02/05/04 (B245) Qui est Mohamed Youssouf du Centre Djiboutien Canadien ? (lecteur)

Qui est Mohamed Youssouf
dit Rabah ?

L’affaire du Centre de
Djibouti Canadien a généré une grande polémique
à Ottawa.

A mon connaissance Ali
Moussa Waberi est l’un des membres fondateurs du Centre de Djibouti Canadien
et l’on ne comprend pas le communiqué de Mohamed Youssouf..

Qui est Mohamed Youssouf
? Comment est-il devenu Président de ce groupe ?

Personnellement, je crois
que ce dernier est devenu un véritable intégriste pendant son
exil au Canada.

De là à
affirmer que le Centre de Djibouti est tombé aux mains des intégristes
Djiboutiens qui ramasseraient des fonds de charité sous prétexte
d’aider aux gens sinistres au inondations, mais qui les utiliseraient différemment,
il ne reste plus qu’un tout petit pas à franchir … !

Nous devons rester extrêmement
prudents.

S’il n’est pas tout à
fait confirmé, le risque est bien présent autour de nous. Nous
devons dire non aux intégristes Djiboutiens. Je conseille à
tous mes concitoyens de méfier de leurs pratiques d’escroquerie, qui
vont souvent de paire avec un soutien réel et actif de la politique
et des méthodes d’IOG.

Non aux Issas Ethiopiens…….
Non à l’intégrisme.

Un
vrai Djiboutien

30/04/04 (B245) Un lecteur intervient à la suite d’un article publié sur les Nouvelles d’Addis, sous la signature d’Ahmed Ibrahim, qui critiquait les positions que le journal avait diffusées auparavant et qui tente de réhabitliter Guelleh…. (Lecteur)

Ahmed Ibrahim a écrit
un article sous forme d’une réponse à une journaliste Francaise
qui s’exprimait sur l’affaire BORREL dnas le site des « Nouvelles d’Addis »
et dont voici le lien:

http://www.lesnouvelles.org/P10_magazine/16_analyse02/16099_reperjugeborrel.html

Cher Monsieur Ibrahim
(un intellectuel djiboutien ?), vous êtes l’Avocat du DIABLE ! Tout
ce que vous racontez n’a aucun sens. Vous dites qu’IOG est innoncent dans
cette affaire, alors meme que certain membres de votre famille ont été
torturés à cette occasion, et par qui ? … par Ismael Omar
Guelleh.

Vous dites que la France
est jalouse de la décision d’IOG d’imposer la présence des forces
américaines à Djibouti.

FAUX ! La France cherche
les coupables, car il y a eu 2 morts francais et plusieurs blessés.
Donc si vous n’êtes pas corrompu, vous devriez aussi chercher les coupables
car parmi les victimes/innoncents/torturés il y a aussi vos cousins.

Pensez deux fois et n’aiyez
pas peur d’IOG car il devra répondre aux accusations.

Un Djiboutien d’Ottawa.

28/04/04 (B244) L’agent comptable de l’ONED nous a demandé de publier sa réponse à la contribution de Monsieur Houmed Daoud.

___________________________ Note
de l’ARDHD
Comme cela est la coutume, nous publions cette réponse. Nous nous étonnons
simplement de la violence verbale des attaques, qui affaiblit la qualité
du texte. Certains pourraient penser que son auteur a vraiment été
touché et d’autres pourraient imaginer qu’il y a des raisons.
Mais nous n’avons pas à juger du fond.
_____________________________________________

DROIT DE REPONSE : informer
n’est pas diffamer

Suite à l’article
publié sur le site Internet w w w. ardhd. org, je suis dans l’obligation
d’user de mon droit de réponse afin de porter à la connaissance
du public quelques éclaircissements tant sur son contenu que sur son
auteur.

Le site en question semble
avoir ignoré les règles les plus élémentaires
sur le droit d’informer et préféré confondre informer
avec diffamer.

Cet article digne d’une
publication de caniveau ne contient aucunement une analyse de la situation
politique qu’il prétend dénoncer ou une information à
caractère politique pouvant intéresser l’opinion publique. C’est
plutôt le délire d’un individu aigri par son échec social
et qui tente d’endosser un habit d’homme politique dont l’envergure lui fait
défaut.

Mais qui est en réalité
l’auteur de cet écrit nauséabond ? C’est un escroc à
la petite semaine très connu des vendeuses de khat de Tadjourah ville
où il écoulait les fruits de ces rapines.

Son mode opératoire
est très connu dans le milieu associatif car il excelle dans l’art
de monter de projet bidon dont les produits sont ensuite écoulés
au détail.

Son premier fait d’armes
a été le projet apicole de Didaleh que toute une communauté
avait sué du sang pour concrétiser.

Une fois atteint la phase
d’exécution tout le matériel entreposé à son domicile
a été écoulé sur le marché de Tadjourah
Ville : matériel de jardinage vendu au maraîcher de la région
; grillage cédé à vil prix à un médecin
de la ville…

Conforté par son
premier escroquerie, il passe à la vitesse supérieure en s’attaquant
à un plus gros poisson, en l’occurrence l’armée française
stationnée à Tadjourah ville à qui il tente de soustraire
quelques subsides sous prétexte qu’elle utilisait un terrain appartenant
à son cousin maternel.

Mais peine perdue car
sa tentative a échoué lamentablement.

Cependant l’escroquerie
est un soucis communément partagé par cette famille.

Son frère employé
à la BCIMR lui aussi a laissé un souvenir impérissable
auprès des petits épargnants de Tadjourah ville. D’ailleurs
un fonctionnaire à la retraite M. HALLOYTA MOHAMED proche de sa famille
en sait quelques choses puisse qu’il a été soulagé d’un
peu plus de trois millions de nos francs.

Jusqu’à ce jour
ce paisible retraité n’a pas pu récupérer son argent.

Son autre frère
n’a pas hésité à vouloir arnaquer son propre beau-fils
en tentant de faire main basse sur son fond de commerce.

Toutes ces informations
sont du domaine public et sont aisément vérifiables.

Quant à M. HOUMED
DAOUD après avoir écumé la république de DJIBOUTI
et escroqué maints individus il a préféré s’envoler
vers des cieux plus cléments afin de s’exercer à d’autres activités.
Il faut bien reconnaître que cet individu a beaucoup d’autres cordes
à son arc.

Ainsi, il change de rôle
et de décors pour endosser le costume de vrai -faux exilé politique.

Je tiens à rappeler
que dans le cadre de ces nouvelles activités, ce dernier a séjourné
à plusieurs reprises à Djibouti et a même profité
de la générosité du Premier Ministre dont il dénonce
aujourd’hui les actions politiques.

Décidément,
M. HOUMED DAOUD a une fâcheuse habitude et excelle dans l’art de cracher
dans la soupe.

Cependant il n’est un
secret pour personne que je partage les engagements politiques du Premier
Ministre non pour des raisons d’intérêts partisanes mais pour
des raisons de principes. Cette attitude peut sembler bizarre à des
individus de son acabit qui sont dépourvus de toute moralité
et guidés par des envies pécuniaires.

Par ailleurs, SON EXCELLENCE
DILLEITA MOHAMED DILLEITA est un premier ministre dont la réputation
n’est plus à faire. Par ses engagements constants et fréquents
auprès des plus démunis, dont il s’acharne à améliorer
le sort il a une nouvelle fois démontré sa volonté de
faire la politique autrement. Ses actions politiques dans le domaine du développement
sociaux économique lui valent d’ailleurs l’estime et le respect de
tous ses concitoyens et plus particulièrement auprès des originaires
de Tadjourah.

Ces derniers ont pu constater
à maintes reprises les soucis constants de son Excellence DILLEITA
MOHAMED DILLEITA malgré les appels des sirènes de certains individus
dont l’objectif reste le maintien de notre région dans un sous développement
chronique afin d’en faire un réservoir de mécontentement.

En outre s’agissant des
élucubrations de l’auteur dudit article, elles ne sont que les fruits
d’imagination d’un esprit torturé et guetté par la folie.

En effet, l’autre gène
communément partagé par cette famille est celui de la folie
car cet individu est fils et frère des individus mentalement dérangés.

Enfin s’agissant de M.
KAMIL, il est de notoriété public que c’est un homme de culture
et de cœur, et qui est fier d’avoir compté parmi les comédiens
les plus doués de sa génération.

Il est nullement un intermittent (décidément l’actualité
française joue des mauvais tours à HOUMED DAOUD) mais plutôt
une des personnes pivot de son ministère dont il a gravi les échelons
un à un de l’administrateur du théâtre de saline en passant
par le poste de directeur pour le poste de conseiller technique qu’il occupe
aujourd’hui.


L’AGENT COMPTABLE DE L’ONED
M.
HOUMED MOHAMED KAMIL

27/04/04 (B244) Il n’y a pas de petits profits pour Guelleh. Il ne néglige pas une recette même modeste … (Lecteur)

J’approuve, quand vous
écrivez que Guelleh est à l’affût de la moindre recette.

Un exemple m’a frappé
et il conforte vos affirmations que je partage :

Nous avons découvert
depuis quelque temps, la nouvelle présentation du site de l’ADI. Agence
djiboutienne d’information. Cet organisme est public. Passons sur le fait
qu’il ne fait que travailler à la Gloire de Guelleh … mais cela est
connu de tous.

Le point qui a attiré
mon attention est le fait que la consultation du site de l’ADI entraîne
l’apparation automatique de nombreux messages publicitaires qui viennent se
positionner sur l’écran de votre ordinateur. En plus ces petits messages
laissent des trâces : spyware …

Combien Guelleh encaisse-t-il
pour accepter qu’un service public d’information comme l’ADI diffuse de la
publicité, confirmant le discrédit qu’on accorde déjà
à ce média .. ?

Pas tant que cela, mais
ça lui paye peut-être le Khat journalier … ?

27/04/04 (B244) Radio-Trottoir : notre correspondant nous adresse des petites nouvelles de l’intérieur.

1 – Des préparatifs
pour chanter la Gloire de Guelleh et injurier la mémoire du juge Borrel
et sa famille ?

Je viens d’apprendre que
dans le cadre des récents développements de l’affaire Borel,
Ali Gabe (en son temps, il avait soutenu Siad Barre dans ses sales besognes)
renforce sa collaboration étroite avec IOG.

Il a d’abord commencé
à cracher, sans aucun scrupule, son venin pour tenter de tromper les
rares Djiboutiens, qui seraient encore atteints de cécité ou
de crédulité maladives.

Il semble que ce soit
la troupe de Gaan Maan qui se produira devant les cameras de la RTD dans les
jours qui viennent. Le contenu prévisible devrait être de nature
à glorifier IOG comme d’habitude, à critiquer la France et enfin
à injurier la veuve du Juge et ses enfants.

(à suivre)

2 – Qu’a gagné
effectivement Aden Robleh dans son ralliement : ma réponse !

Un lecteur qui s’exprimait
sur le site de l’ARDHD, avait un jour demandé ce qu’Aden Robleh Awaleh
pourrait gagner en acceptant de collaborer avec le diable.

Eh bien, je pense que
j’ai trouvé. Je vous propose ma réponse :

a – Il veut imiter Moussa Ahmed Idriss et il compte se présenter à
la Présidentielle, après avoir reçu, au préalable,
l’appui de l’Union Afrique.

b – Il se contente de l’offre d’IOG qui est parue dans La Nation, où
nous apprenons que l’Assemblée Nationale vient de légiférer
sur la création d’un Parlement au sein de l’UA. IOG a désigné
cinq deputés pour représenter Djibouti dans cette honnorable
Assemblée.

Rester les bras croisés,
boire tranquilement son café en lisant son journal, c’est probablement
la nouvelle ambition d’Aden Robleh ?

Quelle honte pour cet homme qui avait osé dire non aux Colons et qui
accepte maintenant, comme un enfant servile, d’obéir à celui
qui avait tenté l’éliminer, il n’y a pas si longtemps.

26/04/04 (B244) Nouvelles du Canada (lecteur)

Le Canada, en particulier
Ottawa, devient le lieu de convergence de supporters de Guelleh. Ici et là,
ce sont des proches du régime, des fonctionnaires qui débarquent
pour investir massivement : commerces, bureaux, sociétés, rachat
d’activité, etc..

Nous les Djiboutiens émigrés
par la nécessitude et surtout à cause de ce régime, nous
commençons à nous poser des questions. Après nous avoir
pratiquement contraints à quitter notre sol natal, vont-ils occuper
notre sol d’accueil ? Et c’est avec l’argent des Djiboutiens, à ne
pas en douter, qu’ils s’implantent.

Quel sera l’avenir pour
nous à Ottawa ? Vont-ils y recréer progressivement le système
mafieux qu’ils ont mis en place à Djibouti. Car ils ne savent pas faire
autrement.

Donc Djiboutiens d’Ottawa,
méfiance, méfiance face aux mercenaires de Guelleh, même
s’ils vous assurent qu’ils sont repentis.

________________________________

Affaire Borrel

Ici à Ottawa, nous
soutenons l’action exemplaire et courageuse de Mme Borrel, que vous relayez
avec constance. Nous demandons à la France de cesser de pratiquer le
secret et la désinformation et de contribuer à la manifestation
de la vérité, quelle que soit les conséquences.

Nous attendons que les
coupables soient confondus et qu’ils soient jugés.

25/04/04 (B244) J’ai ma réponse ! Merci et bravo l’ARDHD ! (Lecteur)

La semaine dernière,
j’avais lancé via votre site, un appel aux Djiboutiens pour qu’ils
essayent de trouver une arnaque possible à soumettre à IOG.

Le problème que
j’avais posé, était le suivant :

Guelleh sait faire
de l’argent avec tout, y compris avec le malheur des autres (cf son appel après les inondations). Comment pourrait-il
s’y prendre pour en faire avec ses propres ennuis, à savoir l’affaire
Borrel.

Eh bien, c’est l’équipe
de l’ARDHD qui me semble avoir gagné !

J’ai découvert
avec intérêt votre dessin en haut à droite du journal.
Pas besoin d’en dire plus, vous êtes les gagnants. Guelleh va surement
vous proposer une petite commission, comme il sait bien le faire, pour lui
avoir donné cette nouvelle idée.

Mais je vous en prie,
ne l’acceptez pas ! Oh ce n’est pas vraiment que je sois inquiet car depuis
six ans, vous avez du recevoir un certain nombre de propositions pour arrêter
votre action. Si vous la continuez sans aucune interruption, c’est que vous
n’avez jamais cédé au chant des sirènes …

25/04/04 (B244) Radio-Trottoir : les nouvelles mésaventures du petit LT/ Colonel Zakaria. (Lecteur)

1 –
Les nouvelles mésaventures du Petit L.C. Zakaria

Jeudi dernier,
le Lieutenant Colonel Zakaria devait partir, avec d’autres officiers de
la Gendarmerie (son corps) et de la Police pour les USA afin d’y suivre
des stages de perfectionnement.

Mahdi, son patron, a annulé
son départ, de peur qu’il ne se fasse arrêter par la Police francaise
des frontières à Paris. Mahdi Cheik, en toute légitimité,
a pensé ! En gros, il a fait le raisonnement suivant : ce petit Zakaria
est relativement fragile, puisque j’ai pu le manipuler sans difficulté
et qu’il s’est fait avoir par Iftin en Ethiopie. Comment pourrait-il résister
à la Police française ?

Pour tenter de faire fléchir
son Chef, Zakaria a tenu à lui préciser qu’il était en
possession d’un Passeport de service et d’un ordre de mission. Mahdi lui a
rétorqué que les Francais n’accordaient même plus d’immunité
aux titulaires d’un Passeport diplomatique.

Pour le convaincre, il
a fait référence à l’arrestation du Directeur général
de la Police nationale du Gongo Brazzaville. Selon les informations cette
personne, pourtant munié d’un Passeport diplomatique aurait passé
une bonne journée à la prison de la Santé, afin d’être
finalement libéré.

Conclusion : si mes informations
sont bien confirmées, le Lieutenant Colonel reste à la maison
et il pourra garder les bâtiments … pour tuer le temps(*), en attendant
le retour des copains.

(*) Certaines mauvais
langues affirmeraient que le L-C Zakaria a toujours envie de tuer … surtout
lorsqu’il est contrarié, ce qui est certainement le cas. Ce serait
une sorte de deuxième sens chez lui. Pour la sécurité
de tous, il faut mieux qu’il tue le temps … !

2
– Suite de l’affaire Borrel et des réactions d’IOG.

Le lendemain de la diffusion
du reportage de TF1, IOG était complètement déstabilisé.
Il a aussitôt pris une série de mesure d’urgence absolue.

1°) Interdire aux
FFDJ de continuer à chercher les morts, victimes des innondations et
d’intervenir pour réouvrir les routes, que ce soit en ville ou en brousse,

2°) Faire intervenir
l’AND en remplacement des FFDJ, (*)

3°) Annoncer que le
Port avait fait un bénéfice de deux milliards de FD.

Quand à la BBC
section Somalie, elle a diffusé des chansons (significatives ?)


Extraits traduits par l’auteur :

Les ordres de Dieu
sont ceux qui sont exécutés,
Ces derniers temps, tu te croyais un dirigeant,
C’est la vie, il n’y a pas d’éternel,
La fleur montante, te voilà en sécheresse (panne),
Te voilà en sécheresse.

La non-assistance du
malheur était entre nous,
Moi, j’ai goûté le mal, il te faut le goûter aussi,
Bien observez
Bien observez toujours,
Bien observez toujours,

Il y a une époque où toi aussi, tu t’amusais …

(*) On dit que des
bâteaux ont repêché des cadavres près de la plage
de Tadjourah. Cela montre l’incompétence de l’équipe au pouvoir
et la déraison des décisions qu’IOG prend sous le coup de la
colère.