01/10/10 (B571) Djibouti déçu par la France ? (Good Morning Africa avec LOI)

Dans sa dernière parution la Lettre de l’Océan Indien titre l’un de ses articles "Djibouti préfère Washington à Paris".

Ce titre m’a un peu surprise au premier abord. L’article replace les relations frano-djiboutienne dans le contexte actuel de la négociation des accords de défense, le désaccord porterait sur la formation de l’armée djiboutienne par la France.

Et d’ajouter " le désamour n’est jamais très loin dans les relations entre les deux pays".

L’argument serait l’existence d’un rapport djiboutien sur le conflit frontalier avec l’Erythrée, rédigé en décembre 2009 par le ministère djiboutien des affaires étrangères :"La souveraineté de Djibouti sur le Ras Doumeira et l’île de Doumeira" où le gouvernement djiboutien souligne le "rôle positif et constructif joué par les Etats-Unis durant les différentes phases de cette crise douloureuse". Il souligne d’ailleurs en premier le soutiien "de la communauté Africaine, Arabe et internationale".

Alors qu’"avec force conviction (…)la France a, dès le début de cette crise, joué un rôle extrêmement négatif portant préjudice aux intérêts vitaux de Djibouti sur la Ras Doumeira et l’île de Doumeira. Cette attitude incompréhensible de la France, allié historique et soutien supposé indéfectible de la République de Djibouti dans ce type de circonstance, a profondément déçu le gouvernement et le peuple Djiboutien et risque d’affecter durablement les intérêts partagés entre les deux pays"

D’accord le gouvernement Djiboutien a pu être déçu de ne pas être plus soutenu par la France lors de cet conflit (la France a apporté un soutien logistique) mais de là à en conclure un étiolement des relations…

30/06/10 (B558) Somaliland – Elections (1 article)

________________ 1 – GoodMorningAfrica

Le pays qui n’existe pas vote

Samedi les Somalilandais (ex Somalie Britannique) votaient à l’occasion de la deuxième élection présidentielle de la république autoproclamée (1 tour scrutin par liste).

Seulement 3 partis sont autorisés, les trois candidats en lice :

– le président sortant Dahir Riyale Kahin (Issak mais d’un sous clan minoritaire : Gadabourssi) soutenu par le voisin djiboutien mais donné perdant (photo).
– Ahmed Mohamud Silanyo
– Feysal Ali Warabe

Enjeu de l’élection :

-Tous les candidats se retrouvent derrière la lutte pour la reconnaissance de ce quasi Etat.
-Risque de déstabilisation si l’un des 2 autres candidats est élu car l’actuel président était issu d’un sous clan minoritaire ce qui permettait de calmer les velléités des 2 autres clans qui eux sont majoritaires.

Les résultats de l’élection, suivie par des dizaines d’observateurs internationaux, sont attendus dans une semaine.

Le Somaliland a fait sécession en 1991, proclamant son indépendance et offrant une paix relative à ses habitants dans le nord-ouest du territoire somalien alors que le sud de la Somalie sombrait dans le chaos et l’anarchie.

Un Quasi Etat dynamique : Le pays dispose de ses propres forces de sécurité et de sa police, d’un système judiciaire et d’une monnaie, d’un drapeau, de timbre (édités en Grande Bretagne), de gardes côtes formés par les Britanniques mais n’a été reconnue par aucun autre Etat. Le secteur privé est très dynamique (7 opérateurs de téléphone presque autant de journaux).

C’est aussi la seule économie au monde où plus de la moitié de la population dépend du pastoralisme nomade pour vivre. Dans « un pays plein de promesses » Oblik Carton Dibeth note : « le Somaliland possède une classe entrepreneurs connue pour avoir su mettre sur pied, à la suite de la guerre civile, un système de télécommunication, de liaisons aériennes et de sociétés de transfert d’argent et cela malgré l’absence de banques commerciales, d’institutions de crédit et de services d’assurances »

Des ressources : 850 km de côtes, en 1988 lorsque l’extension de la guerre dans le Nord les a obligé à fuir, au moins deux compagnies pétrolières (Conoco et Sunoil) avaient trouvé de l’huile.

Les permis sont aujourd’hui caducs. Ce brut est une extension du gisement yéménite et il est probablement très riche.

Au nom du principe de l’intangibilité des frontières aucun Etat ne reconnait ce pays. Peu avant sa mort le Président Mohamed Ibrahim Egal avait suggéré qu’on traite le Somaliland comme « entité de facto » à la manière de l’entité palestinienne. Le but est essentiellement de permettre des relations bancaires et la possibilité d’établir des contrats d’assurance.

Qui fera le premier pas ?

Quelles conséquences de l’indépendance du Sud Soudan l’année prochaine ?

L’indépendance est elle souhaitable dans une région déjà Balkanisée ?