09/11/02 (B171) Un mauvais calcul ! (Lecteur)

Le soleil s’est levé sur les crimes du président, merci pour
ces
témoignages Monsieur le sergent, ceux là serviront un jour prochain,

peut-être seras-tu appelé à la barre pour témoigner.
Souhaitons-le.
« Les pouvoirs et les capacités de l’homme sont limités.
»

Les hommes sages gardent cette maxime en tête, mais les dictateurs
apprennent cette vérité si simple à leur dépend
et un peu tard. L’illusion du contrôle absolu éblouis et les
rend aveugles.

Dans un passé récent, pour accéder au pouvoir, Ismael
s’est octroyé de facto le permis de tuer, de torturer sans crainte,
de museler et d’étouffer tout à son passage. Arrivé à
son but, aujourd’hui, il veut jouer au réformateur, au grand défenseur
des droits et au bienfaiteur.

Il a mal calculé son coup, maintenant nous savons. Je le comprends,
il n’avait pas prévu toutes ces équations qui les transcendent.
Comment notre président pourrait-il imaginer deux décennies
plutôt que ses crimes seraient mis au grand jour, qu’il y aurait l’Internet,
la fin de la guerre froide, que de simples sites pourraient suffire, que les
consciences des temoins pourraient chercher à s’alléger.

Qu’il aurait des hommes de conscience au dela de ses frontieres, loin de
ses bras dont malgré toute sa rage, il ne pourrait les atteindre, ni
leur rendre la vie difficile et qui avec peu de moyen arriveraient à
chuchoter la vérité à l’oreille des citoyens. Non déplaise
aux criminels ! Ce que comme tout grand injuste, le jeune Ismael a manqué
de sagesse. A t-il changé aujourd’hui ?

A Khairdon

09/11/02 (B171) Guelleh ! Une étape à franchir. « Chaque peuple a le gouvernement qu’il mérite et à moyen et à long terme chaque gouvernement a le peuple qu’il mérite. » Frantz Fanon (Lecteur)

Cela m’a pris un peu de temps pour assimiler cette notion mais je me suis
ajusté à la triste vérité. Il fallait que j’ouvre
mes yeux non pas sur les 5% de la population qui milite mais sur la grande
majorité qui soutient les criminels par leur ignorance, leur partie
pris, leur silence et surtout leur peur.

Le gouvernement actuel est notre reflet, notre propre image dans le miroir
de la vérité. Quel laideur donc, ce n’est pas seulement le père
de Guelleh qui devrait s’exclamer ainsi en parlant de son fils « Quel
monstre que j’ai mis au monde. » Mais nous tous et après ce constat
amer chercher d’arrêter ce monstre par tous les moyens avec le moins
de risque.

Tout concorde pour pointer ce monstre et je n’ai pas besoin de rappeler tous
ses crimes, d’autres ont mieux fait que moi. Et Dieu sait encore combien d’autres
crimes nous ignorons, et combien de crimes reste l’a venir. Nous avons par
notre ignorance et par le silence laissé les crimes se faire sous nos
yeux, croyant que notre tour n’arriverait jamais.

Chaque fois que la machine de Guelleh s’en prenait à une tribu, un
clan, un groupe particulier, un mouvement ou à des hommes ciblés,
la grande majorité n’a rien fait, n’a rien dit, oubliant qu’une injustice
faite à une partie était une menace faite aux autres. Pourtant
quelques mots, quels gestes pourraient faire fuir ce prédateur.

La même pratique continue jusqu’à ce jour, Guelleh n’a pas changé,
il a seulement perfectionné ses méthodes. Sous l’apparence de
l’ouverture et la réconciliation il continue son entreprise de destruction
sous le leitmotiv « si je les embrasse c’est pour mieux les étouffer
»

Est ce qu’un monstre change de nature ?

Nous allons payer nos fautes et nos malheurs persisteront tant que nous ne
serons pas conscients de nos propres faiblesses et tant que nous n’exigerons
pas de nos hommes politiques plus de justice et plus d’honnêteté.
Il nous faut surmonter nos peurs et nos divisions que les monstres ont sciemment
exploitées puis entretenues.

Neutraliser cette équipe, cette part de nous même qui font appel
à nos instincts les plus bas pour atteindre des buts mesquins et pour
durer. Ouvrir les yeux de la majorité sur les crimes et les pillages
de ces fils errants.

Et ainsi bientôt le symbole de nos malheurs disparaîtra et nous
retrouverons l’insouciance, l’unité et la joie de vivre de début
de notre indépendance.

Travaillons et prions ensemble pour ne plus accoucher des monstres pareils.
Souhaitons la fin de notre cauchemar en cette période de jeûne,
de recueillement et de prières.

Que le Souverain nous vienne en aide. Aamiin