29/01/11 (B587) GED Communiqué de M Mohamed Alhoumekani, porte-parole, pour féliciter les peuples tunisien et égyptien qui ont le courage de prendre leur destin en main, en se révoltant contre la dictature

Communiqué
de M. Mohamed Alhoumekani
pour saluer le courage des peuples tunisien et egyptien

Je tiens à saluer le courage et la persévérance des peuples tunisien et égyptien, qui ont pris conscience du fait que les dictateurs les privaient de leurs libertés fondamentales et de la possibilité de choisir démocratiquement un Gouvernement.

Motivés par le désir fondamental et légitime de restaurer un Etat de droit dans leurs pays, ils ont pris leur destin en main, sans n’attendre aucune aide étrangère pour signifier à leurs dictateurs, leur licenciement. En Tunisie, ils sont obtenus gain de cause par leur détermination à en finir avec ceux qui les ont baillonnés pendant tant d’années et qui ont accaparé toutes les richesses nationales.

Nous saluons aussi ces peuples qui se sont unis dans un même mouvement, sans distinction d’origine, d’appartenance sociale, tribale ou religieuse. Dans chaque cas, c’est une nation toute entière qui se redresse contre un système injuste.

Les gouvernements de l’union Européenne et des Etats-Unis, qui ont longtemps soutenu ces régimes, parce qu’ils les croyaient seuls capables de maintenir l’ordre et la paix, ont compris que le monde avait changé et qu’ils devaient exercer ces pressions fortes sur ces regimes pour qu’ils laissent s’exprimer leurs peuples sans les réprimer dans la violence et dans le sang.

Aujourd’hui, Djiboutiennes et Djiboutiens, nous avons notre avenir dans nos mains. Il faut oublier toutes les divergences qui ont pu séparer nos différentes communautés et nous unir pour atteindre un objectif préalable, unique et fondamental : mettre un terme au régime en place.

Pour tous nos compatriotes qui sont à l’etranger, surtout en Europe, aux USA et au Canada, qui bénéficient de tous les avantages : sociaux, liberté d’expression, c’est un devoir de se mobiliser pour soutenir les actions de nos soeurs et de nos frères sur place au pays, en démontrant aux Gouvernements des pays qui nous accueillent, la marche à suivre, en mettant en évidence l’impasse dans laquelle s’est mis le Gouvernement actuel de M. Guelleh et la nécessaire évolution dans la démocratie et le libre-choix.

Les jours du regime en place sont comptés.

Nous renouvelons notre proposition à Ismail Omar Guelleh. Il est encore temps pour lui de partir en quittant le pouvoir. Après il sera trop tard pour lui et pour ses proches. Qu’il ait la sagesse et le sens patriotique nécessaire pour éviter des affrontements sanglants, des victimes, des morts et des destructions. La politique de la terre brûlée n’a jamais mené bien loin, sauf devant les tribunaux pénaux internationaux.

Nous demandons par la même occasion à toutes les forces armées (FAD et FNP) de refuser d’exécuter tous les ordres illégaux en réprimant leur propre peuple, leurs frères, leurs soeurs, leurs parents et leurs proches qui exprimeront légitimememt et pacifiquement leur volonté d’en finir avec la dictature. Participer à la répression, obéir à des ordres illégaux, constituent des crimes passibles de la justice pénale.

Nous demandons aux forces étrangeres stationnées à Djibouti d’assister les Djiboutiennes et Djiboutiens pour les protéger des milices étrangéres telles qu’Al-Shabab, que le regime fait entrer pour déstabiliser le pays, avec tous les risques d’une radicalisation incontrollable par la suite.

19/01/11 (B587) GED Communiqué de M. Ali Abdillahi Iftin, candidat à l’élection présidentielle djiboutienne, pour saluer le courage, la résistance et la dignité du peuple tunisien à l’oppression et à la dictature.

Communiqué
du service de presse
de M. Ali Abdillahi Iftin
candidat à l’élection présidentielle

M. Ali Abdillahi Iftin, candidat à l’élection présidentielle, a tenu à saluer le courage et la dignité de la population tunisienne qui s’est unie et mobilisée, pour se libérer de la dictature et d’une famille qui avait accaparé toutes les richesses vives du pays.

Il a tenu à regretter l’attitude des autorités françaises qui ont conservé un mutisme significatif, durant les jours qui ont précédé la fuite du Président et en particulier les propos de la Ministre Mme Alliot-Marie, qui a émis la possibilité d’apporter un soutien français pour former des policiers tunisiens à la répression des manifestations populaires. Alors que le pays était déjà mis en coupe réglée avec l’assistance des policiers et des services secrets tunisiens…

M. Iftin adresse tous les encouragements du GED et de son équipe au peuple frère tunisien, en souhaitant qu’il trouve dans l’unité, les ressources nécessaires pour affronter les nouvelles épreuves qui se présentent avant d’instituer un véritable régime démocratique.

Il a conclu en disant que la situation tunisienne et son heureux dénouement sont à la fois un exemple et un encouragement pour le peuple djiboutien, qui est confronté à une situation semblable sur de nombreux points, et qui doit impérativement s’unir pour mettre un terme à la dictature qui l’opprime et aux exactions commises par la famille et par les proches de M. Guelleh.

24/12/10 (B583) GED / Les dirigeants du GED ont été reçus au sein de l’Union européenne à Bruxelles.

M. Ali Abdillahi Iftin
candidat à l’élection présidentielle rencontre l’Union européenne pour l’informer de la situation au pays et des risques graves au cas où M. Guelleh se maintiendrait au pouvoir, contre la volonté des Djiboutiens

Comme il l’avait annoncé, M. Ali Abdillahi Iftin, candidat à l’élection présidentielle conduit des entretiens avec les différentes instances internationales, en particulier le quai d’Orsay pour les autorités françaises et l’Union européenne.

M. Iftin a d’abord été reçu par des responsables français pour des échanges de vue sur la situation dans notre pays et pour l’alerter sur les risques, au cas où les prochaines élections ne se dérouleraient pas de façon démocratique et légale. Il a insisté sur le fait que M. Guelleh entendait probablement se maintenir au pouvoir, en abusant d’une violation de notre Constitution et en préparant un nouvelle fraude électorale massive.

Ensuite, apres plusieurs échanges de courriers avec le Cabinet de la commissaire Européen, Mme Catherine Ashton, la commission a organisé une rencontre entre la direction génerale au developpement pour l’Afrique et une délégation du Ged, conduite par M. Ali Abdillahi Iftin.

M. Jerremy Lester a reçu M. Iftin, le mercredi 22 décembre, dans les locaux de la commission Européenne. Durant l’entretien qui s’est prolongé il a pris note des problèmes qui se posent à Djibouti et il a confirmé aussi que l’Union européenne suivait de trés près la situation politique, économique, démocratique et son évolution..

M. Iftin a tenu à informer officiellement l’Union européenne des risques de se voir développer une situation explosive dans le pays, dans l’hypothèse où M. Guelleh refuserait de céder son fauteuil à un candidat élu démocratiquement par la population. Les risques étant le développement d’une situation comme en "Côte d’Ivoire" ou "en Somalie", qui ruinerait définitivement l’économie du pays et la cohésion sociale.

M. Iftin a demandé à l’Union européenne comme il l’avait demandé à la France d’assurer sa sécurité en tant que candidat. Il a exprimé le souhait, qui est partagé par l’ensemble de la population, de déléguer des observateurs issus des pays de l’Union, pour qu’ils empêchent la fraude électorale qui se préparent. Il a ajouté que tous les Djiboutiens seraient à leurs côtés pour faciliter leur mission.

M. Iftin a a fait un bilan des détournements des aides européennes dans tous les domaines et du fait que les subventions ne parvenaient jamais aux destinataires, mais étaient interceptées par le Président, sa famille et les hauts dirigeants proches du régime. Il a recommandé que des mesures soient prises pour empêcher de tels détournements et pour faire comprendre au régime actuel, qu’il ne peut plus se permettre de ruiner le pays et d’asservir sa population en bafouant les droits de l’homme, les droits syndicaux, les droits des enfants et la justice.

Il lui a été répondu que l’Union européenne élaborait actuellement plusieurs propositions qui seraient soumises aux dirigeants de l’Union européenne. Ces propositions ayant pour objectif de maintenir la cohésion dans la République de Djibouti et d’imposer le respect des règles démocratiques.

En conclusion, MI Iftin a tenu à prévenir du danger imminent d’une explosion populaire incontrolable, soit avant, soit après les élections d’avril 2011, si IOG parvient à se maintenir à la Présidence en ayant recours à la force et à la fraude.

La rencontre s’est achevée sur le constat d’une vision partagée et sur le maintien du dialogue dans les prochains mois.

24/12/10 (B583) GED / Ali Abdillahi Iftin, candidat à l’élection présidentielle, souhaite un joyeux Noël à tous les Chrétiens, au nom de tous les membres du GED

Communiqué
de M. Ali Abdillahi Iftin
candidat à l’élection présidentielle
et membre du GED
le 24 décembre 2010

Au nom de tous les membres du GED, j’adresse tous nos voeux à tous nos frères chrétiens, à l’occasion de la fête de Noël. Nous avons une pensée particulière pour tous les Chrétiens de notre région qui souffrent en raison de leur choix religieux.

Que ce soit sur le plan local, le plan national ou le plan régional, il nous appartient à tous d’accepter toutes nos soeurs et tous nos frères, quelques soient leurs différences, tribales, ethniques, raciales, religieuses,

C’est l’un des points fondamentaux pour instaurer la Démocratie et la Justice.

C’est pourquoi
les dictatures, à l’instar de celle qui ruine Djibouti, ont bien compris qu’elles avaient besoin de s’appuyer sur les divisions pour parvenir à se maintenir en suscitant les rivalités et les injustices et en attisant les divisions entre les habitants… parfois jusqu’à la Guerre civile.

Issus de différentes communautés, réunies au sein du GED, nous refusons cette approche et nous luttons contre les discriminations de toutes sortes. Djibouti est une nation et tous ses habitants sans aucune exception, constituent sa population. Il ne peut y avoir de citoyens au-dessus des Lois et de citoyens de seconde zone …

Joyeux Noël à toutes nos soeurs et à tous nos frères chrétiens.

21/12/10 (B583) GED : Communiqué pour soutenir l’ARDHD, diffamée par un site gouvernemental, qui essaie de se faire passer pour un site d’opposition.

Communiqué
du Porte-parole
du
Gouvernement en Exil
de Djibouti
21 décembre 2010

Constatant les attaques qui sont véhiculées sur un site, qui prétend frauduleusement être une émanation de l’opposition, le GED tient à apporter son soutien le plus total à l’ARDHD et à la LDDH, ainsi qu’à leurs dirigeants qui ne se retranchent pas derrière un anonymat de circonstance : MM. Jean-Paul Noël Abdi et Jean-Loup Schaal.

Nous rappelons que le site de l’ARDHD donne la parole à toutes les Djiboutiennes, à tous les Djiboutiens, à tous les partis et les mouvements d’opposition et aux differentes associations, en restant neutre.

Ce site a toujours defendu les droits fondamentaux des Djiboutiens: liberté, justice et démocratie.

Son président M. Jean-Loup Schaal, est souvent présent dans les manifestations et il a toujours était en première ligne pour défendre la cause des opposants politiques. Rappelons qu’il a été frappé d’une condamnation à ce propos, alors que les personnes ayant écrit les articles n’avaient pas eu le courage de se presenter pour témoigner….

S’il restait à IOG et à ses différents organes de presse un minimum de fierté, pourquoi s’attaquerait-il à la France et à ses nationaux quand ils soutiennent les désirs légitimes de la population ?

Rappelons qu’après avoir engagé le conflit suicidaire contre l’Erythrée, sur la recommandation de ses généraux d’opérette, le dictateur avait été contraint de supplier la France de faire intervenir les FFDJ sur le terrain, parce que nos services de santé n’ étaient pas en mesure de soigner nos propres blessés, ni de les évacuer sur des installations sanitaires : et ce sont encore celles des forces françaises qui ont assuré les soins avec efficacité ?

Dans ces conditions, pourquoi ne demande-t-on pas à la premiere dame du pays, à son mari le dictateur et aux principaux dirigeants du système, de renoncer à leur nationalité française.

Le site Djibouti 24 est piloté en sous-main par l’équipe au pouvoir et non pas par des Djiboutiens, opposants et sincères.

Il n’est que de constater que ce site n’a jamais fait état des crimes commis dans le pays sous les ordres des plus hauts dignitaires. Il n’a jamais parlé du viol de la Constitution, des assassinats, des violences contre les populations rurales, ni des differents trafics organisés par les hauts responsables du pays, etc…

Et c’est sur ces bases qu’il imagine pouvoir retourner les Djiboutiens aujourd’hui contre l’ARDHD et contre son président afin de développer un climat de haine contre la France et les Français ?

Parce que ce regime sait qu’il est train de s’ecrouler et que sa fin est proche et qu’il commence à pratiquer la politique de la terre brûlée !

Mohamed Saleh Alhoumekani
Porte-Parole du GED

12/12/10 (B582) Interview exclusive d’Ali Andillahi Iftin, membre du Ged et ancien Chef de la garde présidentielle qui confirme sa candidature à la présidence djiboutienne de la République.

Ali Abdillahi Iftin a accepté de répondre en exclusivité aux questions de Jean-Loup Schaal, et en particulier, sur :

  • le maintien de sa candidature,
  • l’absence du GED au forum de l’opposition à Londres,
  • le programme politique du GED,
  • les relations avec certains membres de l’opposition,
  • l’arrestation des militants et sympathisants de l’opposition à Djibouti,
  • les espoirs pour l’avenir.

__________________________ 1 – A écouter sur notre site

_________________________ 2 – A télécharger en MP3

Lien pour télécharger le fichier

23/11/10 (B579) GED : Communiqué pour rappeler que M.Ali Abdillahi Iftin est candidat l’élection présidentielle, sous réserve d’un respect des règles démocratiques et constitutionnelles.

Communiqué
du Gouvernement en Exil
de Djibouti
23 novembre 2010

Dans le discours que M. Ismaël Omar Guelleh a prononcé depuis le palais présidentiel, en langue Somali, le 16 novembre à l’occasion de la fête de la AÏD, il a évoqué l’un des candidats à la future élection présidentielle. En l’occurence, il ne peut s’agir que de M. Ali Abdillahi Iftin. En eftet, c’est le seul candidat, parmi ceux qui ont déclaré officiellement à ce jour leur intention de se présenter, à avoir fixé des conditions préalables, en particulier la garantie de l’application des règles démocratiques et le respect de la constitution.

M. Guelleh a demandé de ne pas esquiver « la lutte » pour la démocratie.

Le GED rappelle que M. Iftin est toujours candidat à ce jour et qu’il ne s’est pas retiré. Il maintient son exigence pour obtenir des garanties afin que cette compétition se déroule dans des conditions d’équité indiscutables et que chaque candidat bénéficie des mêmes droits. Au final, le Peuple doit pouvoir choisir son futur Président en toute liberté, sans subir de pression, de menaces ou de chantage..

31/10/10 (B576) Mohamed Saleh Alhoumekani, porte-parole du GED, chargé des affaires étrangères nous envoie un communiqué officiel, que nous publions à sa demande.

En tant que porte-parole du GED, chargé des affaires étrangères, je tiens à rendre public, le fait que M Ali Abdillahi Iftin et moi-même, avons eu un entretien téléphonique avec M Abdourahman Boreh. Cet entretien s’est déroulé dans des termes à la fois courtois, mais surtout très constructifs.

Il a permis de constater que nous avions des positions communes pour réaliser la démocratie à Djibouti et pour redonner aux populations les libertés fondamentales auxquelles elles peuvent légitimement prétendre.

Tous les points à régler en vue de resserer les liens, ont été évoqués de façon positive et nous sommes confiants dans la faisabilité d’un rapprochement à très court terme.

Mohamed Saleh Alhoumekani
Porte-Parole du Ged,
chargé des affaires étrangères