16/12/2017 (Brève 1107) A la veille de l’anniversaire de deux grands massacres commis à Djibouti sous les ordres de Guelleh, un correspondant nous adresse la liste la plus complète des victimes de nombreuses exécutions massives commises dans le pays. Avec nos félicitations, nous lui adressons tous nos remerciements pour sa contribution à la mémoire de ces femmes et de ces hommes innocents.

Sera-t-il possible d’établir un jour la liste exhaustive de toutes les victimes de Guelleh et de ses sbires ? On ne peut que l’espérer, mais la tache est complexe, car l’information est difficile à recueillir et à recouper et surtout parce que le régime a toujours tout fait pour que la vérité soit occultée, allant même jusqu’à faire brûler le bâtiment qui rassemblait les archives.

Notre corespondant à effectué un travail remarquable, que la diaspora toute entière va reconnaître et l’équipe de l’ARDHD lui adresse ses félicitations les plus sincères.

+++ 1990
++ 17 septembre 1990
A la suite de l’attentat du café de Paris, les forces de répression ont lancé une chasse contre les membres de la communauté Gadabourci, qui a payé un lourd tribu avec de nombreux morts et blessés.

==========================================
+++ 1991
++ 18 décembre 1991: massacre d’ARHIBA

  1. Hamad Ibrahim Said
  2. Yasso Kate Ali
  3. Ali Ibrahim Mourha
  4. Nibaleh Aden Mohamed
  5. Daoud Mohamed Ali
  6. Abdallah Hamad Omar
  7. Said Hamadou Gaas
  8. Ali Adam Ahmed
  9. Ahmed Moumin Baguila
  10. Habile Moumin Baguila
  11. Ganibo Ibrahim Yasso
  12. Ali Mohamed Weo
  13. Adam Dihibo Moussa
  14. Mohamed Ali Omar
  15. Ali Alelou Assowe
  16. Bero Daoud Angade
  17. Omar Mohamed Kadabe
  18. Abdallah Yayo Ibrahim
  19. Hassan Ali Aboubaker
  20. Malik Ali Mohamed
  21. Hassan Abdou Aboubaker
  22. Ali Abdallah Gourate
  23. Saboli Abdallah Gaas
  24. Ali Kabir Mandeitou
  25. Noumane Mohamed Abdallah
  26. Ali Said Mohamed
  27. Mohamed Moussa Waaye
  28. Ali Houssein Harssou
  1. Ali Cheiko Hamad
  2. Adam Cheiko Hamad
  3. Mohamed Ali Houssein
  4. Hassan Filadero Hassan
  5. Idriss Lale Ali
  6. Mohamed Osman Ibro
  7. Osman Mohamed Ibro
  8. Saada Ahmed
  9. Ali Arero Ali
  10. Misera Bouchra Chouna
  11. Saliha Mohamed Ali
  12. Ali Adam Ali
  13. Houssein Ibrahim Mohamed
  14. Kilo Yassin Ali
  15. Mahameisse Dinbihisse
  16. Ali Hamad Doula
  17. Here Ali Yasso
  18. Fosseya Mohamed Osman
  19. Hasna Said Mohamed
  20. Hassan Hamid
  21. Osman Youssouf
  22. Abdoulkader Mohamed Issa
  23. Arisso Onde Arisso
  24. Mohamed Moussa Mohamed
  25. Mohamed Ali Ahmed
  26. Mohamed Houmed Mohamed
  27. Gohar Hamadou Gohar
  28. Hamdou Gohar Hamadou

_________________________

++ 19 décembre 1991 : district de Dikhil – Massacre de Karta
1-Gohar Hamadou Med
2-Moumina Mohamed Barkat
3-Alboli Gohar
4-Assia Hammadou Ali
6-Saida Ahmed Cheiko
7-Aicha Houmed Ahmed.

==========================================

+++ 1992
++ Février 1992 : Yoboki

1-Abdallah Oudoum Hamadou (okal general)
2-Ahmed Moussa Ahmed (Cadi)
3-Mohamed Araita Hamadou
4-Mohamed Adou Roble dit Hali Hali (commercant)
5-Hamadou Ali Hamadou dit Herma
6-Hassan Farah Meeko
7-Abdo bolok Hamad dit kaxxa Abdo
8-Mohamed Bolok Hamad
10-Lako Kabir Houmed
11-Hamad Abakari Said (okal de Oulouto Modayto)
12-Halima Med Hassan
13-Moussa Hebano
14-Abdo Hamad,( muezin et maitre de l ‘ecole coranique)
15-Mohamed Hamadou Said
16-Mohamed Goura dit Asbaraytou .

_________________________

++ Février 1992 : Massacre de Gouroubous

1-Ambaro Assowo
2-Abdallah Hamad Mohamed
3-Obakar Mohamed Farah
4-Mohamed Houmed Ali
5-Ali Adrouh Boreto
6-Obakar Ali Araita
7-Abdo Ibrahim
8-Mohamed Ahmed Moussouba
9-Mohamed Houmed Ali dit HARSA
10-Mohamed Ali Hera
11-Gohar Moussa
12-Roble kiou Abdallah

_________________________
++ Aout 1992 : massacre d’Hanlé

1-Iyye Ahmed Ali
2-Abdoulkader Ibrahim Moussa
3-Ibrahim Abdoulkader Ibrahim
4-Med Adrouh Borita
5-Borita Adrouh Borita
6-Basoora Ali
7-Wais Halale Hamad Adou
8-Ali Hoobo Guinili
9-Abdalah Ahmed Sabboum
10 Abdo Ibrahim Ibiro
11-Farah Mohamed
12-Mohamed Houmed Golba

==========================================

+++ 1993
++
Septembre 93 : massacre de Gagade -Allouli.
1-Ali Houmed dit Arkahidaytou
2-Fatouma Ali Hmed
3-Moumina Oudoum Gohar
4-Koudous Moussa dit Ibaado
5 -Ibid Mohamed Adou
6-Madina Moussa Hared .
_________________________
++ Juil à Sept 1993
: district de Tadjourah

1-Hamadou Abdallah
2-Hassan Mohamed Ali
3-Mohamed Ahmed
4-Abyaazid Youssouf
5-Fatouma Dileita
6-Houmed Gouda Hera
7-Mohamed Isse Youssuf
8-Ali Hassan Daoud
9-MohameAli Gueda
10-Mohamed Ali Ahmed
11–Adlao Med Bolok
12 -Ali Abdallah
13-Ali Dimbio
14-Kamil Houmed Soule
15-Abakri Gadito Ali
16-Hamadou Daoud Ali
17-Ali Dabale Hamad
18-Moussa Ali Hamadou
19-Mohamed Chehem
20-Ali Adab
21-Adlao Awal

22-Moussa Ibrahim
23-Ali Ahmed Ali
24-Mohamed brahim
25-Ahmed Abdallah Mohamed
26-Mohamed Dimbio
27 -Ahmed Abdallah Otban
28-Mohamed Ali Mohamed
29-Abdo Mohamed
30-Ali Hamadou Ali Hida
31-Houmed Ibrahim Ali
32-Otban Ayra Moussa
33-Mohamed Cheik Borris
34 -Ali Mhamed Hamadou
35-Houmed Ibrahim Ali
36-Ali Kamil Horoodo
37-Hamad Mohamed Ali
38-Daoud Ibrahim Afada
39-Mohamed Hamid Hamadou
40-Hawi Rouffa Afsiiro
41-kamil Mohamed Ali

_________________________

++ Septembre 93 : massacre de Gagade -Allouli.

1-Ali Houmed dit Arkahidaytou
2-Fatouma Ali Hmed
3-Moumina Oudoum Gohar
4-Koudous Moussa dit Ibaado
5 -Ibid Mohamed Adou
6-Madina Moussa Hared .
________________________________________

+++ Massacres et exécutions à Obock

1-Mariam Ebo Mohamed
2-Mariam Houmed Yacin
3-Saleh Ahmed Kassim
4-Abdo Ibrahim Kassim
5-Ali Hamadou Ibrahim
6-Ali Mohamed Ibrahim
7-Fatouma Ali Mohamed
8-Bourhan Gazar Mohamed
9-Mola Omar Mola
10-Mohamed Bourhan
11-Ali Mohamed Ali
12 -Hamadou Kadafo Ali
13-Hasna Mohamed Ali
14 -Mohamed Chehem Ali
15 -Kassim Bourhan Ali

16 .Hafez Med Hassan (Elève)

===========================================
+++ 2014 : massacre du Day
Les ossements exhumés, par les ravinements des eaux torrentielles, seraient ceux des civils innocents, triés et exécutés, sans aucun Jugement (extrajudiciaire) par les Forces armées Djiboutiennes, en janvier 1994, et dont les corps n’avaient pas été retrouvés.

Il s’agit vraisemblablement de :
1. Ali Ballah Youssouf ;
2. Hassan Kamil Ali ;
3. Hamadou Kamil Hassan ;
4. Hamadou Mohamed Houmed ;
5. Mohamed Hassan Ali ;
6. Abdoulkader Hassan Youssouf ;
7. Mohamed Ali Mohamed.

Les sept corps ont été enterrés décemment au cimetière de Gabladigué le 9 février 2007.

===========================================
+++ 2015
++ 21 décembre 2015 : Bulduqho (Source : LDDH)

Morts
            

Blessés

Disparus

Awaleh Ali Mousse

Aden Farah Affi

Ahmed Hildid

Moussa Khaireh Waberi

Ibrahim Nour Miganeh

Sahal Ahmed Djama

Ahmed Abdi Houssein

Abdi Houssein Dirieh

Farah Robleh Wais

Abdillahi Aden Abdi

Awowo Aden Jirijiri

Mahamoud Bouh Rayale

Abdi Sahal

Idriss Baadou Aden

Hachim Ali Farah

Moumin Absieh

Hosh Abdillahi Ali

Houssein  Hassan Moumin 

Mako Nour Bouraleh

Yonis Abdillahi Ali

Omar Abdillahi

Samireh Aden Said

Mohamed Yacin Abdi

Moud Houssein Miguil

Osman Moumin

Abdi Moussa Farah

Med Ali Demo

Adosh Miguil Bouh

Ibrahim Omar Doule

Hassan Meiraneh

Mako Ali Rayal

Hassan Guedi

Omar Ali Omar

Hadiyo Maidane Farah

Aboubaker Yacin Said

Said Farid Djama

Moussa Bouh

Mahad Hassan Omar

Hadi Abdi Said

Moussa Elmi Egal

Yonis Abdillahi

Mahdi Moussa Atteyeh

Dahir Awaleh Farah

Yonis Hared Abdillahi

Moumin Alloleh Sougueh

Saad Moussa Elmi

Yonis Faroleh

Fatouma Said Issa

Rayale Miguil Ali

Zakaria Daher Ali

Fouad Robleh Omar

Fatouma Rague

Ibrahim Nour Miguil

Said Biraah Bouh

Ali Maidane

Arab Daher Ismail

Fardoussa Omar Ali

Farah Moumine Obsieh

Idriss Bachir Guedi

Omar Awlid Osman

Waise Godi

Ali Djama Mairaneh

Ayanleh Sougueh Guedi

Awaleh Robleh

Ahmed Issa

Mohamed Djama Egueh

Omar Guirreh God

Aden Farah

Moussa Waberi Dirir

Barreh Sougueh

Abdillahi Aden Ali

Mohamoud Hassan Omar

Ali Hayil

Daoud Abdillahi Gouled

Diraneh Aouled Ali

Hassan Omar Doualeh

Ilyas Ibrahim

Farid Ali Bouh

Madina Aden Hassan

Farah Mahamoud

Fozia Darar Ibrahim

Amina Hassan

Mouktar Hassan Abdirahman

Abdillahi Bouh Ali

Soumeya Abdourahman Djama
(6 ans)

Rayal Bouh

Issa Ali Farah

Souleiman Said Abdi

Omar Bawlah

Amareh Guedi Bouh

Omar Guirreh

Omar Djama Bashe

Saada Omar Djama

 

Jeh Abdi Souldan

Farid Ali Warsame

 

Abade Abdillahi Robleh

Aganeh Omar Wadawr

 

Robleh Bouni Daher

Abdirahman Wadawr

 

Ibrahim Alaleh

Mohamed Farah  Iyeh

 

Isnino Farah Ali

 

 

Qoreeho Bouh Said

 

 

Djama Sahal

 

 

Ibrahim Awaleh

 

 

Haroun Abadid Warsame

 

 

Kadija Hilin Adawe

 

 

Oumalkair Said

 

 

Atteye Djama Farah

 

 

Djibril Omar Atteyeh

 

 

Neima Guirreh Adaweh

 

 

Anab Sougueh Bouh

 

 

Bilal Djama Moud

 

 

Roda Ibrahim Bouh

 

 

Hamda Osman Abdi

 

 

Abdoulkader Osman Abdi

 

 

Zahra Said Farah

 

Que Dieu Tout-Puissant les accueille en son Paradis éternel.

04/12/2017 (Brève 1100) Encore un opposant en garde à vue prolongée (détention illégale ?) pour un motif incroyable ! (Lecteur)

Depuis le 28 novembre Omar Bouh Indhayareh est détenu dans les locaux de la police, place Mennilik, unité qui est commandée par un certatin Salah.

Tout ce qu’on lui reproche c’était d’avoir sur lui une photo de Daher Ahmed Farah, Président du parti d’opposition, le MRD.

Nous condamnons cet détention sans motif et nous exigeons la libération de cet opposant, sympatisant de MRD.

Un lecteur.

19/11/2017 (Brève 1098) Alerte : le régime délègue ses sbires les plus féroces pour torturer un malheureux artiste engagé. (Info lecteur)

Selon des sources sures et concordantes, dans la nuit du 18 novembre 2017, l’artiste Djiboutien Chehem Abdoulkader plus connu sous le surnom de Chehem Renard qui critique les dérives du régime en publiant des sketchs sur Facebook a ete kidnappé par un groupe d’inconnus qui l’on sequestré et torturé.

Soulignons que ses publications sur Facebook sont suivis par des milliers de Djiboutiens.

Tout laisse penser que ce groupe etait composé de policiers en civil.

Est-ce la nouvelle methode imaginée par Guelleh pour faire taire les voix discidentes ?
La victime a été affreusement torturée et laissée pour morte. Il semble malgré tout que son pronostic vital ne soit pas engagé.

Avec l’ensemble des opposants, la communauté des artistes et les fans de ses publications sur Internet, nous adressons à Chehem tous nos voeux pour qu’il se rétablisse rapidement. Et nous condamnons avec la plus grande fermeté cet acte lâche et inhumain perpétré par des policiers.

Nous demandons  justice pour Chehem Renard et nous demandons qu’une enquête soit diligentée pour connaître les coupables de ce crime.

Un lecteur de Djibouti .

 

27/08/2017 (Brève 1057) Finalement les réfugiés en provenance du Yémen qui avaient été interdits d’accoster dans un premier temps, puis autorisés en suite, ont pu rejoindre l’Ethiopie où ils ont été enregistrés par UNHCR

Nous apprenons par des sources généralement fiables, que les réfugiés d’origine érythréene, qui avaient pris place à bord d’une embarcation au Yémen pour rejoindre Djibouti, ont pu rejoindre l’Ethiopie, à Ayssaita (Région 2 Afar) où ils ont été accueillis et enregistrés par le UNHCR.

On peut donc penser qu’ils pourront rester en Ethiopie en bénéficiant des droits des réfugiés (allocations et couverture maladie), ce qui est une nouvelle rassurante, même si elle ne règle pas malheureusement toutes les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Ainsi ils sont à l’abri des persécutions ou des humiliations toujours possibles à Djibouti, qui subit l’autorité absolue d’IOG et de ses obligés.

Pour mémoire, on se souviendra que les garde-côtes djiboutiens, dans un premier temps, avaient interdit l’accostage de l’embarcation à Obbock. Ensuite sous la pression des alertes (dont la nôtre), des manifestations populaires et de l’action du UNHCR, ces réfugiés avaient finalement été autorisés à débarquer.

16/08/2017 (Brève 1055) Finalement les naufargés a bord d’une embarcation de réfugiés en provenance du Yémen ont pu accoster hier mardi (Lecteur d’Obock)

Hier nous avions alerté à propos d’un drame au large d’Obock, car les autorités djiboutiennes refusaient l’autorisation d’acoster à une embarcation chargée de migrants.

Il est probable que notre alerte et la pression de la population d’Obock aient vaincu la détermination des autorités, puisque le bateau a pu accoster en fin d’après-midi et que les réfugiés ont pu débarquer….

Un grand merci à la solidarité de la population d’Obock qui a permis d’éviter un drame humanitaire.

15/08/2017 (Brève 1054) Alerte rouge pour des migrants embarqués et auxquels Djibouti refuse l’accostage à Obock (Lecteur d’Obock)

Selon des sources sures et fiables, soixante personnes dont environ dont 20 enfants en bas âge sont bloqués en mer devant la ville d’Obock parce que les autorités Djiboutiennes leurs refusent d’accoster.

++ Qui sont-ils ?
Ce sont des réfugiés Erytréens qui avaient fuient la dictature en Erytrée pour se réfugier au Yémen où ils (sur)vivaient dans les camps de réfugiés du HCR.

En raison de la guerre qui sévit dans ce pays, ils ont choisi la première opportunité de fuir le Yémen pour se réfugier a Obock-ville où de nombreux Yéménites et des ressortissants d’autres nationalités ont trouvé refuge et sont accueillis.

Nous ignorons jusqu’à présent les raisons pour lesquelles, leur embarcation s’est vue interdire le droit d’accoster.

++ Mais ils sont en péril !
Tassés dans une embarcation, ces femmes, ces hommes et ces enfants ont besoin d’être secourus de toute urgence, car ils manquent aussi d’eau et de nourriture.

Je lance un appel urgent aux dirigeants de l’UN HCR de Djibouti afin qu’ils débloquent cette situation humanitaire urgente en venant en aide à ces réfugiés qui sont bloqués en pleine mer rouge, avec tous les risques pour leurs vies.

Je sollicite également les forces étrangères stationnées à Djibouti pour qu’elles envoient des secours, en urgence, afin d’éviter un catastrophe humanitaire.

Je m’adresse aussi à mes frères et à mes soeurs qui vivent à OBOCK pour qu’ils descendent dans la rue en exigeant que cette embarcation puisse accoster.

Enfin je demande à Jean-Loup Schaal et à l’ARDHD, qu’il préside de diffuser cet appel et de le soutenir pour sauver la vie de ces malheureux réfugiés.

24/06/2017 (Brève 1017) Pour une reconnaissance du droit des Afar, au même titre que toutes les composantes de la Nation, dans le cadre de la constitution et des lois républicaines (Lecteur de Tadjoura)

« Si un être se fixe dans un endroit qui n’est pas le sien sans volonté évidente de l’améliorer et en excluant les populations autochtones, alors cet endroit le rejettera comme étant un arbre à l’odeur fétide et qui n’a pas porté de fruits »

Les tentatives d’exclusions dont est victime, une fois encore la population Afar de Tadjourah, appelle chacune et chacun d’entre nous à une vive réaction d’opposition au projet de Saad Omar Guelleh.

En effet, l’ancien laveur de vedettes, devenu le « Big Chief » du Port Autonome International de Djibouti (PAID) par la grâce d’IOG règne lui aussi mais en monarque tyrannique sur le port.

Il donne des promotions à qui bon lui semble et révoque immédiatement ceux qui le dérangent en lui posant des questions embarrassantes sur sa gestion humaine bien plus qu’approximative : comme sur les « évaporations » maintes fois constatées dans la gestion financière du PAID.

++ L’une de ses décisions récentes prête à contestations.
En effet, Saad Omar Guelleh se refuse catégoriquement à embaucher des personnes originaires, vivant à Tadjourah et dans sa région comme employés (es) du futur port qui a  été inauguré récemment.

En la circonstance, le racisme dont il fait preuve et duquel il se vante ouvertement, devant témoins, à l’encontre de la jeunesse Afar locale et des Afars en général, dont il parait nécessaire de rappeler que 90 % de ces jeunes sont en situation de chômage, n’est pas à considérer comme une simple opinion banale mais comme un délit assimilable à un crime ; un crime de long processus de génocide masqué, contraire à notre Constitution nationale et à nos lois.

++ A quoi peut servir une Constitution nationale ?
A quoi peuvent servir les lois de la République si elles sont transgressées ouvertement par ceux qui doivent, en premier et pour l’exemple, les respecter ?

Constat est fait que dans ce cas, l’abus de pouvoirs, dont fait démonstration l’incompétence cautionnée et aux ordres du Palais d’Haramous, risquerait d’enfanter des réponses cinglantes et pourrait même soulever de vives réactions au sein de la communauté des jeunes Afars qui plaçaient et placent encore beaucoup d’espoirs dans ce futur port.

On oserait même affirmer que cette manifestation évidente du rejet des Afars, dont nous observons hélas un exemple flagrant mais qui n’est ni la première ni la dernière du genre, entre dans une procédure plus globale d’exclusion systématique des familles de leurs terres ancestrales, datant de 1977, et au profit d’une population étrangère d’importation.

L’ampleur qu’a pris ce phénomène d’exclusion des Afars a de graves conséquences depuis plus de 30 ans sur la modification de la structure de la population autochtone et constitue, chaque jour un peu plus, des risques graves car générant un « déséquilibre démographique » très important : un risque d’insécurité et la menace de la paix sociale dans le pays.

À cet égard et sans qu’il soit question dans notre esprit de rejeter les « étrangers » dans la mesure où ils respectent les populations autochtones, toutes leurs traditions et ne tentent pas de les chasser de leurs terres, comme nous respectons les leurs, il parait essentiel de rappeler le fait que des pans entiers de l’économie en pays Afar sont accaparés par des « étrangers » d’importation calculée, constitue un motif de fort mécontentement d’une bonne frange de la population djiboutienne de souche.

++ Si la liberté c’est le respect des droits de chacun ; l’ordre républicain c’est le respect des droits de tous.
Sans distinction d’appartenance ethnique, tribale, clanique ou autre, j’en appelle à mes sœurs et à mes frères Djiboutiens : à toutes ces femmes, à tous ces véritables hommes de progrès pour la paix, pour la tolérance, qui expriment une considération mutuelle, un respect pour les Droits de l’Humain et qui ont pour point de départ un respect du passé de l’autre afin qu’ils interviennent pour que cesse la « chasse et l’exclusion des populations Afars »

Mes sœurs et mes frères Djiboutiens vous représentez l’ultime forme de nos espoirs communs en des jours meilleurs, l’ultime forme de notre dignité.

06/06/2017 (Brève 993) Libération de Madame Ouma Mohamed Deberkaleh. Mais 200 nomades restent incarcérés sans motif. (Info lecteur)

Nous avons appris la libération, hier lundi 5 juin 2017, de Madame Ouma Mohamed Deberkaleh, après 23 jours d’incarcération extra-judiciaire dans le sinistre centre de Nagad à Djibouti.

Mais 200 nomades arrêtés sans motif légitime ni décision de justice, sont toujours retenus et placés dans des conditions inhumaines au Centre de Nagad.

27/03/2017 (Brève 964) ALERTE ROUGE – La vague d’arrestation se poursuit sans relâche à Djibouti. Chehem Aboubaker Chehem a été arrêté samedi dernier le 25 mars (Info lecteur)

Selon l’information qui nous a été adressée par un correspondant, Monsieur Chehem Aboubaker Chehem a été arrêté samedi
25 mars à Djibouti. Il serait détenu depuis à la direction de la police nationale (FNP). Chehem Aboubaker est un artiste qui a présenté sa pièce intitulée « les politiciens du trotoirs » à l’institut Français de Djibouti.

Est-ce un motif suffiaant pour l’arrêter ? Délit d’opinion ? Ou plus certainement un besoin de vengeance de la part de ses hommes politiques qui se sont reconnus dans les personnages. En faisant arrêter cet artiste, ils n’ont fait que confirmer ce qu’il écrit sur les pratiques de caniveau des politiciens de Djibouti.

23/03/2017 (Brève 954) ALERTE ROUGE – 17 personnes au moins arrêtés et détenus depuis une semaine Le régime multiplie les arrestations. (Lecteur)

Depuis une semaine, les arrestations se multiplient partout à Djibouti. Voici une première liste non exhaustive (puisque les arrestations continuent à Djibouti-ville)

S’y ajoute une figure emblématique de la Défense des Droits humains, le Président de la LDDH, M.Omar Ali Ewado qui est toujours détenu au secret depuis le 19 mars 2017 au plateau de serpent dans les locaux du SDS. De nombreuses organisations internationales réclament sa libération dont la FIDH et l’Organisation mondiale contre la torture

1-Naguib Ali Gouradi, arrêté le 13 mars 2017 ;
2-Mohamed Ali Gouradi, arrêté le 13 mars 2017 ;
3-Hibo Abdillahi Awaleh dit Boulboul, arreté le 14 mars 2017 ;
4-Mako Houssein Miguil, arrêté le 14 mars 2017 ;
5-Mohamed Ahmed Ali, arrêté le 14 mars 2017 ;
6-Ibrahim Abdi Indayareh, arrêté le 15 mars 2017 ;
7-Saida Ahmed, arrêté le 15 mars 2017 ;
8-Radia Ali, arrêté le 15 mars 2017 ;
9-Madina Iyeh Rayaleh, arrêté le 16 mars 2017 ;
10-Adar Houssein Toukaleh, arrêté le 16 mars 2017 ;
11-Youssouf Farah Aouled, arrêté le 16 mars 2017 ;
12-Mohamoud Mohamed Daher, arrêté le 16 mars 2017 ;
13-Hared Daher, arrêté le 16 mars 2017 ;
14-Guinio Bouraleh Hoch, arrêté le 18 mars 2017 ;
15-Hali Farah Ounkour, arrêté le 18 mars 2017 ;
16-Roda Hassan Moussa, arrêté le 18 mars 2017.
17 -Farah Abadid Hildid  un grand militant des droits humains et membre de MRD arrêté le 21 mars 2017

– Les anciens détenus, sans jugement
18 -Ahmed Mohamed Ahmed dit safiyatou a été arrêté à Tadjoura et il est détenu à Gabode depuis 10 octobre 2016 sans jugement
19 -le plus ancien detenu Mohamed Ahmed Jabha détenu depuis mai 2010, en dépit d’une décision de non-lieu prononcée par la cour suprème !!!

– Un seul a été libéré :
20-Mohamed Houmed dit Charlie, libéré hier mardi