23/12/03 (B226) Les artistes s’engagent pour dénoncer la dictature et les atteintes du régime de Guelleh contre la population djiboutienne : cette semaine GORYAREH s’exprime et nous fait partager ses dernières créations. Le message est fort !

 


Goryareh : photo
parue
dans La Nation à l’époque
où le régime espérait encore
attirer les artistes pour masquer ses crimes.

Le soutien et le
renfort des artistes a toujours été un élément
puissant et un vecteur fort de communication. De plus c’est toute une
sympbolique qu’ils véhiculent au travers de leur art : son poids
est important, redoutable et redoutée des dictateurs.

Nous saluons avec
force, l’engagement personnel, cette semaine, de GORYAREH et tout le
travail qu’il a produit dans le seul but d’apporter sa contribution
à la fin de ce régime autoritaire, dictatorial et sanguinaire.

GORYAREH vous propose d’écouter
ses enregistrements qui sont en libre accès, avec son accord, sur notre
site. Soyez nombreux à l’écouter et à réfléchir
sur l’engagement de cet artiste en faveur du Peuple djiboutien qui souffre
et qui subit l’asservissement d’une caste privilégiée, néfaste
et cupide.

Et si la chute d’un régime
injuste et immoral était provoqué par l’engagement des artistes ?


Goryareh s’exprime contre la dictature et toutes les malversations commises
par les barons du régime.

Ecoutez les textes qu’il nous propose

Goryareh partie1_000

   
Télécharger

Goryareh partie1_195

   

Télécharger

Goryareh partie1_400

   

Télécharger


_
___
____________________________________________________

Propos adressés
par GORYAREH aux lecteurs de l’ARDHD

« Dans ce premier
enregistrement, je passe mes salutations à l’ensemble de la population
Djiboutienne, quelque soit son appartenance ethnique.

Je me porte bien, Dieu
merci.

Je souhaite réagir
aux diffamations orchestrées par le pouvoir.

« Des rumeurs
continuent de circuler à Djibouti sur ma personne, je tiens à
rassurer mes compatriotes qu’elles sont infondées, et qu’elles
n’affecteront pas ma crédibilité».

J’invite à
la population de s’opposer par tous les moyens à deux voyous,
du moment que le président n’a pas voulu mettre fin à leurs
agissements :

Hachi Afwayneh,
informateur et grand voyou

Djama M. Haïd,
dit Djama Douflé
, gouverneur de la Banque Nationale, expert en
détournement des deniers publics.

Les Issa et les Afar
doivent donner l’exemple, et contrer les nuisances de ces messieurs.

Sinon, les autres communautés
diront : « Que pourrons-nous faire, les Issa et les Afar fuient aussi».

Le ministre de la fonction
publique Mr. Saïd Barkat, est placé sous le contrôle
de Hachi.

Mr. Saïd Barkat,
pour échapper aux critiques et insultes de Hachi, remet à celui-ci
des sommes d’argent et autres cadeaux (meubles de grande qualité,
autres luxes, et même des fourchettes).

Kadra Mahmoud Haïd
« Qabyo»,
contrôle et influence les personnalités
et ministres suivants : Yacin Elmi Bouh, Johar, Saïd Barkat, Mohamed
Ali, Roukia Abdillahi,
Ministre de la Justice, Ministre de la Coopération
…etc.

Toutes ces personnes
renvoient celle ou celui qui insulte ou en désaccord avec Kadra.
«