16/04/10 (B546) Culture …. (2 articles en Français)

_______________ 2 – Radio Aligre

L’écrivain somalien Nourreddine Farah et le représentant de l’ARD en Europe étaient les invités de l’émission Résonance africaine sur les ondes de radio Aligre-Fm à Paris, samedi 10 avril dernier de 16 h 00 à 17 h 00.

Nourreddine Farah a présenté son dernier roman, « l’Exil », traduit de l’anglais « Liens », où il conte le vécu du peuple somalien en butte avec un destin toujours en construction.

Parce qu’il n’y a pas de culture sans liberté, Nourreddine Farah vit et écrit en exil loin de sa terre natale. Les personnages de « l’Exil » exorcisent ce vécu pour le déconstruire et le penser. L’écrivain a pointé aussi l’existence d’influences extérieures en Somalie qui tirent les Somaliens dans des directions contradictoires.

______________________________

Maki Houmedgaba représentant l’ARD a proposé une vision de la situation en Somalie comme s’inscrivant dans le contexte d’une Corne de l’Afrique elle-même en quête d’un modèle d’organisation sociale.

C’est une région d’Afrique où des identités culturelles millénaires ont préexisté aux colonisations et continuent de prévaloir sur le moule d’un Etat central parfois imposé, mais qui n’a jamais réussi à imprégner les esprits localement.


_______________ 1 – 7sur7 (Belgique) avec Belga

Une photo inédite de Rimbaud découverte par des libraires

Une photo prise à Aden (Yemen) d’Arthur Rimbaud, âgé d’une trentaine d’années, la seule de bonne qualité du poète français adulte, a été découverte par deux libraires parisiens, a déclaré jeudi l’un d’eux.

La photo, qui date du début des années 1880, faisait partie d’un lot qui en contient une trentaine d’autres prises à Aden, port du Yémen et à l’époque d’Abyssinie, découvertes lors d’une brocante par deux libraires passionnés d’histoire des livres, Jacques Desse et Alban Caussé.

"On voyait ce visage, ce type à l’oeil clair qui a l’air d’un extraterrestre au milieu des autres, un peu comme s’il était là et en même temps ailleurs", a raconté Jacques Desse."L’endroit où nous l’avons acquise et son prix importent peu. L’extraordinaire c’est que c’est un peu le chaînon manquant entre la célèbre photo du poète de 17 ans d’Etienne Carjat et quatre autoportraits réalisés dans des conditions très mauvaises avant sa mort en 1891", ajoute-t-il.

Pour authentifier le cliché, les deux libraires ont fait appel à Jean-Jacques Lefrère, spécialiste de Rimbaud et auteur d’un livre "Sur Arthur Rimbaud, Correspondance Posthume". Après de nombreux recoupements avec d’autres photos, des lettres et un travail minutieux de deux années, le cliché a été jugé authentique.

Rimbaud, né en 1854, a été un poète précoce dans son adolescence mais a cessé d’écrire à 20 ans. Il a ensuite mené une vie d’aventurier pour mourir à 37 ans en 1891. (belga)

15/10/09 (B520) ALERTE ROUGE : 130 jeunes djiboutiens ont été libérés sur Grâce présidentielle, « inspirée » par le tollé international que cette situation odieuse avait suscitée. En dépit de cette mesure qui va dans le bon sens, la question est posée de savoir s’il reste encore des jeunes incarcérés, puisque les chiffres ne coïncident pas ….

Cent quatre-vingt neuf jeunes djiboutiens avaient été incarcérés à la suite d’une manifestation de protestation contre les coupures d’électricité et d’eau potable et condamnés « en catimini » sans la présence d’avocats pour assurer leur défense, ni de leurs familles, puisque la majorité sont des mineurs.

A la suite des différentes alertes et du tollé internationale(*) que cette affaire avait suscité, il semble que les autorités djiboutiennes et en particulier les Ministres de l’intérieur et de la Justice aient recouvré le bon sens, puisque 130 jeunes ont été libérés par décret présidentiel « de grâce ».

Nous saluons cette décision qui va dans le bon sens et nous félicitons les Ministres et les responsables qui ont certainement plaidé auprès de Guelleh, en faveur de la libération de ces jeunes, qui pourront, comme nous l’espérons, reprendre leur parcours scolaire.

Mais il reste des incertitudes graves. Nous attendons des précisions :

A l’origine, les observateurs évoquaient l’incarcération de 189 jeunes. Si 130 ont été libérés, où sont passés les 59 autres jeunes, en majorité mineurs ? Sont-ils toujours incarcérés à Gabode avec les adultes et soumis à des tortures psychologiques et probablement physiques ????

En l’absence de précisions et d’information, on pourrait imaginer, par exemple, que le régime en ait relâché les deux tiers seulement uniquement pour tenter de maitriser la campagne internationale qui se développait mais qu’il conserve dans ses geôles, le dernier tiers, à titre de représailles.

Merci à tous les lecteurs qui auraient des informations précises, de nous les communiquer de toute urgence.

Nous espérons que Jean-Paul Noël Abdi, en sa qualité de Président de la LDDH soit autorisé très rapidement, à se rendre à Gabode pour visiter les prisonniers et se rendre compte de la situation. Il avait demandé de pouvoir effectuer ces visites qui sont de son ressort, dans une lettre ouverte adressée au Ministre.

Rappelons que de nombreux prisonniers, attendent toujours un jugement, et qu’ils sont incarcérés « en préventive » à Gabode, parfois depuis plusieurs années, ce qui est intolérable.

(*) En coordination avec la LDDH, l’ARDHD avait lancé les premières alertes, à la fois sur son site et aussi par la voix de son Président interviewé dans l’émission hebdomadaire de Survie sur « fréquence plurielle »

___________________________ Extrait RTD

Grâce présidentielle pour 130 jeunes condamnés pour trouble à l’ordre public.

Le président de la république a accorde des mesures de grâce totales de peines privatives de liberté à 130 jeunes détenus condamnés pour trouble à l’ordre public, dans un décret daté d’hier.

Ces 130 jeunes ont été libérés aujourd’hui de la prison de Gabode, ils pourront regagner leur foyer et reprendre leurs études.

Il est solennellement demandé aux parents et à la communauté nationale dans son ensemble d’empêcher tout trouble à l’ordre public et de veiller à la paix sociale.

Par ailleurs, la commission nationale des droits de l’homme dans un communiqué publié ce matin salue le geste courageux du Chef de l’État.

Ces mesures vont permettre aux bénéficiaires leurs réinsertion sociale conclut le communique de la commission nationale des droits de l’homme

13/10/09 (B520) La LDDH adresse deux lettres ouvertes officielles à des ministres djiboutiens, au sujet de l’incarcération des jeunes djiboutiens.

______________________________________

Au
Monsieur le Ministre de la Justice, chargé des Droits de l’Homme
et des Affaires Pénitentiaires.

Djibouti, le 12 octobre 2009

Monsieur le Ministre,

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir prendre en considération notre demande, pour que nous puissions librement accéder à la Prison de Gabode en accordant une Autorisation Spéciale à la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH).

Conformément à nos activités dans le combat pour la prévention des conflits et en tant que Défenseurs des Droits de l’Homme, il est de notre Devoir de suivre la situation carcérale et ce au sein de la Prison, avec évidemment votre Autorisation de Ministre chargé des Affaires Pénitentiaires.

A l’issu de notre Enquête, notre Organisation s’engage d’établir un Rapport ouvert et indépendant, tant à votre attention, que pour des Organisations internationales des Défenseurs des Droits de l’Homme.

Votre Autorisation Spéciale va, inéluctablement, nous permettre d’effectuer une Enquête de deux ou trois jours, afin de mieux connaître auprès des détenus les raisons et les conditions d’incarcération, en particulier des jeunes mineurs et autres, mais aussi de déterminer le nombre exact des détentions provisoire parfois, hélas de plusieurs années.

Une réponse écrite dans un proche avenir serait encourageante, et je reste à votre entière disposition pour vous donner plus amples informations, dès que vous serez disposé à me recevoir.

Avec mes sentiments déférents et fraternels

NOEL ABDI Jean-Paul

__________________________________________

LETTRE OUVERTE
A MADAME NIMAC BOULHAN
MINISTRE DE LA PROMOTION DE LA FEMME

Djibouti, le 7 octobre 2009

Madame la Ministre,

Très sincèrement, je déplore le fait que jusqu’à présent vous n’avez pas daigné répondre à la lettre du 30 septembre 2009, que j’avais remis à votre Secrétaire.

En effet, une Délégation de la LDDH membre focal du Réseau de l’East and Horn Africa Human Rights Defender doit se rendre incessamment à une Conférence sur la Protection et la Promotion de la Femme.

J’avais attiré votre attention sur ce fait, tout en vous demandant un Entretien dans votre Bureau afin de mieux apprécier les efforts que vous entreprenez pour la Défense et la Protection de la Femme Djiboutienne et en faire un Rapport succinct.

Dans la lettre que je vous avais adressée, je n’ai pas manqué de vous rappeler qu’avant les fêtes de l’Indépendance, j’avais remis à Madame HALOW Secrétaire Générale de la Promotion de la Femme des documents et des posters, ainsi qu’un questionnaire de la FIDH à l’occasion de la « Femme Africaine ».

J’ose espérer, même si vous estimez ne pas me recevoir pour un simple entretien, vous ne manquerez pas de répondre au moins par écrit directement à la FIDH au questionnaire remis à Madame HALOW.

Avec mes sentiments déférents.

M. NOEL ABDI Jean-Paul

19/06/08 (B452) RAMID : soirée de solidarité le 5 juillet. Invitation.

LE 5 JUILLET 2008 Ramid vous invite à la soirée aphrodisiaque
Dés 17h00 jusqu’à 23 h 00
Avec la participation d’Omar djibouti, Abdo kassim, Omar Ahmed ,
Mokalonji … d’autres surprises !!!

Salle : Rue Creuse n°19, 1030 Schaerbeek
Tram 92 : à prendre de Botanique et descendre à l’arrêt Pogge.
Paf : 10 euros
Dégustations : plat éthiopien et spécialité Djiboutienne tel que Samboussa …
________________________

Contacts : Asbl Ramid, rue Emmanuel Hiel N°46,1030 Schaerbeek
Contact personne : Administrateur Mohamed Said (0032) 487 641 459
Autre contact : Adjoint Mehemfareh Addu Hassan (0032) 484 66 36 19

VENEZ REVIVRE AVEC NOUS TOUS CE GRANDS MOMENTS AVEC LES DJ’S WALAQ, LEE OKAR

14/02/08 (B434) Faire-part de mariage d’Abdoulkader et Fatouma, qui nous est adressé par la communauté djiboutienne en Europe

Faire-Part du mariage

La famille Gadilleh et la famille Wilo,
sont heureux de vous faire part du mariage de leurs enfants
Abdoulkader et Fatouma, alias Fafy.

La cérémonie du mariage aura lieu jeudi 14 Février 2008 au bord de la piscine du Sheraton Hotel de Djibouti à partir de 20H00, en présence des membres des deux familles, des amis, des proches et un parterre d’invités.

La diaspora djiboutienne en Europe, s’associe – à distence – à la fête et adresse ses très chaleureuses félicitations aux jeunes mariés

04/12/07 (B424) Soirée mémorable à Bruxelles, en hommage à Abdallah Lee (Association Ramid)(Attention – date modifiée par les auteurs, le 6/12/07)

TOUS ENSEMBLES POUR LA SOLIDARITE

Une soirée extraordinaire sera organisée par RAMID avec la communauté Djiboutienne, de Belgique,
le samedi 22 décembre 2007 dès 17h ,
Maison de peuple,
Place du Parvis de Saint Gilles 37, 1060 Bruxelles.
(Tram 55, 4, direction silence où stalle, 2 arrêt après Gare du Midi).

Cette soirée sera dédiée exceptionnellement en hommage à notre regretté star Abdallah Lee, l’enfant prodige du pays.

Tous les artistes ont voulu à leur manière lui témoigner leur admiration en répondant présent. Seront présent à cet événement Abdoul Aziz, Abdo Kassim, Hama , Caynan, Mihina, Zakieh, Tatass et enfin Mounira.

La recette de la soirée sera entièrement reversée à la famille du défunt.

-Pour la prévente et la réservation contacter : Germani 0487578829 / Moser 0479505200.

-Pour les dons sur le compte de Ramid : 068-2448383-33 communication (Abdallah Lee Solidarité)

-Par e-mail : asblramid@hotmail.com

Le prix d’entrée est fixé à 10 euros.

http://ramid.skyblogs.be/

VENEZ NOMBREUX

20/09/07 (B413) Condoléances de l’ARDHD à la famille et aux proches d’Abdallah Lee, qui vient de disparaître à Djibouti.

Tous les membres de l’ARDHD présentent leurs plus sincères condoléances à la famille et aux proches d’Adallah Lee qui vient de disparaître à Poitiers.

Malade et soigné en France, il était retourné fin 2006/ début 2007 à Djibouti où il avait reçu un accueil enthousiaste.

Nous avions eu l’occasion de publier de nombreux articles qui nous étaient envoyés par des lecteurs et qui retraçaient son oeuvre en tant qu’artiste et son combat contre la maladie.

Que Dieu l’accueille en son paradis éternel.

Quelques extraits de nos archives :
20/01/07 (B379) Bouderie ou tout simplement trou de mémoire d’un homme, qui du fait de son devoir imposé (de réserve ?), n’a plus d’activités intellectuelles ou culturelles en ce moment ? Dileïta boude un des plus grands évènements nationaux…. (Lecteur)

13/12/06 (B373) Accueil triomphal et digne d’un chef d’Etat pour Abdallah Leh (Par Houmed Daoud – Uguta-Toosa))

09/12/06 (B373) Le retour attendu de l’artiste : Abdallah Lee arrive à Djibouti le 10 décembre. Par Houmed Daoud

21/10/04 (B268) Remise à Abdallah Lee des bénéfices de la Soirée de Londres en sa faveur.