16/10/2018 (Brève 1210) Toujours l’arbitraire ! La LDDh signale l’arrestation d’un jeune activiste Hande Ahmed Osman sur des soupçons sans preuve (Communiqué de la LDDH)

08//09/2018 (Brève 1200) Omar Ali Ewado, Président de la LDDH, s’est exprimé lors de la Conférence CADHP, qui s’est tenue récemment à Zanzibar (4-6 septembre 2018)

03/07/2018 (Brève 1173)La LDDH signale la répression des porteurs d’eau et l’incarcération d’une personnalité membre de la LDDH

15/05/2018 (Brève 1150) (LDDH) Révolte à Tadjourah. Une nouvelle fois, la Police a utilisé une force disproportionnée

Sous la signature de son Président Omar Ali Ewado, la LDDH a publié le 15 mai 2018, le communiqué suivant :

« Selon les informations sûres et concordantes recueillies le 14 MAI 2018, par la LDDH la jeunesse Tadjourienne s’est du nouveau manifestée pour exprimer leur refus d’injustice lors de l’embauche au Port de Tadjourah.

Force et de constater que les responsables de la Préfecture et de la Mairie usent et abusent du tribalisme pour diviser la jeunesse ; ce qui est fort regrettable.
Comme d’habitude la Police a usé de force pour réprimer cette manifestation.

L’on déplore plusieurs blessés et des arrestations abusives et pour empêcher la circulation de l’informations les autorités de la région ont coupé les liaisons téléphoniques jusqu’à ce matin.
A l’heure actuelle, nous ignorons le bilan exact de cette manifestation mais nous savons que 3 jeunes sont toujours détenus à la Brigade de la Gendarmerie de Tadjourah, haut lieu de torture où sont succombés, dans le passé, plusieurs personnes à la suite des mauvais traitements.

Sont détenus :


MOHAMED KAMIL ALI


HARED BOUH IYE

Et nous ignorons l’identité du 3e détenu mais nous savons qu’un troisième jeune est toujours détenu à la Brigade de Tadjourah. »

++ l’équipe de l’ARDHD soutient l’appel suivant de la LDDH
La LDDH dénonce et condamne énergiquement l’usage de la force pour réprimer le droit du travail de la jeunesse Tadjourah.
Enfin la LDDH demande au régime en place à Djibouti d’accéder à la revendication légitime de la jeunesse Tadjourienne.