25/11/07 (B423) Un long sujet et plusieurs articles fort bien documentés dans Loir et Cher : Quand le sous-préfet de Vendôme était le supérieur du juge Borrel. (Articles signés Lionel Oger) (Info lectrice)

_____________________________
Le juge Bernard Borrel
fut retrouvé mort à
Djibouti le 19 octobre
1995. A l’époque,
Jean-Jacques Mouline
était chef de mission de
la coopération. La
veuve du magistrat
reproche à l’actuel
sous-préfet de
Vendôme d’avoir fait
pression pour favoriser
la thèse du suicide. Ce
dernier nie
formellement.
_____________________________
“ Des allégations sordides ”

Le sous-préfet Mouline reproche
à Mme Borrel son harcèlement. Il
n’est pas au bout de ses peines
puisque, depuis la fin octobre, c’est
le régime djiboutien qui l’attaque
nommément.

Un juge d’instruction,
Ibrahim Issack, a lancé ou va lancer des convocations visant plusieurs Français en poste à Djibouti au moment
de la mort de Bernard Borrel,
en particulier l’ambassadeur Jean-Marie Momal et le chef de la coopération,
Jean-Jacques Mouline, ainsi
que des conseillers à la présidence
djiboutienne comme Patrick Millon
(neveu de l’ancien ministre Charles
Millon).

Ces convocations font suite à des plaintes pour agressions sexuelles
de deux jeunes djiboutiens
commises dans le cadre d’un réseau
pédophile.

Côté français, beaucoup, y compris Mme Borrel et ses avocats,
voient dans cette « dénonciation »
une manoeuvre du président djiboutien
et de son entourage pour faire
diversion. En effet, en mars prochain,
le tribunal correctionnel de
Versailles doit juger, en leur absence,
deux dignitaires djiboutiens
pour « subornation de témoins »
dans l’affaire Borrel.

Jean-Jacques Mouline se dit profondément choqué par cette nouvelle
affaire dans l’affaire. « Je suis
écoeuré par ces allégations sordides.

Toute l’équipe française de l’époque
est visée, cela ne tient pas debout.

Je pense qu’il s’agit effectivement
d’une manoeuvre de la présidence
djiboutienne, qui est furieuse contre
le nouveau gouvernement français.

Depuis, j’ai rendu compte à ma hiérarchie
et je me rendrai prochainement
au ministère de l’Intérieur
pour solliciter une protection juridique.»

L.O.

_________________________
C’est à cause de Jean-Jacques Mouline que j’ai dû me battre tant d’années.

Élisabeth Borrel, veuve du
magistrat dont le corps à demi
calciné fut retrouvé au pied
d’une falaise de Djibouti à l’aube
du 19 octobre 1995, est persuadée
que l’actuel sous-préfet de
Vendôme détient les clés de l’affaire.

Ancien procureur de Lisieux (Eure), Bernard Borrel est détaché
comme conseiller technique
en avril 1994, auprès du ministre
djiboutien de la Justice.

Sa mission consiste alors officiellement
à moderniser les institutions judiciaires,
en particulier le toilettage
du code pénal de l’ancienne
colonie française. A l’époque, son
supérieur hiérarchique direct est
Jean-Jacques Mouline, chef de la
mission de coopération à Djibouti.

L’information judiciaire requalifiée en assassinat
est actuellement
instruite
par la juge
Sophie Clément.

Cet ancien militaire passé dans la préfectorale a été,
entre 1993 et 1994, chef de cabinet cabinet
de Michel Roussin, alors ministre
de la Coopération et
proche de Jacques Chirac. A Djibouti,
il a la charge de quelque
250 coopérants et gère les finances
des différents projets de
coopération entre la France et la
République djiboutienne, de la
Culture à la Justice en passant
par l’Éducation. « Les relations
entre mon mari et Jean-Jacques
Mouline se sont progressivement
détériorées, assure Mme Borrel,
elle-même magistrate dans la région
Midi-Pyrénées. Moi-même,
j’avais eu un souci avec lui en tant
que présidente des parents
d’élèves de l’école française de Djibouti.

Il avait émis un avis défavorable sur le choix d’un architecte
dans le cadre d’un projet de
travaux. M. Mouline était le supérieur
de mon mari. Le jour de sa
mort, il a convoqué les différents
chefs de service de la coopération
pour leur indiquer que mon
époux s’était suicidé alors même
qu’aucune autopsie n’avait été effectuée.

C’est lui qui a rédigé un communiqué en ce sens à l’intention
du quai d’Orsay et qui, dans
l’après-midi, s’est rendu chez le
ministre de la Justice djiboutien
pour l’inviter à diffuser un communiqué
similaire. Le certificat
de décès de mon mari portait la
mention : “ mort accidentelle
dont les circonstances restent à
déterminer ”.

Il leur fallait absolument faire accréditer la thèse du
suicide pour éviter toute enquête
compromettante pour les relations
entre la France et Djibouti. »

Élisabeth Borrel a, dès l’annonce de son décès, refusé de
croire que son mari a mis fin à ses
jours. Elle accuse l’actuel président
djiboutien, Omar Guelleh,
d’être l’un des commanditaires
de l’assassinat. « On a tenté de
faire croire que mon époux Bernard
Borrel était dépressif et qu’il
avait de gros soucis professionnels,
c’est totalement faux. Je suis
persuadée qu’il enquêtait sur un
dossier très gênant et qu’on l’a éliminé
parce qu’il avait découvert
des informations sensibles.

Ce qui me gêne le plus dans cette affaire,
c’est l’attitude observée à l’époque
par Jean-Jacques Mouline et certains
militaires en poste à Djibouti.
Ils se sont montrés odieux
et méprisants à mon encontre. Je
pense que M. Mouline connaît les
secrets de cette affaire et je considère
qu’en sa qualité de chef de la
mission de coopération, il était à
l’époque aussi puissant sinon plus
puissant que l’ambassadeur de
France à Djibouti.

J’ai déposé plusieurs plaintes. M. Mouline a été
entendu à plusieurs reprises par
les magistrats en charge de l’instruction.
Je pense qu’il ne dira jamais
la vérité sur cette affaire. »

Après des années de procédure, faisant preuve de ténacité,
se heurtant au silence et à la raison
d’État, Élisabeth Borrel a été
reçue en juin dernier par le nouveau
Président de la République
Nicolas Sarkozy, afin de lui demander
de lever les obstacles
empêchant la justice de faire son
travail.

L’information judiciaire
requalifiée en assassinat est actuellement
instruite par la juge
Sophie Clément. « J’attends aujourd’hui que l’on compare l’ADN
de plusieurs suspects aux empreintes
génétiques retrouvées sur
le short de mon mari », nous confiait
Mme Borrel, jeudi soir par
téléphone.

Lionel OGER

__________________________ La piste d’un trafic d’uranium
Elisabeth Borrel / Bernard Nicolas

Élisabeth Borrel, veuve du juge et magistrate, se bat depuis des années pour connaître la vérité sur la mort de son mari. Elle pense que l’actuel
sous-préfet de Vendôme détient les clés du mystère.

Ancien journaliste à TF1 puis Canal Plus, Bernard Nicolas est aujourd’hui
indépendant et travaille
pour des magazines d’investigation.

Il fut l’un des tout premiers à enquêter sur les circonstances troublantes
de la mort du juge Borrel. Il y a un
an, il a co-signé un livre avec Élisabeth
Borrel, Un juge assassiné
(Flammarion).

A plusieurs reprises, il a tenté d’interviewer Jean-Jacques
Mouline : « C’était en 2000 ou 2001,
il m’a à chaque fois raccroché au
nez. Il a bien rédigé ce communiqué
sur le suicide du juge Borrel le 19 octobre
1995, c’est dans le dossier
d’instruction.

Plusieurs témoignages viennent également confirmer sa visite
au garde des Sceaux dijoutien.

Nous pensons que Jean-Jacques Mouline a obéi à un ordre… mais
émanant de qui ?

C’est tout le noeud de l’affaire. Mme Borrel a retrouvé
des notes manuscrites et dactylographiées
de son mari, montrant
qu’il s’intéressait à un trafic d’uranium
enrichi entre l’Éthiopie et des
pays du Moyen-Orient, via le port de
Djibouti. Il a sans doute gêné des intérêts
djiboutiens et aussi français.

Djibouti représente un enjeu économique
et stratégique important pour
la France. Quant aux accusations de
réseau pédophile, elles sont “ bidon
”, même s’il est vrai qu’il y a de
la prostitution infantile à Djibouti. »

__________________________ "Je suis las de ce harcèlement"
Jean-Jacques Mouline

Jean-Jacques Mouline a été nommé sous-préfet de Vendôme
en 2003. Dans quelques
jours, le 24 novembre, il rejoindra
sa nouvelle affectation à
Nogent-sur-Seine. Pour la première
fois, il a accepté de répondre
à un journaliste sur
cette délicate affaire survenue
alors qu’il était en poste à Djibouti.

« La veuve du juge Borrel vous accuse d’avoir rédigé
un communiqué indiquant
que son mari s’était suicidé
et ce, quelques heures après
la découverte de son corps.

Que répondez-vous ? »

« Ceci est complètement faux, je n’ai jamais rédigé un tel communiqué.

J’ai en effet été entendu par la justice à ce sujet. J’ai
été informé de la mort de Bernard
Borrel au matin du 19 octobre
1995, j’étais alors à mon
bureau. Je me suis rendu à l’ambassade
où M. Momal, ambassadeur,
réunissait les différents
chefs de service et attachés militaires.

Ce n’est qu’après qu’un communiqué annonçant le suicide
de Bernard Borrel a été envoyé
à Paris, mais je n’en suis pas
le rédacteur. De même, je n’ai
pas rendu visite au ministre djiboutien
de la justice ce jour-là.

Depuis dix ans, les versions concernant cette mort et les conditions
de sa découverte ont beaucoup
varié, mais je n’ai pas à me
mêler de cette enquête judiciaire.

Je suis soumis au devoir de réserve tout en envisageant la
possibilité d’une plainte en diffamation.»

« Vous étiez à l’époque le supérieur
du juge Borrel.
Quelles étaient vos relations
et en quoi consistaient vos
missions respectives ? »

« Bernard Borrel était l’un des 250 coopérants dont j’avais la
responsabilité. Il travaillait,
comme vous le savez, auprès du
ministre de la Justice djiboutien.

Nos relations étaient très cordiales. M. Borrel m’a, au bout de
quelques mois, fait part des difficultés
qu’il rencontrait dans
l’exercice de sa mission. Il me disait
qu’il était fatigué, accablé et
qu’il souhaitait changer d’affectation.

De plus, il avait été affecté par le suicide d’un ami magistrat.

J’ai alors demandé à ce que cette mission de coopération judiciaire
soit suspendue. Je n’ai pas
été suivi. J’affirme cependant que
le feu vert à la mutation de Bernard
Borrel a été finalement accordé
mais, malheureusement
trop tard, car la réponse m’est
parvenue après sa mort. »

« Mme Borrel et Bernard Nicolas, le journaliste qui a cosigné
un livre, évoquent une
enquête délicate sur laquelle
travaillait le juge Borrel
et qui aurait pu lui coûter
la vie. Qu’en pensez-vous ? »


« Je n’y crois pas une seconde.

La mission du juge Borrel n’était pas d’instruire des enquêtes judiciaires,
mais de préparer une réforme
institutionnelle de la justice
djiboutienne. A aucun
moment il ne m’a informé d’une
enquête menée par lui. Si cela
avait été le cas, il aurait de toute
façon dû en référer à l’ambassade.
»
« La veuve du juge Borrel vous reproche d’avoir quitté
Djibouti peu après sa mort
et de vous être momentanément
installé à Addis-Abbeba,
la capitale éthiopienne…
»
« Ceci est également faux. Je
suis resté en poste à Djibouti encore
quelques mois, puis on m’a
affecté au printemps suivant à
l’Ile Maurice, également comme
chef de mission de la coopération.

Je tiens à vous dire que je suis las du harcèlement dont
Mme Borrel fait preuve à mon
encontre depuis des années. »

Propos recueillis par L.O.