15/12/2011 (B634) La France commence-t-elle à désavouer le régime djiboutien après la tentative d’attentat au Somaliland ? Selon un article publié par La Tribune Libre, la France par l’intermédiaire de son Ambassadeur à Djibouti,aurait mis en garde Guelleh, contre les dangers d’une tentative de déstabilisation du Somaliland par le biais d’attentats terroristes commis par des équipes djiboutiennes (sous ses ordres ???)

Lien avec l’article original de LTL

France-Djibouti / Acte 2

Selon deux informations discordantes que nous venons de recevoir, l’Ambassadeur de France à Djibouti, Monsieur, René FORCEVILLE, après son bras de fer avec le régime djiboutien ( voir notre article : http://la.tribune.libre.de.djibouti.over-blog.com/article-bras-de-fer-entre-l-ambassadeur-de-france-et-le-dictateur-djiboutien-87960083.html) vient à nouveau mettre en garde Ismaël Omar Guelleh contre les méfaits de ses agissements, en faisant référence à la tentative d’attentat ratée, qu’il aurait qualifié selon nos sources « d’erreur historique ».

A ce propos, L’équipe de La Tribune Libre avait publié un article (http://la.tribune.libre.de.djibouti.over-blog.com/article-tentative-d-attentat-dans-un-quartier-de-hargeysa-2-djiboutiens-interpelles-92197619.html )sur l’acte manqué du régime djiboutien en terre Somalidaise, qui s’était soldé par l’arrestation de deux auteurs kamikazes, tous les deux de nationalité djiboutienne.

Monsieur, René FORCEVILLE aurait, toujours selon nos sources, évoqué « une possible aide » au gouvernement de Somaliland pour établir la vérité sur cette tentative d’attentat en proposant de dépêcher sur place, des agents de la DGSE si le Président Silanyo en « formulait la demande », tout en n’excluant pas d’entendre les kamikazes interpellés.

La France qui accorde une attention particulière à la stabilité de la Corne de l’Afrique, surtout depuis 2008, date qu’elle a signé les Accords de Djibouti, au nom de l’Union européenne et à titre national, ne pense pas laisser agir le dictateur djiboutien de la sorte.

Ces accords qui demeurent le fondement du processus de réconciliation en cours en Somalie, sous l’égide du Gouvernement fédéral de transition reconnu par la France, semble être fragilisé par la proximité que le Président Sheikh Sharif entretient avec le régime djiboutien.

Néanmoins, la France qui prend de plus en plus ses distances avec Ismaël Omar Guelleh, a jugé judicieux de développer « une nouvelle approche pragmatique avec les autorités politiques régionales du Somaliland et du Puntland parce qu’elles bénéficient, en effet, d’une stabilité politique désormais établie comme en témoigne la récente alternance politique avec l’arrivée au pouvoir du Président Silanyo » (propos de Alliot-Marie, Ministre des affaires étrangères et européennes en 2010, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée Nationale).

« Avec les autorités du Somaliland, la France entretient un dialogue direct».

Pour preuve, le Président Ahmed Mohamed Ahmed dit "Silanyo" était reçu à Paris, par la Ministre des affaires étrangères et européennes en personne.

Après les différentes réductions des effectifs de son armée sur le territoire djiboutien, la France serait-elle entrain de désavouer complètement le Président Djiboutien ? Cherche t-elle à son tour à surenchérir sa présence et ses services entre le régime djiboutien et le Président Silanyo ? A croire que si, surtout quand ça commence contrarier les enjeux économiques de la France dans la région.

Affaire suivre avec beaucoup d’attention…

13/12/2011 (B634) A lire sur la Tribune Libre, une alerte que nous reprenons avec l’aimable autorisation de son Webmaster. Tentative râtée d’attentat à Hargeisa ?

Lien avec l’article de LTL

Alerte info

Tentative d’attentat ratée dans un quartier de Hargeysa

Nous venons d’être informés d’une tentative d’attentat avortée ce matin à Hargeysa, dans le quartier de Daanta Shishe.

Vers 11h, 2 hommes avec des sacs à dos à l’intérieur des explosifs, ont été interpellés par le service du renseignement Somalilandais.

Il s’agirait de 2 Djiboutiens qui seraient venus hier soir de la ville de Boosaaso dans l’intention de perpétrer un attentat, très certainement pour déstabiliser ce petit pays.

S’agissant de djiboutiens, nul ne doute que le dictateur ismaël omar guelleh serait le protagoniste d’un tel acte odieux.

Plus rien ne va plus entre les deux hommes. Après l’espionnage dans la périphérie de Hargeysa, le sanguinaire djiboutien veut une fois de plus, couler le sang.

05/12/2011 (B633) Appel des étudiants djiboutiens. A écouter ou à télécharger « la bande son » de la vidéo qui a été mise en ligne par La Tribune Libre – LTL

LTL nous a informé que le site, où son webmaster avait installé la vidéo (Youtube), avait été piraté à deux reprises. La première action malveillante a consisté à faire disparaître la vidéo. La deuxième, après rétablissement par LTL, à supprimer le son.

L’équipe de LTL a pris toutes les mesures pour protéger le contenu et surtout pour qu’il continue à être disponible pour tous ses lecteurs, ceux de l’ARDHD et ceux des sites amis.

Pour parer à toute nouvelle éventualité, nous mettons à disposition la bande son, qui peut être téléchargée ou écoutée.

Nul doute que les soupçons, concernant ces piratages, se portent d’abord sur l’équipe que l’on appelle « Les chinois de Djibouti ». Selon des sources concordantes, il s’agirait d’une petite équipe d’ingénieurs informatique chinois, qui seraient utilisés par DjibTélécom pour écouter / lire les message, pour censurer les sites de l’opposition (dont le nôtre) et maintenant pour pirater / endommager les contenus.

L’ARDHD a renforcé ses systèmes de sécurité et surtout de sauvegarde pour ne pas perdre de contenu et, dans les cas les plus extrêmes, pour pouvoir rétablir rapidement la diffusion intégrale de tous les articles qui auraient pu avoir été endommagés par des ingénieurs chinois mal intentionnés ou tout au moins qui auraient reçu des consignes « illégales ».

1°) Ecouter la bande son (Identique à la bande Vidéo) WMA

2°) Télécharger en MP3

Lien de téléchargement

04/12/2011 (B633) La base arrière du terrorisme du dictateur Guelleh recrute dans les quartiers. ( Selon un article publié par LTL que nous reprenons avec son aimable autorisation)

Lien avec l’article original

Ca y est, toutes les gâchettes pour déstabiliser le pays après sa fuite, sont appuyées par le dictateur djiboutien. Après avoir armée les jeunes des quartiers populaires, le voilà qui intensifie en parallèle, toutes les aides financières, humaines et matérielles à sa base arrière des terroristes, Al-Shabab et Al-Qaïda, pour le recrutement des jeunes en situation précaire.

Cette information qui vient de nous parvenir, n’est pas une surprise, car notre équipe avait déjà écrit des articles : (http://la.tribune.libre.de.djibouti.over-blog.com/article-iog-et-son-arriere-base-du-terrorisme-islamiste-al-shabab-preuve-par-video-86802200.html) ou (

02/12/2011 (B632) Est-en en prévision d’un possible départ précipité, qu’IOG termine de faire râcler les derniers fonds de tiroir, pour en extraire les quelques sous qui restent encore ? C’est ce que pense LTL, dans un article que l’éditeur nous a fait suivre … en nous proposant de le mettre aussi en ligne sur notre site.

Les détournements des deniers publics par arrêtés et procurations à la signature

Ce dernier temps, nous assistons, comme les derniers arrêtés et décrets le prouvent, à une vague d’anarchie qui consiste à une liberté de détournements des deniers publics toujours de la même somme plafonnée à 500 000 fdj pour passer inaperçue, en signant par procuration à tout va, au nom de l’imbécile de dictateur.

Mais personne n’est dupe.

_______________ Journal Officiel de la République de Djibouti

Arrêté n°2011-0726/PR/MJDH portant création d’une régie d’avance auprès du Ministère de la Justice pour les audiences foraines.

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,
CHEF DU GOUVERNEMENT

Vu La Constitution du 15 septembre 1992 ;
Vu Le Décret n° 99-0025/PR/MEFPP du 3 mars 1999 portant attribution et organisation du Ministère de l’Économie, des Finances et de la Planification, Chargé de la Privatisation ;
Vu Le Décret n° 2001-0012/ PR/MEFPCP du 15 janvier 2001 portant règlement général sur la comptabilité publique;
Vu Le Décret n°2001-136 du 04 juillet 2001, relatif à l’organisation, au fonctionnement et au contrôle des régies d’avance et des régies de recettes de l’État ;
Vu Le Décret n° 2011-067/PRE du 12 mai 2011 portant nomination des membres du Gouvernement et fixant leurs attributions ;

SUR proposition du Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires Chargé des Droits de l’Homme.

ARRETE

Article 1 : Il est créé une régie d’avance auprès du Ministère de la Justice, des Affaires Pénitentiaires chargés des Droits de l’Homme, service gestionnaire, destinée à couvrir les dépenses engendrées par l’organisation des audiences foraines.

Article 2 : Les dépenses payables par la régie d’avance d’un montant total de cinq cents mille francs par mois (500 000 FD), sont exclusivement les suivantes :

– Fournitures de bureau
– Frais de déplacement
– Carburant
– Menus dépenses

Article 3 : Les dépenses payées par la régie d’avance sont imputées sur les crédits ouverts à la ligne "dépenses communes, dépenses de matériel du budget général de l’Etat au chapitre 39.11 du budget général de l’Etat, leur montant maximum payable annuellement est fixé à six millions francs Djibouti (6 000 000 FD).

Article 4 : Le montant de l’avance consentie au régisseur est fixé à un montant total de cinq cents mille francs par mois (500 000 FD). Cette avance est renouvelable dans la limite du montant maximum des dépenses payables annuellement, tel que précisé à l’article précédent, et celui des crédits ouverts au budget de l’Etat.

Le régisseur d’avance est astreint à un cautionnement de vingt mille francs (20 000 FD); son indemnité mensuelle de responsabilité est de trente mille francs (30 000 FD)

Article 5 : Le Directeur du Budget du Ministère de la Justice, le Directeur du Contrôle Budgétaire, le Directeur des Finances et le trésorier payeur national sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté.

Fait à Djibouti, le 01 octobre 2011
P. Le Président de la République,
chef du Gouvernement
P.O Le Secrétaire Général de la Presidence

02/12/2011 (B632) Les « Chinois » de DjibTélécom ont encore frappé durement les démocrates djiboutiens qui luttent pour la liberté. (Info LTL)

Selon une information reçue ce matin, le compte Youtube de LTL a été piraté cette nuit et fermé par des hommes de mains obéissant au dictateur. On peut soupçonner en priorité ceux que l’on appelle les « Chinois » de Djibtélécom, qui sont des informaticiens venus de Chine, exportant leur savoir-faire national en matière de censure, de piratage de sites et de diffusion de fausses informations, y compris des provocations savamment orchestrées.

L’image du gouvernement chinois et en particulier sa présence à Djibouti ne ressortira pas grandie. Le peuple djiboutien qui aspire au rétablissement de la démocratie et de la justice, ne saluera pas ce pays qui soutient les dictatures et qui cherche à priver les opposants légitimes de leur seul moyen d’expression.

Pour le moment, la vidéo que nous avions reprise sur notre site n’est plus accessible. Un étudiant contraint de conserver l’anonymat dressait avec des mots poignants, un bilan alarmant de la situation dans les écoles, dans les universités et plus généralement dans le pays

Il confirmait la distribution d’armes et d’argent dans certains quartiers ciblés, avec le concours d’agents kenyans et éthiopiens. Cela fait craindre une tueurie généralisée en ville. Avec tous nos partenaires, nous préparons des alertes dans ce sens et nous mettrons les forces armées étrangères, pré-positionnées dans le pays, face à leurs responsabilité et à leur obligation de protéger les populations civiles sans défense.

En totale coopération avec LTL, nous allons mettre en place des solutions alternatives. Il faut que les sbires de Guelleh et leurs associés chinois sachent qu’ils peuvent retarder la diffusion des informations en pratiquant la censure et en utilisant des manoeuvres pénalement répréhensibles pour fermer des comptes qui ne leur appartiennent pas, mais qu’ils ne font « au mieux » que de retarder de quelques heures à peine cette diffusion, car Internet n’appartient pas à Guelleh …

Et au final, ils atteindront un objectif inverse. Les populations opprimées de Djibouti et les membres de la diaspora sont d’autant plus avides de découvrir des informations ce que ce régime discrédité cherche à leur cacher, dans une ultime manoeuvre désespérée. Ca sent la fin !

01/12/2011 (B632) Un étudiant djiboutien, qui est contraint de conserver l’anonymat, a enregistré une vidéo pour dénoncer la situation actuelle des étudiants (Information LTL). Alerte aux risques d’une grande tueurie dans les rues de Djibouti, organisée par Guelleh. (Nouveau lien rétabli le 2/12 à 10h00 de Paris -//- 3/12 à 17h00 – Nouveau lien après une nouvelle attaque « chinoise » qui a désactivé le son …)

Pour écouter et regarder la vidéo (disponible aussi sur Youtube en cliquant ici). A noter dans le commentaire qui a été annexé par l’équipe de LTL les points principaux. Cet étudiant parle de la répression contre les jeunes, des arrestations des membres de l’opposition et des défenseurs des droits humains et il confirme aussi les distributions d’armes à feu dans les quartiers de la capitale.

(Ceci est extrêmement grave et préocupant. Cela confirmerait, qu’avant de partir, le gros menteur d’IOG a choisi de jouer la carte de la terre brûlée … dans une ultime manoeuvre pour essayer de se maintenir dans son fauteuil au milieu des flammes et des morts.)

Que toutes celles et tous ceux, qui en ont les moyens, unissent leurs efforts pour prêcher le calme et l’union de tous les djiboutiens sans aucune considération de leurs origines ni de leurs appartenances tribales, sinon, nous serions à l’aube d’un massacre généralisé. Et ce serait une aubaine pour Guelleh.

Nous lançons un appel solennel aux puissances étrangères et en particulier à la France, aux USA et au Japon pour qu’elles mettent en oeuvre tout ce qui est possible pour éviter une guerre de quartier à Djibouti.

30/11/2011 (B632) A lire sur le site de La Tribune, un article que nous reprenons avec l’aimable autorisation des gestionnaires du site.Concession par arrêté présidentiel de 25 568 m2 à Youssouf Moussa Dawaleh

Lien avec l’article original

Après avoir permis le Hold-up contre la CNSS, le dictateur Djiboutien vient d’offir pour loyaux services à Youssouf Moussa Dawaleh, PDG de Dawaleh Construction, député et frère du Ministre braqueur des finances et des caisses vides, une superficie de 25 568m2.

Le décret est consultable en cliquant ici (Site de la Présidence djiboutienne)