ali
34-Mohamed Osman Ibro
35-Osman Mohamed Ibro
36-Saada Ahmed
37-Ali Arero Ali
38-Misera Bouchra Chouna
39-Saliha Mohamed Ali
40 -Ali Adam Ali
41-Houssein Ibrahim Mohamed
42-Kilo Yassin Ali
43-Mahameisse Dinbihisse
44-Ali Hamad Doula
45-Here Ali Yasso
46-Fosseya Mohamed Osman
47-Hasna Said Mohamed
48-Hassan Hamid
49-Osman Youssouf
50 -Abdoulkader Mohamed Issa
51-Arisso Onde Arisso
52-Mohamed Moussa Mohamed
53 -Mohamed Ali Ahmed
54-Mohamed Houmed Mohamed
Mis à jour le 27/12/2014
55-Gohar Hamadou Gohar
56-Hamdou Gohar Hamadou
.



A cette liste s’ajoute d’autre 18 decembre perpetree par les milices dans l ‘arriere pays (nord et sud ), il ne faut pas aussi les oublier voici une liste non exhautive des victimes civiles

 

 

2°) District de Dikhil
Massacre de KARTA :19 decembre 1991

1-Gohar Hamadou Med
2-Moumina Mohamed Barkat
3-Alboli Gohar
4-Assia Hammadou Ali
6-Saida Ahmed Cheiko
7-Aicha Houmed Ahmed .

3°) District de Tadjoura
Juillet 93 -septembre 1993

1-Hamadou Abdallah
2-Hassan Mohamed Ali
3-Mohamed Ahmed
4-Abyaazid Youssouf
5-Fatouma Dileita
6-Houmed Gouda Hera
7-Mohamed Isse Youssuf
8-Ali Hassan Daoud
9-MohameAli Gueda
10-Mohamed Ali Ahmed
11–Adlao Med Bolok
12 -Ali Abdallah
13-Ali Dimbio
14-Kamil Houmed Soule
15-Abakri Gadito Ali
16-Hamadou Daoud Ali
17-Ali Dabale Hamad
18-Moussa Ali Hamadou
19-Mohamed Chehem
20-Ali Adab
21-Adlao Awal
22-Moussa Ibrahim
23-Ali Ahmed Ali
24-Mohamed brahim
25-Ahmed Abdallah Mohamed
26-Mohamed Dimbio
27 -Ahmed Abdallah Otban
28-Mohamed Ali Mohamed
29-Abdo Mohamed
30-Ali Hamadou Ali Hida
31-Houmed Ibrahim Ali
32-Otban Ayra Moussa
33-Mohamed Cheik Borris
34 -Ali Mhamed Hamadou
35-Houmed Ibrahim Ali
36-Ali Kamil Horoodo
37-Hamad Mohamed Ali
38-Daoud Ibrahim Afada
39-Mohamed Hamid Hamadou
40-Hawi Rouffa Afsiiro
41-kamil Mohamed Ali

4°) Massacre de Yoboki : février 1992

1-Abdallah Oudoum Hamadou (okal general)
2-Ahmed Moussa Ahmed (Cadi)
3-Mohamed Araita Hamadou
4-Mohamed Adou Roble dit Hali Hali -commercant.
5-Hamadou Ali Hamadou dit Herma
6-Hassan Farah Meeko
7-Abdo bolok Hamad dit kaxxa Abdo
8-Mohamed Bolok Hamad
10-Lako Kabir Houmed
11-Hamad Abakari Said okal de oulouto modayto
12-Halima Med Hassan
13-Moussa Hebano
14-Abdo Hamad , muezin et maitre de l ‘ecole coranique
15-Mohamed Hamadou Said
16-Mohamed Goura dit Asbaraytou .

 

5°) Massacre de Gouroubous -fevrier 1992

1-Ambaro Assowo
2-Abdallah Hamad Mohamed
3-Obakar Mohamed Farah
4-Mohamed Houmed Ali
5-Ali Adrouh Boreto
6-Obakar Ali Araita
7-Abdo Ibrahim
8-Mohamed Ahmed Moussouba
9-Mohamed Houmed Ali dit HARSA
10-Mohamed Ali Hera
11-Gohar Moussa
12-Roble kiou Abdallah

 
6°) Massacre de Gagade -Allouli septembre 93 .

1-Ali Houmed dit Arkahidaytou
2-Fatouma Ali Hmed
3-Moumina Oudoum Gohar
4-Koudous Moussa dit Ibaado
5 -Ibid Mohamed Adou
6-Madina Moussa Hared .

 

7°) Massacre de Hanle Aout 92

1-Iyye Ahmed Ali
2-Abdoulkader Ibrahim Moussa
3-Ibrahim Abdoulkader Ibrahim
4-Med Adrouh Borita
5-Borita Adrouh Borita
6-Basoora Ali
7-Wais Halale Hamad Adou
8-Ali Hoobo Guinili
9-Abdalah Ahmed Sabboum
10 Abdo Ibrahim Ibiro
11-Farah Mohamed
12-Mohamed Houmed Golba

 
8°) District d’Obock 

   

1-Mariam Ebo Mohamed
2-Mariam Houmed Yacin
3-Saleh Ahmed Kassim
4-Abdo Ibrahim Kassim
5-Ali Hamadou Ibrahim
6-Ali Mohamed Ibrahim
7-Fatouma Ali Mohamed
8-Bourhan Gazar Mohamed
9-Mola Omar Mola
10-Mohamed Bourhan
11-Ali Mohamed Ali
12 -Hamadou Kadafo Ali
13-Hasna Mohamed Ali
14 -Mohamed Chehem Ali
15 -Kassim Bourhan Ali


 

Ces listes avaient été publiées dans le journal Le Combat daté du 26 decembre 1993.

Ces listes sont incomplètes, car depuis l’accension au pouvoir d’Ismaël Omar Guelleh, les massacres des civils n’ont jamais cessé dans le nord et le sud du pays .

N’oublions pas nos morts !

N’oublions pas les noms ni les visages des auteurs de ces massacres. Certains vivent tranqillement à Djibouiti ville et ils ont pris du galon…. !

Omar Gabasse

18/11/2011 (B630) Omar Gabasse souhaite apporter des informations complémentaires à propos de l’intronisation du nouveau Sultan, des articles qu’il a écrit sur le sujet et de la mise en ligne du discours officiel avec la traduction en Français. (Texte mis à jour le 19/11 à 12h00 Paris, à la demande de l’auteur)

En effet, j’avais oublié d’évoquer, dans mon article daté du 12 novembre :

– les efforts de M. Diltourab et de son groupe qui ont organisé toutes les danses folkloriques et les chansons dédiés au nouveau sultan Afar.

– Le dévouement de Maryam Hanawi, qui nous a permis de suivre toute la cérémonie via Justin et Paltalk,

– L’Apda du grand Ismaël Gardo qui a consacré une soirée spéciale à l’intronisation

– Le docteur Hachim qui a présenté un rappel historique et véridique de l’histoire du peuple Afar,

– les résistants Afar qui combattent le sanguinaire Issayas Afeworki qui extermine le peuple érythréen,, n’avaient pas pu être représentés. En revanche, le président de la seule rébellion érythréenne armée avait délégué Ibrahim Haroun et Yacin Abdallâh, respectivement président et porte-parole de la rébellion armée Afar de la mer rouge (RSDAO) qui combattent l’injustice.

– il faut signaler aussi la présence de nos poètes Afar : Hassan Pilote, Galo Barule et le grand Gamal al Din Reedo. Youssouf Bouha, le créateur de l’alphabet Afar a dédié son écriture couchitique au sultan.

– Sharifa et Laysani n’ont pas fermé l’œil pour diffuser sur Paltalk l’événement.

Je remercie également toute l’équipe de l’ARDHD et plus particulièrement son président Jean-Loup Schaal co-représentant des réfugiés djiboutiens, qui a diffusé toutes les informations que nous lui avons adressées

Un grand bravo à vous tous, et mille pardons à ceux que j’aurais oubliés.

Omar Gabasse

Sultan Hanfareh Ali Mirah ,
miraacek wadir kaak kidu qafara , usuk qafar abba

12/11/2011 (B630) Intronisation du nouveau Sultan Afar Handare Ali Mirah (par Omar Gabasse)

Comme prévu, la cérémonie de l’intronisation du nouveau Sultan Afar Hanfareh Ali Mirah s’est déroulée à Ayssaita le 10 novembre 2011.

Plusieurs milliers des gens ont participé à cette cérémonie. On cite aussi de nombreuses personnalités qui avaient fait le déplacement, comme le Sultan de Tadjourah, sa Majesté Abdoulkader Houmed. De son côté, le sultan de Raheita, qui n’avait pas pu se déplacer, avait envoyé un représentant personnel en la personne de M. Ali Abdou Sultan (Okal général).

Tous les chefs coutumiers Afar de toutes les régions Afar étaient présents..

Côté Éthiopien, une forte représenation : le président de la région autonome Afar, plusieurs ministres et députés du gouvernement central éthiopien. Meles avait délégué son représentant.

De nombreux diplomates Occidentaux, Arabes et Africains s’étaient déplacés d’Addis Abeba pour assister à cet événement historique.

Côté Djiboutien, le petit dictateur, pseudo président mal élu, avait préféré ne pas venir se présenter personnellement. Il avait délégué son premier Ministre Dileita Mohamed Dileita et quelques haut fonctionnaires.

Chacun sait que le pseudo-président Djiboutien est l’ennemi « numéro UN » de la paix dans cette région. Il finance une milice qui opère dans la région Afar d’ Éthiopie. Cette milice, entrainée à Djibouti et bien équipée, a pour objectif de massacrer les Afar de la Région 2 d’Ethiopie.

L’un de ses moyens d’actions consiste à provoquer puis à attiser la haine entre les paysans Afar et Issa. Pourtant, ils sont tous issus de populations « soeurs » qui partageaient en paix cette zone, depuis des siècles.

Au lieu de rapprocher ces peuples frères, le dictateur préfére semer la haine entre eux.

De nombreuses preuves ont été fournies aux autorités éthiopiennes, pour confrimer la présence de ces militaires djiboutiens en uniformes, porteurs de pièces d’identité djiboutiennes. Plusieurs ont été arrêtés et remis aux autorités locales.

Il est à regretter que le Gouvernement éthiopies qui est parfaitement informé de la présence et du rôle de ces milices, garde un silence complice jusqu’à ce jour.

Un opposant Djiboutien, qui avait fait publier un article, pour déclarer sa stupéfaction après s’être rendu dans un camp militaire djiboutien. De ses propres yeux, il avait constaté qu’une carte de la région Afar d’Ethiopie était affichée sur le mur du bureau d’un haut-gradé djiboutien.

Surpris, il avait interpellé l’officier en lui demandant ce que cette carte faisait dans son bureau. L’officier avait refusé de lui répondre.

Revenons à notre événement.

La diaspora Afar est aussi venue en masse des quatre coins du monde, conduite par M. Hamad Yacin, président d’une association humanitaire basée en Suède et qui avait contribué à l’organisation de la cérémonie.

Grâce à eux, chacun a pu suivre en direct sur « Paltalk » et sur « Justin » le déroulement de la cérémonie.

Par sa présence massive, toutes les populations Afar ont montré leur soutien au nouveau Sultan. La solidarité Afar a été exemplaire.

Rappelons que le nouveau sultan a une expérience politique de plus de 30 ans. Le peuple espère qu’il puisse jouer un rôle très important dans la politique régionale et internationale.

La télévision Éthiopienne a consacré une édition spéciale a cet événement.

Ainsi que la radio en langue Éthiopienne installée en Allemagne qui a relaté ce fait important.

La cérémonie a commencé par la lecture d’un verset du Coran, puis la prière. Ensuite les participants ont assisté à une grande soirée culturelle riche en danse folklorique traditionnelle Afar. Elle a été clôturée aujourd’hui par le discours du nouveau Sultan.

Il a lancé un appel en faveur de la paix dans la corne de l’Afrique et partout dans le monde. Il a mis l’accent sur le développement de l’éducation et de la santé en Éthiopie et dans la région Afar. Une version en Français par le jeune Mohamed Houmed dit Charlie.

Le discours sera disponible bientôt sur Youtube et d’autres sites.

Voila en résumé un compte rendu de cette fête.

Une mauvaise nouvelle cependant : deux personnes qui s’étaient déplacées de Djibouti pour participer à la fête, ont perdu la vie dans un accident de voitures.

Il s’agit de MM. Kamil Mohamed Ali et d’Ali Banoita. Une troisième personne a été blessée gravement.

Inna lillah waa ina ileyhi raajioun.


Quelques informations sur le nouveau Sultan.

Hanfareh Ali Mirah a fait ses études aux États-Unis. Il est titulaire d’une maitrise en sciences politiques Il parle couramment l’anglais, l’arabe et l’amharique. Il est marié a Assia Abdou avec laquelle il a eu 7 enfants : 2 garçons et 5 filles.

Il est entré en politique en 1974 lorsque le « Négus rouge » avait lancé une offensive contre la région Afar qui était sous l’’autorite de son père le défunt Ali Mirah décèdé a Addis Abeba en Avril 2011.

Il fut le président du Front pour la libération Afar qui avait chassé du pouvoir le dictateur Mengistu Hailé Mariam, aujourd’hui en exil au Zimbabwe.

Hanfareh Ali Mirah est devenu le premier président de la région autonome Afar, puis après Ambassadeur auprès du royaume du Koweït.

Pour beaucoup plus d’information sur le sultanat Afar, je propose aux lecteurs de l’ARDHD de lire le livre de M. Aramis Houmed Soule, journaliste et écrivain :

Deux vies dans l’histoire de la corne de l’Afrique : Mahamoud Hanfareh (1861 -1902) et Ali Mirah Hanfareh 1944-2011. Centre Français Études Éthiopiennes.

Omar Gabasse

09/11/2011 (B629) Bravo à notre ami Roger Picon, combattant inlassable et à ce jeune qui a développé la rubrique « Fan des caricatures de Roger Picon » sur FaceBook. J’aimerais bien « j’aime » dans la petite case réservée, mais je ne le peux pas.

Je dois dire combien j’apprécie les caricatures de Roger Picon, qui se renouvelle sans cesse. J’ai trouvé fantastique l’idée qu’a eu l’un de nos compatriotes en développant cette rubrique « des Fans » sur FaceBook.

J’aurais aimé cliqué sur le logo « J’aime ». Mais la prudence m’en a retenu. Heureusement

Par plusieurs sources, je sais qu’un jeune qui avait exprimé son opposition à IOG sur FaceBook, a été arrêté au moment où il posait le pied sur le sol djiboutien. Interrogé (on imagine dans quelles conditions), il a ensuite été jeté à Gabode où il réside toujours.

FaceBook n’est pas anonyme, sauf si vous créez un profil « maquillé » de toutes pièces. Soyez vigilants mes soeurs et mes frères, car le SDS et autres affiliés surveillent FaceBook et notent tout ce qui se dit.

C’est pourquoi je choisis l’ARDHD pour témoigner ma reconnaissance à cette initiative et à Picon et pour les remercier de continuer leur combat à nos côtés.

Ne soyez pas étonnés si le symbole « J’aime » ne semble pas rencontrer un grand enthousiasme, ce n’est pas parce que la communauté ne veut pas le dire, mais parce qu’elle a peur des représailles directes et indirectes sur les familles restées au pays.

IOG n’a rien compris à l’évolution du consensus international. L’époque où les occidentaux accueillaient, à bras ouverts et en fanfare, les dictateurs est révolue.

Le mouvement est irréversible.

Cela explique
pourquoi Obama a refusé de rencontrer IOG lors de son séjour « prolongé » aux US. Idem pour Sarkozy. On ne sert plus la main d’un sangunaire.

Nous les Djiboutiens, levons-nous pour dire NON, anonymement sur FaceBook, sur l’ARDHD et sur tous les autres média à notre disposition.Mais faisons quelque chose pour montrer à nos compatriotes au pays, qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils sont soutenus par la diaspora.