27/01/2017 (Brève 913) La Présidence de Djibouti : un panier de crabes familial, avec un Guelleh affaibli, incapable ‘arbitrer les luttes fratricides dans son clan (Source LOI)

Selon le dernier numéro de LOI (accès payant), les proches membres de la famille Guelleh, qui occupent des postes de premier plan, se battent entre eux. En ce moment, c’est à propos des élections régionales …

D’abord, toujours selon ce média, le beau-frère de Guelleh, Abdoulkader Kamil Mohamed, le premier Ministre aux pouvoirs très réduits, s’oppose (férocement ?) au gendre de Guelleh, le Ministre de la santé, Djama Elmi Okieh dit Djama Speed.

Mais ce n’est pas tout… Les deux personnalités citées ci-dessus, seraient en guerre ouverte avec le secrétaire général de la primature, fils du premier mariage de la Paulette avec Abdallah Kamil (ancien premier Ministre), Naguib Abdallah Kamil.


La gouvernance de Djibouti est désomais entre les mains d’une seule famille … nous n’allons pas citer tous les fauteuils qui sont occupés par les enfants et leurs conjoints, dans l’administration ou dans le privé, car la liste est trop longue.

Bref, s’il y avait encore des personnes mal informées, la République de Djibouti est devenue une entreprise familiale intégrée, mais les loups commencent à se dévorer, parce que le Roi perd ses griffes et que la Reine a fini par fatiguer tout son entourage, par ses caprices, ses dictats, son appétit à se méler de la politique et à donner des ordres aux Ministres, alors qu’elle n’a aucune fonction officielle qui pourrait donner une apparence de légitimité à ses interventions.

13/01/2017 (Brève 909) Le jour de l’inauguration, Guelleh descend du train en cours de route … parce qu’il n’est pas opérationnel ! Un énième fiasco ? (Source LOI)

Selon un article (accès payant) de La lettre de l’Océan indien, l’inauguration sur-médiatisée du tronçon djiboutien de la nouvelle voie ferrée (Djibouti – Addis Abeba), entre Nagad et la frontière, aurait été en réalité un fiasco général.

D’abord l’électrification de cette partie, qui n’avait pas été prévue dans la commande initiale passée à China Civil Engineering Construction, n’aurait pas satisfait aux essais préliminaires qui auraient occasionné l’électrocution de deux jeunes …

Ensuite faute de matériel, il aurait fallu faire venir une rame en provenance d’Ethiopie qui aurait été redécorée rapidement et maladroitement aux couleurs djiboutiennes.

Rêve ferroviaires de Guelleh pour DjiboutiVue les difficultés techniques non résolues, Guelleh serait descendu (en marche ? **) du train à Holl-Holl, après avoir renoncé à poursuivre le trajet jusqu’à la frontière. Pas de quoi justifier toute la campagne médiatique autour de cette réalisation, financée par une entreprise chinoise, mais dont les échéances devront être payées pendant de nombreuses années par les Djiboutiennes et les Djiboutiens.

Sont-ils toujours prêt à payer pour sauver les rêves de grandeur et l’orgueil du couple dirigeant et de leurs obligés, qui y ont certainement trouvé matière à s’enrichir …

Cette épisode est-il un enième échec pour Guelleh ? Dans un précédent article de 2011, nous avions tourné en dérision les rêves de grandeur ferroviaire de la famille
A relire
12/10/2011 (B625) Ah les beaux projets !!! Le train cela fait rêver !! Mais un train d’enfer pour les populations ? (Humour – ARDHD)

Jouet pour Guelleh
** Guelleh aurait-il voulu imiter un célèbre Président de la République française, Paul Deschanel, qui était descendu du train en marche dans la nuit du 23 ou 24 mai 1920 et qui s’était présenté ensuite au garde-barrière incrédule en lui disant : « je suis le Président de la République » (Sic !) Source http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2008/09/27/1274678_paul-deschanel-president-de-la-republique-tombe-du-train-pres-de-montargis-dans-le-loiret-en-1920.html

09/12/2016 (Brève 888) Guelleh livre des opposants Oromo et Ahmara à Addis. Pour montrer son soutien au régime éthiopien ? (LOI n°1440)

Selon un article (payant) de LOI (n° 1440), le régime de Guelleh aurait livré 150 réfugiés Oromo et Ahmara aux autorités éthiopiennes, avec le souci de montrer sa fidélité et son attachement au
régime actuel, qui doit faire face à une contestation qui s’étend dans le pays.

S’agirait-il aussi de faire « passer » le projet en cours de signature d’implantation d’une base militaire saoudienne sur le territoire Djiboutien ? Projet très contesté par les Ethiopiens mais aussi par les Egyptiens qui voit cette installation d’un très mauvais oeil.

LOI ajoute que cette décision augmente le risque de représailles
de la part des organisations Oromo, dont certains membres paysans, auraient déjà incendié des fermes appartenant à Djibouti et situées dans l’Oromo National Regional State

11/11/2016 (Brève 861) LOI : suspension de deux des plus hauts responsables de la Police et de la Gendarmerie.

Selon un article de LOI, Guelleh, à la demande de Paulette, aurait suspendu Abdillahi Abdi Farah, colonel commandant la Police et Zakaria Abdi Aden (le p’tit Zak) Colonel commandant de la Gendarmerie. Ils sont remplacés actuellement par deux officiers issus de la communauté Mamassan.

Il semblerait qu’une échauffourée qui aurait opposé des Gendarmes et des Policiers à l’aéroport d’Ambouli (et qui avait été relatée dans nos colonnes par un lecteur http://www.ardhd.org/mho/affiche_info.asp?articleID=16641) soit à l’origine de cette décision, prise pour éviter tout risque de Putsch…

Compte-tenu de leur passé respectif au service de la dictature et de leur acharnement contre les populations et les individus (torture, harcèlement, emprisonnent arbitraire, exécutions sommaires, etc…) l’équipe de l’ARDHD ne les regrettera pas.

Leurs brillants faits d’arme contre des civils sans défense ont été dénoncés sur nos sites. Ils avaient bénéficié de promotions remarquées dans l’Ordre national des Bourreaux de la République de Djibouti

16/07/2016 (Brève 816) Bientôt un nouvel exposant sur l’exposition internationale des armes à Djibouti (Selon LOI)

Selon une information lue dans la Lettre de l’Océan indien (LOI), les forces armées chinoises vont accueillir des détachements de la marine russe.

Toujours selon la même source, se pliant aux cris de détresse des Américains, Guelleh aurait rejetté la demande russe d’ouvrir un stand à Djibouti, dans le cadre de l’exposition universelle des armes.

C’est uniquement pour leur éviter de sombrer dans la mélancolie, que les Chinois, bons princes, auraient accepté d’accorder un ponton aux Russes, afin qu’ils puissent y amarrer leurs petits navires de guerre et pourquoi pas, si affinités, y débarquer des troupes bien entraînées. Est-ce aussi en prévision d’un conflit possible entre Erythrée et Ethiopie sur le sol djiboutien ?

En tout cas nous allons ajouter la Russie à la liste impressionnante des Nations qui sont présentes sur ce grand salon mondial de l’Armement
: Français, Américain, Japonnais, Chinois, Italiens, Saoudiens, Qataris, Espagnols et Allemands (ces deux derniers en plus petit nombre)

18/06/2016 (Brève 806) Selon un article de LOI, dont les informations sont confirmées par nos sources djiboutiennes, l’armée éthiopiennes aurait établi une tête de pont en territoire djiboutien.Une double source d’inquiétude : interne et externe.

L’Armée éthiopienne lance une tête de pont en terre djiboutienne

Nous savions que le territoire djiboutien était devenu le plus grand salon mondial des armées étrangères : France, Japon, USA, Chine, Allemagne, Italie, Espagne, Arabie saoudite, Qatar, et probablement encore d’autres.

Maintenant et c’est beaucoup plus inquiétant, ce sont les Ethiopiens qui ont établi une première tête de pont
au nord ouest de Tadjourah, pas très loin de la frontière érythréenne, ce qui est fort inquiétant sur la reprise toujours possible du conflit entre les deux nations avec des conséquences possibles en terre djiboutienne.

Mais le plus inquiétant à court terme est le fait que les militaires éthiopiens soient arrivés avec armes et bagages à la demande du Chef d’Etat major djiboutien, (récemment en profond désacord avec Guelleh) et avec capacité
d’intervenir dans les affaires intérieures de la République de Djibouti.

06/05/2016 (Brève 782) Les frais du procés intenté par IOG à son ancien ami (pour vengeance personnelle ??) pourraient coûter 10% environ du budget national, alors que le pays peine à rembourser les crédits aux Chinois (voir article suivant) Selon LOI, une information confirmée par d’autres supports (comme Modern Ghana)

Lien avec Modern Ghana (En Anglais) : http://www.modernghana.com/news/690021/djibouti-vendetta-getting-costlier.html

D’après LOI, Djibouti aurait déjà versé 65 millions US$ aux avocats engagés pour le représenter devant la justice britannique, plus environ 20 millions US$ en faveur de M. Boreh. Sachant que le budget djiboutien tourne autour de 740 millions d’US$, 85 millions (65 + 20) représenteraient environ 13 % du budget djiboutien. (Modern Ghana estime à 90 millions US$ le montant total de la facture.

Et chacun pourra imaginer que cette somme sera payée par les Djiboutiens et non par Guelleh qui avait pourtant intenté ce procès pour satisfaire sa vengeance personnelle vis à vis de son ancien ami « de trente ans’ …

A ces sommes, il conviendra de prendre en compte les demandes qui pourraient être déposées par DP World pour préjudice et diffamation !!!

Dites merci, Mesdames et Messieurs les Djiboutiens à M. Guelleh ! Il s’enrichit sur votre dos et en plus il jette votre argent « par dessus bord », en frais de justice inutiles !!!

Pas grave pour lui tant que vous payez à sa place !!

06/05/2016 (Brève 783) L’Armée chinoise à Djibouti : les prévisions d’effectif passeraient très rapidement de 10.000 à 20.000 hommes sur place ? (Selon LOI)

Selon LOI, les Chinois n’apprécieraient pas que Djibouti peine à rembourser les crédits qu’ils lui ont consentis. (Notons que les Chinois ont endetté Djibouti sur un quart de siècle environ en forçant le régime à investir dans des travaux gigantesques : voie ferrée, nouveaux aéroports en pleine nature, …)

En contrepartie, ils voudraient implanter 20.000 hommes au lieu des 10.000 prévus fin 2015, dont 5.000 à Djibouti-ville et le reste à Obbock.

Qui peut imaginer aujourd’hui que Guelleh soit capable d’assurer le remboursement des énormes prêts chinois ? Pas grand monde ! Alors les Chinois vont-ils exiger le paiement en acquérant progressivement tout le territoire : nous n’en sommes probablement déjà pas très éloignés !!!