03/02/2012 (B642) Hachin Loita, porte-parole de l’UDJ pour l’Europe a bien voulu nous faire part de l’entretien téléphonique qu’il avait eu ce matin avec Farad Abadid Hildid (A écouter / télécharger)

Nous n’avons pas voulu joindre Farah Abadid par téléphone, préférant le laisser se reposer après les 24 de torture qu’il a subi dans les locaux de la gendarmerie.

En revanche, Ahmed Hachin-Loita avait pu lui parler ce matin et il a accepté de partager avec les lecteurs de l’ARDHD, ce qu’il a appris de la bouche même de Farah.

1°) A écouter en WMA

2°) A télécharger en MP3
Lien de téléchargement

02/02/2012 (B641) A l’approche du 20ème anniversaire de la création de l’ARDHD, nous recevons de nombreux messages de remerciements et d’encouragement.

Nous ne pouvons pas les publier tous et nous mettons en ligne quelques témoignages.

Hachin Loita, porte-parole de l’UJD

Vingt ans déjà ! Hélas, que le temps passe vite ! Je tiens à te remercier pour ton courage, ton dévouement, ton engagement et
ta persévérance sans faille auprès du peuple Djiboutien. Depuis si longtemps maintenant.

Merci encore d’avoir donné une voix à un peuple sans voix. Ton site est sans commune mesure, le premier à tenir tête à l’un des dictateurs-sanguinaires, le plus féroce de l’Afrique.

Les Djiboutien(nes) sont reconnaissant(es) du combat que tu mènes à juste titre pour la liberté et la démocratie depuis près d’un quart de siècle.

28/11/2011 (B632) Appel à la mobilisation (par Ahmed Hachin Loita)

Appel à la mobilisation

Depuis 34 ans et plus particulièrement depuis 1999, qui correspond à l’arrivée du « sanguinaire » usurpateur à la tête de notre pays par la fraude, rien ne va plus !

Élimination systématique des leaders politiques, des intellectuels, des associations, au vu et au su de la population, pour conforter un pouvoir mal acquis en s’appuyant sur l’autorité morale de certains « vieux véreux » qui l’ont soutenu en échange de quelques bottes de khats et qui ont ainsi vendu leurs âmes au diable.

40.000 personnes sont sorties dans la rue au mois février pour dire NON au tortionnaire-Usurpateur, à l’appel de l’opposition. Cette démonstration a prouvé la détermination de la population et elle a fait grand peur à la mafia et à son gourou I.O.G.

Depuis la chasse à l’homme est ouverte à Djibouti.

Elle cible les membres de l’opposition, les défendeurs des Droits de l’Homme et plus spécialement tous ceux qui résident à Djibouti.

Voilà des leaders de l’Opposition, issus du peuple, qui se battent pour vous, à vos cotés ! Montrons leurs qu’ils ne sont pas seuls à se battre pour la justice et la démocratie.

Houssein Robleh Dabar, cadre dirigeant de U.D.J , Farah Abadid Hildid cadre du M.R.D pour ne citer qu’eux, sont quotidiennement harcelés uniquement pour leurs appartenances politiques et leur refu de faire allégeance au gourou.

Monsieur Houssein Robleh Dabar a été arrêté le 17 novembre et conduit dans la sinistre SRD (Section de Recherche et de Documentation) pour y subir des tortures appliquées avec une violence inouïe : elles ont duré 5 jours consécutifs.

Aujourd’hui il souffre de graves altérations physiques, en particulier au niveau des oreilles. Il va subir des examens médicaux et il espère obtenir un diagnostic médical écrit (si les médecins « courageux » ne se dérobent pas pour éviter de déplaire au gourou ?). Il projette de porter plainte à Djibouti dans un premier temps puis de porter l’affaire devant la Cour pénale internationale dans une seconde étape pour torture.

Le 21 novembre Messieurs Farah Abadid Hildid et Soulemane Cheick Soulemane Moussa, juge du siège ont été arrêtés et torturés dans ce même service (SRD) de la gendarmerie. Eux aussi conservent des séquelles, qui sont peut-être irréversibles..

Messieurs Houssein Robleh et Farah Abadid Hildid ont été finalement libèrés le 24 novembre. Mais ils ont été placés sous un contrôle judiciaire très stricte, avec notamment l’interdiction de sortir de la ville. Ils devraient revoir le juge ce 28 novembre.

C’est la deuxième fois que ces deux journalistes sont arrêtés. Lors de sa précédente garde à vue, Monsieur Farah Abadid Hildid avait déjà été torturé et il en conserve de graves séquelles.

Quand à Monsieur Soulemane, il est détenu dans un lieu secret. Depuis son arrestation nous sommes sans nouvelle de lui. Tous les opposants expriment leur plus grande inquiétude pour son intégrité physique et peut-être pour sa vie.

Nous demandons la libération immédiate et sans condition du juge et de tous les prisonniers politiques placés en détention arbitraire à Djibouti.

La dictature reproche aux journalistes et à ce juge intègre d’avoir écrit un tract pour appeler à une manifestation intitulée  » une journée de colère « . Quoi de plus légitime que de demander à ceux qui sont privés de parole, de s’exprimer pacifiquement dans les rues ?

C’en est trop et nous appelons toute la population à descendre dans la rue avec les étudiants-chômeurs, les parents, les retraités, les dockers, les fonctionnaires, les enseignants, les personnels de santé, pour dire au sanguinaire qu’il est temps de partir et que c’est la dernière chance pour lui.

Khadafi n’avait pas voulu écouter ce message et il est mort comme un rat. Même le soutien de ses milices étrangères n’a pas été suffisant pour le protéger d’un peuple uni autour d’une même revendication.

Tous ensemble, montrons notre force et notre détermination sans faille pour dire au sanguinaire-tortionnaire que Djibouti appartient à son peuple et non à la famille Guelleh Batal et à leur cour d’obligés.

« Une chamelle qui a peur, ne broute jamais l’herbe tendre »

Tous unis nous avons la force pour libérer notre pays des mains du dictateur. Ainsi et seulement ainsi nous retrouverons notre dignité, notre liberté confisquée depuis si longtemps. Debout les braves ! Citoyens nous devons nous lever pour réclamer nos droits légitimes..

Nous demandons à l’armée, à la police et aux gendarmes de protéger la population, parce que c’est leur mission et qu’il en va de leur honneur. Ils sont les défenseurs du peuple et non du dictateur qui leur ordonne de torturer et de tuer leurs soeurs, leurs frères, leurs parents et leurs cousins..

Chacun(e) doit interpeller ses cousins, ses frères, ses oncles qui sont membres des forces de l’ordre : police, gendarmeries, armée, pour les mettre devant leurs responsabilités..

L’opposition, avec l’ensemble de la société civile se prépare pour former un gouvernement de transition et pour organiser dans les huit mois qui suivront la déchéance du dictateur, des élections libre et démocratiques.

Nous condamnons la torture sous toutes ses formes et en particulier les traitements inhumains et dégradants contre les journaliste, les prisonniers politiques, les défenseurs des Droit de l’Homme et tous les citoyens djiboutiens qui refusent l’oppression et la main mise sur le pays par une petite poignée de dirigeants illégitimes..

Nous dénonçons la passivité et la complicité de la France. Il y a là un cas flagrant de non-assistance à personnes en danger.

Nous demandons aux forces étrangères présentes à Djibouti, et en particulier à la France de cesser d’approvisionner les forces de répression du régime en leur fournissant les bombes lacrymogènes et les différents moyens qui sont utilisés illégitimitement contre des manifestants pacifiques.

Ces Etats, s’ils souhaitent rester nos amis, doivent cesser de soutenir ce dictateur sanguinaire en fin de carrière et avoir au contraire le souci de protéger les populations civiles sans défense qui ne font que réclamer leur liberté et la restauration de leur dignité.

La lutte continue et la victoire est proche.

Hachin Loita Ahmed
Représentant de l’U.D.J. en France

 

25/11/2011 (B631) Interview d’Hachin Loita, représentant de l’UJD en Europe. (A écouter et/ou à télécharger)

Ahmed Hachin-Loita exprime sa colère tout au long de cet interview.

Colère pour les sévices corporels qu’ont subi Houssein Robleh Dabar et Farah Abadid Hildid, libérés hier, mais après des tortures abominables et abandonnés sans soins ni médicaments.

Colère contre le régime. Il lance un appel à la mobilisation pacifique du peuple pour manifester son refus de la dictature …

Il annonce que les opposants sont prêts à prendre le relai pour assumer la transition qui conduira à des élections libres.

1°) A écouter en Wma

2°) A télécharger en MP3
Lien de téléchargement

12/11/2011 (B630) ALERTE ROUGE – Je demande au Ministre de l’intérieur de bien réfléchir avant de prendre une décision aussi grave, qui aura des conséquences imprévisibles. J’informe les média de mon côté (Ahmed Hachin-Loita)

Je viens tout juste d’apprendre que le ministre de l’intérieur Hassan Darar Houffaneh, s’apprêterait à dissoudre purement et simplement la Ligue Djiboutien des Droits de Hommes.

La LDDH est la seule association légale, indépendante face au régime dictatorial et par conséquent elle dérange au plus haut point, leurs pratiques. La LDDH est affiliée à la FIDH.

Le Ministre de l’intérieur prétexterait qu’« elle a touché des points sensibles et intouchables », selon les termes qu’aurait utilisés, devant témoin, le directeur « par intérim » de l’administration et de la réglementation hébergée au district de Djibouti .

La LDDH et son président Jean-Paul NOËL ABDI dénonce depuis des années les tortures, les viols, les disparitions, les emprisonnement des opposants, les exactions extra-judiciaires et fait son travail de défenseur et rien d’autre.

L’Union pour la Démocratie et pour la Justice (U.D.J) apporte son soutien total et indéfectible à la LDDH et à son président Jean-Paul NOËL ABDI et elle fera tout ce qui est possible pour éviter que cela ne puisse se réaliser.

Quand au ministre de l’intérieur Hassan Darar HOUFFANEH, nous lui demandons de bien réfléchir avant de prendre une telle décision irrémédiable et de confirmer qu’il cautionne sans remord toutes les pratiques du Sanguinaire au pouvoir.

Les heures du Dictateur sont comptés et les Djiboutiens (nes) se souviendront de la responsabilité de chacun (e).

Hachin-Loita Ahmed
Représentant de l’U.D.J en France

 

06/04/11 (B598) La tournée des popotes (Hachin-Loita Ahmed)

Après Obock, Tadjourah, hier, c’était au tour de la population de la région d’Arta de subir les intolérables pressions du tortionnaire-usurpateur.

Chat échaudé craint l’eau froide !

Pas moins de 30 bus remplis de Somaliens fraichement estampillés Djiboutiens ont été affrétés pour pallier, au pied levé, l’absence prévisible des habitants, qui ne se sont pas déplacés pour montrer leur totale réprobation au candidat illégitime.
Cette région a toujours été dangereuse pour les pouvoirs centraux, encore plus pour le sanguinaire actuel.

Nos anciens ont su rester libres, dignes et fiers en dépit de la brutalité des colons.
______________________________

L’exemple le plus frappant des années soixante est bien «Paix à son âme» celui de Monsieur Eguel Boulaleh Samatar, originaire de cette région.

Dans les années 1966-67 Monsieur Samatar était ministre de l’intérieur et il avait le pouvoir entre les mains.

Monsieur Samatar avait choisi de démissionner de son poste, abandonnant tous ses privilèges pour s’engager dans la résistance et la lutte pour l’indépendance.

______________ Voilà exemple à méditer à suivre.

N’écoutez pas les chants des sirènes !

Ne vous laissez pas séduire par les danses du ventre de celui qui vous promet monts et merveilles depuis si longtemps et qui n’a jamais tenu parole.

Depuis l’affront que nous lui avions infligé dans les années 80 en manifestant pour soutenir un cousin, qui avait été honteusement spolié de ses biens immobiliers par un dignitaire du régime.

Rappelons-nous les rafles qui ont suivi et des tortures. Depuis cela IOG et ses acolytes ont commencé un travaille de sape pour brimer les habitants de notre région.

Fermeture des casernes militaires françaises où justement 70% de la population d’Arta et de Weah était employé.

Depuis le taux de chômage chez les actifs est évalué à 85% et probablement plus.

Ne vendons pas notre âme au diable en échange d’une botte de khat.

L’usurpateur vient aujourd’hui se laver les pieds dans notre misère, dont il est le grand responsable. Quelle honte !

N’écoutez pas non plus les discours des quelques privilégiés de la région, qui vont tenter de conserver leurs avantages…

Ceux-là même qui nous rient au nez, qui nous ferment leurs portes et qui nous filment avec leur caméra, alors que nous pensions aller voir le cousin pour pouvoir lui demander du lait pour les enfants.

N’oublions qui est le responsable de cette misère !
C’est le tortionnaire-sanguinaire I.O.G

Ne votez pas le 08 avril 2011, restez chez-vous
Ainsi nous ne cautionnerons pas cette mascarade indigne.

A bientôt.

Hachin-Loita Ahmed
Président de l’association ISKOUTIR de France
Association qui vient en aide les enfants d’Arta et deWeah

31/03/11 (B597) Rassemblement de soutien pour le peuple djiboutien le vendredi 1er avril 2011 à 17 heures devant la préfecture de l’Eure 2011 (Evreux)

Fait à Evreux, le 31 mars 2011

Je m’adresse à la diaspora Djiboutienne et plus particulièrement à ceux qui sont en France.

Les Djiboutiens (nes) du Canada, de Belgique, d’Angleterre et des autres pays qui nous accueillent, sont à la pointe de la mobilisation pour la libération de notre pays.

Nous qui sommes en France, ne soyons pas en reste ! Engageons-nous avec plus de détermination dans la lutte pour retrouver notre dignité et notre liberté confisquées depuis bien longtemps.

Nous avons eu la chance d’être accueillis dans un pays où la liberté d’expression existe alors profitons de cette opportunité pour soutenir nos frères et nos soeurs qui souffrent depuis 34 ans.

Pourquoi ne pas créer des groupes locaux de soutien dans vos départements, vos région, pour interpeller les élus de tous bords, les médias, les radios et ainsi de suite, comme je le fais dans l’Eure en recevant à chaque fois, un écho très favorable des média locaux et parfois nationaux.

C’est un moyen, facile d’accès, qui est à notre disposition : il suffit de l’actionner.

Ceux qui sont au pays ont peur de manifester pacifiquement. Il faut qu’ils sachent qu’ils ne sont plus seuls et que le monde entier suit la situation et ses développements.

Un proverbe Djiboutien dit :
« Une chamelle qui a peur ne broute jamais l’herbe tendre» .

Un internaute demandait à ce que les intervenants sur le site puissent signer leur texte. C’est fait et je signe le mien :

Hachin-Loita Ahmed Absieh
Né à Arta
Président de l’association ISKOUTIR de France
qui vient en aide aux enfants d’Arta et de Weah